Junkers Ju 87 Stuka

En 1935, une arme qui sera un acteur clé dans le ciel européen de la Seconde Guerre mondiale fait son apparition : le légendaire Junkers Ju 87 (plus populairement connu sous le nom de Stukka). Le Stuka était un bombardier en piqué, redouté par les Alliés, une terreur aérienne.Après ses débuts lors de la Guerre civile espagnole, il est rapidement devenu un élément clé de la stratégie allemande de Blitzkrieg.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, il s’est avéré être le roi du ciel. En parfaite harmonie avec le mythique Panzer de la mort, il sapait le moral des troupes d’infanterie ennemies comme peu d’autres armes de la Seconde Guerre mondiale, en raison de son attaque verticale assourdissante accompagnée d’un bruit caractéristique qui générait une véritable panique.

Le Stuka avait une apparence imposante. Il n’est donc pas surprenant de comprendre à quel point cette arme a été exploitée pendant les combats aériens de la Seconde Guerre mondiale. Pour le rendre plus efficace, il a été doté de mécanismes innovants pour l’époque.

Par exemple, des sirènes (communément appelées « trompettes de Jéricho »), qui étaient activées par une petite hélice, étaient montées sur le train d’atterrissage de l’avion. Ils ont été activés lorsque l’avion a entamé son piqué mortel, terrifiant les civils et les militaires qui sentaient la mort s’approcher d’eux dans une vrille directe.

Et ce n’est pas seulement la guerre psychologique qui a été utilisée avec l’installation des sirènes : afin de produire un rugissement plus redoutable lors de la chute des bombes qu’il transportait, il a été décidé de souder un tube creux en forme de sifflet sur les ailerons de stabilisation. L’air, qui passait très rapidement à travers eux, produisait un effet de tonnerre et de terreur.

Quant à l’utilisation des Ju 87 « Stuka », ils étaient surtout utilisés contre les unités blindées alliées. Il est certain que les formations Stuka se sont avérées très efficaces et ont décimé sans pitié les formations de chars ennemies.

Bien que limités par les caractéristiques du Ju 87 pour faire face pleinement aux missions exigeantes que la Luftwaffe commandait, les équipages allemands ont pu exploiter au maximum la magnifique puissance de feu qu’offrait un avion d’attaque aussi moderne. La Luftwaffe s’est acharnée sur les chars ennemis, parfois latéralement, mais chaque fois que possible par derrière. Avec des angles de descente assez prononcés, les pilotes ont réussi à descendre à quelques mètres du sol sans risquer de voir leur appareil s’écraser au sol en se redressant.

Les équipages des Junkers Ju 87 « Stuka » sont soucieux de frapper les points faibles du blindage de l’ennemi (Junkers ju 87 stuka). Ils savaient que le meilleur blindage se trouvait à l’avant, les côtés étant plus accessibles et l’arrière étant le point faible pour une cible parfaite (c’est là que se trouvait le moteur, mal protégé par une fine plaque, généralement percée d’un trou pour le refroidissement). Lorsqu’un Stuka lançait sa charge à l’arrière d’un char, une explosion spectaculaire se produisait, le rendant irrémédiablement inutile.

Cependant, le Junkers Ju 87 « Stuka » n’a pas seulement fait connaître son potentiel contre les unités blindées terrestres et d’infanterie : il a joué un rôle actif lors des engagements navals de la Seconde Guerre mondiale.

L’importance des effectifs était le facteur décisif du succès des unités équipées de Ju 87 dans leurs opérations contre les unités navales. En règle générale, à une altitude de 4 000 m, les Stuka étaient disposés en cercle avant de quitter individuellement leur position pour plonger sur les navires ennemis. Junkers ju 87 stuka 1/48. La principale tactique consistait à attaquer la cible depuis différentes directions, en essayant d’échapper aux tirs anti-aériens meurtriers en forçant la cible à se disperser.

Allez plus loin  Fairey Firefly

A ces moments-là, les courageux pilotes de la Luftwaffe entamaient leur vrille zigzagante pour éviter à tout prix un coup direct mortel qui les briserait, avec un virulent coup de palonnier. De plus, ces as de l’aviation étaient obligés de se dépêcher pour larguer leurs bombes, ce qui rendait inévitable un vol à très basse altitude depuis le champ de bataille. Par conséquent, le risque d’être réduit en miettes au-dessus de n’importe quel navire n’était pas du tout improbable.

Nous voyons donc comment la technique du bombardement en piqué a fait du Ju 87 « Stuka » une véritable arme aérienne de précision au cours de la Seconde Guerre mondiale, capable d’attaquer de manière sélective des cibles assignées.

Lors des missions offensives, le Stuka adopte généralement une formation en V par trois. Junkers ju 87 stuka dive bomber siren. À l’approche de leurs cibles, ils volaient à une distance de 300 mètres, regroupés en groupes de 9 ou 30 appareils.

Quelques instants avant d’initier sa manœuvre de plongée caractéristique, chaque pilote devait suivre méticuleusement une série d’étapes. La première étape consistait à activer les lunettes de visée tout en orientant l’avion par rapport à la cible désignée.

Immédiatement après, il se concentre sur l’étalonnage de l’altimètre pour la hauteur de récupération du plongeon et le largage des charges explosives : il ferme les volets de contrôle du radiateur et réduit le régime moteur.

Une fois prêt à passer à l’offensive, le pilote du Stuka n’avait plus qu’à déployer les freins aérodynamiques de plongée, ce qui entraînait un réglage automatique du compensateur de profondeur du gouvernail. La plongée s’effectuait généralement à des angles de 80-90º.

La vitesse est allée crescendo jusqu’à atteindre la vitesse spectaculaire de 565 km/h (385 mph). Il convient de noter que le comportement aérodynamique du Stuka à ce stade était étonnamment stable.

La précision de l’attaque dépendait beaucoup de l’habileté du pilote à maintenir l’angle de plongée aligné avec l’horizon à tout moment. Pour l’aider dans cette tâche, il a fait graver un certain nombre de lignes rouges à différents angles sur le côté droit de la verrière coulissante.

Le moment où le Ju 87 « Stuka » devait larguer ses bombes n’était pas loin. Avec le voyant de l’altimètre allumé, accompagné du son de l’alarme, le pilote doit à nouveau faire attention : l’altitude de chute précédemment fixée a été atteinte. Junkers ju 87 stuka lego. Il n’a pas fallu longtemps pour que les bombes quittent leurs points d’ancrage et se dirigent résolument vers la cible marquée.

La dernière opération a nécessité l’activation du dispositif de récupération automatique. Les compensateurs de gouvernail (Junkers ju 87 stuka model). Les compensateurs de profondeur du gouvernail ont réagi pour transiter vers la position neutre, égalisant la trajectoire. Une manœuvre extrême où des accélérations de 6 G ont été enregistrées.

C’est le moment où l’intégrité du Ju 87 « Stuka », extrêmement vulnérable à l’action des armes anti-aériennes, est le plus menacée. Il n’était pas rare que les pilotes décident d’aborder cette phase délicate en exerçant un contrôle absolu sur le bombardier qu’ils pilotaient. Par conséquent, l’attaque se terminait généralement par un virage serré.

Poursuivi par les traceurs, il entame alors une course effrénée pour sa propre survie, serpentant pour éviter de devenir une cible fixe, profitant de tout relief au-dessus de sa tête. Ce n’est que lorsqu’il a acquis un sentiment de sécurité que le pilote rétracte les freins de plongée, augmente le régime moteur et reconfigure le Ju 87 pour maintenir un profil de vol standard sur le chemin du retour à la base.

Allez plus loin  Dornier Do 18

Données techniques du Junkers Ju 87 Stuka

Principales variantes du Junkers Ju 87 Stuka

  • Ju 87 A : première version de production
    • Ju 87 V1-V5 : prototypes utilisés entre septembre 1935 et août 1936.
    • Ju 87 A-0 : 10 exemplaires de pré-production, équipés d’un moteur Jumo 210C de 632 cv
    • Ju 87 A-1 : première version de série, motorisée par le moteur Jumo 210D
    • Ju 87 A-2 : version de série équipée d’un moteur Jumo 210E de 670 ch et d’une hélice à pas variable.
    • Ju 87 B : première version produite en série, dérivée du Ju 87 A, a intégré de nombreuses modifications au fuselage et au train d’atterrissage et a adopté un moteur nettement plus puissant.
      • Ju 87 B-0 : six exemplaires de pré-production
      • Ju 87 B-1 : première des versions B à entrer en production de série, moteur Jumo 211D de 1 184 ch, fuselage et train d’atterrissage de conception nouvelle (Junkers ju 87 stuka simpleplanes). Au début de la guerre, la Luftwaffe avait 336 appareils de cette version en service. Cette version était équipée des fameuses « trompettes de Jéricho », des sirènes montées sur une jambe du train d’atterrissage utilisées pour créer un effet psychologique pendant un plongeon. Cependant, ces sirènes créaient une certaine résistance et détérioraient les caractéristiques de vol de l’avion, de sorte que dès que les adversaires se sont habitués au son, elles ont été retirées.
      • Ju 87 B-2 : version avec quelques améliorations et produite en plusieurs subversions dont une variante pour une utilisation sur des pistes enneigées et une autre pour une utilisation en zone tropicale : Junkers ju 87 stuka siren. L’avion a été utilisé par la Regia Aeronautica et d’autres pays alliés de l’Allemagne, comme la Hongrie, la Bulgarie et la Roumanie.
      • Ju 87 R : version à long rayon d’action, dérivée du Ju 87 B et utilisée principalement dans le rôle d’antinavire. Le réservoir d’huile moteur était de plus grande capacité et pouvait utiliser des réservoirs de carburant amovibles supplémentaires.
        • Ju 87 V6-V9, V15, V16 : prototypes de la version R du Ju 87
        • Ju 87 R-1 : Dérivé du Ju 87 B-1 avec des réservoirs d’huile et de carburant de plus grande capacité.
        • Ju 87 R-2 : dérivé du Ju 87 B-2 avec un fuselage et des ailes renforcés pour permettre des plongées jusqu’à une vitesse de 600 km/h : Junkers ju 87 stuka siren sound. Le moteur était un Jumo 211D plus puissant que le Jumo 211A, mais l’augmentation du poids due aux autres modifications a entraîné une diminution globale des performances de l’avion, notamment de la vitesse.
        • Ju 87 R-3 : version expérimentale utilisée pour le remorquage de planeurs.
        • Ju 87 R-4 : version similaire au Ju 87 R-2 mais équipée de moteurs Jumo 211J
        • Ju 87 C : version introduite à partir de 1937, elle devait être utilisée principalement par la Kriegsmarine comme bombardier antinavire et bombardier torpilleur. Certains exemplaires (le V11 en particulier) avaient des ailes repliables pour être utilisés sur le porte-avions en construction.
          • Ju 87 V10, V11 : prototypes de la version C du Ju 87
          • Ju 87 C-0 : désignation donnée au V-11 après quelques modifications dont un système amélioré de pliage des ailes.
          • Ju 87 C-1 : désignation donnée au V-10 après son vol du 17 mars 1938.
          • Ju 87 D : La version D est entrée en production lorsque la formule du Stuka avait montré ses limites, à partir de 1941, bien après la bataille d Angleterre. Junkers ju 87 stuka sound. La série D comportait de nombreuses modifications, notamment un nouveau moteur, de nouveaux radiateurs avec une disposition différente et des améliorations aérodynamiques du cockpit, qui présentait également une meilleure visibilité. La protection passive de l’équipage était accrue et le tireur était équipé d’une double mitrailleuse MG 81Z efficace. Les nouveaux moteurs Jumo 211J de 1 400 ch permettaient de quadrupler la capacité de charge utile des versions B, avec une charge de bombe maximale de 1 800 kg pour les missions à courte portée.
            • Ju 87 V21-V25, V30 : prototypes de la version D
            • Ju 87 D-1 : version à moteur Daimler Benz DB 603, non produite en raison des mauvaises performances du moteur.
            • Ju 87 D-2 : variante dotée d’un blindage accru pour protéger l’équipage des tirs au sol ; l’augmentation de poids entraînait une telle diminution des performances que l’avion était principalement utilisé pour le remorquage de planeurs.
            • Ju 87 D-3 : une version dérivée du Ju 87 D-1 qui a été améliorée pour les missions d’attaque au sol, le D-3N ou D-3 trop était équipé de filtres à sable pour une utilisation dans les zones tropicales.
            • Ju 87 D-4 : version torpille, dérivée du D-3 et destinée au porte-avions Graf Zeppelin.
            • Ju 87 D-5 : dérivé du D-3 il avait les ailes allongées de 60 cm, les deux mitrailleuses MG 17 7,92 dans les ailes étaient remplacées par deux canons MG 151/20 plus efficaces en attaque au sol : Junkers ju 87 stuka t shirt. Sa vitesse en piqué pouvait atteindre 650 km/h (650 mph).
            • Ju 87 D-6 : version construite en nombre limité et utilisée principalement à des fins d’entraînement.
            • Ju 87 D-7 : version spécialisée pour l’usage de nuit
            • Ju 87 D-8 : version spécialisée de nuit
            • Ju 87 G : A une époque où la formule même du bombardier en piqué semblait complètement dépassée, le Ju 87 avec ses versions « G » a connu une sorte de seconde jeunesse : Junkers ju-87 stuka wikipedia. Le Ju 87 G était spécialisé dans le rôle antichar et était utilisé presque exclusivement sur le front oriental. Sa principale caractéristique était son armement, qui consistait en deux canons antichars de 37 mm et une charge de bombes de 1 000 kg. Le Ju-87 a introduit certaines caractéristiques de protection de l’équipage contre les tirs au sol, copiées sur l’Ilyushin Il-2.
              • Ju 87 G-1 : une version armée de deux canons BordKanone de 37 mm de calibre BK 3,7 montés dans deux nacelles sous les ailes, chacun portant 12 obus antichars en tungstène. Cette version, surnommée Kanonenvogel, aux mains de pilotes compétents comme Hans-Ulrich Rudel, s’est avérée très efficace dans le rôle antichar.
              • Ju 87 G-2 : similaire au G-1 mais équipé des ailes allongées du D-5, 230 ont été construits, dont 22 obtenus par la conversion d’anciens D-3.

              Un ouvrage majeur portant exclusivement sur le Stuka a été utilisé comme bibliographie pour cet article. Cliquez ici si vous souhaitez l’acheteret en savoir plus sur cette imposante arme aérienne de la Seconde Guerre mondiale.

Laisser un commentaire