Chance Vought F4U Corsair

Le Chance Vought F4U Corsair était un avion exceptionnel, meilleur à certains égards que le Mustang, mais pendant longtemps, il n’a pas été apprécié comme il le méritait.

Bien qu’il ait été conçu spécifiquement pour être utilisé par les transporteurs, il n’a été jugé apte à être expédié qu’après une longue période de mise au point.

Le concepteur avait décidé d’adapter le moteur le plus puissant disponible au fuselage le plus petit et le plus simple possible ; de ce choix découlait l’aile de mouette inversée, qui servait à maintenir la grande hélice à une distance sûre du sol et à garder les jambes du train d’atterrissage suffisamment courtes, une caractéristique précieuse car les collisions violentes sur les porte-avions mettaient souvent leur résistance à l’épreuve.

Il convient de noter que les États-Unis ont également souffert du syndrome du « ce n’est pas notre travail », typique de toute activité humaine : lorsque les Alliés ont cherché un chasseur à long rayon d’action pour escorter les bombardiers au-dessus de l’Europe, le Corsair aurait pu être idéal, mais le F4U était un avion de la Navy, et la Navy était la Navy.

Allez plus loin  Reggiane Re 2002

La carrière opérationnelle s’est poursuivie après la fin de la Seconde Guerre mondiale et les derniers Corsair sont restés en service jusqu’en 1965.

Le Vought F4U Corsair était un monoplan monomoteur à aile basse avec une aile de mouette inversée, un train d’atterrissage rétractable et un moteur refroidi par air.

Variantes du Vought F4U Corsair Main Chance

  • XF4U : prototype armé de trois mitrailleuses de 12,7 mm, une dans le nez et deux dans les ailes, de réservoirs intégrés et d’une masse au décollage comprise entre 3400 et 4200 kg.
  • F4U-1 : première variante de série, avait un fuselage élargi par rapport au prototype, quatre mitrailleuses de 12,7 mm, un réservoir de 234 litres sur chaque aile et 70 kilos de protection pour le pilote ; le moteur Pratt &amp ; Whitney R-2800-8 Double Wasp développait 2 000 ch ; 798 exemplaires ont été produits.
  • F4U-1A : version comportant plusieurs améliorations, notamment une verrière surélevée pour améliorer la visibilité du pilote ; 2030 ont été construits, dont 510 ont été vendus à la Fleet Air Arm et désignés Corsair Mk II.
  • F4U-1C : version armée de quatre canons de 20 mm, 200 construits.
  • F4U-1D : version avec un réservoir de carburant supplémentaire de 730 litres, deux bombes de 907 kg ou huit roquettes.
  • F4U-1P : version de photo-reconnaissance, construite en nombre très limité.
  • F4U-2 : version chasseur de nuit, dont certains ont été produits avec un radar dans un carénage d’aile.
  • F4U-3 : Version haute altitude, dont l’utilisation a révélé des problèmes de réglage qui n’ont jamais été entièrement résolus et la version n’a jamais été produite en série.
  • F4U-4 : dernière version produite avant la fin de la guerre, moteur de 2450 ch, a été utilisé dans un nombre limité d’unités contre le Japon avant la fin du conflit, 2356 unités construites.
  • F4U-5 : version avec améliorations du moteur et de l’armement, 509 unités construites.
  • F4U-5N : version de chasseur de nuit équipée d’un radar, 214 construits.
  • F4U-5NL : version spécialisée pour une utilisation à des températures particulièrement basses, disposait d’un système antigivre en caoutchouc sur le bord d’attaque des ailes et de la queue.
  • F4U-6 : version d’attaque au sol, plus tard nommée AU-1 et destinée au Corps des Marines.
  • F4U-N : variante de chasseur de nuit avec radar APS-4 ou APS-6 dans un carénage d’aile.
  • AU-1 : version chasseur-bombardier utilisée en Corée, avec une charge de guerre de 1814 et une vitesse typique de 386 km/h. La masse maximale au décollage était de 8 800 kg et 110 exemplaires ont été construits.
  • F4U-7 : version destinée à l’armée de l’air française pour être utilisée en Indochine, 94 appareils construits.

Laisser un commentaire