Les fosses ardéatines

Sommaire

L’attaque de la Résistance

  • Représailles

Les victimes des tombes ardéatines

  • Les exécutions aux Fosses Ardéatines

Les procès après la Seconde Guerre mondiale

La reddition de l’Italie.

Le 10 juin 1940, l’Italie entre dans la Seconde Guerre mondiale en tant que puissance de l’Axe sous le gouvernement fasciste de Benito Mussolini.

Trois ans plus tard, en juillet 1943, à la suite de l’invasion alliée de la Sicile et de la motion de censure contre Mussolini votée lors de la réunion du Grand Conseil fasciste du 25 juillet 1943, le roi Victor Emanuel III fait arrêter le Duce et nomme un gouvernement d’urgence dirigé par le maréchal Pietro Badoglio.

Bodoglio accepte un cessez-le-feu avec les Alliés le 3 septembre 1943 et annonce la capitulation de l’Italie cinq jours plus tard.

La République de Salò.

Plusieurs jours après la capitulation italienne, un commando allemand commandé par le SS Obersturmbannführer Otto Skorzeny, alias Scarface, libère Mussolini et l’aide à créer un État fantoche fasciste, connu sous le nom de République de Saló (officiellement Repubblica Sociale Italiana – République sociale italienne).

Les forces d’occupation allemandes ont occupé une grande partie de l’Italie du Nord et, avec les troupes fascistes italiennes loyales, ont combattu les unités alliées et les partisans de la Résistance italienne jusqu’à leur capitulation le 2 mai 1945.

Les bombardements de la Résistance.

Le 23 mars 1944 (jour du 25e anniversaire de la fondation du mouvement fasciste de Mussolini), 17 membres d’une cellule de résistance appartenant aux Groupes d’action patriotique (GAP), dirigée par Rosario Bentivegna, font exploser une bombe près d’un groupe de policiers qui marchent dans la Via Rasella, dans la Rome occupée.

Les agents de la résistance, qui ont des liens avec le mouvement communiste clandestin, ont réussi à se fondre dans la foule des badauds et à éviter la capture. L’unité de police attaquée, un bataillon de la 11e compagnie du régiment de police de Bozen, était composée principalement de policiers germanophones du Tyrol du Sud, annexé par l’Italie (au détriment de l’Autriche) par le traité de Saint-Germain-en-Laye en 1919 et réannexé par les autorités d’occupation allemandes en 1943.

Vingt-huit policiers sont morts sur place. Le bilan final s’élève à 42 policiers, avec des victimes supplémentaires parmi les passants près du lieu de l’attaque.

Allez plus loin  Buchenwald

Les représailles…

Dans la soirée du 23 mars, le commandant du Sicherheitsdienst SS (service de renseignements SS) stationné à Rome, le lieutenant-colonel SS Herbet Kappler, et le lieutenant-général Kurt Mälzer, commandant de la Wehrmacht à Rome, recommandent une action de représailles : dix civils italiens doivent être exécutés pour chaque policier tué dans l’attentat de la Via Rasella. Le colonel général Eberhard von Mackensen, commandant de la 14e armée, dont la juridiction est à Rome, a approuvé la proposition.

Il a été rapporté qu’Adolf Hitler lui-même avait appelé à la destruction de la ville de Rome après avoir entendu la nouvelle de l’attaque. Les accusés du massacre jugés après la Seconde Guerre mondiale ont fait valoir qu’Hitler avait finalement soutenu le plan de représailles de Mälzer et Kappler.

Il existe cependant des preuves qui suggèrent qu’Hitler se serait rapidement désintéressé de cette question, laissant la responsabilité finale au colonel général Alfred Jodl du haut commandement de la Wehrmacht (OKW). Quel que soit le niveau d’implication réel d’Adolf Hitler, le maréchal (Generalfeldmarschall) Albert Kesselring aurait finalement interprété la réaction initiale d’Hitler comme un feu vert autorisant la mise en œuvre de l’opération punitive.

Les victimes des fosses ardéatines

Le lendemain, le 24 mars 1944, des troupes de la SiPo et du quartier général du SD à Rome, dirigées par le capitaine SS Erich Priebke et son collègue Karl Hass, récemment décédés, raflent 355 civils italiens de sexe masculin près de tombes situées dans la banlieue de Rome, sur la Via Ardeatina. Les fosses ardéatines, anciens vestiges de catacombes chrétiennes, étaient utilisées pour procéder aux exécutions en secret, les cadavres pouvant être facilement dissimulés par la suite.

Hass et Priebke avaient reçu l’ordre de sélectionner les victimes à partir d’une liste de prisonniers déjà condamnés à mort. En fait, la liste a dû être élargie pour inclure des civils, car il n’y avait pas assez de condamnés pour atteindre le quota requis de 330 exécutions.

Les agents de la SiPo (police de sécurité) ont donc dû ajouter à la liste des prisonniers non condamnés à mort, souvent condamnés pour des raisons politiques. Cinquante-sept prisonniers juifs étaient également inclus. Pour compléter le contingent, des civils ont également été arrêtés dans les rues de Rome : le plus âgé était déjà septuagénaire, le plus jeune n’avait que 15 ans.

Allez plus loin  Bergen-Belsen

Il est intéressant de noter qu’une fois le groupe de condamnés rassemblé dans les fosses d’Ardeatine, Priebke et Hass se sont rendu compte qu’ils avaient par inadvertance dépassé le quota de 5 personnes (335 au lieu des 330 indiqués dans l’ordre). Ils ont décidé de les tuer également, car ils craignaient que le secret de l’opération ne soit compromis par la libération de 5 condamnés.

Les exécutions des Tombes Ardéatines

Les condamnés sont conduits dans les fosses d’Ardeath, les mains attachées derrière le dos. Priebke et Hass ont décidé qu’un tir individuel serait préférable à un peloton d’exécution. Cela permettrait d’économiser des munitions et du temps.

Les prisonniers étaient exécutés par lots de cinq, à genoux, d’une balle à l’arrière de la tête. Pour gagner de la place, les policiers allemands n’hésitent pas à obliger les prisonniers à s’agenouiller sur les cadavres encore chauds de leurs compatriotes précédemment exécutés.

Après les exécutions, Priebke et Hass ont ordonné aux ingénieurs de sceller l’entrée des fosses d’Ardeatine en faisant sauter des explosifs. Cela garantissait à la fois le secret et la certitude que personne ne survivrait au massacre.

Les procès de l’après-guerre.

Après la Seconde Guerre mondiale, les autorités alliées ont poursuivi les responsables du massacre des tombes ardéatines.

En 1945, les généraux von Mackensen et Mälzer ont été reconnus coupables par un tribunal militaire allemand pour leur rôle décisif dans le massacre et condamnés à mort. Tous deux ont fait appel avec succès et ont vu leur peine réduite. Von Mackensen a été libéré en 1952. Mälzer est mort en prison la même année.

En 1947, un tribunal britannique de Venise condamne le maréchal Kesselring à la peine de mort pour exécutions et incitation au meurtre de civils. Cependant, en 1952, Kesselring est gracié.

En 1948, un tribunal militaire italien a condamné Herber Kappler à la prison à vie pour son rôle dans les meurtres. En 1977, la femme de Kappler a réussi à transférer son mari, atteint d’un cancer en phase terminale, d’un hôpital pénitentiaire romain en Allemagne. Les autorités de la République fédérale d’Allemagne (RFA) refusent d’extrader Kappler en raison de sa santé fragile et il meurt « chez lui » l’année suivante.

Allez plus loin  Auschwitz-Birkenau

Erich Priebkea passé les premiers mois d’après-guerre en détention britannique et a ensuite réussi à fuir en Argentine, avec l’aide du groupe ODESSA (Organisation der ehemaligen SS-Angehörigen – Organisation des anciens membres de la SS), et y a vécu librement pendant 50 ans. Lors d’une interview télévisée en 1994, Priebke a parlé ouvertement de sa participation au massacre des tombes ardéatines, montrant peu de remords pour son comportement.

L’indignation subséquente des autorités italiennes et argentines a entraîné la réouverture du dossier de Priebke et Hass. En 1995, les autorités judiciaires italiennes et allemandes ont coopéré pour faciliter l’extradition d’Erich Priebke vers l’Italie. Le tribunal militaire chargé de le juger en 1996 a décidé qu’il ne pouvait pas procéder parce que les crimes de Priebke étaient prescrits.

La Cour suprême italienne a annulé la sentence et fixé un nouveau procès pour Priebke, au cours duquel il a été condamné à la prison à vie. Compte tenu de son âge avancé et conformément à la législation italienne en vigueur, il a réussi à s’échapper de la prison et à purger sa peine en étant assigné à résidence.

Enfin, Erich Priebke est décédé le 11 octobre 2013, à l’âge de 100 ans. Il convient de noter que personne n’a voulu s’occuper de l’enterrement de l’un des derniers nazis de notre époque.

Laisser un commentaire