L’Holocauste (Shoah)

L’Holocauste(du grec ancien holókaustos, « complètement brûlé ») ou la Shoah(également Schoa, Shoah ou Shoa ; En hébreu ha’Schoah pour  » la catastrophe « ,  » le grand malheur/la catastrophe « ) est le génocide nazi de 5,6 à 6,3 millions de Juifs d’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale.

De 1941 à 1945, les Allemands et leurs aides ont poursuivi l’objectif d’assassiner systématiquement tous les Juifs dans la sphère de pouvoir allemande, à partir de 1942 également par des méthodes industrielles.

Ce crime contre l’humanité était fondé sur l’antisémitisme d’État et la législation raciste correspondante du régime nazi.

Comme les meurtres de malades par les nazis, l’assassinat des handicapés (« Aktion T4 », « euthanasie des enfants ») et l’extermination collective des Sinti et des Tsiganes (Porajmos ou Porraimos) ou des homosexuels, elle était justifiée comme « l’extermination de la vie indigne ».

La décision finale d’assassiner tous les Juifs a été prise au cours de la guerre d’extermination contre l’URSS qui a débuté à l’été 1941.

Cours

    • Escalade pendant la guerre
    • Premiers massacres et déportations
    • Ghettoïsation
    • Plans d’expulsion
    • Prise de décision
    • Tirs de masse systématiques
    • Camps d’extermination
    • Extermination des Juifs dans toute l’Europe
      • Pays du Benelux
      • Bulgarie
      • Allemagne
      • France
      • Italie
      • Grèce
      • Croatie
      • Pologne
      • Roumanie
      • Serbie
      • Scandinavie
      • Slovaquie
      • République tchèque
      • Hongrie
      • Phase finale
    • Nombre total de victimes juives
    • Responsable
    • Connaissance de l’Holocauste pendant l’ère nazie
    • Troisième Reich
    • Alliés
    • Résistance et tentatives de sauvetage
      • Juifs
      • Allemands non-juifs
      • États occupés ou alliés
      • Suisse
    • Libération des camps par les Alliés
      • 1944
      • 1945
      • Soins aux survivants, rapatriement et émigration
    • Conséquences
      • Traumatisme des survivants
      • Reconditionnement juridique
      • Offsets
      • Réaction de l’église
      • Déni et banalisation
      • Mémoire

Désignations

À partir de 1940, les nationaux-socialistes ont officiellement appelé leur objectif de rendre l’Europe « libre de Juifs » la « Solution finale de la question juive ».

À partir de 1941, ce terme a été utilisé comme un camouflage pour décrire leur meurtre systématique des Juifs. Il est souvent cité dans les ouvrages historiques sur le sujet. Le terme « réinstallation », souvent utilisé à l’étranger, a également servi à dissimuler les crimes nazis.

Dans le monde germanophone, le génocide (ou démocide) est désigné depuis mai 1945 par les termes Judenvernichtung, Judenmordou massacre des Juifs d’Europe. A A A la suite du premier procès d’Auschwitz à Francfort, Auschwitz, le nom du plus grand camp d’extermination national-socialiste (camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau), a également pris le relais comme terme symbolique pour l’ensemble de l’événement à partir de 1963.

Le terme holocauste, d’usage courant aujourd’hui, dérive de l’adjectif grec ancien ?????????? holókauston, signifiant « complètement brûlé » et désignant un sacrifice animal complètement brûlé sur les autels.

À partir de 1600 environ, le mot anglais holocaust fait également référence aux morts par le feu, à partir de 1800 environ aux massacres, et à partir de 1895 aux massacres ethniques, comme plus tard le génocide arménien.

Le British News Chronicle a utilisé le mot pour faire référence au plan d’extermination d’Adolf Hitler contre les Juifs pour la première fois en décembre 1942, alors qu’il ne connaissait pas encore les méthodes d’extermination nazies.

Dans son édition du 7 mai 1945, le magazine américain Life a rendu compte du massacre de Gardelegen et l’a appelé l’Holocauste de Gardelegen. En 1972, ce terme était devenu courant dans l’historiographie américaine à cette fin.

À partir de 1978, la série télévisée Holocauste – L’histoire de la famille Weiss l’a diffusé dans de nombreux autres pays, dont la République fédérale d’Allemagne. Depuis lors, le terme est généralement limité au meurtre systématique des Juifs européens.

Parfois, elle inclut également le Porajmos, le génocide de plusieurs centaines de milliers de Tziganes, que les nationaux-socialistes ont également déclaré « race étrangère inférieure » en tant que « Tziganes » et ont voulu exterminer. L’ensemble de la politique d’extermination nationale-socialiste n’est que rarement évoquée.

La désignation de l’extermination des Juifs comme « Holocauste » a souvent été considérée comme problématique en raison de l’origine du mot dans le culte religieux du sacrifice et de son utilisation antérieure dans l’antijudaïsme chrétien.

En Israël et dans le judaïsme, le crime est appelé Shoa(« catastrophe », « grand malheur ») depuis 1948. Elle est commémorée le Yom haSho’a depuis 1959. Depuis 1985, le mot hébreu est également utilisé en Europe pour faire référence à l’Holocauste.

Les théologiens juifs appellent parfois cet événement le troisième churban (en hébreu : « destruction », « dévastation ») et l’interprètent ainsi, comme les deux destructions du Temple de Jérusalem (586 av. J.-C. et 70 ap. J.-C.), comme une grande catastrophe touchant tous les descendants des Israélites, c’est-à-dire tous les Juifs.

« Crimes contre l’humanité », « crimes de guerre », « génocide » et « Holocauste » sont souvent utilisés à tort comme synonymes. Les trois premiers termes sont des concepts juridiques qui sont aussi des catégories scientifiques.

      • Les « crimes contre l’humanité » sont des attaques généralisées ou systématiques contre la population civile. En droit international, ils constituent un terme générique qui inclut les « crimes de guerre », les « crimes contre la paix », ainsi que le « génocide ».
      • Les crimes de guerre sont des actes criminels commis lors d’un conflit armé, principalement en violation des Conventions de Genève.
      • Le génocide est la destruction coordonnée et planifiée d’un groupe de personnes, le « groupe » étant défini par les auteurs du génocide.

Contexte

Les conditions historiques de l’Holocauste comprennent l’antisémitisme moderne, qui est apparu en Europe vers 1870 et qui avait lui-même une longue préhistoire dans l’antijudaïsme chrétien.

Les conditions de l’émergence et de la montée du national-socialisme comprennent avant tout la Première Guerre mondiale de 1914-1918 et la crise économique mondiale de 1929-1932.

Objectifs du national-socialisme

Avec son programme en 25 points, le NSDAP, fondé en 1919, visait l’exclusion et l’expulsion des Juifs de la « communauté nationale » allemande. Adolf Hitler avait déjà déclaré en 1919, avant de rejoindre le parti, que l' »élimination totale des Juifs » était un objectif politique de cet État.

Dans une interview accordée à un journaliste catalan en novembre 1923, il déclare que tuer tous les Juifs d’Allemagne « serait bien sûr la meilleure solution ». Mais comme cela n’était pas possible, la seule solution était l’expulsion massive.

Dans son programme en deux parties, Mein Kampf (1925/1926), et dans son deuxième livre inédit (1928), il approfondit son antisémitisme racial, préconise le meurtre en masse des Juifs en cas de nouvelle guerre mondiale et déclare que la destruction du « bolchevisme juif » est le principal objectif de la politique étrangère nationale-socialiste.

Il s’agissait de la conquête de guerre de l’Union soviétique dominée par une soi-disant « juiverie mondiale » et de la germanisation qui s’ensuivit par le biais de la réinstallation massive et du meurtre de masse.

Persécution des Juifs dans le Troisième Reich 1933-1939.

Jusqu’en 1941, les nationaux-socialistes ont cherché à expulser et à exproprier les Juifs allemands. Immédiatement après l’arrivée d’Hitler au pouvoir le 30 janvier 1933, le NSDAP et ses sous-organisations SA, SS, NSDStB et les Jeunesses hitlériennes ont commencé à commettre des actes de violence à l’encontre des Juifs, en partie non planifiés et en partie organisés.

Une « politique juive » étatique n’est apparue qu’en réaction à cette situation. Les étapes importantes sont le « boycott juif » du 1er avril 1933 et la loi pour la restauration de la fonction publique professionnelle du 7 avril 1933, qui prévoit le licenciement de tous les fonctionnaires « non aryens » et introduit ainsi pour la première fois un critère racial dans une loi d’État. Elle est à l’origine de l’exclusion sociale des Juifs des associations professionnelles, des entreprises, des clubs, des écoles et de la vie culturelle.

Ce processus s’est poursuivi avec de nombreuses autres lois et décrets anti-juifs et s’est intensifié de manière constante jusqu’en 1945. En 1933 également, des camps de concentration (KZ) sont créés, la plupart sous la direction des SA. Dans un premier temps, les opposants politiques ont été emprisonnés.

Le camp de concentration de Dachau, géré par les SS, est devenu un modèle pour les camps de travail et d’extermination ultérieurs pour les Juifs et d’autres groupes victimes de persécutions raciales. La famine, la torture et les exécutions arbitraires faisaient déjà partie de la vie quotidienne dans les premiers camps de concentration.

Les détenus des camps juifs y étaient déjà particulièrement harcelés et présentaient les taux de mortalité les plus élevés.

Le 12 avril 1933, des Juifs sont assassinés pour la première fois dans le camp de concentration de Dachau, par exemple Rudolf Benario, et six mois plus tard, le meurtre des détenus des camps de concentration est légalisé par le « Postenpflicht ».

Au cours de l’été 1935, la base du parti NSDAP organise à nouveau des actions de boycott. En réponse, le régime nazi s’est empressé de promulguer les lois de Nuremberg en septembre, qui restreignent sévèrement les droits civils des Juifs allemands.

Les « Volljuden » (Juifs à part entière) et les « jüdische Mischlinge » (Juifs métis) sont définis dans des décrets ajoutés ultérieurement. Les non-Juifs qui épousaient un Juif ou une Juive ou se convertissaient à la religion juive étaient déclarés « Geltungsjuden », quelle que soit leur origine.

En 1936 et 1937, Hitler parle à peine des Juifs et ne prend aucune autre initiative pour leur expulsion complète. Mais le 30 novembre 1937, selon Joseph Goebbels, il déclare : « Les Juifs doivent quitter l’Allemagne, voire l’Europe entière ».

Cela prendra encore du temps, mais il est « fermement déterminé » à le faire. En 1938, parallèlement au réarmement en cours de la Wehrmacht et aux préparatifs de guerre, le régime nazi intensifie à nouveau sa persécution des Juifs.

Par exemple, ils ont dû adopter des noms et des prénoms « typiquement juifs » supplémentaires (janvier), ont été cambriolés en masse après l’annexion de l’Autriche (mars), ont dû « enregistrer » tous leurs biens (26 avril), ont cessé de recevoir des contrats et des autorisations de l’État (septembre), mais ont reçu un tampon juif dans leur passeport (octobre), ce qui était justifié par des mesures étrangères contre les émigrants juifs.

Les Juifs qui n’avaient pas de nom « typiquement juif » devaient en outre adopter le nom « Sara » pour les femmes et « Israël » pour les hommes en raison de l’ordonnance sur le changement de nom d’août 1938.

Lors de la « Polenaktion » du 27 octobre 1938, quelque 15 000 Juifs ont été déportés de force d’Allemagne en Pologne.

Le meurtre du diplomate allemand Ernst vom Rath par l’intéressé, Herschel Grynszpan, a servi de prétexte aux pogroms de novembre 1938 dans tout le Reich, au cours desquels quelque 400 personnes ont été assassinées, plus de 1 400 synagogues, autres salles de réunion et cimetières ont été détruits, et jusqu’à 36 000 Juifs ont été internés dans des camps de concentration.

Avec la « Judenbuße » imposée le 12 novembre, les victimes doivent payer pour la destruction ; avec le décret pour l’élimination des Juifs de la vie économique allemande et le décret sur l’utilisation des biens juifs, l' »aryanisation » de l’État est accélérée. Même sans « plan fondamental », les mesures du régime nazi ont créé les conditions administratives essentielles qui ont rendu l’Holocauste possible : parmi elles, la définition légale du terme « juif », l’expropriation et la concentration dans des zones d’habitation spéciales.

La persécution et le meurtre des Juifs par le national-socialisme sont ainsi décrits comme des « politiques d’extermination » interconnectées et inséparables.

Sur les 510 000 Juifs allemands affiliés à des communautés religieuses israélites en 1933, entre 278 000 et 315 000 ont émigré au début de la guerre en septembre 1939 ; en 1940, 15 000 autres avaient fui.

Parmi les Juifs vivant dans des « mariages mixtes » ou se cachant dans le Reich, entre 10 000 et 15 000 ont échappé à l’Holocauste. Jusqu’à 195 000 Juifs allemands y ont été assassinés. Quelque 6 000 personnes ont survécu aux camps. Sur les quelque 200 000 Juifs autrichiens, environ 65 500 ont été assassinés pendant l’ère nazie, les autres ont pu fuir après l’Anschluss et le début de la guerre.

Conditions

Pour que l’Holocauste ait lieu, il fallait que les conditions intentionnelles et externes convergent. Les raisons intentionnelles décisives étaient les objectifs des nationaux-socialistes décrits ci-dessus, surtout leur antisémitisme de plus en plus radical.

En fin de compte, cela a conduit à ce qui, selon l’historien Eberhard Jäckel, rend la Shoah unique, à savoir qu’un État a décidé « de tuer aussi complètement que possible un groupe de personnes déterminé par lui, y compris des personnes âgées, des femmes, des enfants et des bébés, sans aucun examen du cas individuel ».

Cependant, cet « antisémitisme rédempteur » cohérent et fanatique d’Hitler et de ses partisans (une invention du terme de Saul Friedländer) était une condition essentielle et nécessaire, mais non suffisante, de l’Holocauste.

Les motifs du meurtre de masse étaient déjà présents à un stade précoce ; il ne manquait que les moyens et l’occasion.

La condition extérieure la plus importante de la Shoah a été la Seconde Guerre mondiale, car seule la conquête de grandes parties de l’Europe de l’Est par la Wehrmacht allemande a mis la majorité des Juifs d’Europe à la portée de l’État nazi.

L’historien Timothy Snyder soutient que l’échec simultané de la stratégie allemande de guerre éclair contre l’Union soviétique, du Plan Faim et du Plan Général Est pour l’exploitation économique des territoires conquis, qui était certain depuis le début de l’automne 1941, a incité les dirigeants nazis à reformuler leurs objectifs de guerre, en donnant la priorité à l’extermination des Juifs.

Dans son ouvrage Terre noire, Snyder montre également que moins il y avait de structures étatiques dans une région – par exemple en Pologne ou en Ukraine – plus le nombre de victimes était élevé.

Dans ces zones, où ni l’ordre public, ni les tribunaux et les administrations n’étaient en mesure de protéger les Juifs, les SS, les Einsatzgruppen et d’autres unités ont pu assassiner sans entrave et en toute impunité.

Cours

Escalade pendant la guerre.

Dans son important ouvrage intitulé « The Destruction of the European Jews », Raul Hilberg, spécialiste de l’Holocauste, situe le début de la Shoah à la prise de pouvoir d’Hitler en 1933. Toutefois, selon Saul Friedländer, le caractère de la politique nationale-socialiste à l’égard des Juifs a changé avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Alors que jusqu’en 1939, cette politique consistait essentiellement en « la persécution, la ségrégation, l’émigration et l’expulsion » et « une série d’humiliations et d’actes de violence, de perte et de vol » des Juifs allemands, elle s’est ensuite orientée de plus en plus vers l’extermination physique complète d’autant de Juifs que les nazis pouvaient en avoir.

Cette forme de persécution s’est également extrêmement radicalisée au fil du temps. Elle a commencé après l’invasion de la Pologne par des fusillades de masse arbitraires et a culminé à l’automne 1941, après l’invasion de l’Union soviétique, avec le gazage systématique de millions d’hommes, de femmes et d’enfants juifs de tous les territoires occupés d’Europe dans des camps d’extermination spécialement créés.

C’est pourquoi certains historiens considèrent que le début de l’Holocauste remonte également au début de la guerre, car dès septembre et octobre 1939, des milliers de Juifs polonais ont été assassinés et toutes les méthodes d’extermination ont été essayées : isolement dans des ghettos et des camps, famine, déportation, fusillades de masse et meurtres au gaz de combat.

Cependant, la plupart des chercheurs actuels sur l’Holocauste estiment que ce n’est qu’après le déclenchement de la guerre contre l’Union soviétique que le tournant décisif vers un génocide systématique, planifié et exécuté de manière centralisée, des Juifs a eu lieu. Mark Roseman, Christian Gerlach, Timothy Snyder et d’autres datent la décision finale à l’automne 1941.

Peter Longerich, quant à lui, estime que le programme d’assassinat n’a été mis en œuvre qu’à titre expérimental en Pologne et en Union soviétique. Il ne se concrétise qu’en mai/juin 1942.

Les assassinats ont eu lieu régionalement à des rythmes différents et pas toujours simultanément. Elles s’étendent à des groupes de victimes de plus en plus nombreux et sont exécutées avec des méthodes de plus en plus radicales.

Alors que certains groupes de victimes étaient encore expulsés ou déportés, d’autres étaient déjà exterminés, de sorte que « la conception, la prise de décision et l’exécution ne peuvent pas toujours être clairement délimitées ».

Peter Longerich conclut, à partir des informations contenues dans le rapport Jäger, qu’entre le 5 et le 16 août 1941 au plus tard, un ordre a dû parvenir au Rollkommando Hamann selon lequel, en principe, aucune distinction n’était faite entre le meurtre d’hommes et de femmes et le meurtre d’enfants était exempté.

À partir d’octobre, les Juifs allemands sont également déportés et la construction des premiers camps d’extermination commence. À partir du 25 novembre, les Juifs allemands sont également fusillés. A partir du 8 décembre, les Juifs sont tués avec des gaz d’échappement.

À partir de février 1942, les Juifs d’Europe occidentale et méridionale sont également déportés vers l’Europe orientale. À partir de mars, des camps d’extermination équipés de chambres à gaz sont mis en service et les Juifs qui y sont déportés sont tués dès leur arrivée.

À partir de juillet, les Juifs de tous les pays occupés d’Europe sont déportés vers des camps d’extermination. Le régime nazi n’a mis aucune limite aux tueries, ne les a jamais arrêtées et n’est jamais revenu sur ses décisions à cet égard ; tout au plus a-t-il reporté certaines de ces mesures.

Le meurtre des Juifs hongrois, temporairement suspendu, s’est poursuivi et accéléré alors que la défaite de la guerre était déjà certaine. Les survivants des camps d’extermination et de travail démantelés sont envoyés dans des marches de la mort.

Premiers massacres et déportations.

Avec l’invasion de la Pologne, quelque deux millions de Juifs polonais passent sous la coupe des national-socialistes.

Le 3 septembre 1939, deux jours après le début de la guerre, les Allemands ont perpétré le premier massacre de Juifs polonais, qu’ils prétendaient être une vengeance du dimanche sanglant de Bydgoszcz. À la fin du mois de décembre 1939, des membres de la SS, du SD et de la Wehrmacht allemands avaient assassiné quelque 7 000 Juifs polonais, dont certains de manière indiscriminée.

Ces meurtres ont accompagné les massacres de plus de 60 000 Polonais par les Einsatzgruppen allemands, que le régime nazi avait commandés et préparés avec des listes de cibles. Leur objectif était de déresponsabiliser et d’intimider la classe supérieure polonaise et de chasser autant de Juifs polonais que possible de la Pologne occidentale occupée par les Allemands vers la Pologne orientale.

Le 21 septembre 1939, Adolf Hitler, Heinrich Himmler, Reinhard Heydrich et Albert Forster s’étaient mis d’accord à Berlin sur l’objectif immédiat de transférer, dans un délai d’un an, tous les « Juifs du Reich » dans une « réserve juive » gardée et inhospitalière près de Lublin en Pologne et de les y faire travailler de force.

À cette fin, Adolf Eichmann, alors chef du « Bureau central de l’émigration juive à Prague », élabore le plan Nisko. Du 18 au 26 octobre 1939, il a fait venir à Nisko quelque 5 000 Juifs de Vienne, Katowice et Ostrava et les a forcés à construire un soi-disant camp de transit pour leur « réinstallation » ultérieure.

Ces transports devaient servir à tester et à préparer les déportations complètes du « Vieux Reich », mais ils ont été arrêtés sur ordre de Himmler. La plupart des déportés s’enfuient par la frontière vers la Pologne orientale ou meurent de faim et de froid dans le camp.

La police de sécurité allemande de l’ouest de la Pologne annexée veut expulser tous les Juifs de son territoire vers le gouvernement général nouvellement créé. De décembre 1939 à mars 1940, quelque 175 000 Polonais, dont beaucoup de Juifs, y ont été déportés. En mars 1940, ces transports sont arrêtés pour le moment en raison de problèmes d’organisation, sans pour autant abandonner les plans de « réinstallation ».

Ainsi, un modèle de traitement des Juifs dans les territoires conquis a été établi : les administrations de district allemandes ont fait pression pour leur déportation vers les régions voisines, qui a été organisée à court terme et exécutée brutalement avec des transports ferroviaires sans tenir compte de la vie humaine. Dans le processus, les SS et la police ont tiré sur certains déportés à leur arrivée.

Les premiers meurtres euthanasiques par fourgon à gaz ont eu lieu en Pologne. À partir de mai 1940, les patients juifs des sanatoriums et des maisons de retraite allemands sont séparés et tués au gaz toxique dans le cadre de l’Aktion T4, puis de l’Aktion 14f13.

Ghettoïsation

En 1938, la création de ghettos pour les « Juifs du Reich » est envisagée, initialement sous la forme de maisons pour les Juifs. Dès le début de la guerre, les municipalités allemandes ont commencé à séparer ou à déporter les Juifs vers des zones de logement spéciales de leur propre initiative. Des milliers de Juifs polonais vivant dans le Reich allemand ont été internés dans des camps de concentration et leurs sous-camps.

À la place de la « réserve juive », qui échoue pour l’instant, un « ghetto du Reich » est prévu en Pologne. Le Gauleiter de Wartheland et l’administration de la ville de ?ód? ont commencé de leur propre initiative en décembre 1939 à créer le ghetto de Litzmannstadt, qui a existé jusqu’en 1944.

En avril 1940, 157 000 Juifs ont été contraints de s’y installer. Elle était murée et gardée par la police, avec l’ordre de tirer pour tuer en cas de tentative d’évasion. À l’automne 1940, l’administration allemande de la ville divise Varsovie en une « zone d’exclusion des épidémies » et en fait le ghetto hermétique de Varsovie (quartier résidentiel juif). Quelque 500 000 Juifs polonais y ont été emprisonnés jusqu’en mai 1941.

Dès l’hiver 1940/41, des milliers de résidents du ghetto, en particulier des enfants et des personnes âgées, sont morts de faim, de froid, de maladies non soignées et d’affaiblissement. Les rations alimentaires officielles étaient extrêmement faibles et conçues pour des morts massives.

En outre, les gardes nazis procédaient quotidiennement à des exécutions arbitraires. À l’automne 1942, quelque 100 000 Juifs étaient morts à Varsovie et environ 25 000 à ?ód?. Presque seuls les quelques habitants qui avaient encore des relations en dehors des limites du ghetto et qui étaient en bonne condition physique avaient une chance de survivre.

Au printemps 1941, les administrations municipales et de district allemandes ont créé de nombreux ghettos dans le gouvernement général sans ordre central, afin de libérer des logements pour les soldats de la Wehrmacht et de se préparer à la déportation imminente des Juifs polonais vers les territoires soviétiques conquis.

À cette fin, certains fonctionnaires ont tout simplement interdit le départ des « quartiers résidentiels juifs » non murés. À partir de 1942, les nouveaux ghettos servent directement à préparer les transports de Juifs en vue de leur assassinat.

Plans d’expulsion.

Le 7 octobre 1939, après la victoire de l’invasion de la Pologne, Hitler nomme le Reichsführer SS Heinrich Himmler « commissaire du Reich pour la consolidation de la nationalité allemande ». Himmler est ainsi responsable de tous les « plans de ré-ethnicisation » racistes dans les territoires déjà conquis ou à venir d’Europe de l’Est.

Himmler a commandé le Plan général Est, qui a débuté le 24 juin 1941 et prévoyait la déportation de jusqu’à 31 millions de Slaves et leur assassinat en masse par millions. Les Juifs n’y sont pas mentionnés, car leur « disparition » est supposée.

En mai 1940, alors que la victoire dans la campagne occidentale est imminente, le ministère des affaires étrangères du Reich et le bureau principal de la sécurité du Reich envisagent le plan Madagascar : il s’agit de saisir l’île de Madagascar à la France vaincue et d’y déporter jusqu’à 5,8 millions de Juifs européens. Himmler espérait voir le « concept juif » « complètement éteint » par cette « émigration ».

L’assimilation des « éléments de valeur raciale » des minorités non juives par le vol d’enfants et la privation d’éducation était pour lui « la plus douce et la meilleure » si la « méthode bolchevique d’extermination physique d’un peuple par conviction interne était rejetée comme non germanique et impossible ». Selon ce document, le génocide était déjà envisagé dans l’entourage d’Himmler, mais l’idée était toujours rejetée.

Dans la nuit du 21 au 22 octobre 1940 (fête des Tabernacles), a lieu l' »action Wagner-Bürckel », au cours de laquelle plus de 6 500 Juifs de Baden et du Palatinat sarrois sont déportés vers le camp d’internement de Gurs, dans le sud de la France.

Adolf Eichmann était responsable du transport ferroviaire. Le lendemain, Wagner signe un décret déclarant que tous les biens des Juifs expulsés de Baden sont « perdus pour le pays ». Avant même cela, les Juifs d’Alsace et de Lorraine conquis avaient été déportés vers la France occupée.

En novembre 1940, après la bataille aérienne pour l’Angleterre, le plan Madagascar devient illusoire. Cependant, certaines archives nazies le mentionnent encore au début de 1942. Dès 1941, des documents parlent d’une « solution finale territoriale » « dans un territoire qui reste à déterminer ».

Himmler et Heydrich envisagent la possibilité de déporter les Juifs dans des régions inhospitalières derrière l’Oural, dans les marais de Pripyat ou dans les camps de la mer Arctique après la guerre contre l’Union soviétique, qui se prépare à l’époque, et de les y laisser périr.

Les plans reflètent l’absence d’un plan d’ensemble, le chaos des compétences et la concurrence entre les autorités nazies impliquées, ainsi que leur volonté permanente de parvenir à une « solution finale ».

Puisque, d’une part, il leur est plus facile de traiter les Juifs comme des ennemis internes de la guerre et que, d’autre part, ils ne peuvent plus simplement les déporter vers des territoires non occupés, des idées plus radicales de solution gagnent du terrain.

Selon Dieter Pohl, tous ces plans de déportation à grande échelle visaient un génocide progressif car ils incluaient de mauvaises conditions de vie, le travail forcé et la stérilisation forcée : les déportés devaient être la dernière génération de Juifs.

Prise de décision bdécisionnelle b.

La manière dont le régime nazi est parvenu à la décision non seulement d’éliminer les Juifs de la sphère gouvernementale allemande, mais aussi de les tuer tous, fait l’objet de controverses dans la recherche historique.

D’une part, il n’est pas clair si cette décision était une conséquence directe du « programme » antisémite radical d’Hitler, comme le supposent les « intentionnalistes », ou si elle a été « improvisée » au sein de la polycratie nationale-socialiste entre divers acteurs rivaux à Berlin et dans la périphérie – c’est le point de vue des « fonctionnalistes ».

En outre, le moment où Hitler a donné l’ordre de l’Holocauste, voire même son existence, est contesté. Le régime nazi a fait consigner par écrit le moins possible de décisions relatives aux crimes nazis, les a traitées comme une affaire secrète du Reich et a fait détruire de nombreux dossiers, car les décideurs étaient conscients de l’ampleur et de la portée de leurs crimes.

Les documents écrits étaient souvent utilisés pour une légitimation ultérieure, c’est-à-dire qu’ils présupposaient des décisions informelles et pouvaient être accompagnés d’instructions verbales plus étendues.

Les discours d’Hitler étaient délibérément généraux, ambigus et voilés, mais ils ont servi de guide pour les nombreuses mesures prises par les autorités nazies à l’égard des Juifs, qui étaient conformes à la « volonté du Führer » et qu’Hitler approuvait à son tour.

Le 30 janvier 1939, au Reichstag, il menace de « l’anéantissement de la race juive en Europe » en cas de nouvelle guerre mondiale. Il n’a pas précisé si cela devait être compris comme une conséquence des déportations ou comme une intention directe de meurtre ; il n’y avait pas encore de plan d’extermination.

Pendant l’Holocauste, il est revenu sur ce discours à de nombreuses reprises, quatre fois rien qu’en 1941 et 1942, et a fait allusion à sa fin :

« Autrefois, les Juifs se moquaient aussi de mes prophéties en Allemagne. […] De ceux qui riaient alors, innombrables sont ceux qui ne rient plus aujourd’hui… ».

Selon l’historien Hans Mommsen, l’objectif principal de Hitler dans ce discours était, d’une part, d’obtenir des devises étrangères des puissances occidentales pour financer l’émigration juive dans le cadre des négociations du Comité Rublee qui se déroulaient au même moment, et d’autre part – avec les Juifs comme otages – de les contraindre à un bon comportement politique envers le Reich allemand.

Aucun ordre écrit d’Hitler concernant l’Holocauste n’a été trouvé et n’a probablement pas existé. Cependant, plusieurs ordres écrits et verbaux d’Hitler sur des mesures d’extermination individuelles ont été documentés.

Il avait ordonné l’Aktion T4 en octobre 1939 et avait antidaté le décret écrit au 1er septembre 1939, date du début de l’invasion de la Pologne. Ainsi, il comprenait l' »extermination de la vie indigne » pour la « purification du sang aryen » comme faisant partie de sa guerre.

Le décret légitimait les meurtres de malades préparés en secret afin d’éviter une loi publique sur l’euthanasie et d’apaiser la crainte de conséquences pénales chez les médecins impliqués.

Après que les protestations des églises se sont fait entendre malgré le secret, Hitler a ordonné l’arrêt de l’Aktion T 4 le 24 août 1941, mais a autorisé la poursuite des meurtres de malades dans les territoires occupés d’Europe orientale.

Selon Karl Schleunes, cela démontre son calcul pour ne pas mettre en péril l’approbation politique interne de sa politique, afin que l’extermination raciste puisse être menée à bien sans entrave. Cette attitude a également déterminé son approche de l’Holocauste.

Dès février 1941, le régime nazi planifie la guerre d’extermination contre l’Union soviétique avec les généraux de la SS et de la Wehrmacht. Le meurtre de masse a été discuté lors de plusieurs réunions.

Le 3 mars, Hitler donne des directives à l’OKW pour qu’il collabore avec les SS et la police à l’élimination de l’intelligentsia « judéo-bolchévique ». Comme en Pologne en 1939, les élites de l’État, du parti et de l’armée devaient être décimées en premier.

Le décret du tribunal de guerre OKW du 13 mai 1941, ordonné par Hitler, autorisait les soldats de la Wehrmacht à abattre immédiatement les civils soupçonnés de résistance sans craindre de conséquences pénales militaires.

L’ordre des commissaires d’Hitler du 6 juin 1941 ordonnait que les officiers politiques de l’Armée rouge qui étaient prisonniers de guerre soient immédiatement marqués et fusillés.

En outre, il y avait le calcul de la famine pour nourrir les troupes allemandes sur le terrain et livrer en retour des millions de civils soviétiques à la famine. Ces ordres et ces plans ont particulièrement touché les Juifs, car ils étaient identifiés aux fauteurs de troubles et aux « bolcheviks » et vivaient principalement dans les villes.

En mai 1941, sur ordre d’Hitler, Heydrich fait mettre en place et former en quelques semaines quatre « Einsatzgruppen der Sicherheitspolizei und des SD » (A à D) mobiles. À partir de juillet, plusieurs Einsatzgruppen « zur besonderen Verwendung » (z. b. V.) ont été ajoutés.

Leur mission officielle était de combattre les partisans derrière les groupes d’armées de la Wehrmacht qui avançaient par des « représailles », c’est-à-dire des massacres en représailles d’attaques supposées ou réelles contre des soldats allemands.

Le haut commandement de l’armée leur a permis d’agir de manière indépendante avec un accord et leur a en même temps promis une étroite coopération. En outre, il y avait plusieurs bataillons de la police de l’ordre et deux brigades de Waffen-SS sous le « Kommandostab Reichsführer SS » sans tâches spéciales.

Les trois hauts commandants de la SS et de la police (HSSPF) Erich von dem Bach-Zelewski, Friedrich Jeckeln et Hans-Adolf Prützmann, qui étaient directement subordonnés à Himmler, ont dirigé et coordonné les opérations d’assassinat de tous ces groupes.

Allez plus loin  Hiroshima, Mon Amour

Himmler fait fréquemment référence à l’ordre personnel d’Hitler d' »exterminer » les Juifs dans ses entrées de journal et dans ses discours de Posen d’octobre 1943. Selon son médecin personnel, Felix Kersten, il aurait reçu cet ordre au printemps 1941.

C’est pourquoi la théorie selon laquelle Hitler avait déjà donné l’ordre de l’Holocauste au printemps ou à l’été 1941 a été longtemps soutenue. Le 21 mai, Himmler subordonne par écrit la HSSPF à un « ordre spécial du Führer » pour exécuter ses « ordres spéciaux » dans les territoires qui seront occupés à l’avenir.

Le 17 juin, Heydrich leur donne oralement l’ordre, à Berlin, de lancer une « autopurge » – des pogroms – contre les Juifs et les communistes dans les territoires qui seront bientôt occupés.

Dans ses ordres opérationnels du 29 juin 1941, il le leur rappelle. Le 2 juillet, il leur a énuméré les groupes de personnes à tuer selon l’ordre. Il a explicitement ajouté « les Juifs occupant des postes au sein du parti et de l’État » et a permis aux auteurs d’élargir les groupes de victimes avec des termes délibérément vagues.

D’autres ordres du RSHA exigeaient que la Wehrmacht remette tous les prisonniers de guerre juifs aux SS. Les destinataires ne disposaient donc pas encore d’un ordre général d’assassiner des Juifs émanant de la chancellerie du Reich.

Le 16 juillet 1941, Hitler, sur l’insistance d’Himmler, lui confie la responsabilité des SS, de la police et du SD également à l’Est. Himmler fait passer les Einsatzgruppen de 3 000 à 33 000 hommes à la fin de l’année, y compris les habitants des territoires occupés qui sont prêts à aider.

Le 31 juillet, Hermann Göring charge Heydrich de rédiger un « projet global » pour une « solution totale de la question juive ». Le texte a été rédigé au bureau principal de la sécurité du Reich et n’a été soumis à Göring que pour sa signature, c’est-à-dire qu’il était censé autoriser des plans déjà en cours.

Selon le récit de Lars Lüdicke, Göring a écrit la lettre lui-même, sur la base d’un projet commandé par Heydrich. Le 1er août, Hitler ordonne par radio aux commandants des Einsatzgruppen de le tenir continuellement informé de leurs découvertes.

Selon les déclarations ultérieures et cohérentes des commandants participants, Jeckeln leur a ordonné en août d’étendre les exécutions aux femmes et aux enfants « afin de ne pas permettre l’émergence de vengeurs ».

Le 15 août, un rapport des Einsatzgruppen mentionne pour la première fois les « Juifs, les femmes et les enfants juifs » comme victimes de meurtres. À la fin du mois d’août, l’Einsatzgruppe D signale que sa zone d’opérations est désormais « exempte de Juifs ». Dans le même temps, tous les Juifs des zones conquises doivent être emmenés dans des ghettos et enregistrés ; les Juifs enregistrés sont tous fusillés peu après.

Selon le chef de l’Einsatzkommando, Otto Bradfisch, Himmler a répondu à sa question en présence de tous les tireurs lors d’une fusillade de masse à Minsk : il y avait un « ordre du Führer sur l’abattage de tous les Juifs » qui avait force de loi.

Selon Jeckeln, Himmler lui a donné l’ordre, avant le « dimanche sanglant de Riga » (30 novembre 1941), de dire à Hinrich Lohse : « … c’est mon ordre, qui est aussi le souhait du Führer ». Ces déclarations d’après-guerre sont liées à l’ordre du commissaire, qui s’est généralisé à partir du mois d’août.

Hans Mommsen, quant à lui, considère que l’élargissement des personnes à tuer aux femmes et aux enfants juifs n’était pas motivé par des ordres explicites, mais par une impulsion propre.

Les chefs des Einsatzgruppen ont compris leur députation comme une occasion de faire leurs preuves et se sont donc vus en concurrence les uns avec les autres pour obtenir les quotas les plus élevés ; le mythe du bolchevisme juif a fait que les auteurs ont payé la résistance dans chaque cas par davantage de meurtres de Juifs.

Lorsque l’avance allemande faiblit à la fin du mois d’août, il devient évident que les espoirs d’une victoire allemande rapide sont trompeurs. À ce moment-là, Hitler avait programmé la « solution finale de la question juive » pour après la victoire attendue sur l’Union soviétique.

Le 17 septembre 1941, il cède à l’insistance d’Alfred Rosenberg et de Joseph Goebbels, qui souhaitent que les Juifs du Reich allemand et du Protectorat de Bohême et de Moravie soient déportés à l’Est dès le début de la guerre.

L’historien suisse Philippe Burrin estime que c’est dans cette situation qu’Hitler a pris la décision finale de commettre un génocide : face à l’échec de sa stratégie de blitzkrieg, il a tenté de reprendre l’initiative et a décidé de détruire ceux qu’il considérait comme les auteurs de son échec.

Selon l’historien Peter Longerich, d’autres raisons ont motivé la décision de déporter les Juifs allemands et tchèques : La raison invoquée par les nationaux-socialistes pour riposter à la déportation des Allemands de la Volga en Sibérie et au Kazakhstan était, au mieux, la raison du changement d’avis d’Hitler.

La menace d’une entrée en guerre des États-Unis était plus importante pour lui : comme Hitler croyait fermement à une conspiration juive mondiale dans laquelle le bolchevisme et le capitalisme financier étaient les deux faces d’une même pièce, il pensait pouvoir influencer la politique étrangère américaine en les déportant.

En outre, il y avait le motif politique interne de présenter son propre peuple comme un bouc émissaire pour le début de la guerre des bombes.

Le 2 octobre, Himmler propose à Hitler de « relocaliser » les Juifs d’Allemagne et du protectorat du Reich dans les ghettos de Riga, Reval et Minsk.

Le 10 octobre, Heydrich réitère l’objectif fixé par Hitler lors du RSHA, à savoir rendre le Reich allemand « libre de Juifs » d’ici la fin de l’année, et désigne comme destinations les camps de concentration nouvellement construits en plus des ghettos.

Le 18 octobre 1941, Himmler a publié un décret prenant effet le 23 octobre et interdisant à tous les Juifs d’émigrer d’Allemagne. Le 25 octobre, Viktor Brack propose de gazer les Juifs incapables de travailler dans les ghettos de l’Est avec son appareil d’euthanasie.

Le 1er novembre, les SS commencent la construction du camp d’extermination de Belzec, qui doit servir à vider les ghettos surpeuplés.

Au cours de ces semaines, les déclarations internes d’Hitler sur sa haine des Juifs, qu’il considère comme « l’ennemi mondial » derrière toutes les puissances qui font la guerre à l’Allemagne, augmentent et s’intensifient.

L' »élimination » des Juifs était une condition à tout changement positif dans les pays occupés ou alliés, sinon ils auraient un effet destructeur par le biais du métissage.

Le 21 octobre, il déclare : « Si nous exterminons ce fléau, nous accomplirons pour l’humanité un exploit dont nos hommes à l’extérieur ne peuvent encore imaginer l’importance ». Le 25 octobre, il rappelle aux dirigeants nazis sa « prophétie » du 30 janvier 1939 : « Il est bon, si la terreur nous précède, que nous exterminions les Juifs ».

Les chercheurs supposent que la décision de réaliser l’Holocauste était liée au développement de la guerre d’extermination contre l’URSS. L’historien britannique et biographe d’Hitler Ian Kershaw souligne que la destruction du « bolchevisme juif » était au cœur de cette guerre.

Hitler s’est exprimé à plusieurs reprises dans les termes les plus brutaux sur la destruction de l’URSS au cours de l’été et de l’automne 1941 et s’est livré à des généralisations barbares sur les Juifs dans leur ensemble.

Ainsi, « à partir des contradictions et du manque de clarté de la politique anti-juive, un programme d’assassinat de tous les Juifs de l’Europe conquise par les Allemands a pu prendre forme.

Selon Christopher Browning, spécialiste américain de l’Holocauste, « les préparatifs de l’opération Barbarossa ont déclenché une chaîne d’événements fatidiques, et la « guerre d’extermination » meurtrière a rapidement conduit au meurtre de masse systématique, d’abord des Juifs soviétiques et, peu après, des autres Juifs européens ».

L’historien Christian Gerlach, quant à lui, interprète deux sources de décembre 1941 comme l’ordre d’Hitler pour l’Holocauste : D’une part, le 12 décembre, un jour après sa déclaration de guerre aux Etats-Unis, il déclare aux Gauleiters réunis à la Chancellerie du Reich : Puisque la guerre mondiale a commencé, l’extermination des Juifs doit être « la conséquence nécessaire ».

En outre, Gerlach se réfère à une note du journal de service de Himmler du 18 décembre qui, après une conversation avec Hitler, indique que les Juifs doivent être « exterminés en tant que partisans ».

Heydrich avait invité les plus importants fonctionnaires du ministère à la conférence de Wannsee le 11 décembre, qui fut reportée au 20 janvier 1942 en raison de la déclaration de guerre d’Hitler, en référence à l’ordre de Göring. Ils y ont discuté de l’organisation future de l’Holocauste en cours.

Selon le seul procès-verbal de la conférence qui subsiste, 11 millions de Juifs devaient être déportés d’Europe. Toutes les branches importantes du pouvoir nazi devaient y participer, et tous les participants ont accepté de l’exécuter.

Le « Judenreferent » de Heydrich, Adolf Eichmann, organisateur et enregistreur de la conférence, « a témoigné en 1961 pendant son emprisonnement en Israël que Heydrich lui avait dit personnellement et textuellement quelques jours avant la conférence : « Le Führer a ordonné l’extermination physique des Juifs ».

Au procès d’Eichmann, il a encore confirmé ce que signifiait le langage de camouflage du protocole : « Il était question de tuer, d’éliminer et d’annihiler ».

En raison du déroulement des événements et des documents qui ont survécu, les historiens supposent qu’Hitler et les dirigeants nazis n’ont pas décidé, planifié, ordonné ou permis que l’Holocauste ait lieu à une seule date, mais sur une période plus longue.

Ils supposent que la décision de déporter et d’assassiner les Juifs d’Europe restants n’a été prise qu’après que les Einsatzgruppen eurent commencé leurs meurtres. Il n’y a pas eu d’ordre explicite d’Hitler pour la « solution finale ».

Les groupes d’auteurs de crimes nazis sur le terrain avaient élargi les groupes de victimes en étroite collaboration avec les autorités centrales. Hans Mommsen considère l’Holocauste comme le résultat final d’un processus complexe de radicalisation croissante de la persécution des Juifs et de la guerre.

Le tournant décisif dans la radicalisation de la politique antisémite du régime nazi est l’invasion de l’Union soviétique. Quelques mois plus tard, « l’étape de la mise en œuvre de l’Holocauste […] était déjà en mouvement en octobre 1941 ».

Cependant, Mommsen ne croit pas qu’Hitler ait donné un ordre concret pour l’Holocauste : il a délibérément évité de s’identifier formellement au programme de tuerie, qui était impopulaire auprès de la population allemande, et a laissé l’initiative à Himmler, Heydrich et Odilo Globocnik.

Fusillades systématiques bde masse.

Les Einsatzgruppen ont abattu pour la première fois des Juifs adultes de sexe masculin dans une localité de Garsden le 24 juin 1941, deux jours après l’invasion de l’Union soviétique. Au cours des six premières semaines, des meurtres de masse de centaines à des milliers de personnes ont eu lieu dans chaque opération.

À partir de juillet, les guérillas fascistes du nord-est de la Pologne, de l’ouest de l’Ukraine, de la Lituanie et de la Biélorussie ont également perpétré, en étroite collaboration avec les Einsatzgruppen allemands et la Wehrmacht, des meurtres de masse d’hommes juifs ressemblant à des pogroms.

Des milices telles que le Kommando Ar?js étaient issues de mouvements nationalistes et paramilitaires tels que le  » Loup de fer  » lituanien (Geležinis vilkas) et la  » Croix du tonnerre  » lettone (P?rkonkrusts) ; il y avait également plusieurs groupes de ce type en Ukraine, comme l’OUN.

Depuis le printemps 1941, le bureau principal de la sécurité du Reich et les services de renseignements militaires allemands avaient établi des contacts avec eux et prévoyaient de les utiliser comme déclencheurs de pogroms contre les « bolcheviks juifs » après l’invasion. Quelque 40 000 Juifs soviétiques ont été victimes de cette vague de meurtres.

Le 15 juillet, pour la première fois, tous les Juifs d’un village ont été assassinés à Mitau. À partir du 15 août, l’Einsatzkommando 3, notamment en Lituanie et en Lettonie, abat également presque quotidiennement des femmes, des enfants et des vieillards juifs aux points de rassemblement des villes soviétiques conquises ; à Kaunas, Ponar, près de Vilna, qui possédait un ghetto juif, également à plusieurs reprises. En Estonie, environ 1 000 Juifs ont pu s’échapper ; 950 ont été tués.

Lors du massacre de Kamenez-Podolsk, les 29 et 30 août 1941, tous les Juifs d’une grande ville ont été tués pour la première fois suite à un accord entre Jeckeln et la Wehrmacht.

Parmi les 23 000 victimes, on compte 14 000 Juifs déportés de Hongrie. À partir du 15 septembre, les Einsatzgruppen C et D et les bataillons de police ont commencé à assassiner tous les Juifs dans les plus grandes villes d’Ukraine : d’abord à Shitomir, dans les gorges de Babyn Yar près de Kiev, puis dans les gorges de Drobyzky Yar près de Kharkiv.

À partir d’octobre, les Einsatzgruppen et les bataillons d’Ukraine occidentale ont assassiné tous les Juifs qu’ils avaient laissés derrière eux lors de la première vague de meurtres.

Toujours en Biélorussie, la Schutzstaffel, la police et la 707e division d’infanterie ont assassiné des Juifs dans les grandes villes comme Vitebsk, Polozk, Borissov et dans les zones rurales à partir d’octobre.

Dans les régions les plus orientales de la Russie, de nombreux Juifs ont pu fuir à temps ; ceux qui sont restés ont également été tués, par exemple à Smolensk, Rostov et Kalinin.

Le 30 novembre et les 7 et 8 décembre, le nouveau commandant en chef des SS et de la police, Friedrich Jeckeln, fait assassiner la plupart des Juifs lettons à Riga avec tous les bataillons de police disponibles, afin de vider le ghetto de cette ville pour les transports de Juifs du Reich allemand qui approchent.

Les premiers transports de Juifs déportés de Berlin arrivent à Kaunas du 25 au 29 novembre 1941. Les Einsatzkommandos les ont abattus immédiatement après leur arrivée ; la même chose s’est produite à Riga le 30 novembre.

Le 30 novembre, Himmler interdit de tirer sur les Juifs de Berlin et réprimande Friedrich Jeckeln pour avoir ignoré ses « directives ». Mais on peut supposer qu’il voulait seulement retarder le meurtre un peu plus longtemps pour éviter que la nouvelle ne se répande dans le Reich.

En février 1942, les Juifs allemands sont à nouveau déportés à Lublin et fusillés à Riga. Par la suite, les Juifs allemands ont été inclus dans l’Holocauste en cours.

Bien que la plupart des Juifs de l’administration générale aient déjà été tués dans des camps d’extermination, les fusillades de masse se poursuivent dans les anciennes zones soviétiques, désormais occupées par les Allemands.

Dans les forêts proches des grandes villes, la police de l’ordre établit des sites d’exécution scellés : Ponar près de Vilna, la forêt de Rumbula, la forêt de Bi?ernieki près de Riga, le camp d’extermination de Bronnaja Gora près de Brest, et d’autres encore. Les victimes transportées là-bas devaient se déshabiller et étaient abattues par groupes au bord de fosses creusées, dans lesquelles elles tombaient ensuite.

Le 101e bataillon de police de réserve a participé à l’exécution de 38 000 Juifs et à la déportation de 45 000 Juifs vers des camps d’extermination. Parmi celles-ci figure le massacre de Józefów, le 13 juillet 1942. Les Juifs vivant en Serbie, en Croatie et en Roumanie sont également abattus en masse à partir de septembre 1941.

Le tableau incomplet suivant ne comprend que les fusillades de masse majeures et mineures exemplaires. Abréviations pour Einsatzgruppe = EG, Einsatzkommando = EK, Front activiste lituanien = LAF, Organisation des nationalistes ukrainiens = OUN, Bataillon de police = PB, Sonderkommando = SK, Police de sécurité et d’ordre = OP.

Le 31 décembre 1941, Himmler rapporte à Hitler 363 000 Juifs tués en tant que « partisans » entre août et novembre.

À la fin de l’année, les unités d’exécution ont assassiné au moins 500 000 des quelque 2,5 millions de Juifs soviétiques vivant dans les territoires occupés par les Allemands. Lors de la conférence de Wannsee, le 20 janvier, quelque 900 000 Juifs avaient été tués. Les Einsatzgruppen et les bataillons de police ont abattu au total au moins 1,3 million de Juifs.

Camps d’extermination

Au printemps 1941, lors de la planification de la guerre d’extermination contre l’Union soviétique, Hitler avait promis à Hans Frank que le gouvernement général serait le premier à être « nettoyé des Juifs », c’est-à-dire que les Juifs qui y vivaient seraient déportés vers les territoires conquis.

Lorsqu’il est devenu évident que le cours de la guerre l’empêcherait, les Gauleiters de la Pologne occupée ont exigé que les Juifs des ghettos soient tués en masse. En raison de la surpopulation délibérée et de l’isolement total, les épidémies se sont propagées dans les ghettos.

L’incapacité supposée de travailler, les risques d’infection et les charges que représentent les « cantines inutiles » pour les Allemands et la Wehrmacht sont autant de prétextes pour exiger des « solutions radicales » pour les habitants des ghettos.

Göring, chargé par Hitler de la « solution finale de la question juive », demande à Reinhard Heydrich, le 31 juillet 1941, d’élaborer un plan détaillé à cet effet. Les fusillades de masse ont rapidement été considérées comme « inefficaces ».

Il ne s’agissait pas seulement de la lenteur des assassinats, mais aussi des problèmes que les auteurs avaient avec le travail d’assassinat, qu’ils trouvaient trop long, trop pénible et, surtout, trop voyant. Les méthodes de mise à mort anonymes sont censées réduire ou éliminer les inhibitions psychologiques de leurs auteurs.

C’est ainsi qu’en été et au début de l’automne, l’idée est née de commettre les meurtres dans des camps d’extermination créés spécialement à cet effet et organisés comme de simples « usines de la mort ». Cela avait également pour but de faciliter le secret des crimes.

En octobre 1941, le Gauleiter du Wartheland, Arthur Greiser, en consultation avec Viktor Brack, l’un des organisateurs de l’euthanasie nazie, a fait en sorte que la méthode de meurtre par gazage au monoxyde de carbone utilisée dans l’Aktion T4 soit utilisée dans son Gau.

À cette fin, un commando spécial de SS, dont les membres avaient participé aux massacres de malades en 1939/40, a créé en quelques semaines le camp d’extermination de Kulmhof (Chelmno). Le 8 décembre 1941, un premier groupe de Juifs de Prague y a été gazé.

Afin de vider, comme prévu, les grands ghettos allemands de la Pologne occupée en assassinant leurs habitants, les camps d’extermination de Belzec, Sobibor et Treblinka sont construits de novembre 1941 à juillet 1942. Les médecins et les spécialistes de l’administration et des transports sont pour la plupart issus de l’Aktion T4, et certains d’entre eux ont gravi les échelons de la hiérarchie SS.

Le 26 septembre 1941, Himmler donne au commandant du camp Rudolf Höß l’ordre de transformer le camp de travail forcé, qui existe depuis 1940, en camp d’extermination. Les autres camps d’extermination étaient le camp de concentration de Majdanek et Maly Trostinez près de Minsk en Biélorussie.

Le 16 mars 1942, les SS et la police, en concertation avec l’administration militaire, commencent à vider d’abord les ghettos de Lemberg et de Lublin, et à partir du mois de mai ceux du district de Cracovie, et à transporter leurs habitants à Belzec.

Les conseils juifs ont été contraints de sélectionner les victimes, qui ont été tuées immédiatement après leur arrivée. À partir de mai 1942, les Juifs des environs qui avaient été classés comme « inaptes au travail » sont assassinés à Sobibor.

Les bureaux de l’administration civile en Pologne ont classé tous les Juifs dans les trois catégories « apte à la guerre », « apte au travail » et « inapte au travail ». À la fin du mois de mai, un consensus s’est dégagé entre toutes ces agences pour assassiner toutes les personnes « inaptes au travail ».

Des ghettos juifs sont également mis en place dans les petites villes. Les préparatifs sont organisés de manière centralisée à Lublin ; l’ensemble du projet d’assassinat est appelé Aktion Reinhardt, du nom de Reinhard Heydrich, qui a été assassiné peu de temps auparavant.

Les gaz d’échappement des moteurs étaient principalement utilisés comme méthode d’assassinat. Presque tous les arrivants sont tués sans tenir compte de leur capacité de travail, et ce n’est qu’exceptionnellement qu’ils sont épargnés afin d’être incorporés dans un commando de prisonniers internés.

À partir d’août 1942, sur ordre des administrations militaires qui voulaient sauver les quotas alimentaires, les ghettos restants en Biélorussie et en Ukraine ont été « nettoyés » : cela signifiait le meurtre complet de leurs habitants, en particulier en Volhynie, à Luzk, Vladimir Volynsk, Brest-Litovsk et Pinsk.

Des camions à gaz ont également été utilisés à Maly Trostinez. Des unités de la Wehrmacht, trois bataillons de police, la police de protection stationnaire, la gendarmerie et les aides étrangers ont été directement impliqués dans nombre de ces massacres.

Le camp de concentration de Theresienstadt à Terezín, près de Prague, appelé « ghetto de Theresienstadt », a servi de couverture à l’assassinat planifié d’un cercle de Juifs privilégiés. En 1941, il a été aménagé en camp de transit pour être transporté ultérieurement vers les camps d’extermination.

Les Juifs d’Allemagne peuvent même « acheter » leur place dans ce pays avec la promesse apparente d’être pris en charge. Plus de 140 000 Juifs vivaient dans le camp de concentration dans un espace très exigu, avec une « autonomie juive » minimale.

En juillet 1944, une délégation de la Croix-Rouge s’est présentée dans ce camp de concentration comme un lieu de « vie normale » pour les prisonniers.

La principale destination des transports en provenance de toute l’Europe était le plus grand de tous les camps d’extermination, Auschwitz-Birkenau II, en 1942. Là-bas, les meurtres individuels commis par les gardes faisaient partie de la vie quotidienne.

Les hommes et les femmes affectés à la chambre à gaz devaient se déshabiller, donnant l’impression que leurs vêtements leur seraient rendus après la douche commune annoncée. Afin de tromper, d’éviter la panique et d’accélérer le processus, les gardes prétendaient, par exemple, qu’il fallait se dépêcher, sinon l’eau des douches ou la soupe après les douches serait froide.

Les victimes ont découvert dans les chambres à gaz que les soi-disant douches ne fonctionnaient pas. Après avoir fermé les portes, les gardes ont éteint les lumières électriques. Un SS portant un masque à gaz spécial a ouvert le couvercle du puits de descente dans le plafond et a versé des boulettes de Zyklon-B sur le sol de la chambre à gaz.

L’acide prussique, très volatile, est sorti des boulettes et s’est répandu dans la pièce. Dans la panique, les plus forts ont poussé les plus faibles, se sont éloignés du point de libération du gaz et se sont placés sur les personnes tombées ou couchées pour atteindre les couches d’air exemptes de gaz toxique.

La perte de conscience ou la mort est survenue après environ deux minutes pour les premières victimes proches du point de chute. Les cris ont cessé et les mourants sont tombés les uns sur les autres, s’il y avait assez d’espace.

Après quinze minutes, tout le monde dans la chambre à gaz était mort. Les SS ont laissé le gaz s’échapper et après environ une demi-heure, le Sonderkommando des prisonniers a ouvert la porte.

Les cadavres ont été retrouvés empilés comme des tours, certains en position assise et semi-assise, les enfants et les personnes âgées en bas. Il y avait un espace vide là où le gaz avait été jeté, parce que les gens s’étaient retirés de là. Un groupe de personnes s’est rassemblé autour de la porte d’entrée qu’ils avaient essayé d’ouvrir.

La peau des cadavres était rose, certains avaient de la mousse devant les lèvres ou avaient commencé à saigner du nez.

Certains des cadavres étaient couverts d’excréments et d’urine, et certaines des femmes enceintes avaient accouché. Les Sonderkommandos juifs équipés de masques à gaz devaient d’abord retirer les cadavres de la porte pour libérer le passage.

Ensuite, ils ont dû laver les cadavres avec un tuyau et les séparer. Si les cheveux des femmes n’avaient pas encore été rasés, elles devaient maintenant les couper et les laver avec une solution d’ammoniac avant de les ranger.

Dans tous les camps, les cavités corporelles étaient fouillées à la recherche d’objets de valeur cachés et des dents en or étaient extraites. Enfin, les corps ont été emmenés aux fours crématoires.

Plus de trois millions de personnes ont été tuées par des gaz toxiques, dont un tiers par le Zyklon B, la plupart par les fumées des moteurs.

Extermination des Juifs dans toute l’Europe

Pays du Benelux.

La déportation des Juifs du Luxembourg commence dès le 16 octobre 1941, le Luxembourg étant tacitement considéré comme appartenant au Reich dans la question juive. Le 17 juin 1943, 683 Juifs de diverses nationalités avaient été déportés du Luxembourg.

En juillet 1942, les déportations de quelque 25 000 Juifs de Belgique et de quelque 107 000 Juifs des Pays-Bas commencent.

Sur les 140 000 Juifs néerlandais, plus de 110 000 ont été déportés. Plus de 100 000 personnes sont mortes ; environ 6 000 ont survécu. Les Pays-Bas ont de loin le taux d’expulsion le plus élevé de toute l’Europe occidentale.

En comparaison, le taux d’expulsion était de 40% en Belgique et en Norvège, de 25% en France, de 20% en Italie et de 2% au Danemark. La persécution des Juifs a commencé en 1940, selon le modèle allemand, avec le licenciement des Juifs de la fonction publique, qui a conduit, par l’enregistrement de tous les Juifs en 1941, à l’ostracisme social et à l’interdiction d’entrer dans les institutions publiques.

Enfin, à l’été 1942, les déportations commencent et, en 1943, les Pays-Bas sont pratiquement considérés comme « Judenrein ». Les trains arrivaient aux camps d’extermination via le camp de transit de la police de Westerbork, près de la frontière allemande.

En 2007, l’historien d’origine néerlandaise Rémy Limpach a publié un ouvrage sur la question de savoir comment les Pays-Bas, pays connu pour ses traditions libérales et tolérantes, ont pu atteindre un taux de déportation aussi élevé.

Bulgarie

En Bulgarie, le gouvernement a introduit la loi pour la protection de la nation comme une loi raciale contre la population juive en janvier 1941.

Au printemps 1943, libère la population juive des territoires grecs de Macédoine orientale et de Thrace occidentale, qu’elle avait occupés lors de la campagne des Balkans de 1941, pour la déporter à la demande de l’Allemagne.

Au moins 11 343 Juifs grecs ont été arrêtés et extradés par l’armée et la police bulgares. Ils ont presque tous été assassinés dans les camps de concentration allemands d’Auschwitz et de Treblinka.

La Bulgarie n’a pas accédé à la demande allemande d’extrader également les Juifs bulgares. Le roi Boris III, le métropolite Stefan de l’Église orthodoxe bulgare de Sofia, le Parlement bulgare et la population bulgare l’ont rejeté à l’unanimité.

Allemagne

Le 17 septembre 1941, Hitler décide de commencer la déportation de tous les Juifs allemands et européens des territoires occupés par l’Allemagne vers l’Europe de l’Est, jusqu’alors prévue pour l’après-guerre, alors que la guerre fait encore rage.

Les premiers trains de transport en provenance de Berlin, Munich, Vienne et Prague se dirigent vers ?ód? pour y emprisonner 19 000 Juifs dans le ghetto déjà surpeuplé.

En contrepartie, les résidents non allemands du ghetto sont emmenés à Kulmhof pour être gazés à partir de janvier 1942. À partir de mars, les Juifs de plus de 65 ans, qui avaient été épargnés jusqu’alors, doivent également monter dans les trains de déportation.

La presse ne pouvait plus en parler. En mai, des groupes plus importants de Juifs allemands sont également assassinés à Minsk et à Kulmhof. À partir de juin, les premiers transports directs du Reich vers les camps d’extermination tels que Sobibor et Belzec sont documentés.

France

Le 27 mars 1942, les Juifs français sont également déportés pour la première fois : un train transporte 1112 personnes de Compiègne au camp de concentration d’Auschwitz.

En mai, Heydrich se rend à Paris pour discuter d’un vaste programme de déportation avec le régime de Vichy. Cela inclut l’introduction de l’étoile juive. Les 16 et 17 juillet, la police parisienne a arrêté quelque 13 000 Juifs sans passeport valide lors d’une grande rafle.

Ils ont été emmenés par des trains réguliers du camp de collecte de Drancy vers le camp de concentration d’Auschwitz, où la plupart ont été immédiatement assassinés.

À partir du 17 août 1942, les Juifs qui avaient immigré de la zone non occupée de la France, ainsi que leurs enfants, qui étaient en fait légalement protégés en tant que citoyens français, ont également été déportés vers un camp d’extermination en Europe orientale.

Après l’invasion par la Wehrmacht de la partie jusque-là inoccupée de la France le 11 novembre 1942 (« Unternehmen Anton »), ces transports ont été organisés par les sbires d’Eichmann.

Les autorités françaises et italiennes de la région de Nice, occupée par l’Italie jusqu’en septembre 1943, refusent souvent de les extrader ; plus de la moitié des Juifs français échappent à la déportation. Quelque 75 000 d’entre eux ont été déportés, environ 3 000 ont survécu.

Italie

En vertu des lois raciales italiennes, les Juifs sont discriminés à partir de 1938 afin de les encourager à émigrer. Avec l’entrée en guerre de l’Italie en juin 1940, les Juifs étrangers et les Juifs nationaux considérés comme dangereux sont traités comme des membres d’États ennemis et internés.

Jusqu’à l’armistice de Cassibile en septembre 1943, les Juifs ont mieux vécu les rigueurs de l’internement et des lois raciales dans la sphère de pouvoir italienne que les Juifs dans la sphère de pouvoir nazie.

L’Italie n’extrade pas les Juifs. Les fonctionnaires et les diplomates des territoires italiens occupés, de la Croatie, de la Grèce et du sud de la France, ont également protégé les Juifs des demandes allemandes de déportation.

Après la chute de Benito Mussolini et l’armistice de Cassibile, les troupes de la Wehrmacht occupent de grandes parties de l’Italie en septembre 1943 (Fall Achse).

Environ un mois après l’occupation, une unité mobile sous le commandement du SS-Hauptsturmführer Theodor Dannecker reçoit l’ordre d’Eichmann d’arrêter et de déporter.

L’unité a effectué plusieurs raids, dont celui de Rome le 16 octobre, capturant 1 259 Juifs. Entre-temps, avec l’aide des Allemands, la République sociale italienne a été formée et a déclaré les Juifs italiens comme des étrangers ennemis dans la Charte de Vérone.

Le 30 novembre 1943, le ministre de l’Intérieur, Guido Buffarini-Guidi, ordonne l’arrestation et le transfert de tous les Juifs vers les camps de concentration italiens. Dannecker est alors remplacé par les Allemands et Friedrich Boßhammer organise la solution finale de la question juive au BdS italien de Vérone.

Les camps allemands de transit et de collecte pour les déportations en Italie étaient le camp de détention de la police de Borgo San Dalmazzo, le camp de transit de Fossoli, Risiera di San Sabba et le camp de transit de Bolzano.

Plus de 9 000 Juifs ont été déportés entre octobre 1943 et décembre 1944, la plupart d’entre eux vers Auschwitz. Jusqu’à la fin de la guerre, le personnel de l' »Aktion Reinhard » était actif dans la région de Trieste en tant que Sonderabteilung Einsatz R, qui a quitté la Pologne pour l’Italie en septembre 1943. Des meurtres y ont encore lieu le 26 avril 1945.

Pendant longtemps, l’implication de la police italienne, des milices fascistes et des administrations municipales dans l’enlèvement a été à peine remarquée par l’opinion publique, la recherche et la revalorisation juridique à travers le mythe Brava-Gente.

Grèce

En Grèce, les Juifs étaient traités très différemment selon le pays d’occupation. Dans la partie occidentale du pays, occupée par l’Italie, les autorités les ont protégés jusqu’en septembre 1943.

Dans les parties orientales, occupées par les Allemands et les Bulgares, les Juifs ont été transportés de divers camps de collecte de Thessalonique dans 19 trains de marchandises à partir de mars 1943, principalement vers le camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau pour y être assassinés.

Après la reddition de l’Italie aux Alliés occidentaux (septembre 1943), les Allemands ont également envoyé des milliers d’autres Juifs de Corfou et de la Rhodésie italienne de l’époque vers les camps d’extermination, au prix d’un grand effort logistique. Au moins 58 885 Juifs de Grèce ont été assassinés.

Allez plus loin  Opération Colossus

Il y a eu quelques opérations de sauvetage, par exemple, le sauvetage de presque tous les Juifs de l’île de Zakynthos par la population de l’île ou la délivrance de fausses cartes d’identité et de faux certificats de naissance aux Juifs par les autorités d’Athènes.

Croatie

Dans l’État indépendant de Croatie (NDH) de l’époque, le régime fasciste de l’Oustacha, dirigé par Ante Paveli?, promulgue dès avril 1941 des lois raciales contre les Serbes, les Juifs et les Tsiganes, qui sont bientôt suivies par des étiquettes pour les vêtements juifs sous la forme d’un emblème rond et jaune avec un « Z » pour Židov (=Juif).

En outre, quelque 40 camps de concentration et d’internement ont été établis sur le territoire de l’État. Après les membres de la minorité serbe, des milliers de Juifs croates et bosniens-herzégoviniens sont également assassinés dans des camps prévus à cet effet à partir d’août 1941.

À partir d’août 1942, sur l’insistance des Allemands, 5 500 Juifs internés sont déportés à Auschwitz-Birkenau. En mai 1943, les transports, qui avaient été interrompus entre-temps en raison de la pression italienne, reprennent.

Pour éviter que les Juifs de la partie de la Yougoslavie occupée par l’Italie ne soient assassinés, les militaires italiens, sur ordre du maréchal Cavallero, les internent à l’automne 1942 et les emmènent à l’été 1943 au camp de concentration de Kampor, sur l’île de Rab, où ils sont libérés après l’armistice de Cassibile en septembre 1943 et rejoignent pour la plupart les partisans yougoslaves de Tito.

Selon Yad Vashem, un total de 30 000 Juifs ont été assassinés dans l’État de NDH, dont environ 40 % dans le seul camp de concentration de Jasenovac.

Pologne

En 1939, la Pologne comptait 3 460 000 citoyens polonais d’origine juive. Environ six millions de citoyens polonais ont péri pendant la Seconde Guerre mondiale, dont la moitié étaient des Juifs. Ainsi, à part 300 000 à 500 000 survivants, toute la population juive du pays a été assassinée dans les camps d’extermination nazis d’Auschwitz, Treblinka, Majdanek, Belzec, Sobibor et Kulmhof ou est morte de faim dans les ghettos.

De nombreux Juifs de la Pologne orientale de l’époque ont également été victimes des Einsatzgruppen nazis, qui ont massacré des Juifs, notamment en 1941.

Certains de ces massacres initiés par les Allemands ont été perpétrés avec la participation active de citoyens polonais. Par exemple, le massacre de Jedwabne, au cours duquel, selon l’IPN, plus de 300 personnes ont été tuées par des compatriotes polonais.

Cependant, l’étendue de l’implication polonaise dans les massacres contre la communauté juive est contestée ; l’IPN a identifié 22 autres endroits où des pogroms similaires à celui de Jedwabne ont eu lieu.

Les raisons de ces massacres ne sont pas encore totalement comprises, mais elles incluent l’antisémitisme, le ressentiment à l’égard de la coopération de certains Juifs avec les occupants soviétiques en 1939-1941, ou l’envie sociale des possessions d’autres Juifs.

Une organisation unique à l’époque, également par rapport aux pays occupés d’Europe occidentale, était l’organisation d’aide polonaise ?egota, qui a sauvé la vie de milliers de Juifs persécutés. D’autre part, il y avait également en Pologne des personnes qui profitaient de la politique anti-juive des occupants allemands et qui y jouaient un rôle désastreux : les « Schmalzowniks ».

Un pilier décisif de la politique d’extermination nationale-socialiste était la création de ghettos, c’est-à-dire de quartiers résidentiels spécialement conçus dans lesquels les Juifs étaient emprisonnés et où beaucoup étaient également assassinés directement.

Au sens médiéval du terme, les ghettos ne sont pas des quartiers d’habitation, mais des quartiers qui ont été transformés en véritables camps de collecte dans le cadre du processus d’extermination nazi. Le ghetto de Varsovie était le plus grand, avec 380 000 personnes ; le second, le ghetto de ?ód?, comptait 160 000 détenus.

Parmi les autres villes polonaises comptant de grands ghettos juifs, citons Bia?ystok, Czestochowa, Kielce, Cracovie, Lublin, Lviv et Radom. Le ghetto de Varsovie a été créé le 16 octobre 1940 par le gouverneur général allemand Hans Frank.

À cette époque, on estime que 30 % de la population de Varsovie y vivait, mais le ghetto ne représentait que 2,4 % de la superficie totale de la ville de Varsovie.

Le 16 novembre 1940, les Allemands ont isolé le ghetto du monde extérieur en construisant un mur. Au cours de l’année et demie qui suit, des Juifs sont amenés des petites villes et des villages du vaste arrière-pays de Varsovie. Cependant, les maladies (notamment le typhus) et la famine ont maintenu le nombre de prisonniers plus ou moins stable.

Les rations alimentaires moyennes des Juifs à Varsovie en 1941 étaient limitées à 253 kcal par jour ; les Polonais de confession non juive recevaient 669 kcal, les Allemands avaient droit à 2613 kcal.

Le 22 juillet 1942, les déportations massives du ghetto de Varsovie ont commencé par la « Grande action ». Au cours des 52 jours suivants (jusqu’au 12 septembre), quelque 300 000 personnes ont été transportées par train vers le camp d’extermination de Treblinka. Les déportations sont effectuées par 50 soldats SS allemands, 200 soldats des Schutzmannschaften lettons, 200 policiers ukrainiens et 2 500 membres de la police juive du ghetto.

Les employés du Judenrat, ainsi que leurs familles et leurs proches, ont d’abord été épargnés par les déportations en récompense de leur coopération. En outre, en août 1942, les policiers du ghetto ont été contraints, sous la menace de leur propre déportation, de « livrer » personnellement cinq prisonniers du ghetto au point de transbordement.

Le 18 janvier 1943, les prisonniers, y compris les membres de l’Organisation juive de combat (?OB) dirigée par Mordechaj Anielewicz, ont résisté à de nouvelles tentatives de déportation par les Allemands, en partie par la force des armes.

Le ghetto de Varsovie a été définitivement détruit quatre mois après la répression de ce soulèvement du ghetto de Varsovie. Certains des survivants encore détenus dans les camps de la ville et des environs ont été tués par les Allemands un an plus tard, lors de la grande révolte de Varsovie, menée par le mouvement de résistance polonais Armia Krajowa.

Le sort du ghetto de Varsovie était similaire à celui d’autres ghettos en Pologne où les Juifs se rassemblaient. Avec la décision nazie de la « solution finale », l’extermination des Juifs d’Europe, l’Aktion Reinhardt a commencé en 1942 avec l’ouverture des camps d’extermination de Be??ec, Sobibór et Treblinka, puis d’Auschwitz-Birkenau. Les déportations massives de Juifs des ghettos vers ces camps ne tardent pas à suivre, comme ce fut le cas à Varsovie.

Dans ces seuls camps, plus de 1,7 million de Juifs ont été assassinés en octobre 1943. Dès 1942, le centre d’action « Tiergartenstrasse 4 » a envoyé plus de 100 de ses spécialistes à l’Est pour la « Solution finale de la question juive ». Les premiers commandants des camps de Belzec, Treblinka et Sobibor venaient de l' »Aktion T4″.

La Pologne est le seul pays occupé pendant la Seconde Guerre mondiale dans lequel les nazis ont explicitement imposé la peine de mort à toute personne qui protégeait, cachait ou aidait les Juifs de quelque manière que ce soit.

Malgré ces mesures draconiennes, les Polonais sont les plus nombreux à avoir reçu la distinction de « Juste parmi les nations » au musée Yad Vashem.

Le gouvernement polonais en exil, basé à Londres, a été le premier à révéler l’existence de camps d’extermination et l’extermination systématique des Juifs par les nazis en novembre 1942.

Il doit ces révélations à son coursier Jan Karski et aux activités de Witold Pilecki, qui était non seulement membre de l’Armia Krajowa, mais aussi la seule personne connue à avoir été volontairement retenue en captivité à Auschwitz et à avoir organisé un mouvement de résistance dans le camp.

Le gouvernement polonais en exil a été le seul gouvernement en Europe à créer une organisation, la ?egota, spécifiquement destinée à aider les Juifs dans la lutte contre les nazis.

Roumanie

Le gouvernement roumain d’Antonescu a fait exterminer presque entièrement quelque 350 000 Juifs roumains dans les territoires qu’il occupait, dans le cadre d’un massacre à grande échelle.

Seuls les Juifs de Transylvanie restent sous protection hongroise jusqu’en mars 1944, date à laquelle ils sont également déportés directement à Auschwitz avec les Juifs hongrois. La déportation des Juifs d’Altrumänien, déjà fermement planifiée, est arrêtée de façon surprenante par le chef de l’État en octobre 1942. Cependant, ils ont continué à faire l’objet de persécutions et de pogroms.

Serbie

Après la campagne des Balkans, l’administration militaire allemande a créé en Serbie des camps pour les opposants, les partisans et les Juifs. A partir de septembre 1941, il ordonne des meurtres en masse de Juifs de sexe masculin dans les localités.

À partir du 16 octobre, des centaines de Juifs internés sont tués après chaque attaque de partisans. À partir de décembre 1941, des femmes, des enfants et des personnes âgées juifs serbes ont été internés dans le camp de concentration de Sajmište.

En mai 1942, la Gestapo y a assassiné 6 000 d’entre eux avec un fourgon à gaz. Le régime collaborationniste serbe de Nedi? a promulgué des lois raciales et s’est livré à l’emprisonnement de Juifs. Le corps des volontaires serbes, sous le commandement de Dimitrije Ljoti?, a aidé les SS dans cette tâche.

Scandinavie.

Le Danemark est occupé par la Wehrmacht à partir du 9 avril 1940. Dans un premier temps, son gouvernement démocratiquement élu a été autorisé à continuer à fonctionner sous l’occupation allemande. Elle a réussi à empêcher l’introduction de l’étoile juive et des lois raciales.

Alors que la résistance danoise s’intensifie au cours de l’été 1943, l’administration militaire allemande décide de déporter les Juifs danois. Le 1er octobre 1943 ayant été divulgué comme date de détention, 7 200 d’entre eux ont pu s’échapper à temps sur des bateaux de pêche vers la Suède neutre. 483 Juifs danois sont déportés à Theresienstadt, où ils survivent tous sauf 50 (voir Sauvetage des Juifs danois).

En Norvège, le gouvernement collaborationniste de Vidkun Quisling, supervisé par le commissaire du Reich Josef Terboven, ne prend pas, dans un premier temps, de mesures flagrantes contre les Juifs.

Par la suite, d’octobre 1942 à février 1943, les forces norvégiennes et allemandes ont procédé aux déportations et à l’aryanisation des biens par étapes rapides et systématiques.

Une étoile juive n’est pas introduite, contrairement aux autres pays occupés d’Europe occidentale. 734 Juifs norvégiens ont été assassinés à Auschwitz.

La Finlande refuse d’extrader les Juifs finlandais. Certains d’entre eux ont combattu du côté allemand contre l’Union soviétique.

Slovaquie.

Le régime fantoche de Slovaquie dirigé par Jozef Tiso, formé en mars 1939, avait déjà commencé ses propres déportations de Juifs slovaques vers la Hongrie et les camps de travail en novembre 1938.

Sur l’insistance du Premier ministre slovaque Vojtech Tuka, quelque 58 000 Juifs slovaques ont été déportés vers le district de Lublin, Auschwitz et Majdanek à partir de mars 1942 sous la direction d’Eichmann.

La plupart y sont morts de faim, de travaux forcés et d’épidémies. En août 1942, ces transports ont été temporairement arrêtés suite aux protestations des églises. Deux ans plus tard, la Wehrmacht a occupé la Slovaquie ; un Einsatzgruppe distinct a emprisonné et déporté quelque 12 000 Juifs slovaques qui s’étaient cachés.

République tchèque

Le Protectorat de Bohême et Moravie, créé le 16 mars 1939 immédiatement après la dissolution de la Tchécoslovaquie, était un territoire immédiat du Reich et ne disposait que d’une autonomie extrêmement limitée.

En juillet, les SS créent à Prague le Bureau central de l’émigration juive, qui, à partir de 1941, procède à la déportation systématique des Juifs tchèques vers les camps d’extermination.

En octobre 1941, Reinhard Heydrich donne l’ordre de déporter tous les Juifs du Protectorat vers le camp de concentration de Theresienstadt, qui a été créé comme un camp de collecte et de transit.

À partir de décembre 1941, les Juifs sont soumis à une interdiction générale de quitter le pays. Au total, 81 000 Juifs des pays tchèques ont été déportés vers des camps de concentration et d’extermination. Environ 10 500 d’entre eux ont survécu à la guerre.

Hongrie

La Hongrie a été officiellement un allié de l’Allemagne nazie de la fin 1940 à octobre 1944, date à laquelle elle a rejoint le Pacte des Trois Puissances. Elle avait occupé les Carpates-Ukraine et s’était vu accorder le nord de la Transylvanie par Hitler en 1940.

Immédiatement après l’invasion de l’Union soviétique (à partir du 22 juin 1941), à laquelle la Hongrie a participé, le gouvernement de Miklós Horthy a commencé à expulser les Juifs des territoires occupés par la Hongrie au-delà des frontières orientales et à les déporter en Galicie orientale.

Cela a contribué au massacre de Kamenez-Podolsk, où s’étaient rassemblés 14 000 Juifs hongrois déportés. Horthy s’est ensuite abstenu de procéder à de nouvelles déportations, mais a créé des bataillons de travailleurs forcés juifs pour combattre avec les troupes hongroises contre l’Armée rouge. Quelque 42 000 d’entre eux sont morts, dont beaucoup à la suite de meurtres commis par des policiers allemands.

Comme Horthy n’a pas encore déporté les Juifs hongrois restants malgré la proximité de l’Armée rouge, la Wehrmacht occupe la Hongrie en mars 1944 (opération Margarethe).

Un Einsatzkommando SS envoyé sur ordre d’Hitler, le Kommando Eichmann (du nom de son chef Adolf Eichmann), crée des ghettos pour les Juifs avec l’aide de fonctionnaires et de policiers hongrois pro-allemands.

À partir du 15 mai 1944, un total de 437 000 Juifs hongrois ont été déportés à Auschwitz, d’abord depuis les provinces périphériques, et à partir de juillet 1944 également depuis Budapest ; 320 000 d’entre eux y ont été directement gazés.

De nombreux corps ont été incinérés en plein air car les crématoriums ne fonctionnaient pas assez vite. 15 000 Juifs sont déportés à Strasshof an der Nordbahn en Basse-Autriche, contrairement au principe énoncé par Hitler en 1941 de ne plus faire entrer de Juifs dans le Reich allemand.

Après des protestations massives des puissances occidentales et du Vatican, Horthy fait arrêter les transports le 6 juillet. Eichmann a alors pu faire quelques transports supplémentaires.

Le 15 octobre, les Croisés fléchés d’extrême droite réussissent un coup d’État contre Horthy avec l’aide de l’Allemagne. Ils ont assassiné quelque 9000 Juifs dans le ghetto de Budapest. De nombreux habitants du ghetto ont réussi à survivre temporairement grâce à des passeports de protection suédois ou suisses.

Cependant, quelque 78 000 des Juifs restants en Hongrie ont été capturés et envoyés par Eichmann dans des marches de la mort vers l’Autriche. Les Juifs devaient faire du travail forcé dans les camps de Südostwall.

Le général de la Waffen-SS Hans Jüttner a été tellement choqué par ce qu’il a vu lors d’une visite d’inspection qu’il s’est plaint au chef supérieur des SS et de la police en Hongrie, Otto Winkelmann.

Phase finale bde l’opération.

Dès la fin de 1941, après la bataille perdue avec Moscou, les auteurs de l’holocauste dans la RSHA ont planifié de faire disparaître les traces des massacres nazis avant que l’Armée rouge ne puisse les découvrir. À partir de l’automne 1942, les corps sont exhumés et brûlés à Kulmhof et Belzec.

Le camp a été fermé. Les bâtiments et les clôtures du camp de Treblinka devaient être démolis par les « Juifs travailleurs » ; ils étaient ensuite abattus. La terre a été labourée et des arbres y ont été plantés.

Après que des soldats de la Wehrmacht ont découvert des fosses communes de victimes du massacre soviétique de Katyn en avril 1943, le RSHA a lancé la « Sonderaktion 1005″.

Plusieurs Sonderkommandos ont forcé des Juifs et des prisonniers de guerre soviétiques à déterrer des fosses communes de Juifs et à brûler leurs corps, par exemple à Babyn Jar près de Kiev.

Ils devaient broyer les os des victimes de meurtre et les disperser dans les forêts avec les cendres des cadavres. En mars 1944, ces travailleurs forcés ont également été tués en tant que témoins indésirables.

Ces tentatives de dissimulation se sont poursuivies en Pologne et dans les Balkans. Cependant, comme les fusillades de masse et l’emplacement des camps pouvaient difficilement rester secrets, presque toutes les fosses communes des crimes nazis ont été découvertes après la fin de la guerre.

Depuis la bataille perdue de Stalingrad en mars 1943, la Wehrmacht se retire progressivement d’Europe de l’Est. Les prisonniers allemands ne devaient en aucun cas tomber entre les mains de l’Armée rouge.

Par conséquent, pendant le retrait, les gardiens, la Gestapo et la police de sécurité ont procédé à de nombreux massacres de dizaines de milliers de prisonniers des prisons et des camps, en partie de leur propre initiative et en partie sur ordre central.

Par exemple, le 20 juillet 1944, le chef de la police de sécurité du gouvernement général a ordonné l' »évacuation totale » de toutes les prisons de la région, la « liquidation » des détenus si le transport était impossible, l’incinération des corps et le dynamitage des bâtiments.

Ainsi, les administrations des camps et les chefs de police régionaux organisent les premiers transports vers l’Ouest dès décembre 1943, en sélectionnant et en assassinant directement les personnes « inaptes au transport ».

En janvier 1945, l' »évacuation » de tous les camps de concentration de l’Est a commencé et s’est poursuivie jusqu’aux derniers jours de la guerre en avril. 17 000 personnes du camp de concentration de Stutthof et 58 000 d’Auschwitz ont dû marcher vers l’ouest à pied.

Ceux qui ne venaient pas ou qui tombaient étaient abattus par les gardes, dont certains étaient locaux, alors qu’ils traversaient un village. Des milliers de personnes sont également mortes pendant le transport dans des trains complètement surpeuplés, ainsi que dans les camps d’accueil. Seules environ 1500 personnes de ces deux marches de la mort sont arrivées vivantes à Altreich.

Dans le cadre de ces mesures, les quelque 200 000 Juifs qui avaient survécu jusqu’alors aux camps de travail forcé et d’extermination sont à nouveau traités avec une brutalité particulière. On estime à 100 000 le nombre de personnes qui ont péri dans les marches de la mort, et à 300 000 le nombre total de prisonniers assassinés.

A partir de février 1945, les autorités nazies font également brûler les archives. Les Gauleiters ont émis des circulaires ordonnant la destruction des « ordres secrets du Führer » et d’autres documents secrets concernant les ordres de meurtre et d’extermination.

Nombre total de victimes juives

Jusqu’en 1990, le nombre de victimes de l’Holocauste ne pouvait être estimé qu’approximativement. Au fil des ans, les journaux nazis ont souvent cité des chiffres de pertes réalistes : le 13 mai 1944, Der Danziger Vorposten (L’avant-poste de Danzig), par exemple, a écrit sur les « grandes pertes » de Juifs en Europe de l’Est.

Rien qu’en Pologne et en Hongrie, cinq millions de Juifs ont été « éliminés », et un million et demi d’autres ont fait l’objet de « mesures légales » correspondantes.

En 1946, lors du procès des grands criminels de guerre à Nuremberg, le chiffre approximatif de six millions de Juifs assassinés est mentionné pour la première fois. Dans une déclaration sous serment, Wilhelm Höttl, employé du bureau principal de la sécurité du Reich jusqu’en 1945, a déclaré qu’Eichmann l’avait informé :

« Environ quatre millions de Juifs ont été assassinés dans les différents camps d’extermination, tandis que deux autres millions ont trouvé la mort d’autres manières, la plupart ayant été tués par des pelotons d’exécution par les Einsatzkommandos de la police de sécurité pendant la campagne contre la Russie. »

Cependant, les chercheurs sur l’Holocauste ont d’abord supposé que moins de Juifs avaient été assassinés entre 1939 et 1945 : Gerald Reitlinger les a estimés à 4,2 à 4,7 en 1953, et Raul Hilberg à 5,1 millions en 1961. Martin Gilbert est arrivé à 5,7 millions en 1982.

En 1987, l’Encyclopédie de l’Holocauste, rédigée par un collectif international d’auteurs, a compilé les estimations les plus précises possibles à l’époque pour de nombreux pays individuels et est arrivée à environ 5,6 millions.

La publication d’archives soviétiques depuis 1990 a permis de vérifier des chiffres de pertes polonaises et soviétiques jusqu’alors incertains, par exemple à partir de listes de déportation, d’horaires de train et de listes de membres de communautés juives avant et après l’Holocauste.

Il s’est avéré que le nombre de victimes dans les camps de concentration d’Auschwitz était plus faible que prévu, mais que 1,1 million de personnes avaient été assassinées dans ce seul camp, dont au moins 900 000 Juifs.

Dans Dimension des Völkermords (publié en 1991, 2e édition en 1996), Wolfgang Benz a traité de toutes les sources, de l’évaluation et des méthodes de calcul du nombre de victimes accessibles depuis 1990.

Burkhard Asmuss a publié en 2002 une liste avec des estimations en partie plus approximatives. Au total, cela confirme un nombre total de victimes d’au moins 5,6 à 6,3 millions de Juifs tués. S’y ajoutent les chiffres des blessés et des personnes déplacées.

En décembre 2010, le mémorial de Yad Vashem à Jérusalem a nommé plus de quatre millions de victimes dans son dossier personnel, c’est-à-dire comme identifiées. 2,2 millions de ces noms ont été fournis par la famille ou des amis, le reste provenant d’archives ou de recherches.

Responsable

L’Holocauste n’était pas le projet d’une seule autorité et n’a pas été réalisé uniquement par certains responsables, mais a été rendu possible, soutenu, planifié, organisé et réalisé par de nombreuses institutions à tous les niveaux de la société allemande.

Depuis les recherches de Raul Hilberg, les processus décisionnels bureaucratiques, la division du travail, les responsabilités et leur interaction, mais aussi les intérêts communs, les consensus idéologiques et les alliances pratiques entre les anciennes et les nouvelles élites, les dirigeants et les populations ont été examinés.

Les historiens supposent aujourd’hui que pas moins de 500 000 Allemands et Autrichiens, principalement des hommes, ont participé au meurtre des Juifs « à la fois sur les bureaux et sur les scènes », ainsi que plusieurs centaines de milliers de collaborateurs issus des États occupés ou alliés de l’Allemagne. Les principaux auteurs de ces actes étaient des membres de tous les piliers du pouvoir nazi :

      • Hitler et le cercle étroit des dirigeants du régime nazi, qui ont déterminé les lignes directrices de la politique d’extermination et les ont traduites en ordres et décrets généraux,
      • le parti de masse NSDAP, qui a diffusé la propagande incendiaire qui a préparé et accompagné l’Holocauste, dont les Gauleiters et Ortsgruppenleiters ont encouragé la privation de droits et la déportation des Juifs et des autres groupes victimes dans leur région, dont les SA et les Jeunesses hitlériennes ont été directement impliquées dans des actions de persécution et de meurtre dans la période d’avant-guerre (par exemple, les boycotts juifs de 1933 et suivants, les pogroms de novembre 1938) et vers la fin de la guerre (crimes de la phase finale contre les prisonniers des camps de concentration sur les marches de la mort, etc. ) ;
      • la SS en tant qu’organisation terroriste d’élite personnellement engagée auprès du « Führer », dont les subdivisions largement ramifiées mettent en œuvre la politique raciste de peuplement et d’extermination dans les territoires conquis et incorporés et y organisent le système de camps et de ghettos correspondant. Ici, non seulement les Einsatzgruppen, mais aussi les bataillons de police et leurs supérieurs respectifs, le haut commandement de la SS et de la police, ainsi que le quartier général de la SS – en particulier le bureau principal de la sécurité du Reich – se voient attribuer une responsabilité majeure dans les meurtres de masse.
      • la Gestapo, la police de l’ordre, la police de sécurité et la police criminelle : elles devaient localiser, surveiller et « éliminer » le plus grand nombre possible d' »ennemis du Reich et du peuple », et collaboraient à cette fin avec les SS.
      • Wehrmacht : son haut commandement et ses généraux ont soutenu les objectifs d’extermination de la guerre contre l’Union soviétique, les ont mis en œuvre par des ordres contraires au droit international et ont aidé à l’extermination des Juifs de nombreuses manières, par exemple en fournissant des soldats pour les fusillades de masse, en imposant le marquage des Juifs dans les territoires occupés, en mettant à l’écart les prisonniers de guerre juifs et en faisant tuer les Juifs en tant que partisans ou en les assassinant eux-mêmes.
      • De nombreuses associations et entreprises commerciales et industrielles qui ont profité et participé à l’aryanisation, au travail forcé et à la construction de l’industrie d’extermination dans les camps.
      • les administrations civiles et militaires d’occupation, notamment en Europe de l’Est, qui ont organisé et mis en œuvre l’exploitation économique et la politique démographique raciste sur leurs territoires, se sont lancées dans une course à la « dé-judiciarisation » et ont fait pression sur les autorités centrales à Berlin pour qu’elles le fassent. Le ministère du Reich pour les territoires orientaux occupés, dirigé par Alfred Rosenberg à Berlin, appelé Ostministerium, en est responsable, tout comme le Reichskommissariat Ostland, par exemple.
      • le personnel de nombreuses autorités étatiques et administratives qui ont participé à la persécution, à l’exclusion, à la déportation et à l’extermination des Juifs par des lois, des ordonnances, des actes administratifs et des mesures concrètes : « Il n’y avait guère d’autorité […] qui n’était pas responsable « d’office » de la « solution » d’une « affaire juive » ».

Les groupes d’auteurs sont considérés comme indirects, mais non moins responsables :

      • Des instituts scientifiques, des universités et des facultés qui – par exemple en médecine, en ethnologie et en aménagement du territoire – ont fourni des justifications idéologiques à des recherches motivées par des intérêts, ont élaboré des plans, attribué des contrats et participé à des campagnes de mise à mort, par exemple en prenant des cadavres pour des « études anatomiques raciales » ou des prisonniers vivants pour des expériences humaines.
      • les églises, qui ont mis à disposition leurs registres de baptêmes et de mariages pour l’enregistrement des « non-Aryens », ont elles-mêmes créé des « tests aryens » et ont surtout exonéré les exécutants moraux.
      • Secteurs de la population du Reich allemand et des territoires occupés qui ont soutenu la persécution des Juifs.

Connaissance de l’Holocauste pendant l’ère nazie

Troisième Reich

La propagande nazie suit une double stratégie en public : d’une part, les porte-parole de la dictature nazie parlent ouvertement de la « question juive », de l’extermination et de l’anéantissement des Juifs ; d’autre part, ils laissent délibérément ouverte la question de savoir quand et comment cela se produira.

Cette rhétorique ambiguë avait pour but de maintenir les Allemands dans l’ignorance de ce qui se passait réellement. La persécution croissante des Juifs en Europe s’est déroulée sous les yeux de tous.

Les déportations ont eu lieu sur des places publiques et dans des gares, mais ont été présentées comme des « réinstallations » dans des camps de travail. En ce qui concerne les actions d’extermination, le régime a ordonné le secret le plus strict ; les membres de la SS n’avaient pas le droit de les signaler sous peine de peine de mort.

L’isolement, la privation des droits, l’appauvrissement et la disparition progressive des Juifs de la vie sociale du Reich allemand sont évidents. Les déportations sont acceptées par la majorité des Allemands.

Au fur et à mesure que l’Holocauste progresse, de plus en plus de détails sont divulgués ; parfois, le secret ne peut être strictement contrôlé et parfois les violations ne sont pas punies.

Certains Allemands ont appris que la « réinstallation » signifiait en fait un meurtre de masse commis par des soldats en congé, en écoutant la radio de l’ennemi, en « chuchotant la propagande » (Hannah Arendt).

Le résistant Helmuth James Graf von Moltke écrivait en 1943 : « Au moins neuf dixièmes de la population ne savent pas que nous avons tué des centaines de milliers de Juifs. Mais même le dixième qui avait reçu des informations plus détaillées – à quelques exceptions près – n’a rien fait à ce sujet. Ne pas savoir et ne pas vouloir savoir sur l’Holocauste ont fusionné.

Alliés

À partir de 1933, les pays étrangers critiquent la politique intérieure des national-socialistes, notamment la persécution des Juifs et des autres minorités. Toutefois, les quotas d’immigration pour les réfugiés juifs aux États-Unis restent inchangés.

Lors de la conférence d’Évian de juillet 1938, initiée par le président américain Roosevelt, presque aucun des États participants n’était prêt à accepter des réfugiés juifs ou à augmenter ses quotas d’immigration.

Après le déclenchement de la guerre, les critiques des Alliés se sont intensifiées ; cependant, les Juifs d’Europe n’ont pas été évacués de manière exhaustive à titre de mesure préventive contre l’avancée des troupes de l’Axe.

Dès 1941, les Alliés ont pris connaissance de la politique d’extermination systématique du régime nazi en déchiffrant les codes des rapports périodiques de la police à Berlin. Ils les ont condamnés extrêmement sévèrement et les ont également utilisés pour justifier leur stratégie de guerre.

À la mi-décembre 1942, les États-Unis, la Grande-Bretagne et dix autres gouvernements ont averti le gouvernement allemand que « les responsables n’échapperaient pas au châtiment » (Déclaration interalliée sur la destruction des Juifs du 17 décembre 1942).

Cependant, ils n’ont pris aucune mesure spécifique pour mettre fin à l’Holocauste. Dès leur entrée en guerre, les États-Unis ont eu pour objectif la reddition complète du régime nazi.

Lorsque les premiers rapports d’extermination massive ont été publiés, comme un article de Szmul Zygielbojm dans le Daily Telegraph sur les gazages de Juifs, le département d’État américain a tenté d’en supprimer la publication.

Sous la pression de l’opinion publique, des représentants américains et britanniques se réunissent à la conférence des Bermudes en avril 1943 pour discuter des moyens d’aider les réfugiés.

Comme la conférence d’Évian d’avant-guerre, elle n’a pas été concluante. Ce n’est qu’après l’intervention du secrétaire au Trésor Henry Morgenthau que Roosevelt annonce la création de l’Office des réfugiés de guerre le 22 janvier 1944. Ce conseil a contribué au sauvetage de centaines de milliers de Juifs.

Le gouvernement britannique a fait obstruction et, dans certains cas, a omis de fournir une aide éventuelle. Lorsqu’en décembre 1942, certains parlementaires britanniques demandent que l’on promette un refuge aux réfugiés juifs, le ministre britannique des affaires étrangères refuse en invoquant des « problèmes de sécurité » et des « problèmes géographiques ».

Au début de 1943, on a appris que 70 000 Juifs roumains auraient pu être sauvés en déposant une certaine somme en Suisse. Cependant, le gouvernement avait bloqué le plan, craignant un affaiblissement de sa propre position et un renforcement de celle de l’Allemagne.

Les autorités soviétiques ont extradé des Juifs allemands – y compris de nombreux communistes qui avaient trouvé refuge en Union soviétique – vers les nazis après la conclusion du pacte Hitler-Staline en août 1939.

Après l’invasion allemande de l’Union soviétique en juin 1941, il n’a pas été tenu compte du danger particulier que couraient les Juifs soviétiques. Les informations soviétiques ont dissimulé la politique d’extermination allemande.

On estime qu’entre 20 000 et 30 000 Juifs ont participé à des groupes de partisans dans toute l’Europe. Dans la Pologne occupée par les Allemands et en Union soviétique, des milliers de personnes ont fui vers les marais ou les forêts et ont rejoint les partisans, bien que tous les groupes de partisans n’aient pas accueilli de Juifs.

Résistance et tentatives de sauvetage

Juifs

Le 31 décembre 1941, Abba Kovner a publié un pamphlet appelant les Juifs du monde entier à résister, reprochant aux victimes de se laisser conduire « comme des moutons à l’abattoir ». Cela a créé le cliché persistant du comportement sans résistance de toutes les victimes. Ce n’est que depuis les années 1980 que la recherche a différencié et corrigé cette image.

Seuls quelques Juifs soupçonnaient l’étendue de ce qui se passait. Nombreux étaient ceux qui pensaient que les rapports sur les camps d’extermination massive, qui circulaient de plus en plus dans les ghettos de Pologne, de Lituanie et de Biélorussie vers 1942/43, n’étaient que des rumeurs.

Allez plus loin  Munich à la veille d'une guerre

Un plan d’extermination de tous les Juifs semblait d’abord incroyable pour la plupart des gens, ne serait-ce qu’en raison de ses dimensions. Beaucoup pensaient qu’ils pourraient au moins survivre en tant qu’esclaves jusqu’à ce que les Allemands soient vaincus.

Le soulèvement du ghetto de Varsovie du 19 avril au 16 mai 1943, organisé par l’organisation de combat juive « ZOB », constitue un contre-exemple et un élan pour la résistance juive dans son ensemble, alors que les nationaux-socialistes voulaient dissoudre complètement le ghetto et déporter tous les Juifs restants vers les camps d’extermination, notamment Treblinka.

Les passeurs avaient apporté des armes dans le ghetto juif fermé au péril de leur vie. Grâce à ces armes, l’organisation clandestine a pu, dans un premier temps, infliger de lourdes pertes aux escadrons d’évacuation SS qui l’envahissaient et les mettre en fuite.

Lorsque les SS reviennent avec des chars et des pièces d’artillerie, les groupes de résistance juifs continuent de résister dans une lutte de maison en maison qui dure environ quatre semaines, malgré leur infériorité numérique. Finalement, ils ont dû se rendre et ont été pour la plupart abattus. Seules quelques-unes des personnes concernées ont pu se sauver à travers les égouts.

Des groupes de résistance se sont également formés dans d’autres ghettos juifs, qui ont aidé les résidents du ghetto à s’échapper et ont déclenché des révoltes individuelles, par exemple à Bia?ystok et Vilna.

En outre, des soulèvements de prisonniers juifs ont eu lieu dans certains camps, tels que le soulèvement de Treblinka d’environ 400 prisonniers le 2 août 1943, qui a conduit à une évasion massive des détenus juifs du camp et visait à la destruction du camp.

Le 14 octobre 1943, des prisonniers de guerre juifs soviétiques ont mené le soulèvement de Sobibór dans l’est de la Pologne. Neuf membres de la garde ont été tués par les intéressés, ce qui a entraîné un soulèvement massif des prisonniers. 65 prisonniers juifs ont réussi à s’échapper. À la fin de 1943, les nazis ont abandonné le camp.

Dans le camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau, il y a eu environ 700 tentatives d’évasion, dont environ 300 ont réussi. Le 7 octobre 1944, le Sonderkommando juif, affecté aux fours de crémation pour le gazage des cadavres, se révolte. Une partie du crématorium IV a été détruite avec des explosifs introduits clandestinement par des femmes. 250 prisonniers ont tenté de s’échapper, mais ont été rapidement capturés et tués.

Dans toute l’Europe, des milliers de Juifs cachés ont participé à la guerre de partisans contre les occupants allemands, notamment en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Italie, dans les États des Balkans, en Union soviétique et en Grèce.

En Europe de l’Est, notamment dans la Pologne catholique, les Juifs qui ont échappé aux camps de concentration et aux ghettos sont rarement en mesure de rejoindre les groupes de partisans existants, car certains opposants nazis y sont également antisémites.

C’est ainsi que se sont formées des unités de partisans juifs qui, malgré leur inexpérience initiale, ont rapidement été considérés comme des combattants particulièrement déterminés et motivés contre les Allemands.

L’Armée rouge en marche leur fournit des armes, en partie sur une base préférentielle, notamment pour la « guerre ferroviaire » avec des attaques et des actions de sabotage contre les transports ferroviaires de la Wehrmacht vers le front oriental.

Dans le cadre de l’opération « Torch », les résistants juifs ont pris d’assaut de l’intérieur la forteresse d’Alger, considérée comme imprenable, et ont ainsi apporté une contribution décisive au débarquement allié et à la campagne victorieuse qui a suivi contre la Wehrmacht allemande en Afrique du Nord.

De nombreux Juifs qui ont pu émigrer vers des pays étrangers sûrs dans les années 1930 et au début de la guerre ont rejoint les troupes alliées sur place. « Des centaines de milliers de Juifs ont réussi à fuir à l’intérieur de l’Union soviétique. »

Parmi les Juifs qui sont restés sous l’occupation nazie, environ 1,5 million ont été victimes de massacres. Dans de nombreuses armées, il existait des unités juives distinctes, comme la brigade juive de l’armée britannique.

10 000 Juifs germanophones ont combattu là-bas, environ 9500 dans les forces armées américaines. Entre 350 000 et 500 000 Juifs, dont de nombreuses femmes, ont combattu à divers postes, souvent de direction, dans l’Armée rouge pendant la guerre germano-soviétique.

Cela signifie qu’un soldat sur quatre de l’Armée rouge était d’origine juive. Leur magazine publié par le « Comité juif antifasciste » écrivait, en yiddish, que la guerre était Far zayn foterland a zayn yidishn folk.

Vers la fin de la guerre, le mouvement de réfugiés juifs Beriha (qui signifie « fuite » en hébreu) a été fondé, avec l’aide duquel quelque 250 000 Juifs ont pu s’échapper des pays d’Europe de l’Est entre 1944 et 1948.

Après la Seconde Guerre mondiale, les émigrés juifs allemands ont souvent servi les Alliés comme traducteurs dans l’Allemagne occupée. On estime que, dans toute l’Europe, jusqu’à 1,5 million de Juifs ont participé à la lutte militaire et partisane régulière contre le régime nazi.

À Berlin, le groupe sioniste Chug Chaluzi tente de trouver des voies d’évasion vers l’étranger ou d’organiser la vie juive dans l’illégalité en se procurant et en distribuant des cartes de rationnement, de fausses cartes d’identité et de l’argent.

Allemands non juifs.

Occasionnellement, les Allemands non juifs ont également résisté au génocide planifié et en cours des Juifs. Ces actes de sauvetage étaient associés à un danger constant pour la vie et étaient rares.

L’industriel allemand Oskar Schindler a sauvé de l’extermination 1 200 travailleurs forcés juifs du Reich allemand, en les déclarant indispensables à son entreprise jusqu’à la fin de la guerre et en payant personnellement leur entretien.

Le groupe berlinois connu sous le nom de « Chapelle rouge » cachait également des Juifs et les aidait à obtenir de faux passeports avec lesquels ils pouvaient quitter le pays. Le bureau de l’Église confessante de Grüber a aidé les chrétiens d’origine juive et les juifs à quitter le pays à partir de 1938. Il y avait un point de contact similaire du côté catholique.

Le 27 février 1943, les conjoints et les proches des « Juifs mixtes » qui avaient été employés comme travailleurs forcés dans les usines d’armement de Berlin et qui devaient être déportés, se sont rassemblés devant le siège de la Gestapo dans la Rosenstrasse de Berlin. Il s’agit de la seule manifestation publique de protestation contre la déportation pendant la guerre, et elle a été couronnée de succès : les personnes emprisonnées ont été libérées.

La disparition des résidents juifs à l’époque nazie pour les sauver de la déportation a donné naissance à l’expression « vivre comme un sous-marin ». Les personnes concernées ont en partie tenté de rendre cette disparition plausible en simulant un suicide ou en annonçant un voyage. La disparition de la liste de la population peut avoir de graves conséquences pour la personne désignée comme sous-marinier et pour ses assistants.

Si elle est découverte, la personne sans permis de séjour valide est arrêtée. Cependant, il ne pouvait pas s’attendre à une procédure judiciaire, mais est devenu en règle générale un prisonnier dans un camp de concentration.

Mais avant cela, il y a eu une période d’interrogatoires et de torture par la Gestapo, qui a utilisé cette méthode pour rechercher d’autres « sous-marins ». Si le lien avec d’autres aides était connu, ils étaient également massivement menacés.

Les menaces légales ou de facto pouvaient différer selon le territoire du Reich ou le statut d’occupation et la position de la personne concernée par rapport au pouvoir d’occupation, à la police ou aux bureaux du NSDAP.

En Allemagne, il y avait relativement beaucoup de réseaux locaux d’aide clandestine qui aidaient les personnes dans le besoin (réfugiés, surtout les Juifs). Les réfugiés emportaient souvent avec eux des adresses de personnes qu’ils ne connaissaient pas, mais dont ils savaient, par l’intermédiaire d’autres personnes, qu’elles les aideraient dans leur fuite.

Les réfugiés recevaient souvent une autre adresse de la part de ces aides, comme un nouveau point de contact sur leur chemin. En règle générale, il s’agissait de personnes privées qui, par conscience, cachaient des personnes qui avaient fui ou les aidaient d’une autre manière, sans tenir compte du fait qu’elles et leur famille devaient s’attendre à de mauvaises choses si elles étaient découvertes.

Ces réseaux sont nés en partie de partis et d’organisations politiques persécutés, et en partie de groupes chrétiens.

Dans de nombreux cas, les gens ont agi en faveur de ces réseaux d’évasion parce que leurs proches avaient déjà été tués par le NSDAP ou la Gestapo et qu’ils avaient donc peut-être peu d’estime pour leur propre vie, ou en raison d’un profond humanisme intérieur qui n’avait pas été ébranlé par la propagande des nationaux-socialistes, qui avait entre-temps duré des années : des recherches scientifiques supplémentaires sont encore nécessaires à ce sujet.

Il était difficile pour une personne de se cacher dans un pays dominé par une économie de guerre. Les denrées alimentaires n’étaient pas disponibles sur le marché libre, mais uniquement sur les sections des cartes de rationnement, qui nécessitaient un droit et une vérification.

Le fait de transporter des bagages pourrait immédiatement éveiller les soupçons lors des contrôles. Le fait de rester plus longtemps que d’habitude dans un restaurant, une bibliothèque ou un cinéma peut déclencher des enquêtes d’identité. La Gestapo a essayé d’infiltrer des informateurs dans les réseaux ; un exemple bien connu est celui de Stella Goldschlag.

États occupés ou alliés.

Un petit nombre de Juifs ont été épargnés parce que les gouvernements de leurs pays d’origine n’ont pas cédé à la demande d’extradition du Reich allemand.

La Finlande, alliée de l’Allemagne dans la guerre contre l’Union soviétique depuis 1941, n’a pas extradé la plupart de ses Juifs, bien que Himmler l’ait exigé du gouvernement finlandais lors d’une visite en Finlande à l’été 1942.

Le chef du gouvernement Rangell aurait répondu que les Juifs de Finlande étaient des citoyens comme les autres et qu’ils avaient également servi comme soldats dans la guerre contre l’Union soviétique. Toutefois, cette pratique a été arrêtée dès décembre 1942, après que des journaux et certains hommes politiques aient protesté contre elle. Il est vrai que les réfugiés juifs se sont vu temporairement refuser l’entrée en Finlande ; mais les quelque 1 800 Juifs finlandais ont échappé aux griffes des Allemands. Cependant, certains juifs étrangers ont été extradés en tant que communistes. Des recherches récentes ont montré que la Finlande a extradé un total de 129 réfugiés vers le Reich allemand entre 1941 et 1944, en plus de plus de 2 800 prisonniers de guerre soviétiques, dont 78 étaient juifs.

Au Danemark, le roi Christian X. s’est rangé du côté des Juifs lorsque les autorités d’occupation allemandes ont voulu les obliger à porter l’étoile juive. L’Allemand Georg Ferdinand Duckwitz avertit la résistance danoise de l’imminence de raids SS. En septembre et octobre 1943, avec l’aide d’une grande partie de la population, la plupart des quelque 6 000 Juifs vivant dans le pays sont passés clandestinement en Suède neutre, qui est disposée à les accueillir. Sous la pression diplomatique des Danois, Adolf Eichmann reçoit le 2 novembre 1943 la promesse salvatrice que les Juifs déportés du Danemark ne seront pas transportés de Theresienstadt vers les camps d’extermination.

En Italie, la Délégation juive pour l’assistance aux émigrants (DELASEM) a initialement soutenu les Juifs étrangers et italiens dans les camps d’internement et leur départ vers des pays sûrs. Après l’occupation de l’Italie en septembre 1943, elle a dû entrer dans la clandestinité et, avec le soutien de prêtres, de partisans et de policiers, a fourni aux Juifs persécutés de faux documents, de l’argent et un logement. Alors que l’attitude de l’Église et du pape Pie XII dans l’Holocauste est considérée de manière critique, des ecclésiastiques individuels, des cardinaux, des confréries monastiques et des couvents ont aidé les Juifs de manière désintéressée.

L’exemple de la Bulgarie – également alliée de l’Allemagne – montre également qu’une résistance déterminée pouvait réussir à contrecarrer les plans allemands. Ici, grâce à l’attitude ferme du gouvernement et de la population, quelque 50 000 Juifs ont été sauvés.

En Pologne, outre les personnes qui extradaient les Juifs – dont beaucoup le faisaient également pour leur propre survie -, certains groupes (également catholiques), tels que les ?egota, aidaient les Juifs, même si, contrairement à ce qui se passait en Europe occidentale, cette aide menaçait non seulement de la peine de mort pour l’individu qui l’apportait, mais aussi régulièrement pour sa famille ou tout le village. Plus d’un demi-million de Juifs polonais ont survécu à l’Holocauste, en grande partie grâce à l’aide de la population. De nombreux Polonais étaient horrifiés par le meurtre d’enfants juifs et les cachaient, par exemple, à la campagne, chez les partisans ou dans des monastères catholiques. Ainsi, les Polonais représentent également plus d’un tiers de toutes les personnes honorées à Yad Vashem en tant que Justes parmi les Nations.

Suisse

La Suisse neutre, entourée par les puissances de l’Axe, n’a pas extradé de juifs ayant la citoyenneté suisse. Pendant la guerre, elle a accepté légalement des dizaines de milliers de réfugiés, dont de nombreux Juifs ; beaucoup d’autres ont réussi à franchir la frontière illégalement et ont été retenus dans le pays par les autorités (tolérés) ou par des particuliers (illégaux). Au total, 275 000 réfugiés ont survécu en Suisse, dont 26 000 Juifs qui s’étaient réfugiés en Suisse depuis l’étranger. Cependant, un grand nombre inconnu de réfugiés sont également refoulés à la frontière ou ceux qui sont entrés illégalement sont livrés aux nationaux-socialistes.

L’Allemagne exige à plusieurs reprises que la Suisse n’accueille plus de Juifs et qu’elle extrade les Juifs qui ont fui. Au moins, cette dernière demande n’a pas été satisfaite. Pendant la guerre, la Suisse a tenté de trouver un équilibre entre ses principes humanitaires (accueillir des réfugiés) et ses intérêts militaires d’autoprotection (tenir à distance les intentions d’invasion nazies).

Libération des camps par les Alliés

En fonction de la progression des attaques alliées contre la coalition hitlérienne, les survivants des camps ont été libérés à des moments très différents. Par exemple, les camps de concentration qui ont été atteints en premier par l’un des Alliés dans leur section de front.

1944

      • 23 juillet : l’Armée rouge libère le camp de concentration de Majdanek, le premier des grands camps de concentration ou d’extermination de la Pologne occupée par les Allemands.
      • En août 1944, les journalistes occidentaux ont également pu réaliser des reportages sur le camp de concentration de Majdanek pour la première fois (première page du magazine Life le 28 août et du New York Times le 30 août 1944).

1945

Est :

      • 27 janvier : le camp de concentration d’Auschwitz-Monowitz est libéré le matin, le camp principal d’Auschwitz I et le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau en début d’après-midi par les soldats de la 322e division soviétique.

Ouest :

      • 11 avril : à 14h30, la 6e division blindée de la 3e armée américaine arrive au camp de concentration de Buchenwald.
      • 12 avril : les soldats canadiens libèrent le camp de concentration de Westerbork, aux Pays-Bas.
      • 15 avril : la Wehrmacht remet le camp de concentration de Bergen-Belsen aux troupes britanniques.
      • 29 avril : le camp de concentration de Dachau est libéré par les troupes américaines qui, entre autres, découvrent à leur arrivée le train de la mort en provenance de Buchenwald. Ce camp de concentration situé près de Munich avait été la destination de plusieurs marches d’évacuation et de mort au cours desquelles les prisonniers étaient envoyés sur leur chemin.
      • Le 10 mai, les derniers prisonniers des camps de concentration sont libérés à Flensburg.

Dans certains cas, les troupes alliées ont confronté la population des villages environnants aux actes commis dans les camps de concentration, et des films documentaires tels que Nazi Concentration Camps (1945) ont également été réalisés.

      • Des civils allemands doivent passer devant les morts des transports d’évacuation, Nammering, près de Passau, avril 1945.
      • Une jeune Allemande regarde les victimes exhumées d’un train d’évacuation
      • Au camp de concentration de Dachau : les Jeunesses hitlériennes devant le train de la mort (30 avril 1945)

Soins aux survivants, rapatriement et émigration.

Des associations de prisonniers se sont formées dans presque tous les camps libérés, où elles ont d’abord rempli d’importantes fonctions sociales (de survie) pour leurs camarades prisonniers.

Les survivants de l’Holocauste constituent le groupe le plus touché des victimes du nazisme, et un grand nombre d’entre eux n’ont pas pu ou voulu retourner dans leur pays d’origine (surtout en Europe de l’Est et du Sud-Est). Les Alliés occidentaux étaient mal préparés à ce groupe de victimes, ce que le rapport Harrison a révélé dès août 1945. Cela a conduit l’Administration des secours et de la réhabilitation des Nations unies, le Comité intergouvernemental pour les réfugiés (Comité d’Évian) et, avec ses dissolutions successives à partir de 1946, l’organisation qui lui a succédé, l’Organisation internationale des réfugiés, ainsi que des organisations d’aide juives, à organiser une assistance plus ciblée. Certains des Juifs survivants ont tenté d’entrer illégalement en Palestine dans le cadre de la Bricha (fuite de l’Europe de l’Est et du Sud-Est) et de l’Alija Bet (immigration illégale dans le territoire du Mandat) ou en partie dans les zones d’occupation des Alliés occidentaux. Les États-Unis n’ont délivré que quelques visas d’entrée, et le Royaume-Uni a empêché l’entrée en Palestine mandataire afin de ne pas modifier le rapport numérique entre Juifs et Arabes. Pour résoudre la crise des réfugiés, la Commission d’enquête anglo-américaine est créée en 1946 et l’Assemblée générale des Nations unies adopte le plan de partage de la Palestine en 1947. Avec le retrait britannique de la Palestine en 1948, l’État d’Israël est fondé. Dès lors, les survivants peuvent immigrer légalement en Israël. Le camp de Föhrenwald a été le plus long camp de personnes déplacées juives de la République fédérale d’Allemagne (jusqu’en 1957).

Conséquences

Traumatisme du survivant

De nombreux survivants des camps d’extermination et les personnes qui ont pu échapper à la menace de meurtre par la fuite ou d’autres circonstances ont souffert et continuent de souffrir du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Le psychiatre et psychanalyste William Niederland a inventé le terme de syndrome du survivant dans les années 1960.

Certains survivants de l’Holocauste n’ont pas pu et ne peuvent pas parler de leurs expériences dans les camps de la mort, d’autres ont été dénoncés comme témoins oculaires lors des procès d’Auschwitz. On sait que les conséquences des traumatismes se transmettent de manière transgénérationnelle à la deuxième et à la troisième génération, et peuvent donc toucher les petits-enfants et les arrière-petits-enfants des survivants.

Reconditionnement légal.

L’ampleur des crimes nationaux-socialistes n’a été révélée que lorsque les troupes alliées ont libéré les zones où se trouvaient les camps de concentration et d’extermination.

À la conférence de Yalta, en février 1945, les Alliés avaient accepté non seulement la démilitarisation, mais aussi la poursuite de la « dénazification » de l’Allemagne pendant la période suivant leur victoire, et ils ont réaffirmé cette décision à la conférence de Potsdam, fin juillet 1945.

La punition des crimes nationaux-socialistes a commencé avec les procès de Nuremberg ouverts par les puissances alliées et les procès ultérieurs entre 1945 et 1948, en particulier le procès de Nuremberg des grands criminels de guerre.

Depuis 1945, un total de 912 procès ont eu lieu en Allemagne de l’Ouest contre 1 875 personnes pour des crimes de meurtre commis par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi les accusés, 14 ont été condamnés à mort, 150 à la prison à vie et 842 à une peine de prison limitée.

À partir de 1949, après la fondation des deux États allemands, les poursuites pénales sont devenues leur responsabilité. Cependant, elle s’est rapidement arrêtée en raison de la guerre froide. Mais parallèlement, l’annulation des jugements d’injustice nazis est poursuivie, de même que la politique allemande de réparation, notamment à l’égard des victimes expropriées.

En RDA, un certain nombre de procès ont été organisés contre des fonctionnaires subalternes du régime nazi, dans lesquels il s’agissait moins de leur responsabilité individuelle que de blâmer la partie ouest-allemande. Les anciens membres du NSDAP pouvaient faire carrière en RDA à condition de reconnaître le pouvoir exclusif du SED.

En République fédérale d’Allemagne, l’absence de poursuites vigoureuses s’explique souvent par le manque d’intérêt de la population ou par l’influence des anciens membres du NSDAP au sein de l’État et de l’administration. L’initiative de retrouver les auteurs de l’Holocauste a été principalement laissée à des personnes privées telles que Simon Wiesenthal et Beate Klarsfeld.

Ce n’est qu’après le procès des Einsatzgruppen d’Ulm et la création de l’Office central des administrations judiciaires de l’État pour l’enquête sur les crimes nationaux-socialistes que le système judiciaire ouest-allemand a commencé à poursuivre les crimes nazis à plus grande échelle à partir de 1958.

À cette époque, le président du Comité international d’Auschwitz, Hermann Langbein, et le procureur général de Hesse, Fritz Bauer, ont réussi à faire aboutir une plainte pénale déposée par Adolf Rögner. Cela a conduit à l’arrestation de l’ancien SS et tortionnaire Wilhelm Boger.

Après que les services secrets israéliens du Mossad ont enlevé Adolf Eichmann de son pays de refuge, l’Argentine, pour le conduire à Jérusalem en 1960, le procès d’Eichmann, internationalement reconnu, s’y est déroulé en 1961.

Hannah Arendt, observatrice du procès, a décrit l’insensibilité bureaucratique dont a fait preuve Eichmann comme la « banalité du mal » dans son livre « Eichmann à Jérusalem » et a ainsi favorisé le débat sur les motivations des auteurs du crime en République fédérale. Eichmann a été condamné à mort et pendu en 1962.

Après de nombreuses années de recherche par Bauer, les principales procédures des procès d’Auschwitz ont été ouvertes à Francfort-sur-le-Main en 1963. Les témoignages et l’importante couverture médiatique de ces procès ont permis à de nombreux Allemands de prendre conscience des crimes nazis, mais ont également renforcé les demandes du public pour qu’une « ligne soit tracée ».

Les accusés des procès d’Auschwitz n’ont montré aucun remords et ont toujours invoqué le « Befehlsnotstand ». Leurs avocats de la défense et une partie des médias ont tenté de discréditer les procès en les qualifiant de « procès spectacle ».

Le délai de prescription pour les crimes nazis ayant été fixé à l’origine à 20 ans à compter de la date du crime en 1945, un débat sur le délai de prescription a eu lieu au Bundestag allemand en 1965. Dans un premier temps, le délai de prescription a été reporté à 1969 en prenant 1949 comme année de fondation de la République fédérale. En 1969, le délai de prescription a été prolongé de dix ans, et en 1979, il a été levé pour les meurtres et les génocides.

Dans les procès suivants, pour la plupart (comme pour de nombreux crimes graves), seuls les auteurs qui ont directement exécuté les crimes aux échelons inférieurs de la chaîne de commandement ont été poursuivis.

Les derniers grands procès d’auteurs de crimes nazis ont été ceux de Majdanek, qui se sont déroulés entre 1975 et 1981 au tribunal régional de Düsseldorf. Sur les 15 accusés initiaux, huit ont été condamnés, sept à des peines de prison allant de trois à douze ans, un à la prison à vie. Le verdict a suscité des protestations dans le monde entier.

En Autriche, les crimes de guerre de l’époque nazie n’ont guère été poursuivis. Seules 20 personnes ont été condamnées en Autriche depuis 1955, 23 ont été acquittées. Un mémo critique de Simon Wiesenthal sur la gestion des crimes nazis par les autorités autrichiennes est sans conséquence.

Compensations.

Les administrations militaires alliées de l’Allemagne et de l’Autriche occupées ont émis des règlements – tout comme les gouvernements ultérieurs de la République fédérale, de la RDA et de l’Autriche – suspendant toutes les mesures du régime hitlérien visant à priver les Juifs de leurs droits et à les exproprier.

Une compensation complète, au moins pour les pertes matérielles des personnes touchées, n’a pas eu lieu. De nombreux survivants des camps d’extermination et leurs héritiers légaux ont dû intenter des procès, parfois pendant des décennies, devant les tribunaux allemands et autrichiens, pour obtenir la restitution de leurs biens ou le versement d’indemnités.

Le gouvernement de la RDA se déclare traditionnellement anti-fasciste. Jusqu’à peu avant la chute du Mur, elle a rejeté toutes les revendications qui pouvaient être dérivées des actions du Reich allemand.

En revanche, selon le point de vue de l’Allemagne fédérale, la République fédérale est le successeur légal du Reich. Cela a déjà conduit à une politique de réparations sous le premier chancelier fédéral Konrad Adenauer, qui prévoyait une compensation collective, du moins dans une certaine mesure.

Lors des négociations avec David Ben-Gourion, Adenauer accepte de soutenir les paiements à l’État d’Israël, qui se considère comme le successeur légal des Juifs assassinés. Ces paiements n’étaient pas du tout dans l’intérêt de la République fédérale, qui voulait être un membre respecté de la communauté internationale des États.

Les paiements dits de réparation sont toujours rejetés par l’extrême droite allemande. Cependant, ils ont également été fortement critiqués en Israël (« prix du sang »).

Fin 2010, selon le ministère fédéral des finances, la République fédérale avait versé quelque 68 milliards d’euros en compensation de l’injustice nazie, y compris des pensions à vie pour quelque 29 000 survivants des persécutions national-socialistes.

Réaction ecclésiastique.

Les premières déclarations de l’EKD après la fin de la guerre, comme la Confession de culpabilité de Stuttgart (octobre 1945) et la Parole de Darmstadt (1947), ne mentionnent pas l’Holocauste, l’antisémitisme et l’antijudaïsme, mais parlent de la complicité des chrétiens dans la guerre mondiale et dans la montée et les crimes du national-socialisme.

Même ces déclarations générales ont déclenché l’indignation générale de l’opinion publique et une opposition farouche en Allemagne de l’Ouest et ont été peu approuvées. Dans Words on the Jewish Question (1948), les dirigeants de l’EKD sont allés jusqu’à interpréter le « destin juif » comme une punition de Dieu pour avertir les Juifs et comme un avertissement à devenir chrétiens. Ce n’est qu’en 1950 que l’EKD se distancie de cette vision et de l’antisémitisme.

Dans les années 1960 s’est ouvert un débat intense qui, depuis la déclaration synodale rhénane de 1980, s’est traduit par de nombreuses confessions d’Eglises régionales sur « l’alliance non déclarée » de Dieu avec le peuple d’Israël et par des changements dans les constitutions des Eglises régionales : le christianisme lui-même était remis en question sans la vie juive.

À l’intérieur et à l’extérieur de l’Église catholique, le comportement du pape Pie XII pendant l’Holocauste reste controversé à ce jour. D’une part, il avait fait campagne pour le salut des Juifs romains, d’autre part, il avait gardé le silence sur l’Holocauste, bien que les faits aient été portés à sa connaissance.

La confrontation critique avec sa propre culpabilité d’antijudaïsme et d’antisémitisme et avec la responsabilité des catholiques dans l’Holocauste n’a commencé qu’après la mort de Pie en 1958.

Son successeur Jean XXIII s’est adressé aux Juifs en tant que « frères » pour la première fois dans l’histoire de la papauté. Le concile Vatican II, dont il était l’initiateur, a adopté en 1965 la déclaration Nostra aetate, qui rejette la théorie de la mort de Dieu, reconnaît l’autonomie du judaïsme et déclare que la lutte contre l’antisémitisme est un devoir chrétien.

Négation et banalisation.

Immédiatement après la fin de la guerre, les antisémites et les révisionnistes historiques ont commencé à nier ou à relativiser l’Holocauste, parfois même à le glorifier.

Le déni de l’Holocauste est une tendance de base de l’extrémisme de droite, il est également prôné par certaines parties de la Nouvelle Droite, de l’islamisme et de l’antisionisme, et est devenu une tendance internationale en réseau.

Les recherches sur l’antisémitisme classent le déni et la relativisation comme un antisémitisme secondaire.

En République fédérale d’Allemagne, le déni de l’Holocauste est punissable en vertu de l’article 130 (3) du code pénal allemand (StGB) en tant qu’incitation à la population, et en vertu de l’article 189 du StGB en tant que diffamation de la mémoire des défunts. Des lois similaires contre le déni de l’Holocauste s’appliquent également dans certains autres États.

Souvenirs bsouvenirs bsouvenirs.

Plusieurs journées de commémoration de l’Holocauste sont organisées chaque année dans le monde, par exemple à la mi-avril en Israël, à l’occasion de la fête de Yom haSho’a, le 27 de Nissan dans le calendrier juif : des sirènes retentissent dans tout le pays et la nation s’immobilise pendant une minute. En 2021, jour de commémoration de l’Holocauste, quelque 179 000 survivants de l’Holocauste vivaient en Israël.

Aujourd’hui, de nombreux mémoriaux et musées dans le monde entier commémorent l’Holocauste (voir la liste des mémoriaux aux victimes du national-socialisme).

En outre, des initiatives et des organisations à différents niveaux et sous différentes formes contribuent à la mémoire et au traitement de l’Holocauste. Certaines de ces initiatives de travail de réconciliation sont, par exemple, l’Aktion Sühnezeichen et les services commémoratifs autrichiens.

Le plus important mémorial de l’Holocauste est Yad Vashem à Jérusalem, où se trouve notamment l’avenue des Justes parmi les Nations.

En Allemagne et dans les anciens territoires occupés par l’Allemagne, les mémoriaux situés sur les sites des anciens camps de concentration revêtent une importance particulière, notamment le musée d’État polonais Auschwitz-Birkenau.

Parmi les institutions les plus importantes figurent le Centre de documentation de la Fédération des Juifs persécutés par le régime nazi à Vienne, le Mémorial de l’Holocauste des États-Unis à Washington, D.C., le Centre de documentation hongrois à Budapest, le Musée juif de Berlin et le Mémorial des Juifs assassinés d’Europe à Berlin, ouvert en 2005.

La base de données JewishGen fournit des informations généalogiques. Dans de nombreuses villes européennes, on trouve également des « Stolpersteine » (pierres d’achoppement), qui commémorent les victimes individuelles des national-socialistes.

En mai 2021, la première documentation publique sur l’Holocauste dans la péninsule arabique a été inaugurée à Dubaï (Émirats arabes unis) avec l’exposition permanente « We Remember » au Crossroads of Civilisation Museum.

En Allemagne, le 27 janvier est depuis 1996 la journée de commémoration des victimes du national-socialisme.

« Le 27 janvier 1945, le camp de concentration d’Auschwitz est libéré par les soldats russes. Auschwitz représente symboliquement le meurtre de millions de personnes, principalement des Juifs, mais aussi d’autres groupes ethniques. Il représente la brutalité et l’inhumanité, la persécution et l’oppression, l' »extermination » des personnes organisée avec une perfection perverse. »

Le 1er novembre 2005, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution déclarant le 27 janvier Journée internationale de commémoration des victimes de l’Holocauste. Depuis 2006, elle est commémorée dans le monde entier.

Le projet « Une lettre aux étoiles » a débuté au printemps 2002 et constitue un important projet d’histoire contemporaine dans les écoles de la République d’Autriche.

En 2008, des témoins contemporains ou des survivants d’Israël ont été invités sur de nombreux sites scolaires. En Serbie, le 22 avril est la journée nationale de commémoration du génocide des Serbes, de l’Holocauste et des autres victimes du fascisme.

Depuis 2006 (France) et 2008 (Allemagne), l’exposition itinérante Sonderzüge in den Tod (Trains spéciaux vers la mort) commémore les déportations de centaines de milliers de personnes vers les camps de concentration et d’extermination nationaux-socialistes, principalement dans les gares.

Le Livre du souvenir – Victimes de la persécution des Juifs sous la tyrannie national-socialiste 1933-1945 est un index des noms publié par les Archives fédérales allemandes qui répertorie les personnes victimes de la persécution national-socialiste des Juifs en raison de leur religion ou de leur origine juive réelle ou supposée. En plus de l’édition imprimée, il existe également une édition en ligne depuis 2007.

Laisser un commentaire