Karl Dönitz

Sommaire

Introduction

Karl Dönitz(Berlin, 16 septembre 1891 – Aumühle, 24 décembre 1980) est une personnalité militaire et politique allemande, commandant de la Kriegsmarine, la marine allemande, membre du parti nazi et président de son pays pendant 23 jours après la mort d’Adolf Hitler, surtout connu pour avoir signé la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie lors de la Seconde Guerre mondiale.

Dönitz a commencé sa carrière militaire dans la marine impériale allemande avant la Première Guerre mondiale. En 1918, il commande le sous-marin UB-68 jusqu’à ce qu’il soit coulé par la marine britannique, et Dönitz est fait prisonnier. Pendant son séjour dans le camp de prisonniers de guerre, il a commencé à formuler la tactique qui allait être connue sous le nom de Rudeltaktik (communément appelée « meute »).

Dans l’entre-deux-guerres, il sert dans la Reichsmarine, où il continue à défendre la guerre sous-marine comme alternative aux puissances occidentales et à leurs puissantes marines de surface. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il est l’un des principaux commandants de la Kriegsmarine et de sa flotte sous-marine, le Befehlshaber der U-Boote (BdU).

En janvier 1943, Dönitz est promu au rang de Großadmiral et remplace l’amiral Erich Raeder comme commandant en chef de la marine allemande. Dönitz est peut-être le principal commandant nazi qui a combattu les Alliés lors de la bataille de l’Atlantique.

De 1939 à 1943, les sous-marins allemands se sont battus avec efficacité et efficience, menant une guerre sous-marine dite sans restriction, mais l’initiative a été perdue au cours du « Mai noir » (1943).

Dönitz continue d’ordonner à ses U-boote de combattre jusqu’au début de 1945, dans le but de soulager la pression sur les autres branches de la Wehrmacht. Quelque 648 U-boote ont été perdus pendant la guerre et 429 n’ont eu aucun survivant. 215 autres ont été perdus lors de leurs premières patrouilles : Karl dönitz. Entre 30 000 et 40 000 hommes ayant servi dans les U-boats sont morts.

Le 30 avril 1945, après le suicide d’Adolf Hitler et conformément à la volonté politique du Führer, Karl Dönitz est nommé successeur d’Hitler à la tête de l’État, avec le titre de président du Reich allemand et de commandant suprême des forces armées. Il forme le gouvernement dit de Flensburg et passe ses quelques jours de présidence à essayer de gagner du temps pour que le plus grand nombre possible de troupes allemandes se déplacent d’est en ouest pour se rendre aux Alliés occidentaux plutôt qu’à l’Union soviétique.

Le 7 mai 1945, il ordonne au général Alfred Jodl, chef des opérations de l’OKW, de signer l’instrument de la capitulation allemande à Reims, en France. Dönitz reste à la tête du gouvernement allemand jusqu’au 23 mai, date à laquelle il est arrêté par les Britanniques à Flensburg, puis son bureau est officiellement dissous par les autorités alliées.

De son propre aveu, Dönitz est un nazi convaincu et un partisan d’Adolf Hitler ; il ne cache pas ses opinions antisémites et affirme que la guerre est justifiée. Après le conflit, Dönitz est inculpé en tant que grand criminel de guerre nazi lors du procès de Nuremberg, accusé de conspiration en vue de commettre des crimes contre la paix, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, de planification, de déclenchement et de perpétration d’une guerre d’agression et de crimes contre les lois de la guerre.

Acquitté des accusations de crimes contre l’humanité, mais reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes contre la paix. Condamné à dix ans d’emprisonnement, il s’installe à Hambourg à sa libération et y vit jusqu’à sa mort en 1980, à l’âge de 89 ans.

Biographie

Appartenant à une famille prussienne de la classe moyenne supérieure. Au début de la Première Guerre mondiale, il fait partie de l’équipage du croiseur Breslau, lorsque celui-ci navigue en Méditerranée et en mer Noire. Lorsque les premières flottilles de U-boat ont commencé à apparaître, il s’est porté volontaire pour un transfert. En 1916, il commande le U-68, puis le U-25. Au cours d’une bataille, l’un de ses sous-marins a été coulé, lui et son équipage ont été capturés par les Britanniques et faits prisonniers jusqu’en 1919.

Pendant l’entre-deux-guerres, il commande plusieurs navires et, par ses mérites, s’élève dans la hiérarchie qui forme la nouvelle Kriegsmarine. Homme de grande vision, il a toujours vu les sous-marins comme une arme formidable. Toujours pendant cette période, il parcourt le monde en tant que commandant du croiseur léger Emden, où il apprend et améliore diverses techniques qui seront utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale.

Deux d’entre eux deviendront mondialement célèbres et serviront de référence dans le combat naval contre les U-boote :

  • Rudeltaktik (tactique du troupeau)
  • Tonnageschlacht (bataille de tonnage)

La première tactique consiste à regrouper les U-boote pour attaquer en meute comme des loups. La deuxième tactique consiste pour les U-boote à se concentrer sur le naufrage des navires marchands de l’adversaire, de sorte que le tonnage des navires coulés dépasse le total des nouveaux navires construits pour combler les lacunes de la flotte : (Karl dönitz 1980). Cela a amené l’adversaire à réduire son niveau de réapprovisionnement sur le théâtre.

Le Grand Amiral, comme on l’appelait, a atteint un rang élevé dans l’Allemagne nazie. Il a été commandant en chef des U-boote pendant la Seconde Guerre mondiale, du 19 septembre 1939 à la fin de celle-ci. Sous sa direction, la flotte U-Boot a participé à la bataille de l’Atlantique, tentant de couper les approvisionnements vitaux des États-Unis et d’autres pays vers le Royaume-Uni.

Allez plus loin  Gerd von Rundstedt

Avant la guerre, Dönitz pousse à la conversion de la flotte de surface allemande en une flotte composée presque exclusivement de sous-marins. Il préconise une stratégie d’attaque dirigée uniquement contre la marine marchande britannique, dont les navires constituent des cibles relativement sûres.

On a fait valoir que la destruction de la flotte de pétroliers britanniques entraînerait une pénurie des réserves de carburant nécessaires à la Royal Navy britannique pour maintenir ses navires en activité, ce qui serait aussi efficace que de les couler. Il a déclaré qu’avec une flotte de trois cents U-Boots de type VII, l’Allemagne serait en mesure de mettre la Grande-Bretagne hors d’état de nuire. Pour faire face à l’omniprésence des navires d’escorte, il propose de regrouper plusieurs U-boote en un « troupeau », qui submergerait la défense.

À l’époque, beaucoup voient ces pourparlers comme un affaiblissement, et c’est le cas du commandant de Dönitz, l’amiral Erich Raeder (Karl dönitz funeral). Les deux hommes se chamaillent constamment sur les priorités de financement de la marine, tout en se disputant la sympathie des amis d’Adolf Hitler, comme Hermann Göring, qui fait l’objet d’une grande attention. Raeder avait une attitude confuse : en particulier, il semble ne pas avoir cru que les forces allemandes de grands navires étaient d’une grande utilité, commentant à l’époque que tout ce qu’elles pouvaient espérer était de mourir courageusement. Dönitz, en revanche, n’était pas aussi fataliste.

La première guerre mondiale

Dönitz s’engage dans la marine impériale en tant que cadet le 1er avril 1910. Au début de la Première Guerre mondiale, Dönitz prend part aux combats contre les unités russes en mer Noire à bord du croiseur léger Breslau, qui a été vendu à l’Empire ottoman.

En 1916, il est promu Oberleutnant zur See (lieutenant). Lorsque le Breslau doit se rendre à l’arsenal pour des réparations, Dönitz est transféré sur le front des Dardanelles, servant temporairement de superviseur d’un détachement d’aviation.

Il s’est ensuite porté volontaire pour le nouveau tir de sous-marin. Après une formation de base, il sert à bord jusqu’en février 1918 comme Wachoffizier (officier de quart) sur le U 39. Il devient commandant de l’UC 25 et à partir du 5 septembre 1918 de l’UB 68. Ce navire a été coulé en Méditerranée par des unités navales britanniques. Dönitz et son équipage ont été emprisonnés.

En tant qu’officier et commandant de sous-marins, Dönitz reconnaît que la lutte des sous-marins allemands contre la puissance navale britannique a échoué à cause du système des convois. C’est pourquoi, après sa libération en 1919, il se consacre à l’étude des possibilités de guerre des U-boats.

Pendant la guerre, il a été décoré à plusieurs reprises, par exemple de la Croix de Fer de 2ème et 1ère classe, de la Königlicher Hausorden von Hohenzollern mit Schwertern, et du côté turc de l’Eiserner Halbmond et de la Medjidie-Order IV classe.

L’entre-deux-guerres

Dönitz s’engage dans la marine de la République de Weimar et rejoint en juillet 1919 l’état-major général de la marine en mer Baltique. A partir de mars 1920, il est commandant de plusieurs torpilleurs (Karl dönitz interview). Le 1er janvier 1921, il est promu Kapitänleutnant (lieutenant-capitaine).

Dès le début de 1923, il est assistant et rapporteur de l’inspection du secteur des mines et torpilles. Le 3 novembre 1924, il est nommé rapporteur du département Marinewehr, où il reste pendant plus de deux ans, puis il est nommé officier de navigation sur le croiseur « Nymphe ».

Le 24 septembre 1928, Dönitz est nommé chef de la 4e Halbflottille Torpedo Boat et le 1er novembre de la même année, il est promu lieutenant commandant. Deux ans plus tard, il est nommé 1er amiralstabsoffizier (premier officier d’état-major de l’amirauté) de la station navale de la mer du Nord. A ce poste, il est promu le 1er octobre 1933 au grade de commandant.

En tant que commandant du croiseur « Emden » à partir de septembre 1934, Dönitz fait une tournée de quelques mois en Asie du Sud-Est en 1935. Au retour de ce voyage, le général-amiral de l’époque, Erich Raeder, le charge de mettre sur pied le nouveau corps des U-boote. Cette structure est devenue possible après qu’Adolf Hitler ait dénoncé le traité de Versailles et déclaré la souveraineté allemande sur ses forces armées. Le 22 septembre 1935, Dönitz est nommé chef de la flottille de sous-marins de Weddigen et promu Kapitän zur See le 1er octobre 1935. Il a également été décoré de la Ehrenkreuz für Frontkämpfer (Croix d’honneur des combattants du front). Le 1er janvier 1936, la fonction de Dönitz est revalorisée et devient Führer der Unterseeboote (FdU) (chef des sous-marins). Le 28 janvier 1939, il est nommé Commodore.

La deuxième guerre mondiale

Lorsque la guerre éclate en 1939, plus tôt que prévu, la force des U-boote de Dönitz ne comprend que 50 bateaux, dont beaucoup sont à courte portée. Néanmoins, il fait ce qu’il peut avec ce qu’il a, constamment menacé par Raeder, Hitler demandant plus de bateaux pour une action militaire pour des opérations directes contre la flotte navale britannique. Ces opérations sont souvent infructueuses, tandis que d’autres navires de la flotte allemande continuent à opérer contre les flottes marchandes.

Cependant, en 1941, l’offre de Type VII avait augmenté au point que les opérations maritimes avaient un effet sur l’économie britannique. Bien que la protection des navires marchands ait augmenté de façon spectaculaire, l’amélioration des torpilles et des plans opérationnels signifie que davantage de navires marchands sont détruits par la marine allemande.

Allez plus loin  Panzer IV

En décembre 1941, les États-Unis entrent en guerre et Dönitz planifie immédiatement l’opération Drumbeat contre la côte est, qui est exécutée le mois suivant avec des résultats spectaculaires.

Soupçonnant les Alliés d’avoir déchiffré le code de communication allemand Enigma, Dönitz ordonne à sa flotte de sous-marins d’utiliser un nouveau code de communication le 1er février 1942. La marine allemande se convainc qu’elle est invincible, tandis que le reste des forces militaires allemandes continue à utiliser l’ancien système Enigma.

Pendant un certain temps, ce changement dans le code de communication des U-boote a provoqué une confusion considérable chez les traducteurs alliés : (Karl dönitz nuremberg trials). Finalement, grâce à une erreur dans un seul message, on découvre que la nouvelle machine de Dönitz est en fait une Enigma modifiée, et la méthodologie allemande est découverte.

À la fin de l’année 1942, l’approvisionnement en sous-marins de type VII augmente au point que Dönitz est enfin en mesure de mener des attaques massives, qui sont connues sous le nom de « das Rudel » (la meute).

Les pertes de la marine marchande du côté allié augmentent de façon spectaculaire, ce qui crée un sérieux problème pour les Britanniques, l’état des réserves de carburant. En 1943, Dönitz remplace Erich Raeder comme commandant en chef de la marine allemande (Oberbefehlshaber der Kriegsmarine).

En 1943, la guerre dans l’Atlantique tourne dramatiquement à l’encontre des Allemands, mais Dönitz continue de réclamer davantage de U-boote et de nouvelles améliorations technologiques. À la fin de la guerre, la flotte sous-marine allemande était de loin la plus avancée du monde, et ces U-boote ont servi de modèles aux futurs sous-marins américains et soviétiques.

Dans son dernier acte, Adolf Hitler choisit Dönitz comme successeur, un choix qui montre à quel point Hitler avait pris ses distances avec Hermann Göring et Heinrich Himmler dans les derniers jours de la guerre en Europe. Dönitz ne devient pas Führer mais président de l’Allemagne, un poste qu’Hitler avait aboli des années auparavant, et Joseph Goebbels devient chef d’État et chancelier.

Après le suicide d’Hitler le 30 avril 1945 et celui de Goebbels le lendemain, Dönitz devient le dernier dirigeant de l’Allemagne. Il fait partie du gouvernement dit de Flensburg jusqu’à son arrestation par les troupes britanniques le 23 mai. Il avait déployé d’énormes efforts pour que les troupes allemandes se rendent aux Américains plutôt qu’aux Soviétiques, étant donné les craintes allemandes d’éventuelles représailles soviétiques.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Karl Donitz a rapporté à Hitler que l’un de ses équipages les plus rebelles avait déclaré qu’il ne participerait pas à un voyage vers Suez parce qu’il avait vu le Hollandais volant.

Période d’après-guerre

Le gouvernement Dönitz reste en place après la capitulation de la Wehrmacht, mais n’a plus aucune influence politique. Le 23 mai 1945, Dönitz et des membres du gouvernement et du personnel de Mürwik/Flensburg, qui appartenait à la zone d’occupation militaire britannique, ont été arrêtés dans un acte contraire au droit international.

Le 5 juin, les Alliés déclarent que la prise du pouvoir est devenue nécessaire, puisqu’il n’y a plus d’autorité compétente en Allemagne. En réponse à cette déclaration, Dönitz écrit en juillet 1945 à Mondorf-les-Bains :

Le commandant du camp dans lequel je suis détenu en tant que prisonnier de guerre a lu le 7 juillet une détermination composée de trois paragraphes, qui contenait au § 2, entre autres, la déclaration que l’État allemand avait cessé d’exister. Compte tenu de mon objection, la phrase a été modifiée pour indiquer que le gouvernement allemand avait cessé d’exister. Afin d’éviter tout malentendu sur ma position, je précise ce qui suit :

La capitulation a été signée par mes représentants sur la base d’une procuration écrite que moi, chef d’État du Reich et donc commandant suprême de la Wehrmacht, je leur avais donnée dans la forme requise par les représentants plénipotentiaires des forces armées alliées, et dans la forme dans laquelle elle a été reconnue. La capitulation sans conditions des trois armes de la Wehrmacht, signée avec mon autorisation le 9 mai 1945, ne signifie pas que le Reich allemand a cessé d’exister, ni que ma fonction de chef d’État a pris fin. Le gouvernement que j’avais formé est également resté en fonction ; c’est avec ce gouvernement que la Commission alliée a négocié jusqu’au 23 mai 1945 à Flensburg.* L’occupation totale du Reich qui a suivi la capitulation n’a rien changé à cette situation juridique ; elle a seulement empêché toute activité gouvernementale en Allemagne.* L’emprisonnement de moi-même et des membres de mon gouvernement n’a pas non plus changé la situation juridique. Karl dönitz quotes. Avec ce point de vue sur les conséquences juridiques de l’action militaire susmentionnée, je suis en pleine conformité avec les principes largement acceptés du droit international.

Jugement

Au cours des procès de Nuremberg, contrairement à de nombreux autres accusés, il n’a pas été inculpé de crimes contre l’humanité, et il existe un consensus sur le fait qu’il n’a pas participé à l’Holocauste. Cependant, il a été inculpé de promotion d’une guerre d’agression, de conspiration pour promouvoir une guerre d’agression et de crimes contre les lois de la guerre. Il est notamment accusé d’utiliser les sous-marins sans discernement et d’avoir ordonné, après l’incident du Laconia, de ne pas secourir les survivants des navires attaqués par les U-boats.

Allez plus loin  Henri Giraud

Agissant pour sa propre défense, Dönitz a obtenu un document de l’amiral Chester W. Nimitz, qui a témoigné que les États-Unis avaient utilisé des techniques de guerre aveugle comme tactique dans le Pacifique, et que les sous-marins américains ne sauvaient pas les survivants dans des situations où la sécurité du navire lui-même était en jeu. Toutefois, Dönitz est reconnu coupable de « crime contre la paix », ce qui lui vaut d’être condamné à dix ans de prison à la prison de Spandau, à Berlin-Ouest.

Jusqu’en 1943, il voit Hitler une fois tous les deux ans. Après 1943, il l’a vu deux fois par mois. Dans ses derniers mois, il était en contact fréquent avec le Führer : (Karl dönitz todesursache). Lorsqu’il a appris qu’Hitler s’était suicidé et qu’il avait été choisi pour être son successeur à la tête de l’État, il a décidé de demander la paix « immédiatement, et c’est ce que j’ai fait ». J’ai fait remarquer que, si mes souvenirs radiophoniques de l’époque sont exacts, il a d’abord été annoncé que l’Allemagne se rendrait aux Britanniques et aux Américains, mais pas aux Russes. Il a hoché la tête en signe d’accord. Ce n’était qu’un geste symbolique, a-t-il dit. Il savait que c’était impossible. Karl dönitz war crimes. Il ne se voyait pas comme le successeur d’Hitler (Karl dönitz wiki). Il avait le sentiment d’avoir été choisi pour demander la paix et organiser la capitulation, car seule une personnalité apolitique pouvait le faire. Il a donc accepté la nomination du successeur d’Hitler à la tête de l’État.

De tous les accusés présents à Nuremberg, le verdict contre Dönitz est probablement le plus controversé ; Dönitz a toujours soutenu qu’il n’avait jamais utilisé de stratégie qui n’était pas utilisée par les amiraux alliés. Témoins de cette décision controversée, de nombreux officiers alliés ont envoyé des lettres à Dönitz pour lui faire part de leur regret du verdict du procès.

Ses mémoires, Ten Years and Twenty Days, ont été publiées en République fédérale d’Allemagne en 1958, et en anglais l’année suivante. Au cours de sa vie, sa réputation a été largement réhabilitée. Dönitz fait de son mieux pour répondre à la correspondance et aux cartes d’autographes des autres. Lorsqu’il meurt le 24 décembre 1980, nombre de ses anciens subordonnés et d’autres officiers de marine étrangers assistent à ses funérailles le 6 janvier de l’année suivante.

Il est enterré au cimetière de Waldfriedhof, Aumühle, Schleswig-Holstein en Allemagne.

Famille

En 1944, alors que la marine allemande était déjà en déclin, ses deux fils ont été tués dans des batailles navales, dont l’un dans l’Atlantique Nord, lorsque le sous-marin sur lequel il servait a été coulé. Karl dönitz wiki deutsch. L’autre est mort à bord d’un torpilleur lors d’un raid en mer du Nord.

Décorations

  • Décoration ordinaire (Allgemeines Ehrenzeichen) 7 mars 1913
  • Croix de fer de 2e classe (Eisernes Kreuz II. Klasse), 7 novembre 1914
  • Médaille turque avec épées (Türkische Medaille mit Schwertern), 7 novembre 1914
  • Croissant de fer turc (Türkischer Eiserner Halbmond) le 7 novembre 1914
  • Anhaltisches Friedrich-Kreuz (Cour d’État fédérale d’Allemagne), 17 janvier 1916
  • Croix de fer de 2e classe (Eisernes Kreuz I. Klasse), le 5 mai 1916
  • Médaille de Medjidie, 4e classe (Medjidie-Orden IV. Klasse), 13 mars 1917
  • Croix militaire autrichienne de 3e classe (Österreichisches Militär-Verdienstkreuz III. Klasse), 24 décembre 1917
  • Décoration royale de la Maison de Hohenzollern avec épées (Königlicher Hausorden von Hohenzollern mit Schwertern, Ritterkreuz) le 10 juin 1918
  • U-Boots-Kriegsabzeichen le 4 octobre 1918
  • Croix d’honneur du combattant (Ehrenkreuz für Frontkämpfer) le 30 janvier 1935
  • Croix de Chevalier de 1ère classe (Ritterkreuz I. Klasse des Königlich Schwedischen Schwert-Orden) le 12 avril 1936
  • Décoration du mérite de l’Ungara (Ungarischer Verdienstorden, Komturkreuz), 20 août 1938
  • Croix de fer de 2e classe 1914 (Spange 1939 zum Eisernen Kreuz II. Klasse 1914), 18 septembre 1939
  • Insigne de la Croix de fer de 1re classe 1914 (Spange 1939 zum Eisernen Kreuz I. Klasse 1914), 20 décembre 1939
  • Médaille pour commémorer le 1er octobre 1938 (Medaille zur Erinnerung an den 1. Oktober 1938) 20 décembre 1939
  • U-Boots-Kriegsabzeichen le 27 février 1940
  • Militärorden von Savoyen, Komturkreuz am 20. April 1940
  • Croix de chevalier de la Croix de fer (Ritterkreuz des Eisernen Kreuzes) le 21 avril 1940, feuilles de chêne (Eichenlaub) le 26 avril 1943.
  • Croix du mérite naval espagnol, blanche (Spanisches Marineverdienstkreuz in Weiß) le 10 juin 1940
  • Décoration militaire roumaine (Rumänischer Militärorden Michael der Tapfere III. und II. Klasse), 7 avril 1943
  • Japanischer Orden der Aufgehenden Sonne I. Klasse (Ordre japonais de l’enfance I. Klasse) le 11 septembre 1943
  • Goldenes NSDAP-Parteiabzeichen (1944)
  • Deux mentions dans le rapport de la Wehrmacht (Wehrmachtbericht) (14 mars 1942/5 mai 1945)

Laisser un commentaire