Supermarine Seafire

Le Seafire était la version aéroportée du Spitfire (Supermarine seafire). Les avions de ce type ont participé aux attaques contre le cuirassé allemand Tirpitz et ont fourni un soutien aérien précieux aux opérations de débarquement en Italie et en Europe.

La carrière opérationnelle du Seafire ne s’est pas terminée avec la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe : il était encore en service au moment de l’apparition du jet et a participé à la guerre de Corée.

Le Supermarine Seafire était un monoplan monomoteur à aile basse et à train d’atterrissage rétractable. Le moteur était l’omniprésent Merlin, en ligne, sauf dans les versions ultérieures, alimenté par le Rolls Royce Griffon.

Les principales différences par rapport au Spitfire étaient le crochet d’arrêt triangulaire, situé sous le fuselage, et, à partir de la version Mk III, la possibilité de replier les ailes pour permettre à l’avion d’être rangé dans les hangars des porte-avions.

Allez plus loin  Nakajima Ki-27 Nate

Principales variantes du Supermarine Seafire

  • Seafire Ib : la première version du chasseur embarqué, obtenue en modifiant des Spitfire Mk Vb existants avec l’ajout d’un grappin, les avions de cette version ont été utilisés principalement pour la Fleet Air Arm pour tester et se familiariser avec la nouvelle machine. Au cours des essais, il est apparu que d’autres modifications étaient nécessaires, comme le renforcement de l’arrière du fuselage au niveau du crochet d’arrêt.
  • Safire Mk IIc : une version dérivée du Spitfire Vc, avec un moteur Rolls Royce Merlin 46 et des points de fixation de catapulte.
  • Seafire F. Mk III : la première version réellement adaptée à l’utilisation en tant que porte-avions, elle disposait d’un mécanisme de repli manuel des ailes avec un moteur Rolls Royce Merlin 55M.
  • Safire F. Mk XV : version à moteur Rolls Royce Griffon VI turbocompressé à un étage capable de délivrer 1 850 ch à 600 m d’altitude et dotée d’une hélice Rotol, d’une plus grande envergure, d’une roue de queue rétractable.
  • Seafire F. Mk XVII : une version dérivée du Seafire XV avec un train d’atterrissage renforcé et allongé et une verrière largable.
  • Safire F Mk 45 : version à moteur Griffon 60 turbocompressé à deux étages.
  • Safire FR Mk 45 : version de reconnaissance photographique similaire au F Mk 45.
  • Seafire F Mk 46 : une version dérivée du Spitfire F Mk 22 et modifiée pour une utilisation aéroportée, équipée d’une verrière en forme de goutte d’eau sans mécanisme de repli des ailes, d’un système électrique de 24 volts au lieu de 12, d’un réservoir de carburant de 145 litres ajouté à l’arrière du fuselage et d’une hélice Rotol à 5 pales. En avril 1947, les avions en service sont équipés du moteur Griffon 61 ou 64 avec deux hélices triples contrarotatives.
  • Safire FR Mk 46 : version de reconnaissance photographique similaire au F Mk 46.
  • Safire F. Mk 47 : Version à 88 moteurs Rolls Royce Griffon, dernière et « définitive » variante en production, a incorporé de nombreuses améliorations introduites dans les versions précédentes. Il était doté d’un mécanisme hydraulique de pliage des ailes, d’hélices Rotol contrarotatives, d’un pare-brise incurvé similaire à celui utilisé sur le Mk XVII, et d’une prise d’air de turbocompresseur en bec de canard située juste sous l’hélice.
  • Safire FR Mk 47 : version de reconnaissance photographique similaire au F Mk 47.

Laisser un commentaire