Wilhelm II d’Allemagne

Sommaire

Guillaume II, dont le nom complet était Friedrich Wilhelm Viktor Albert de Prusse, (né le 27 janvier 1859 à Berlin ; mort le 4 juin 1941 à Doorn) de la Maison de Hohenzollern, fut le dernier empereur allemand et roi de Prusse de 1888 à 1918.

Wilhelm était le petit-fils de l’empereur Wilhelm I et le fils de l’empereur Frédéric III, qui n’a régné que 99 jours, de sorte qu’au cours de « l’année des trois empereurs » de 1888, Wilhelm II, âgé de 29 ans, a succédé à un souverain de 90 ans et à un autre de 56 ans.

Par sa mère Victoria de Grande-Bretagne et d’Irlande, William était le petit-fils de la reine Victoria de Grande-Bretagne. Avec sa vision traditionnelle de l’impératrice, Guillaume fait preuve d’une faible compréhension de la nature de la monarchie constitutionnelle.

Ce n’est qu’en octobre 1918, sous la pression de la Première Guerre mondiale, qui semble perdue pour l’Allemagne et les puissances centrales alliées, que Wilhelm accepte les réformes d’octobre, en vertu desquelles le chancelier du Reich a formellement besoin de la confiance du Reichstag.

L’expansion de la marine impériale, que Wilhelm a fortement encouragée, et la politique dite mondiale, qui y est étroitement liée, sont devenues la marque de la politique wilhelmienne, mais aussi le symbole de son échec.

Après le déclenchement de la Révolution de novembre, le chancelier du Reich Max von Baden annonce l’abdication de Wilhelm et de son fils, le prince héritier Wilhelm de Prusse, le 9 novembre 1918.

L’Empereur se trouvait déjà au quartier général allemand de Spa (Belgique) depuis le 29 octobre. De là, il s’exile dans la Hollande voisine, où la reine Wilhelmina lui accorde l’asile et refuse en 1919 l’extradition demandée par les puissances de l’Entente en tant que criminel de guerre.

Installé à la Maison de Doorn, Guillaume II cherche en vain à restaurer la monarchie en Allemagne. Il meurt en 1941 à l’âge de 82 ans sans jamais remettre les pieds sur le sol allemand.

Performance en tant qu’empereur

  • Réformes sociales
  • Renvoi de Bismarck et adhésion de Caprivi
  • Politique d’intégration
  • Politique économique et priorités en matière d’armement
  • Le régiment personnel de l’Empereur
  • Projets de construction
  • Les problèmes de politique étrangère sous Bülow
  • Critique croissante de l’Empereur et renvoi de Bülow
  • Problèmes de politique étrangère avec Bethmann Hollweg
  • La première guerre mondiale
    • Crise de juillet
    • Début de la Première Guerre mondiale et perte croissante de pouvoir
    • Objectifs de la guerre

    Après la fin de la monarchie

    • Abandon formel
    • L’exil et l’ère nazie

    Attitude à l’égard de la République de Weimar et du régime nazi

    Antisémitisme

    • La mort et l’enterrement

    Personnalité

    Image publique

    L’ère Guillermina

    Les trente années du règne de Guillaume II dans l’Empire allemand (de 1888 à 1918) sont également connues sous le nom d’ère wilhelmine. Un élément essentiel est l’effort du Kaiser pour assurer au Reich une grandeur politique parmi les puissances mondiales existantes.

    Le renforcement militaire de l’empire et la promotion de la politique coloniale en Afrique et dans les mers du Sud sont étroitement liés à cette ambition. Cette situation et l’implication de l’Allemagne dans des crises internationales – par exemple, les événements entourant la dépêche Kruger en 1896, l’incident du Dogger Bank en 1904, les crises marocaines de 1904-1906 et 1911, et l’affaire du Daily Telegraph en 1908 – entraînent une déstabilisation de la politique étrangère.

    Le goût de Wilhelm pour le faste militaire, qui s’exprimait par exemple par de nombreux défilés dans les occasions les plus diverses, a également conduit socialement à accorder une importance excessive à l’armée et à la hiérarchie militaire dans la vie civile de la société allemande, dans laquelle l’accomplissement du service militaire et le rang militaire d’une personne étaient d’une importance décisive pour une carrière professionnelle, et pas seulement dans l’appareil administratif (militarisme).

    Dans la bourgeoisie wilhelminienne, avoir un grade d’officier de réserve était considéré comme un billet d’entrée dans la « meilleure société » ; de même, l’absence de grade militaire était un obstacle à une carrière.

    L’essor économique de l’Allemagne sous le règne de Wilhelmine, associé aux progrès technologiques, scientifiques et industriels, a favorisé une croyance généralisée dans la technologie et le progrès, qui était également soutenue par l’empereur.

    Sur le plan intérieur, il poursuit et développe la politique sociale de Bismarck, considérée comme moderne et progressiste pour son époque. Il fait campagne pour l’abolition de la loi socialiste et tente, parfois sans succès, d’équilibrer les minorités ethniques et politiques.

    Guillaume veut influencer la politique intérieure et extérieure de l’empire beaucoup plus que son grand-père Guillaume Ier.

    Cependant, le « régiment personnel » de l’empereur était souvent une politique dirigée par des conseillers changeant fréquemment, ce qui rendait les décisions de Guillaume – de l’avis de la plupart des historiens – souvent contradictoires et finalement imprévisibles.

    L’entrée de l’Empire allemand dans la Première Guerre mondiale est le résultat d’une erreur durable de surestimation de sa force militaire sur terre et sur mer. Les crises marocaines et la déclaration de la guerre sous-marine sans restriction sont d’autres exemples de décisions qui continuent à ternir la réputation du Kaiser jusqu’à ce jour.

    Son mandat a également été marqué par des luttes de pouvoir politique entre les différents partis, ce qui a rendu difficile le maintien en poste des chanceliers sur le long terme. Ainsi, dans la lutte entre le soi-disant cartel national-libéral-conservateur (ou bloc Bülow) et les sociaux-démocrates, cinq chanceliers sur sept sont limogés par l’empereur avec la participation critique du Reichstag.

    Au cours de la Première Guerre mondiale, 1914-1918, l’incompétence stratégique et tactique de Wilhelm est mise à nu.

    À partir de 1916, il s’abstient de plus en plus de prendre des décisions politiques importantes et place effectivement la direction du Reich entre les mains du commandement suprême de l’armée, à savoir les généraux von Hindenburg et Ludendorff, qui donnent à la monarchie constitutionnelle les forts relents d’une dictature militaire pendant les dernières années de la guerre.

    Lorsque Guillaume II est persuadé d’abdiquer à la suite de la révolution de novembre, qui entraîne la fin de la monarchie et la proclamation de la République, et s’exile aux Pays-Bas, l’Empire allemand a déjà perdu la « Grande Guerre ». Quelque 10 millions de personnes sont tombées sur les champs de bataille.

    La vie jusqu’à l’arrivée au pouvoir

    Enfance et jeunesse

    Fils aîné du prince Frédéric-Guillaume de Prusse et de son épouse Victoria, devenus prince héritier et princesse héritière en 1861, William est le petit-fils de la reine Victoria de Grande-Bretagne (1819-1901) et, par suite du mariage de sa grand-tante Charlotte avec Nicolas Ier de Russie, il est également cousin germain du tsar Nicolas II.

    À l’époque de sa naissance, il était troisième dans la lignée du trône de Prusse et sixième dans la lignée britannique. À sa naissance, il était clair qu’il deviendrait un jour roi de Prusse. Le roi britannique George V était son cousin germain. Son frère, le prince Albert Wilhelm Heinrich de Prusse, était grand amiral de la marine impériale.

    Lors de la naissance du Prince, au Kronprinzenpalais de Berlin, de hauts fonctionnaires sont présents pour assister à la naissance, comme il est de coutume lors des naissances des héritiers du trône.

    Mais il y a eu des complications : il est né par le siège et n’a survécu que grâce au directeur de la maternité de l’hôpital Charité de Berlin, Eduard Arnold Martin, appelé en dernier recours, et à l’intervention courageuse d’une sage-femme qui, à l’encontre du protocole, a frappé le bébé apparemment sans vie avec une serviette humide.

    Le professeur Martin a dû avancer l’accouchement, qui avait été retardé de plusieurs heures, en utilisant du chloroforme, un nouvel anesthésique dans cette application. Il a rendu l’héritier du trône intra-utérin et a réussi à faire avancer les jambes de manière à ce que les fesses et l’abdomen ressortent.

    Le pouls du cordon ombilical n’étant pratiquement plus perceptible, le processus d’accouchement a dû être accéléré. Martin a tout de même réussi à tourner son bras gauche et à l’amener parallèlement à son torse, puis à délivrer la tête d’une forte traction avec le bras droit toujours levé.

    En raison des heures de travail infructueux et de l’accouchement d’urgence rapide (une césarienne entraîne généralement le décès de la mère à ce moment-là, ce qui était totalement exclu dans ce cas), le bébé a survécu, mais il présentait une paralysie du plexus brachial gauche.

    Quelques jours plus tard, il a été observé que l’enfant ne pouvait pas bouger ce bras. Par la suite, le bras a connu un retard important dans son développement et, à l’âge adulte, il était beaucoup plus court que le bras droit et n’avait que des mouvements limités.

    Aujourd’hui encore, on ne sait pas si le professeur Martin a sauvé la vie du garçon ou s’il est responsable de son handicap.

    Victoria estime que le fait de ne pas avoir d’héritier en bonne santé sur le trône est un échec personnel, et elle a du mal à accepter le handicap de son fils. Presque tout a été laissé de côté pour remédier à son handicap.

    Des remèdes tels que la suture du bras malade d’un lapin fraîchement abattu ou la pose de cadres métalliques autour de Wilhelm pour améliorer sa posture sont légendaires.

    Sur les photographies, on a tenté de dissimuler le handicap physique en posant le bras gauche dans le panier du sabre ou en le cachant dans la manche. Wilhelm, ainsi handicapé de naissance, a eu, de son propre aveu, « une enfance plutôt malheureuse ».

    Comme il est de coutume dans la haute noblesse, ses parents sont relégués au second plan, son professeur calviniste Georg Ernst Hinzpeter étant son éducateur immédiat. À l’âge de sept ans, il vit la victoire sur l’Autriche en 1866, suivie de la domination de l’Allemagne par la Prusse.

    À dix ans, à l’âge habituel des cadets à l’époque, il s’engage officiellement dans l’armée prussienne en tant que sous-lieutenant dans le 1er régiment des Foot Guards. À l’âge de douze ans, il devient également un second prétendant au trône impérial allemand avec la fondation de l’Empire allemand après la victoire sur la France en 1871.

    Service militaire et éducation

    Après avoir obtenu son diplôme au Friedrichsgymnasium de Kassel, il commence son service militaire effectif avec son régiment, la 6e compagnie sous les ordres du capitaine von Petersdorff, le 9 février 1877.

    En 1880, il est promu capitaine le 22 mars, jour de l’anniversaire de son grand-père l’empereur Guillaume Ier. Déjà au cours de ces années, il développe une compréhension de son rôle monarchique qui va à l’encontre des idées libérales-constitutionnelles de ses parents.

    Les dernières étapes de sa vie doivent être considérées sous l’angle de l’éducation du monarque : il était censé acquérir le plus d’expérience possible, mais il n’a pas eu la possibilité d’acquérir une solide formation professionnelle dans quelque domaine que ce soit, pas même dans l’armée.

    Pour étudier pendant quatre semestres, d’octobre 1877 à 1879, il se rend à la Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität de Bonn, fondée par son arrière-grand-père, où il rejoint le corps du Borussia Bonn en 1878. Wilhelm maîtrise l’anglais sans effort.

    En 1881, Wilhelm épouse la princesse Auguste Viktoria de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Augustenburg, ce qui est également considéré comme un acte dynastique de réconciliation avec la maison ducale de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Augustenburg, dont le droit de régner sur le Schleswig-Holstein avait été annulé par la Prusse en 1864. À partir de 1886, il est un membre régulier du cercle Liebenberg autour de son ami Philipp zu Eulenburg.

    Jusqu’en 1888, il est attaché à plusieurs régiments, le 1er régiment de Foot Guards, puis le régiment de Guard Hussars et le 1er régiment d’artillerie de campagne de la Garde, il est rapidement promu général de division et enfin commandant de la 2e brigade d’infanterie de la Garde.

    Son service militaire a été interrompu à plusieurs reprises par des permissions afin qu’il puisse également se familiariser autant que possible avec l’administration civile. Cela n’a pas pu se faire de manière très approfondie, car il fallait se hâter de plus en plus : son grand-père approchait de la vieillesse et son père, entre-temps, était en phase terminale.

    Prince héritier

    L’année 1888 est entrée dans l’histoire comme l’année des Trois Empereurs. Après la mort de Guillaume Ier le 9 mars 1888, l' »empereur des 99 jours » Frédéric III ne régna que trois mois en raison d’un cancer avancé de la gorge et mourut à Potsdam le 15 juin.

    Le manque d’expérience du prince héritier est moins problématique dans les affaires d’État, car Otto von Bismarck a déjà concentré le pouvoir politique entre ses mains depuis 1862, d’abord en tant que Premier ministre prussien et à partir de 1871 en tant que chancelier impérial.

    Après trois guerres victorieuses (1864, 1866, 1870/71) et en tant qu’unificateur de l’Allemagne pour en faire la plus forte puissance d’Europe continentale, Bismarck était un homme d’État respecté dans le monde entier. Wilhelm I et Frédéric III l’ont parfois contredit, mais ils lui ont toujours fait confiance.

    Selon la Constitution du Reich, le chancelier du Reich dépendait également de cette confiance, et non de celle du Reichstag. Bismarck est convaincu qu’il peut aussi diriger le troisième empereur.

    Performance en tant qu’empereur

    Réformes sociales

    En 1889, Wilhelm II refuse d’envoyer des soldats pour réprimer une grève des mineurs dans la Ruhr. Comme justification, il a déclaré :

    Les patrons et les actionnaires devraient céder, les travailleurs étaient ses sujets dont il devait s’occuper ; si les millionnaires industriels ne se pliaient pas à ses ordres, il retirerait ses troupes ; si les villas des riches propriétaires et directeurs étaient alors incendiées, leurs jardins piétinés, il ne leur resterait que peu de choses.

    Bismarck, qui a transmis cette citation, a qualifié l’attitude de Wilhelm d' »absolutisme patriarcal, un anachronisme pour l’époque de 1888″ et de « sentimental ».

    Cependant, au cours des premières années de son règne, ces déclarations du jeune empereur et les décrets de février 1890 ont temporairement suscité l’espoir, parmi la classe ouvrière, d’un changement social dans l’empire. La politique sociale était certainement chère au cœur de Guillaume II.

    Cependant, ses réformes sociales n’ont pas été suivies de changements structurels dans l’empire. Au contraire, il a encore étendu son influence politique et a refusé de démocratiser la constitution. La Prusse a conservé le suffrage à trois classes qui existait depuis le début des années 1850 et qui empêchait la représentation au parlement de l’État.

    Comme auparavant, le chef du gouvernement n’est pas élu par le Reichstag, mais nommé ou révoqué par l’empereur.

    Dans le meilleur des cas, la situation de la majorité au Reichstag a été prise en compte. Toutefois, le chancelier ne pouvait pas promulguer de lois ou adopter le budget sans une majorité au Parlement.

    Lorsque Bismarck était encore chancelier, le jour du 178e anniversaire de Frédéric le Grand, l’empereur Guillaume II a publié une proclamation à l’intention de son peuple demandant l’interdiction du travail du dimanche, du travail de nuit des femmes et des enfants, du travail des femmes pendant les derniers mois de la grossesse et des restrictions concernant le travail des enfants de moins de quatorze ans.

    En outre, dans la « loi contre les aspirations publiquement dangereuses de la social-démocratie » (« loi socialiste »), qui devait être renouvelée, il a exigé la suppression du paragraphe permettant à l’autorité de police de l’État de refuser aux « personnes condamnées » le « séjour dans certains districts et localités ».

    Bismarck appelle cela de l' »humanitarisme » et refuse de suivre l’empereur (qui est soutenu dans ses exigences par le Reichstag). Le jeune empereur ne peut réaliser ses exigences qu’avec Leo von Caprivi, le successeur de Bismarck. Cependant, Wilhelm II, malgré toutes ses ambitions sociales, était aussi peu ami de la social-démocratie que l’avait été Bismarck.

    Il espérait que ses réformes affaibliraient la sympathie pour la social-démocratie, qui s’était renforcée malgré les lois socialistes, et que l’abrogation de la loi socialiste répressive priverait le parti, rebaptisé SAP en SPD en 1890, de sa prime de martyr. Heinrich Mann a écrit en exil en Californie pendant la Seconde Guerre mondiale :

    Non, il n’était pas explicitement juste, ni n’a enfreint la loi avec préméditation. Il pensait faire preuve de pitié envers les travailleurs avec les lois sociales. Il pensait qu’il ne devait le respect qu’à la propriété. Cet empereur à l’âme de parvenu courtise sans cesse les plus riches, en Allemagne et dans le monde.

    Sous August Bebel, cependant, les sociaux-démocrates restent dans une opposition fondamentale en raison de leur image antimonarchiste. Bien qu’ils voient des progrès dans les réformes décrites dans la loi sur la protection du travail, ils votent contre celle-ci au Reichstag.

    Ils exigent des changements structurels fondamentaux, tels qu’une modification de la Constitution, la démocratisation, l’extension du suffrage, la primauté du Parlement dans la prise de décision politique, une restructuration du budget, une réduction significative des dépenses d’armement, la liberté pour les colonies et bien d’autres choses encore – des exigences que l’Empereur ne peut satisfaire, ce qui renforce son antipathie envers la social-démocratie.

    La prospérité de la main-d’œuvre allemande augmente d’année en année, mais Guillaume II ne parvient pas à faire sentir aux travailleurs des villes qu’ils sont des membres reconnus de la société. La part de voix du SPD augmente lors de nombreuses élections au Reichstag et au Landtag.

    Ces développements amènent Wilhelm II, qui veut toujours être « un roi des pauvres », à mûrir la thèse selon laquelle une réconciliation avec les sociaux-démocrates n’est pas possible. Enfin, à Königsberg, il a appelé à une « lutte pour la religion, la moralité et l’ordre contre les partis de la subversion ».

    En 1887, alors qu’il était encore prince, il avait déjà fondé avec sa femme la Société d’aide aux églises protestantes de Berlin, car il pensait pouvoir résoudre la « question sociale » en soutenant les églises ; elle fut suivie en 1890 par la Société de construction des églises protestantes de Berlin, avec l’aide de laquelle il exerça également une influence sur les nouvelles constructions d’églises du Reich en dehors de Berlin (par exemple l’église du Rédempteur à Bad Homburg).

    Dans le même temps, il exprime son idée d’un nouveau lien entre « le trône et l’autel » comme la continuation d’une ligne allant de Constantin le Grand à lui-même en passant par Otton le Grand.

    Renvoi de Bismarck et adhésion de Caprivi

    Dans la dernière période du règne de Bismarck, l’Empire allemand avait fini par ressembler à une « dictature du chancelier » dont les objectifs politiques n’étaient pas ceux du jeune empereur. Bismarck souhaite que la Russie soit un allié puissant, tandis que Guillaume II ne compte que sur l’Autriche-Hongrie.

    Bismarck veut poursuivre le « Kulturkampf » contre le catholicisme politique, l’empereur s’y oppose fermement. Bismarck voulait durcir la loi socialiste, Guillaume II voulait l’abolir : « Je ne veux pas colorer mes premières années de règne avec le sang de mes sujets ! ».

    Devant l’insistance du chancelier du Reich, l’empereur envoie le chef de son cabinet militaire, le général von Hahnke, à la chancellerie du Reich le matin du 17 mars 1890 : le chancelier doit venir au palais dans l’après-midi et apporter sa lettre d’adieu.

    Toutefois, celle-ci n’a été remise à l’empereur par courrier que dans le courant du jour suivant. Le récit de Bismarck – qui peut toujours être lu comme une justification et une contre-attaque – souligne le caractère dégradant de la mesure.

    Dans le seul troisième volume de ses mémoires, publié à titre posthume, Bismarck écrit qu’il s’était déjà senti isolé, voire trahi, au sein du cabinet avant la révocation et que son adjoint Karl Heinrich von Boetticher avait négocié avec l’empereur en son absence et sans son approbation, de sorte qu’il avait été contraint de se référer à un ordre du cabinet de Guillaume Ier, vieux de 38 ans, qui interdisait aux ministres prussiens de parler au souverain sans l’approbation du Premier ministre.

    Avec le renvoi de Bismarck, l’Empereur a ouvert la voie à son régiment personnel.

    Le 20 mars 1890, Guillaume II révoque le « chancelier de fer ». Bismarck ne l’a jamais accepté intérieurement et s’est indirectement assuré une critique soutenue de Guillaume II par ses fréquentes critiques des « parrains » de la politique wilhelminienne et par ses mémoires Gedanken und Erinnerungen (Pensées et souvenirs), dont le troisième volume, dans lequel Bismarck décrit sa destitution, ne sera publié qu’en 1919 en raison de son explosivité politique.

    La démission de Bismarck était donc justifiée avant tout sur le plan de la politique intérieure, mais à long terme, elle était surtout fatale sur le plan de la politique extérieure. De Vienne, l’empereur François-Joseph Ier, rappelant la paix de Vienne de 1866, rappelle immédiatement et explicitement les mérites de Bismarck dans une lettre.

    Wilhelm II nomme le général Leo von Caprivi comme successeur de Bismarck, qui est célébré par l’empereur comme un « homme d’actions salvatrices » et élevé au rang de comte pour ses réalisations. Au Caprivi, Wilhelm II pensait avoir trouvé une personnalité reconnue avec laquelle il espérait mettre en œuvre sa politique planifiée de réconciliation interne et la loi sur la protection du travail.

    Un événement important de politique étrangère s’est produit (comme si c’était « exactement ça ») l’année du changement de chancelier. Le traité de réassurance avec la Russie contredit en partie les termes de la Triple Alliance avec l’Italie et l’Autriche-Hongrie.

    Le Kaiser s’oppose à la violation de ce dernier pacte, tandis que Bismarck considère que le traité de réassurance est absolument nécessaire à l’époque.

    Il s’agit maintenant de son extension. À l’insu du public (il s’agissait d’un traité secret) et accepté par le Caprivi, le traité de réassurance, qui expirait en 1890, n’a délibérément pas été renouvelé par l’Empire allemand. En Russie, les gens ont supposé de manière réaliste un revirement allemand et ont commencé à se rapprocher de la France.

    La chancellerie de Caprivi se caractérise par une amabilité déterminée envers l’Angleterre. En termes de politique intérieure, il est l’un des principaux responsables de la transformation de l’Empire allemand, qui passe d’une économie agraire à une économie industrielle d’exportation.

    Les réformes de cette période ont permis à l’Allemagne de dépasser la Grande-Bretagne peu après et de devenir la première puissance économique mondiale. À cette époque, le terme « Made in Germany » est devenu synonyme de la plus haute qualité.

    Politique d’intégration

    Le remplacement mouvementé de l’ancienne Confédération allemande par le nouveau Reich allemand sans les Autrichiens allemands – la solution Kleindeutsche – a entraîné un certain nombre de problèmes. L’opposition de la Rhénanie, de l’Allemagne du Sud et de la Pologne à la domination prussienne était fondée sur la politisation de la bourgeoisie catholique, des ouvriers et des paysans.

    En 1870, le parti du centre allemand est créé en tant que parti du catholicisme politique. Les tentatives de Bismarck de gêner les partis catholiques dans leur travail ont conduit à des interventions dans la vie des catholiques.

    L’intégration des Juifs, qui n’avait jusqu’alors existé que dans quelques États, à l’exception de la Prusse, était également jeune, et la remarquable promotion sociale de la population juive alimentait la jalousie et l’antisémitisme au sein de la population.

    Dans les régions orientales de la Prusse, notamment dans la province de Posen, la minorité polonaise est fortement opprimée, ce qui provoque des troubles et des sentiments d’injustice. L’empereur reconnaît la gravité de ces problèmes et les compte parmi ses principales tâches.

    La politique d’intégration des catholiques a été la plus réussie. Ils avaient auparavant été défavorisés par le Kulturkampf de Bismarck et avaient été empêchés de participer à la vie politique et de pratiquer librement leur religion. Même à l’époque princière, Wilhelm s’oppose à ces pratiques et prône la fin du Kulturkampf.

    Pour améliorer l’unité entre les protestants et les catholiques dans l’empire, celui-ci restitue l’argent retenu aux victimes, mais n’abroge pas toutes les résolutions et les lois adoptées lors du précédent Kulturkampf.

    Les provinces orientales de la Prusse (Prusse orientale, Prusse occidentale et Silésie) étaient habitées par une majorité d’Allemands, une minorité de Polonais et, régionalement, par des Kashubs et des Masurians. Dans la province de Posen, les Polonais sont majoritaires.

    Depuis l’époque de Bismarck, l’État a tenté de germaniser les Polonais vivant ici, mais cette tentative a échoué et a donné lieu à des protestations ouvertes. Guillaume II lève un grand nombre de ces répressions, qui réglementaient principalement la langue d’enseignement et, plus tard, la langue de culte, et reconnaît les Polonais comme un peuple distinct et minoritaire dans l’Empire allemand.

    Dans sa politique d’intégration, le Kaiser Wilhelm II est aidé par le parlementarisme du Reich. Les élections se sont déroulées dans des circonscriptions uninominales avec un vote à la majorité absolue.

    Ainsi, de 1871 jusqu’aux dernières élections de 1912, les Danois (de un à deux députés), les Alsaciens-Lorrains (de huit à 15 députés) et les Polonais (de 13 à 20 députés) ont toujours eu leurs propres groupes parlementaires au Reichstag. Les Juifs, par contre, n’ont pas organisé leur propre parti. Toutefois, le système électoral n’exclut pas les minorités politiques.

    Cela signifie que même les guelfes anti-prussiens, mais surtout les antisémites du parti chrétien-social et du parti réformateur allemand, ont pu s’organiser. Toutefois, le nombre de leurs députés n’a jamais dépassé celui des partis des minorités ethniques.

    Politique économique et priorités en matière d’armement

    Caprivi fait passer un autre souhait de Wilhelm qui avait été refusé par Bismarck, l’impôt progressif sur le revenu, qui fait peser une plus grande charge sur les hauts revenus : la réforme de l’impôt sur le revenu de Miquel en 1891.

    En freinant le protectionnisme d’une manière favorable à l’industrie et aux exportations, Caprivi s’attire l’inimitié des propriétaires terriens (« Ostelbier », « Junker ») organisés dans la Ligue des agriculteurs, étroitement liée au Parti conservateur.

    L’augmentation des exportations agricoles américaines après l’abolition des droits de douane protecteurs a fait baisser les prix de ces produits. L’encouragement à l’utilisation de machines agricoles a compensé en partie les pertes, mais a accru les exigences protectionnistes agricoles des grands propriétaires terriens, déjà sous-capitalisés, qui ont été contraints d’investir.

    en 1893, Wilhelm II dissout le Reichstag de 1890 parce qu’il a rejeté le réarmement de l’armée, qu’il souhaitait également. Lors de la campagne électorale suivante, les partisans de la politique wilhelmine des partis conservateur et libéral national l’emportent.

    Le réarmement de la marine impériale, propagé contre l’opposition de Caprivi par Alfred von Tirpitz et très populaire parmi la population, reconnaissable par exemple à l’omniprésence du costume de marin pour les enfants, a également été promu plus tard par Wilhelm.

    En janvier 1894, il y a une réunion de réconciliation avec Otto von Bismarck. Cependant, lorsque Bismarck publie dans la presse, en 1896, le traité secret de réassurance avec la Russie, Wilhelm, dans un premier élan d’excitation, veut être arrêté pour trahison et conduit à la citadelle de Spandau.

    Le régiment personnel de l’Empereur

    Le 26 octobre 1894, Caprivi est licencié. Wilhelm nomme pour la première fois un non-prussien, le prince bavarois (et son oncle, comme il l’écrit dans ses mémoires Ereignisse und Gestalten) Chlodwig zu Hohenlohe-Schillingsfürst comme chancelier du Reich et premier ministre prussien. Contrairement à ses deux prédécesseurs, il ne devait pas développer d’ambitions de leadership.

    En 1895, le canal Kaiser Wilhelm, l’actuel canal de Kiel, a été achevé et les ports navals de Kiel et Wilhelmshaven ont été développés à grande échelle. Dans ce contexte, l’Empire allemand a occupé et loué la ville portuaire chinoise de Tsingtao pendant 99 ans.

    Wilhelm, malgré son amabilité envers l’Angleterre, ne se rend pas compte que cela causerait la plus grande inquiétude à la Grande-Bretagne, la puissance hégémonique du monde. Le colonialisme allemand en cours – auquel Bismarck et Caprivi s’opposent encore – n’est pas reconnu comme risqué face aux grandes puissances que sont l’Angleterre et la France et est approuvé : en 1899, le Reich acquiert les îles Caroline, les Mariannes, Palau et, en 1900, les Samoa occidentales.

    En 1896, Hohenlohe-Schillingsfürst ne réussit pas à dissuader Wilhelm de la « Dépêche Kruger », un télégramme félicitant les Boers d’avoir repoussé l’incursion britannique de Jameson, qui fut reçu avec indignation en Grande-Bretagne et fut constamment interprété comme une déviation de la politique pro-anglaise de Caprivi.

    Dans ses mémoires, Wilhelm souligne qu’il était contre la dépêche, mais qu’il a été contraint de la signer par le chancelier Hohenlohe-Schillingsfürst. Depuis 1897, le Hohenlohe-Schillingsfürst avait été largement refroidi par le licenciement de personnel important, et l’enrégimentement personnel de l’Empereur s’intensifiait maintenant.

    Wilhelm révoque Hohenlohe-Schillingsfürst le 17 octobre 1900 et nomme le comte Bernhard von Bülow chancelier du Reich, qui n’est pas en mesure de mener à bien les réformes intérieures en suspens ni de maîtriser les constellations de politique étrangère nouvellement regroupées, qui sont de plus en plus perçues en Allemagne comme une politique d' »encerclement ».

    En tout état de cause, les relations avec la France ne s’améliorent pas, l’Angleterre est désormais également mise au défi par sa politique navale et la Russie n’est pas soutenue dans les Balkans contre la monarchie austro-hongroise. Wilhelm a longtemps fait confiance à Bülow, qui savait le flatter, jusqu’à l’affaire du Daily Telegraph en 1908 et les procès d’Eulenburg.

    Projets de construction

    Outre la politique de réarmement de la flotte avec des bâtiments navals tels que l’école navale de Mürwik, pour laquelle Wilhelm est célèbre, d’autres projets de construction sont entrepris.

    En 1899, la ville de Schlettstadt offre à Wilhelm le château de Hochkönigsburg en Alsace. Wilhelm le fit restaurer entre 1901 et 1908 par l’architecte berlinois et chercheur en châteaux forts Bodo Ebhardt. La construction a coûté plus de deux millions de marks, dont la majeure partie a dû être payée par l’Alsace-Lorraine.

    Le 13 mai 1908, l’inauguration a eu lieu lors d’une grande fête avec musique festive et costumes historiques par un temps pluvieux, à laquelle assistait également la fille Viktoria Luise de Prusse.

    Par ailleurs, à la demande de Guillaume II, le palais de la résidence de Posen a été construit dans un style néo-roman entre 1905 et 1913, et le château de l’ordre de Marienburg a été rénové entre 1896 et 1918.

    Parfois, Wilhelm se voyait aussi comme un architecte. L’exemple le plus marquant dans la province du Rhin est celui des commentaires de l’empereur sur la conception de la façade du bâtiment du gouvernement de Coblence.

    Conçu par l’architecte Paul Kieschke (1851-1905) et réalisé entre 1902 et 1905, l’architecte du gouvernement a reçu le plan avec les propres amendements de l’empereur quant à l’exécution des tours prévues.

    En 1913, Wilhelm ordonne la construction du Cecilienhof à Potsdam, le dernier palais construit avant la chute de la monarchie en Allemagne, comme résidence pour la famille de son fils aîné, le prince héritier Wilhelm, qui avait épousé Cecilie de Mecklembourg-Schwerin en 1905, dont le palais porte le nom.

    Deux autres bâtiments de la période wilhelminienne qui caractérisent encore aujourd’hui le centre de Berlin sont la bibliothèque royale, construite en 1901-1914, et les nouvelles écuries royales sur la Schlossplatz de Berlin, construites en 1897-1900.

    L’un des bâtiments les plus caractéristiques du paysage urbain de Cologne, le pont Hohenzollern, date de l’époque wilhelminienne.

    Elle a été construite entre 1907 et 1911 par Franz von Schwechten (architecte de l’église commémorative du Kaiser Wilhelm) dans la ligne de mire directe de la cathédrale de Cologne, dans un style néo-roman, avec des tours-ponts et des portails décoratifs.

    Les problèmes de politique étrangère sous Bülow

    Le déclenchement de la guerre russo-japonaise en février 1904 et la conclusion de l’Entente cordiale entre la France et la Grande-Bretagne le 8 avril 1904 ont fondamentalement modifié la structure du pouvoir européen.

    Avec l’accord colonial anglo-français, la politique de libre-échange a clairement échoué. Dans la Wilhelmstrasse, on réfléchit à la manière de réagir au rapprochement franco-britannique sans perdre de marge de manœuvre politique et sans se retrouver isolé en politique étrangère.

    Après les lourdes défaites de la Russie au cours de l’été 1904 et les fortes tensions entre Londres et Saint-Pétersbourg à la suite de l’incident du Doggerbank (21/22 octobre 1904), la Russie continue de susciter l’intérêt en tant que partenaire potentiel.

    En novembre 1904, Wilhelm présente une alliance défensive au tsar Nicolas II. La France ne devait être informée de l’alliance qu’après la conclusion du traité.

    Toutefois, le gouvernement russe s’est opposé à une telle alliance. Lors de la première crise marocaine (1904-1906), les tensions entre la France et l’Allemagne reviennent sur le devant de la scène peu après.

    En ce qui concerne la politique de paix, Wilhelm II prend une initiative en juillet 1905 : dans un esprit de rapprochement avec la Russie, qui risque de perdre la guerre contre le Japon, il conclut le traité d’amitié de Björkö avec Nicolas II. La France devait être incluse.

    Cependant, le traité de Björkö avait déjà été déclaré nul et non avenu par la Russie en 1907, car il était incompatible avec le rapprochement franco-russe qui avait eu lieu entre-temps.

    Ce rapprochement est intervenu après la visite de Guillaume II à Tanger en mars 1905, lors de la première crise marocaine (plus d’informations ici). Elle a également entraîné une détérioration des relations avec le Japon, qui avait jusqu’alors considéré la Prusse-Allemagne comme un maître scientifique et militaire.

    en 1908, l’impuissance de Wilhelm est révélée par l’affaire du Daily Telegraph : dans une interview au journal, il se plaint de son propre gouvernement : il n’est pas assez favorable à l’Angleterre.

    Bismarck était passé maître dans l’art de flanquer ses politiques dans les médias. Avec Guillaume II, en revanche, l’interview et les discours grandiloquents devaient remplacer la politique.

    L’Empereur avait donné un exemple particulièrement flagrant avec le discours des Boches à Bremerhaven le 27 juillet 1900. Avec l’interview dans le Daily Telegraph, il poignarde maintenant la politique impériale dans le dos en déclarant qu’il est un bon « protecteur de l’Angleterre », car il a toujours empêché les autres puissances européennes de provoquer l’Angleterre.

    Cela a été perçu comme une nuisance en Angleterre : il ne serait protégé par personne et a jugé l’entretien présomptueux. Wilhelm s’incline devant la tempête de la presse allemande et promet de faire profil bas à l’avenir, tant en politique étrangère qu’en politique intérieure.

    Critique accrue de l’Empereur et renvoi de Bülow.

    Entre-temps, l’opinion publique avait commencé à porter un regard fondamentalement critique sur l’empereur bien avant l’affaire du Daily Telegraph. En 1902 déjà, il s’était immiscé dans la politique intérieure bavaroise avec l’envoi de Swinemünde, d’ailleurs sans consulter au préalable le chancelier du Reich, ce qui avait provoqué un scandale.

    En 1906, le journaliste de politique étrangère Maximilian Harden, qui avait déjà appelé à une guerre préventive contre la France en 1905, s’en prend à la prétendue « clique » autour de l’empereur dans son magazine Die Zukunft.

    Le Cercle Liebenberg, un cercle d’amis autour de Wilhelm et du Prince Philipp zu Eulenburg qui existait depuis deux décennies et qui aurait persuadé l’Empereur d’adopter son « régiment personnel », est dépeint comme une « table ronde homoérotique de mauviettes politiques » qui veut dissuader l’Empereur de la voie « virile » de Bismarck et le persuader d’adopter une politique de paix durable vis-à-vis de la France et de la Grande-Bretagne, pour laquelle il discute même du retour du Reich annexé en Alsace-Lorraine.

    Harden a fait preuve de tout le journalisme à sensation en exposant et en dénonçant l’homosexualité d’Eulenburg (un délit pénal à l’époque en vertu du § 175). Par la manipulation, il réussit à faire en sorte qu’Eulenburg se parjure et soit finalement arrêté.

    Il s’ensuit trois procès sensationnels contre Eulenburg qui, malgré les acquittements, nuisent à la réputation de l’empereur et impliquent également le chancelier du Reich Bülow. L’affaire Harden-Eulenburg, qui a duré de 1906 à 1909, est devenue l’un des plus grands scandales de l’Empire et a également attiré l’attention internationale.

    En 1909, le bloc dit de Bülow, dans lequel s’étaient réunis les partis de gauche soutenant le gouvernement ainsi que les libéraux nationaux et le parti conservateur, se disloque.

    Cette situation a été provoquée par la tentative de Bülow de réformer la loi électorale prussienne, après laquelle les conservateurs qui dominaient le Landtag prussien ont refusé de le suivre. Les sociaux-démocrates et le Parti du Centre, qui soutiennent les principes de cette tentative, refusent néanmoins de coopérer avec Bülow.

    Ils l’accusent de manquer de principes, car il a fait adopter peu de temps auparavant de nouvelles mesures répressives contre la minorité polonaise en collaboration avec les conservateurs. La politique de germanisation est réduite à la demande du Kaiser Wilhelm.

    Toutefois, le fait que Bülow facilite désormais l’expropriation des biens polonais afin de s’assurer la loyauté du parti conservateur est initialement ignoré par le Kaiser afin de ne pas mettre en danger la majorité parlementaire stable.

    Il renvoie cependant Bülow et nomme Theobald von Bethmann Hollweg chancelier du Reich le 7 juillet 1909.

    Problèmes de politique étrangère avec Bethmann Hollweg.

    Après l’année de crise, Wilhelm laisse la politique étrangère aux mains du nouveau chancelier, qui n’atteint cependant pas ses objectifs de rapprochement avec l’Angleterre et de distanciation par rapport à la politique anti-russe de l’Autriche-Hongrie dans les Balkans.

    La politique antifrançaise s’intensifie en 1911 lors de la deuxième crise marocaine à propos de l’interventionnisme allemand dans le « Saut des Panthères à Agadir ». L’armée et la flotte sont encore renforcées. Les interventions remarquées de Wilhelm ont été omises.

    Le Kaiser était un militariste, mais pas un belliciste ; malgré ses discours belliqueux, il ne voulait fondamentalement ni une guerre d’agression ni une guerre préventive. Mais il n’a pas fait grand-chose pour le faire savoir non plus.

    En général, le rôle de Guillaume II dans la politique étrangère allemande est controversé. Alors que John C. G. Röhl le considère comme une autorité efficace qui intervenait de manière indépendante dans la politique du Reich, la plupart des historiens, comme Wolfgang J. Mommsen, voient dans la direction civile du Reich le centre de responsabilité.

    Il est indiscutable que l’empereur n’a pas agi comme un coordinateur entre la politique étrangère, l’armée et la flotte. En conséquence, le chancelier impérial, les dirigeants de l’armée et de la marine poursuivent chacun des objectifs différents et incompatibles. Avant tout, le renforcement de la flotte a créé un problème de politique étrangère.

    La première guerre mondiale

    Crise de juillet

    Wilhelm II a joué un rôle ambivalent dans la crise de juillet 1914. D’une part, il tente de sauver la paix par un échange de lettres fiévreux avec le tsar de Russie (« Cher Nicky ! » – « Cher Willy ! »), qui n’aboutit à rien compte tenu de la détermination guerrière désormais objective de toutes les grandes puissances continentales.

    D’autre part, il les a incités à la grève. En fait, le Kaiser a finalement accru le danger de guerre, car après l’assassinat à Sarajevo le 28 juin 1914, il a autorisé Bethmann Hollweg à donner à l’Autriche-Hongrie un pouvoir général pour sa politique agressive contre la Serbie.

    Bien que la puissance de l’Allemagne n’ait cessé de croître, Wilhelm, avec ses craintes du « socialisme », du « péril jaune », du « déluge slave » et son idée de « l’inévitable opposition des Slaves et des Allemands », estime que l’heure des comptes est arrivée.

    Ce faisant, il a sous-estimé le pan-slavisme pro-serbe avec lequel la politique russe s’est attachée à réprimer les troubles dans son propre empire depuis 1905.

    L’ambassadeur allemand à Vienne, Heinrich von Tschirschky, exhorte Wilhelm à agir contre la Serbie : il doit « déclarer avec insistance qu’une action contre la Serbie est attendue à Berlin et qu’il ne serait pas compris en Allemagne que nous laissions passer l’occasion donnée sans frapper un coup ».

    En fait, après la déclaration de guerre austro-hongroise contre la Serbie, la politique étrangère de l’empereur et du chancelier est laissée entre les mains de l’état-major allemand : de l’avis de l’état-major, la mobilisation dans l’Empire russe ne permet pas à l’Empire allemand d’attendre plus longtemps avant de déclarer la guerre à la Russie et à la France, sinon le plan allemand de Schlieffen de vaincre d’abord la France puis la Russie rapidement dans une guerre sur deux fronts menace de devenir irréalisable.

    Par la suite, Wilhelm n’intervient pas dans les objectifs militaires, mais les laisse au Commandement suprême de l’armée (OHL) et non au Cabinet du Reich, conformément à la Constitution.

    Début de la Première Guerre mondiale et perte croissante du pouvoir.

    Au cours de la première guerre mondiale 1914-1918, l’importance de l’empereur a diminué. En particulier avec le troisième commandement suprême de l’armée sous Hindenburg et le dominant Ludendorff, il est de plus en plus exclu des décisions militaro-politiques en 1916-1918.

    En 1917, cependant, la direction de l’armée lui transfère la décision de reprendre la guerre sous-marine « sans restriction », qui avait été suspendue après l' »incident du Lusitania » en 1915, et qui était également controversée dans le Reich. Il suit l’avis des militaires – contre l’avis de son chancelier du Reich – ce qui conduira à la déclaration de guerre des États-Unis en avril 1917.

    Ce dernier a ensuite fait de l’abdication du Kaiser une condition à l’ouverture de négociations de paix. Le 13 juillet 1917, Bethmann Hollweg a démissionné. Ludendorff a maintenant une position dictatoriale de facto.

    Wilhelm II n’a aucune influence sur les changements ultérieurs de chancelier du Reich, qui passent d’abord de Bethmann Hollweg à l’inexpérimenté Georg Michaelis et, la même année, au vieux politicien centriste bavarois Georg von Hertling ; la réforme de la Constitution du Reich de 1918 dans le sens d’une monarchie parlementaire est tentée sans lui.

    La « dictature silencieuse de l’OHL » est également due à la faiblesse du Kaiser Wilhelm, qui agit avec une impuissance croissante au cours des deux dernières années de la guerre, ce qui renforce la position de l’OHL.

    Objectifs de la guerre

    Le 13 mai 1917, Wilhelm II présente à son secrétaire d’État aux affaires étrangères un programme d’objectifs de guerre qui prévoit de punir tous les adversaires, y compris les États-Unis, sous forme de réparations.

    Outre une vaste expansion coloniale – Malte, Chypre, l’Égypte et la Mésopotamie devaient tomber aux mains de l’Empire ottoman, Madère, le Cap-Vert, les Açores et le Congo aux mains des Allemands -, il s’attendait à ce que la Pologne, la Courlande, la Lituanie, l’Ukraine, la Livonie et l’Estonie soient annexées à son empire. Il a également exigé des réparations de guerre irréalistes de la part de tous les adversaires de la guerre.

    Cependant, Guillaume II est plutôt en retrait durant cette période, il n’a que rarement une voix décisive, de sorte que son programme n’est pas pris très au sérieux à Kreuznach et n’est pris en compte dans la planification politique que pour ce qui concerne la sphère coloniale.

    Lors d’un voyage dans les Balkans, l’empereur s’enthousiasme pour les riches territoires de la Roumanie. La terre conquise lui avait « plu extraordinairement », « avec une bonne administration, le pays deviendrait une source de grande richesse ».

    en 1918, il autorise le projet de diviser la Russie en quatre « zardoms » indépendants après avoir cédé la Pologne, les États baltes et le Caucase, à savoir la Russie centrale, la Sibérie, l’Ukraine et une Ligue du Sud-Est comme zone antibolchevique entre l’Ukraine et la mer Caspienne. Cette forme de domination aurait abouti à un « pont vers l’Asie centrale pour menacer la position britannique en Inde ».

    Le projet d’une « Ligue du Sud-Est » entre en concurrence avec les intentions ottomanes. Le chancelier Hertling, qui a fait référence à la Livonie et à l’Estonie « à une certaine distance comme à des États amis », a été rabroué par Wilhelm : « C’est absurde ! La Baltique est une, et je serai son maître et ne tolérerai aucune opposition, je l’ai conquise et aucun juriste ne pourra me l’enlever ! ».

    Wilhelm considère de plus en plus son empereur protestant, surtout par rapport à la maison des « Habsbourg-Parme », comme sa mission :

    Sous la direction de Vienne, en alliance avec elle, l’Italie – gagnée par le retour du Trentin et du Tyrol – la France, la Pologne et la Lituanie seront unies jusqu’à la mer ! D’où l’indépendance de la Pologne et la reprise de la solution austropolitaine éliminée à Hombourg. D’où une Lituanie indépendante sous des princes catholiques ; d’où l’opposition à notre annexion de la Baltique, y compris la Livonie et l’Estonie, qui devaient être annexées à la Lituanie et catholicisées pour nous séparer de la mer.

    Le politicien du Centre Matthias Erzberger, qui servait ces intérêts, était « un traître sans vergogne qui doit être rendu inoffensif ».

    À la suite de l’échec de l’offensive de printemps à l’Ouest en 1918, des succès des Alliés occidentaux sur le front occidental et de l’effondrement imminent de l’Empire austro-hongrois allié, le Commandement suprême de l’armée demande, le 28 septembre 1918, un armistice aux adversaires de la guerre et, dans le même temps, la prolongation du gouvernement du Reich allemand.

    Dans plusieurs notes diplomatiques, le président américain Woodrow Wilson conditionne indirectement l’octroi de l’armistice à l’abdication du Kaiser. Les États-Unis ont refusé d’entamer des négociations de paix au préalable.

    Étant donné que, grâce au programme en 14 points de Wilson, ils sont considérés comme les plus modérés des puissances victorieuses à venir, leur demande est reprise en Allemagne.

    Le 30 septembre, le Kaiser émet un décret de parlementarisation. Le prince Max de Bade succède à Hertling comme chancelier du Reich le 3 octobre. Le 16 octobre 1918, le Parti populaire progressiste recommande que Guillaume II abdique volontairement.

    Le chancelier impérial, le prince Max de Bade, le poursuit depuis le 28 octobre ; le lendemain, sur les conseils de Friedrich von Berg notamment, Wilhelm se rend de Berlin à Spa (Belgique). Il y réside à La Fraineuse et tente une navette diplomatique entre lui et l’OHL (dont le siège est à l’hôtel Britannique).

    Compte tenu de l’humeur du peuple et de l’opinion du cabinet, Guillaume pense toujours que l’armée est la plus susceptible d’être loyale. Ces espoirs ont été déçus au cours du soulèvement des marins de Kiel et de la révolution de novembre.

    Afin de devancer les demandes plus radicales des révolutionnaires, la majorité sociale-démocrate exige également la démission de l’empereur et du prince héritier à compter du 7 novembre.

    Le lendemain, le Parti du Centre s’est également prononcé en faveur de l’abdication. Au cours de la révolution de novembre, Kurt Eisner proclame simultanément l’État libre de Bavière à Munich le 7 novembre 1918 et déclare Louis III déchu de son titre de roi de Bavière. Le premier prince fédéral allemand avait ainsi été déposé par la révolution.

    Le monarque, alors politiquement paralysé, se trouvait désormais face à trois options. Le général Wilhelm Groener, également soutenu par les résultats d’une enquête menée auprès de 39 généraux et commandants de régiment, est d’avis que l’armée n’est plus entre les mains des commandants ; une action militaire contre la révolution est souhaitable mais impossible pour le moment, surtout avec l’empereur aux commandes.

    L’analyse de Groener, qui suggérait implicitement que le Kaiser devait disparaître, fut – source constante d’embarras après la guerre – couverte de facto par Hindenburg et trouva deux défenseurs énergiques en la personne de Paul von Hintze et Werner Freiherr von Grünau, qui proposèrent également la « solution Hollande ».

    Un autre groupe, autour du général Friedrich Graf von der Schulenburg, chef d’état-major du groupe d’armées du prince héritier allemand, considère qu’une « marche sur Berlin », c’est-à-dire l’écrasement militaire de la révolution, est envisageable. Wilhelm, lui aussi, était initialement enclin à cette position.

    La troisième option n’est qu’évoquée par l’entourage militaire de l’empereur : le monarque doit « avancer », c’est-à-dire aller au front, et y chercher la mort. D’après les spéculations des officiers d’état-major, surtout les plus jeunes, un tel geste provoquerait un changement complet d’opinion en faveur de la dynastie ou de la monarchie en tant qu’institution.

    Groener et le Major Joachim von Stülpnagel, chef du département des opérations de l’OHL, avaient déjà fait des préparatifs pour une telle entreprise.

    La dernière initiative de Wilhelm, désormais dépassée par les événements, fut sa décision, en fin de matinée du 9 novembre, d’abdiquer en tant qu’empereur mais pas en tant que roi de Prusse.

    Entre-temps, la révolution s’est installée à Berlin. Alors qu’un document d’abdication est en cours de rédaction à Spa, la nouvelle arrive que Max von Baden a annoncé l’abdication de Wilhelm en tant qu’empereur et roi.

    Selon l’historien Lothar Machtan, cette attitude autoritaire du prince Max était due à une « politique d’arrière-garde » de la part de Groener, qui l’avait informé par téléphone le matin même que l’abdication des deux trônes par Wilhelm était imminente et qu’il pouvait « l’annoncer tranquillement ».

    L’opinion largement répandue selon laquelle le prince Max aurait tenté, par cette manœuvre de dernière minute, de canaliser la pression révolutionnaire et de sauver la monarchie en tant que telle, qui avait en fait déjà cessé d’exister, est invraisemblable, puisque la révolution avait déjà atteint Berlin.

    Le matin même, Max von Baden demande à Friedrich Ebert, président du MSPD, de lui succéder comme chancelier du Reich. Peu après, Philipp Scheidemann (SPD) et Karl Liebknecht (Ligue Spartacus) proclament la République.

    Comme des rumeurs circulent selon lesquelles le matériel à proximité du quartier général n’est plus fiable, l’empereur se rend au train de la cour dans la nuit du 9 novembre et repart tôt le lendemain matin après avoir reçu des informations sur la « marche des insurgés ».

    Près de la ville néerlandaise d’Eijsden (au sud de Maastricht), il demande l’asile politique aux Pays-Bas. Grâce à la médiation du gouvernement néerlandais (le Cabinet Beerenbrouck I sous la direction du Premier ministre Charles Ruijs de Beerenbrouck), Guillaume II et son entourage trouvent un logement au château d’Amerongen chez le comte Godard von Bentinck.

    Après la fin de la monarchie

    Abandon formel

    Wilhelm II abdique officiellement le 28 novembre 1918, 19 jours après la proclamation de la République, selon sa propre déclaration, dans l’espoir de stabiliser la situation dans le Reich.

    William Schabas, spécialiste irlando-canadien du droit international, soupçonne que l’abdication formelle était la condition posée par le gouvernement néerlandais pour obtenir le permis d’entrée de l’ancien empereur, qui s’est installé aux Pays-Bas le même jour.

    Le texte du document d’abdication était le suivant

    Par la présente, je renonce à tout jamais aux droits de la couronne de Prusse et aux droits associés à la couronne impériale d’Allemagne. En même temps, je libère tous les officiers de l’Empire allemand et prussien, ainsi que tous les officiers, sous-officiers et soldats de la marine, de l’armée prussienne et des troupes des contingents fédéraux, du serment d’allégeance qu’ils m’ont prêté en tant qu’empereur, roi et commandant suprême. J’espère que, jusqu’à la réorganisation de l’Empire allemand, ils aideront les détenteurs du pouvoir royal en Allemagne à protéger le peuple allemand contre les dangers imminents de l’anarchie, de la famine et de la domination étrangère.Certifié avec la signature de notre main suprême et avec le sceau impérial attaché.28 novembre 1918.

    Le 1er décembre, son fils renonce à la succession.

    Le 27 mars 1920, le ministère prussien de l’Intérieur a publié un décret selon lequel tous les symboles de la monarchie – y compris les images de l’empereur – devaient être retirés des espaces publics.

    L’exil et l’ère nazie

    Le 22 janvier 1920, le gouvernement néerlandais rejette la demande des Alliés d’extrader l’ancien régent vers les puissances victorieuses. Jusqu’en 1920, Guillaume II vit en exil au château d’Amerongen, aux Pays-Bas, puis à la maison de Doorn, près d’Utrecht.

    Le 11 avril 1921, son épouse, l’impératrice Augusta Viktoria, meurt. Peu avant sa mort, Auguste Viktoria a exprimé le souhait que l’empereur se remarie après sa mort. Le 5 novembre 1922, il épouse la princesse veuve Hermine von Schönaich-Carolath, née princesse Reuß de la haute lignée (1887-1947), qui porte désormais le titre d' »impératrice », alors qu’elle n’est officiellement qu’une « princesse de Prusse ».

    Le départ sans combat de l’Empereur, largement perçu dans les milieux conservateurs comme une « désertion », reste le sujet de débats jusque dans les années 1940, avec des disputes parfois âpres sur l’interprétation de l’événement et la question de la responsabilité.

    Des recherches récentes attribuent la faiblesse structurelle frappante du courant explicitement monarchiste-restaurateur de la droite allemande, qui s’est manifestée sans ambiguïté dans la première moitié des années 1920, en grande partie à l’impression dévastatrice de la « Kaiserflucht ».

    C’est le marqueur décisif d’un « mouvement d’éloignement de l’empereur, qui peut être retracé jusqu’au noyau le plus profond de l’aristocratie prussienne » et doit être considéré comme la base de la « dissolution du monarchisme » étonnamment rapide et durable en Allemagne, comparée, par exemple, à la longévité du légitimisme français.

    Attitude à l’égard de la République de Weimar et du régime nazi

    Wilhelm rassemble autour de lui des savants pour des études historico-culturelles (« Doorner Arbeitskreis »), écrit ses mémoires et d’autres livres, et plaide pour la restauration de la monarchie. Entre autres, il a vu dans le coup d’État d’Adolf Hitler en 1923 la confirmation de sa thèse selon laquelle seul un monarque pouvait garantir la paix et l’ordre.

    Cependant, les espoirs d’une restauration à court terme de la monarchie sans transition ont rapidement été considérés, même dans le cercle le plus proche de Wilhelm, comme – selon les termes de Magnus von Levetzow en 1927 – l’expression d’une « complète désillusion cérébrale ».

    Cette désillusion durable a été favorisée, entre autres, par le fait qu’après 1925, les monarchistes autoritaires en Allemagne ont ouvertement déclaré que ni Wilhelm ni aucun de ses fils ne pouvaient être sérieusement considérés comme des prétendants au trône.

    Le prince héritier, franchement considéré comme « impossible » depuis 1919 en raison de la fuite et des rumeurs sur son mode de vie, exprime dès mai 1924, en accord avec son père, l’opinion qu’il faudrait d’abord « qu’un dictateur tire la charrette de la boue ».

    Bien que les Hohenzollern soient généreusement indemnisés par l’Allemagne républicaine, Wilhelm ne cache pas sa haine pour la « Saurepublik ». L’ancien empereur n’a jamais renoncé à son désir de remonter sur le trône.

    Pendant la phase finale de la République de Weimar, Wilhelm (encouragé par sa femme, qui voyage dans le Troisième Reich, et par deux visites de Hermann Göring en 1931 et 1932) espère une restauration de la monarchie par les nationaux-socialistes.

    Cela ne semblait pas totalement irréaliste à l’époque, puisque les fascistes italiens, qui étaient à bien des égards un modèle pour les nationaux-socialistes, ont maintenu le roi d’Italie en fonction même pendant la dictature de Mussolini.

    L’espoir de restaurer l’Empereur s’est avéré être une illusion après la prise du pouvoir par le NSDAP au début de l’année 1933 : lorsque Hitler, deux jours après le Jour de Potsdam, a promis solennellement de restaurer l’Empereur dans son discours au Reichstag le 23 mars 1933, il l’a fait.

    Lorsque Hitler, deux jours après le jour de Potsdam, promet solennellement dans son discours au Reichstag le 23 mars 1933 qu’il ne touchera pas aux institutions de la Constitution du Reich de Weimar, cela frappe l’ancien empereur comme un « coup de semonce », selon son adjoint Sigurd von Ilsemann.

    Comme un accusé écoutant sa sentence, il est resté assis, les yeux écarquillés, et n’a pu que dire « Alors ! ». En conséquence, Wilhelm adopte une attitude de plus en plus détachée vis-à-vis des développements politiques en Allemagne.

     » Le peuple supprime tout : les princes, la noblesse, les fonctionnaires, les domaines, etc… ; mais cela sera vengé, il maudira à nouveau le seul drapeau qui lui reste, le drapeau à croix gammée, et les Allemands eux-mêmes le brûleront un jour « , a-t-il condamné le 7 septembre 1933.

    Antisémitisme

    En tant que prince héritier, William se rapproche du mouvement antisémite du prédicateur de la cour Adolf Stoecker et se plaint à plusieurs reprises que ce qu’il considère comme une presse dominée par les Juifs a trop d’influence.

    En tant qu’empereur, il prend ses distances avec Stoecker et se sépare de lui en 1890. Au cours de ses trente années de pouvoir, Wilhelm s’est abstenu de toute initiative ou déclaration anti-juive et a entretenu des contacts amicaux avec plusieurs juifs éminents.

    Ces « Kaiserjuden », comme Chaim Weizmann les a appelés plus tard, comprenaient Albert Ballin, James Simon, Emil et Walther Rathenau, Max Warburg, Eduard Arnhold et Carl Fürstenberg.

    Cependant, selon Wolfgang Benz, cela ne prouve pas que le Kaiser n’était pas antisémite : il ne faut pas négliger « le fait que le Kaiser a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne considérait pas Ballin comme un Juif ».

    L’empereur était si enthousiaste à l’égard de l’ouvrage antisémite de Houston Stewart Chamberlain, The Foundations of the Nineteenth Century, qu’il a obligé toutes les universités allemandes à en acheter au moins un exemplaire.

    L’attitude ambivalente de Wilhelm évolue après sa déposition vers un antisémitisme farouche, qui devient le principal facteur de sa chute : Wilhelm pense avoir perdu le trône à cause d’une conspiration juive.

    Déjà pendant la révolution de novembre, il soulignait : « Je ne pense même pas à renoncer au trône pour quelques centaines de Juifs, quelques milliers d’ouvriers ! » John C. G. Röhl écrit dans sa biographie que Wilhelm vivait depuis 1918 dans un monde imaginaire qui « semble extrêmement aliénant dans sa rêverie cauchemardesque et son radicalisme idéologique » : contre les « criminels de novembre », contre les Juifs, les francs-maçons et les démocrates, il a exprimé à plusieurs reprises des fantasmes de violence et des théories de conspiration.

    En août 1919, par exemple, Wilhelm écrit au maréchal August von Mackensen que les Allemands ont été « incités et séduits par la tribu de Juda, qu’ils détestaient et qui jouissait de l’hospitalité avec vous. C’est le remerciement que j’ai reçu ! Aucun Allemand n’oublie, et n’a de cesse que ces parasites ne soient éliminés et exterminés du sol allemand. »

    Il a décrit Rathenau comme un « traître méchant, fourbe et ignoble » qui avait appartenu au « cercle intérieur » des deux cents Juifs qui dirigeaient le monde et qui avaient été justement assassinés. Dans une lettre adressée à un ami américain, Poultney Bigelow, le 15 août 1927, il écrit

    La race hébraïque est mon ennemi juré, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ; ils sont ce qu’ils sont et ont toujours été : des menteurs et des architectes de l’émeute, de la révolution et de la subversion, propageant la perfidie à travers leurs esprits empoisonnés, corrosifs et satiriques. Quand le monde se réveillera, ils devront recevoir la punition qu’ils méritent.

    La même année, il a également écrit à Bigelow :

    La presse, les Juifs et les moustiques sont un fléau dont l’humanité doit se débarrasser d’une manière ou d’une autre ; je pense que le gaz serait la meilleure solution.

    D’autre part, en 1938, il déclare que toute personne décente doit qualifier les pogroms de novembre de « pur gangstérisme ».

    Le 13 novembre, il écrit à la reine douairière britannique Maria von Teck qu’il est « absolument horrifié par ce qui se passe chez lui ! Du bolchevisme pur et dur ! »

    Cependant, il n’a pas critiqué publiquement la violence antisémite. Les journaux étrangers rapportent que Wilhelm a déclaré qu’il avait « honte d’être allemand pour la première fois de sa vie ». L’historien Stephan Malinowski qualifie de faux l’entretien au cours duquel cette déclaration aurait été faite et fait référence à plusieurs démentis de l’ancien empereur.

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a de nouveau diffusé des théories de conspiration sur l' »Antéchrist juif », dont l’Angleterre et l’Europe devaient être libérées.

    En 1940, il a affirmé que les Juifs et les francs-maçons avaient lancé une guerre d’extermination contre l’Allemagne en 1914 et 1939 pour établir un « empire mondial juif » soutenu par l’or britannique et américain, – « puis Dieu est intervenu et a perturbé le plan ! ».

    L’antisémitisme de Wilhelm n’est pas directement efficace car les nationaux-socialistes ne dépendent pas de lui. Il était plus significatif dans le sens où il a donné une respectabilité dans les cercles monarchistes conservateurs à des penseurs antisémites comme Houston Stewart Chamberlain, avec qui il a ouvertement maintenu le contact.Pendant la Seconde Guerre mondiale

    La reine Wilhelmina des Pays-Bas, qui avait évité tout contact direct avec Wilhelm tout au long de son exil, l’informa en avril 1940, face à l’imminence d’une attaque allemande sur les Pays-Bas, qu’il n’avait plus à se considérer comme un pensionnaire et qu’il pouvait donc partir quand et où il le souhaitait.

    Le gouvernement néerlandais lui a conseillé à plusieurs reprises de se rendre dans un endroit qui n’était pas directement dans la zone de combat. Même la famille royale britannique, sous George VI, a offert l’asile à William.

    Mais l’empereur décline avec reconnaissance toutes les offres, expliquant qu’en raison de son âge avancé, il souhaite rester à Doorn et y apprendre son destin. Pendant l’occupation des Pays-Bas en mai 1940, Hitler a fait boucler le domaine par la police secrète de campagne. L’empereur n’était autorisé à la quitter que pour de courtes excursions et en compagnie.

    Wilhelm a envoyé un télégramme de félicitations à Adolf Hitler le 17 juin 1940, pour le féliciter de la victoire allemande sur la France peu de temps auparavant :

    Sous l’impression profonde de l’étendue des armes de la France, je vous félicite, ainsi que toute la Wehrmacht allemande, pour la formidable victoire accordée par Dieu selon les mots de l’empereur Guillaume le Grand en 1870 :  » Quel tour de force de la providence de Dieu « . Dans tous les cœurs allemands résonne le choral de Leuthen, que les vainqueurs de Leuthen, les soldats du Grand Roi, ont chanté : « Rendez maintenant grâce à Dieu ».

    La mort et l’enterrement

    Wilhelm II meurt à Doorn House le 4 juin 1941, à 12h30, après avoir souffert d’une embolie pulmonaire. Les services funéraires sont interdits dans le Reich.

    Les dirigeants nazis n’ont autorisé qu’un petit nombre de personnes (le cercle familial immédiat, certains anciens officiers, dont le maréchal August von Mackensen) à se rendre aux Pays-Bas occupés pour assister aux funérailles.

    Le Kaiser avait ordonné qu’il soit enterré dans le cercle restreint et avait interdit les éloges funèbres, les couronnes et les drapeaux (pour éviter les drapeaux à croix gammée). Des délégations de l’ancienne armée et de la nouvelle Wehrmacht assistent au service funèbre, qui se termine, à la demande de l’Empereur, par le chant choral et de prière du Grand Taps, « Prière à la puissance de l’amour », interprété par la fanfare de la Wehrmacht.

    Wilhelm est d’abord enterré dans une chapelle près de la Doorner Torhaus, avec trois mains de terre de Potsdam provenant de la zone du Temple de l’Antiquité, lieu de sépulture d’Auguste Victoria, dispersées sur son cercueil.

    Il avait lui-même décrété que la « réinhumation de ses ossements en terre allemande » n’aurait lieu qu’après le rétablissement de la monarchie en Allemagne. Plus tard, son cercueil a été déplacé dans le mausolée situé dans le parc de Haus Doorn, qui a été construit à titre posthume d’après ses dessins. L’épitaphe qu’il a lui-même choisie se lit comme suit :

    Ne me louez pas, car je n’ai pas besoin de louange ; ne me louez pas, car je n’ai pas besoin de gloire ; ne me jugez pas, car je serai jugé.

    Personnalité

    Guillaume II n’a bénéficié d’aucune affection particulière de la part de ses parents, ce qui a engendré un ressentiment durable, notamment à l’égard de sa mère, qui, à en juger par ses lettres de famille, le considérait également de manière très critique.

    Les tentatives de la famille pour contrer son handicap ont été douloureuses. Son bras gauche atrophié lui a causé des problèmes d’équilibre et de posture, ainsi que des douleurs fréquentes dans l’oreille gauche.

    Mais le futur roi de Prusse devait être un « homme complet » et non un infirme. Le garçon a donc été soumis à diverses thérapies douloureuses. L’équitation, qui était souvent nécessaire, lui a été difficile pour le reste de sa vie.

    Le handicap a probablement réduit son estime de soi et augmenté son égocentrisme, sa facilité à supporter la maladie et sa volatilité. Porter un uniforme et poser sa main gauche sur son arme étaient des habitudes utiles.

    On peut se demander si l’on peut parler d’une maladie mentale grave ou d’une prédisposition à la maladie mentale. On lui attribue parfois un trait de mélancolie.

    On a également parlé à l’époque de neurasthénie ou de folie maniaco-dépressive, bien que la plupart des attributions psychiatriques n’aient été faites qu’après l’abdication de l’empereur.

    Le psychiatre Emil Kraepelin, toujours célèbre, en est venu à considérer l’état mental de Wilhelm – dans un diagnostic lointain basé sur des sources accessibles au public – comme un « cas typique de trouble périodique », bien que la disposition maniaco-dépressive évoquée ici soit contestée par d’autres.

    L’historien américain Robert K. Massie le décrit au moment de son arrivée au pouvoir :

    Quiconque regarde le nouvel empereur allemand voit un homme de taille à peine moyenne, aux yeux bleus vifs et agités et aux cheveux châtain clair bouclés. Son trait le plus marquant était une moustache touffue aux pointes recourbées, création d’un barbier habile qui se présentait au palais chaque matin avec une boîte de cire. […] Guillaume II désirait, voire convoitait, l’approbation et l’affection de son peuple, mais pour lui, le pouvoir suprême ne reposait pas sur le peuple ou ses représentants au Reichstag, mais sur le monarque, loyalement soutenu par son armée.

    Pour le publiciste historique Volker Ullrich, l’empereur était considéré comme « peu sûr de lui et arrogant, intelligent et impulsif, épris de technologie moderne et en même temps amoureux du faste et de la théâtralité ».

    Les difficultés persistantes sont détestées par Guillaume II. Cela a probablement aussi encouragé son amour proverbial des voyages.

    Mais surtout, il n’hésite pas à abandonner ses amis et partisans éprouvés, de sorte que des courtisans au caractère plus diplomatique constituent de plus en plus sa compagnie et déterminent le choix de son personnel (probablement aussi le choix de Bülow).

    Les officiers parmi lesquels il se sentait à l’aise n’ont pas élargi ses critères, car ils avaient sans doute les préjugés politiques de son groupe professionnel fermé en tant que caste, et leur style de bluff a également déteint sur lui.

    De par sa personnalité, les traits narcissiques entravent son empathie et son jugement sur les autres, comme Nicolas II de Russie. Il se voyait comme un homme franc et ouvert, mais son manque de tact était bien connu.

    Elles ont été particulièrement remarquées par ses collègues lors de son arrivée au pouvoir et lors de la déposition de Bismarck, et ont été diffusées avec enthousiasme par ce dernier dans ses pensées et ses souvenirs. Sa carrière ne lui avait pas permis d’acquérir une connaissance du monde et de la nature humaine qui équilibrait ces inconvénients.

    Malgré des différences de caractère avec son grand-père Guillaume Ier, vieux Prussien et personnellement loyal, Guillaume II a toujours essayé de suivre son modèle de gouvernement. On peut interpréter sa relation initiale avec Caprivi de telle sorte qu’il espérait avoir trouvé ici « son propre Bismarck ».

    Il nomme le neveu du célèbre maréchal Helmuth von Moltke (« Je veux aussi un Moltke ») comme commandant en chef militaire, mais ne parvient pas à sortir de l’ombre d’Alfred von Schlieffen.

    Cependant, la retenue de son grand-père dans les interventions politiques directes n’est en aucun cas devenue une caractéristique permanente de son petit-fils. Wilhelm II intervient directement dans la politique à plusieurs reprises par le biais de décisions relatives au personnel et d’ordres pour des projets de loi.

    Il n’a pas du tout suivi la retenue publique de l’ancien empereur. Soucieux d’autopromotion, Guillaume II s’est souvent lancé de manière flamboyante dans l’opinion publique, son don non négligeable d’orateur lui valant un vif écho, mais conduisant aussi à des formulations politiquement discutables.

    Cet excès de zèle a également favorisé ses relations avec les médias. Il peut être considéré comme le premier monarque médiatique du 20e siècle.

    Son penchant pour les uniformes et les médailles a contribué au cliché du Williamisme qui porte son nom. Sa moustache devient à la mode et témoigne, entre autres, de la loyauté de ses sujets envers l’empereur.

    La « barbe de l’empereur Guillaume », qualifiée de « barbe accomplie » par le barbier de la cour de l’empereur, François Haby, souligne le message masculin frappant de ses uniformes.

    Theodor Fontane a emprunté le slogan publicitaire dans le titre de son œuvre Erreicht, et Heinrich Mann a également emprunté le langage publicitaire généralement populaire dans son roman Der Untertan (1914), comme en témoignent, par exemple, les termes familiers « Kaiserbinde » ou « Deutsche Barttracht ».

    Il a ainsi relié l’intrigue de son roman à la réalité tout en lui donnant un leitmotiv ironique. Cela relie plusieurs niveaux de l’intrigue, par exemple, cela fait allusion – sur le plan politique – à l’unification finalement réalisée de l’empire.

    Si la barbe peut sembler démodée et stupide aujourd’hui, son symbolisme littéral était indubitablement moderne. Mais le costume barbu de Wilhelm ne se démarque, dans une dynamique ouvertement moderniste, que de celui, vieillot, de ses ancêtres impériaux. L’apparence générale de Wilhelm II, semblable à une opérette, était, vue de près, excessivement provocante et déplacée. Il a illustré sa régimentation néo-absolutiste mal conçue et exagérée, centrée sur sa personne.

    Le point culminant de ce style fut la pompeuse Avenue de la Victoire dans le Grand Jardin, régulièrement raillée par la population berlinoise comme l' »Avenue des Poupées », avec 32 statues des margraves et des électeurs de Brandebourg, des rois de Prusse et 64 autres personnages secondaires.

    Pour la statue de l’Ascanien Albrecht l’Ours, Wilhelm a réalisé lui-même les croquis des costumes. Dans le discours dit « Rinnsteinrede » (discours d’égout) prononcé à l’occasion de l’inauguration du magnifique boulevard le 18 décembre 1901, Wilhelm décrète le style des beaux-arts d’en haut (« pas d’art d’égout ! »).

    Il a également développé son propre intérêt pour l’archéologie, qui dominait ses visites à Corfou. De plus, comme il n’était pas rare dans les milieux aristocratiques, il était passionné par la chasse. Son palmarès le ravit (il a tué quelque 46 000 animaux). En exil, il aimait abattre et couper des arbres. Au cours d’une partie de chasse, Wilhelm avait également rencontré son futur ami proche, Philipp Graf zu Eulenburg, qui fut l’un de ses plus importants conseillers, surtout dans les années 1890 à 1898.

    Comme son frère Heinrich, Wilhelm aimait la voile. Il navigue au large des côtes du sud de l’Angleterre dans des régates prestigieuses avec ses yachts Meteor I-V et est un habitué de la semaine de Kiel, à laquelle il participe pour la première fois en 1894. Il aimait aussi beaucoup les automobiles. Il aimait conduire les voitures les plus modernes et était mécène de l’Automobile Club Impérial.

    Un passe-temps de Guillaume II, le dessin et la peinture de tableaux navals, est également lié à son affection pour la marine. Sa mère, l’impératrice Frederick, était également une dilettante talentueuse.

    En tant que prince, Wilhelm II a reçu l’enseignement du peintre de marine Carl Saltzmann et du peintre de cour Paul Bülow. Il a également conçu de nombreux monuments et corrigé lui-même les plans architecturaux des bâtiments impériaux.

    Le désengagement lorsque les choses se passent différemment de ce qu’il voulait reste son trait de caractère. En 1918, face à la révolution de novembre, il s’échappe dans un pays étranger neutre. Son autobiographie, écrite en Hollande, donne un témoignage éloquent de son enfance, mais ses justifications ou son évitement du sujet témoignent de sa faiblesse de jugement.

    Image publique

    Au début, Wilhelm était assez populaire. Les caractéristiques moins appréciées d’une unification impériale « par le haut » avec la préservation des anciennes structures de pouvoir ont trouvé une compensation bienvenue dans la vénération de l’empereur.

    La presse, largement royaliste, s’en fait l’écho et les termes « empereur des travailleurs » et « empereur de la paix » sont inventés pour lui.

    Cette dernière désignation remonte, entre autres, à la proposition d’Emanuel Nobel, en 1912, d’attribuer à l’empereur Guillaume II le prix Nobel de la paix offert par Alfred Nobel, alors que l’Empire allemand avait maintenu la paix pendant 24 ans sous son règne.

    Mais d’un autre côté, il a également été perçu comme menaçant (voir l’étude de Ludwig Quidde de 1894 « La folie de César », qui a été perçue comme une critique de Guillaume II) ou moqué : « Le premier était le vieil empereur, le deuxième était l’empereur sage, le troisième est l’empereur voyageur » Le terme « Redekaiser » a également été critiqué.

    À propos de ses nombreux uniformes différents, le comte Philipp zu Eulenburg a parlé de « tous les jours de bal masqué ! ». – Des blagues ont été faites : le Simplicissimus a posté la blague : « Serenissimus, il a fait éclater un tuyau dans la salle de bain. – Apportez votre uniforme d’amiral. »

    Plus dangereux que les critiques des démocrates, des socialistes, des catholiques, voire des minorités représentées dans le Reich (les Polonais, les Danois depuis 1864, les Hanovriens guelfes depuis 1866, les Alsaciens-Lorrains depuis 1871), c’est le scepticisme de la bourgeoisie qui domine l’opinion publique.

    De nombreux écrivains ne le tenaient pas en haute estime ; l’ironique Thomas Mann avait encore traité avec beaucoup de douceur un dynaste handicapé et quelque peu simple d’esprit dans son roman Königliche Hoheit (Altesse royale).

    La critique directe est interdite par le paragraphe sur la « lèse majesté » du code pénal, mais les plaisanteries à son sujet sont de plus en plus cinglantes. Il suffit de comparer l’image beaucoup plus positive de l’ancien empereur François-Joseph en Autriche-Hongrie.

    Son propre oncle, le roi britannique Édouard VII, l’a un jour décrit comme « le plus brillant échec de l’histoire ».

    L’affaire Harden-Eulenburg a préoccupé le débat socio-politique en Allemagne en 1907-1909. Le prince Philipp zu Eulenburg, un ami proche de Wilhelm, et son cercle Liebenberg s’en trouvent compromis. L’empereur, soucieux de son image, abandonne Eulenburg et prend ses distances avec ses amis de Liebenberg.

    Après sa décision, longtemps retardée, de ne pas tomber devant ses troupes en 1918, mais de s’exiler, il est également accusé de lâcheté. Pour beaucoup, l’opinion s’est transformée en mépris.

    Cependant, tout au long des années de la République de Weimar, l’aile monarchiste reste forte. Mais les espoirs de Wilhelm de redevenir monarque s’évanouissent après l’élection de Hindenburg à la présidence en 1925, puis après l’arrivée au pouvoir d’Hitler en 1933.

    Hindenburg a pris au sérieux son serment à la république, Hitler sa dictature du « Führer ». Volker Ullrich, sur la base de l’étude de Röhl sur Wilhelm II, qui est maintenant disponible dans son intégralité, a jugé en 2008 :

    Avec son mépris de tout ce qui est civil, son mépris des Slaves, sa haine des Juifs et ses fantasmes effrénés de puissance mondiale, il représente des attitudes et des idées qui seront reprises par les nationaux-socialistes, radicalisées et mises en pratique. En ce sens, il est tout à fait justifié de le considérer comme un précurseur d’Hitler.

    Cependant, l’historien Christopher Clark arrive à une conclusion différente dans son ouvrage Wilhelm II : The Reign of the Last German Emperor.

    Clark préconise de repenser ce qu’il considère comme la théorie dépassée du Sonderweg allemand et de ne pas considérer l’Empire allemand et son dernier empereur comme le précurseur de la dictature nationale-socialiste.

    Le ton dérisoire, dénigrant et même diabolisant de la plupart des commentaires historiographiques sur Wilhelm est l’une des caractéristiques les plus frappantes de ce domaine. Il n’est pas nécessaire d’être un défenseur de la réhabilitation pour penser que ce langage est un peu exagéré et déplacé. C’est comme si Wilhelm devenait la figure de proue symbolique de quelque chose qui le dépasse et qui est plus grand que lui.

Allez plus loin  Edouard VIII

Laisser un commentaire