Messerschmitt Me 163 Komet

Le Messerschmitt 163, surnommé Komet en raison de son apparence particulière, était un avion terrifiant à bien des égards : pour les équipages des Flying Fortress américaines, il ne devait pas être réconfortant de voir ces avions filer à plus de 900 km/h, et les pilotes de la Luftwaffe, de leur côté, pilotaient une machine pour le moins dangereuse.

Le moteur de la fusée, conçu par le professeur Walter, exploite la violente réaction chimique qui se produit lorsque le peroxyde d’azote, appelé T-Stoff par les Allemands, entre en contact avec le C-Stoff, un mélange de méthanol, d’hydrate d’hydrazine et d’eau. Les deux composants étaient, bien sûr, conservés dans des réservoirs séparés, mais un contact accidentel entre eux a provoqué une violente explosion.

Pour aggraver les choses, T-Stoff avait la fâcheuse propriété de dissoudre littéralement le pilote en cas de fuite dans le cockpit. Messerschmitt me 163 komet. De nombreux avions et pilotes ont été perdus dans des accidents, mais le Messerschmitt 163 Komet a été largement utilisé dans des opérations militaires.

Le moteur était utilisé lors du décollage et de la montée, qui se faisaient à une vitesse fantastique, inégalée par les autres avions de l’époque. Messerschmitt me 163 komet (kraftei). Un Me 163 A V3 a atteint la vitesse de 1004,5 km/h le 2 octobre 1941, un record qui ne sera battu qu’en août 1947 par un Douglas Skystreak américain.

Pendant le combat, la vitesse excessive devenait un problème, car le pilote moyen n’avait pas le temps de viser, et le moteur ne pouvait qu’être coupé : Messerschmitt me 163 komet cockpit. Cependant, même cette option était dangereuse, car le rallumage en vol était problématique. L’atterrissage devait se faire avec des réservoirs complètement vides, en raison du danger élevé pour les propergols.

Allez plus loin  Curtiss P-36 Hawk

Sur le Messerschmitt Me 163, un armement inhabituel a été expérimenté : tout en maintenant le vol horizontal, le pilote faisait passer l’appareil sous un bombardier ennemi, à ce moment-là, une cellule photoélectrique déclenchait une volée de roquettes disposées verticalement sur l’aile du Me 163 et dirigées vers le haut.

Principales variantes du Messerschmitt Me 163 « Komet ».

  • Me 163 A : les travaux de construction des prototypes et des exemplaires de série ont commencé au début de 1941 dans le plus grand secret : Messerschmitt me 163 komet for sale. Les tests et essais ont révélé de nombreux problèmes, notamment le fait que le train d’atterrissage rebondissait lorsqu’il était relâché et pouvait heurter l’avion lui-même, et que le patin était une solution d’atterrissage non optimale : le système d’amortissement des premiers exemplaires n’était pas particulièrement efficace, de plus le pilote n’avait aucun contrôle de l’avion pendant la phase d’atterrissage et lorsque l’avion s’arrêtait, il devait attendre un remorqueur pour libérer la piste. Messerschmitt me 163 komet fuel. Cependant, les performances de l’appareil étaient si étonnantes que le projet a été placé en tête des priorités.
  • Me 163 A-0 : Première version de série
  • Me 163 B : de nombreuses modifications ont été apportées à la structure pour simplifier la production en série : Messerschmitt me 163 komet model. Entre-temps, Walter avait apporté des améliorations majeures au nouveau moteur, le HWK 109-509, qui utilisait une nouvelle formule mélangeant du peroxyde d’hydrogène (T-Stoff) utilisé comme oxydant avec un mélange d’hydrazine et de méthanol (C-Stoff) pour une plus grande poussée. Messerschmitt me 163 komet speed. Le ministère a également insisté sur la possibilité de régler la poussée du moteur (et pour une fois, les bureaucrates avaient raison) ; dans les premiers exemples, le moteur pouvait être éteint ou allumé à pleine puissance, ce qui permettait de tester l’endurance physique de l’avion et du pilote.
  • Me 163 B-0 : trente exemplaires de présérie construits après les deux prototypes, version armée de deux canons MG 151/200 de 20 mm.
  • Me 163 B-1 : version similaire au B-0 mais armée de deux canons MK 108 de 30 mm, environ 400 ont été construits. Quelques subversions ont été construites, notamment le B-1a et le B-1b, mais la signification de ces acronymes est obscure.
  • Me 163 S : Version d’entraînement biplace, sans moteur ; développée pour entraîner les élèves à faire face à la phase délicate de l’atterrissage.
  • Me 163 C : une version conçue pour résoudre certains des problèmes qui s’étaient posés, en particulier, l’autonomie du moteur a été augmentée de 9 à 12 minutes (doublant le temps disponible pour le combat), il a adopté une verrière abaissée avec une visibilité du pilote considérablement améliorée et avait une aile plus grande et une cabine pressurisée pour une altitude d’exploitation théorique de 15 000 mètres : (Messerschmitt me 163 komet top speed). Un seul exemplaire, sans moteur, a été achevé avant la fin de la guerre.
  • Me 163 D : une version sensiblement similaire à la B, mais avec un fuselage élargi pour accueillir plus de carburant et, surtout, un train d’atterrissage tricycle rétractable (Messerschmitt me 163 komet war thunder). Un seul prototype a été construit
  • Me 263 : cette version est restée en phase de conception lorsque les installations de construction ont été occupées par les troupes soviétiques. Les travaux de développement se poursuivent sous la nouvelle direction et l’avion produit est rebaptisé Mikoyan Gurevich I-270.
  • Mitsubishi J8M Shusui : version sensiblement équivalente du Me 163 B construit par le Japon.

Laisser un commentaire