La bataille de la baie d’Heligoland

Introduction

La Bataille de la baie d’Heligoland peut être considérée comme le premier combat aérien que l’on peut appeler une bataille dans la Seconde Guerre mondiale, qui a commencé la plus longue campagne aérienne de la guerre

Une force de 3 escadrons de bombardiers, comptant quelque 24 appareils, décolle le 18 décembre 1939 pour engager les navires allemands ancrés dans la baie d’Heligoland afin d’en détruire et d’en couler le plus possible ;

Deux appareils ont dû faire demi-tour avant d’atteindre l’espace aérien allemand en raison de problèmes de moteur. La bataille des clans. Les 22 autres appareils ont vigoureusement suivi l’avancée. La bataille de bouvines. Les chasseurs de la Luftwaffe, informés de l’arrivée de l’escadron de bombardiers par le radar (encore expérimental), prennent leur envol et abattent 10 bombardiers, 2 autres sont contraints d’amerrir avant d’atteindre la Grande-Bretagne et 2 autres encore s’écrasent en tentant d’atterrir Ainsi, sur les 22 appareils qui quittent la Grande-Bretagne, 15 sont perdus, tandis que les Allemands n’en perdent que 2.

Cette bataille a créé un précédent pour toute la guerre. Ainsi, la RAF élimine toutes les missions aériennes de jour et seules celles de nuit sont retenues en raison des lourdes pertes subies par les escadrons. Au cours de la préparation de la guerre, la RAF a toujours pensé que « le bombardier arriverait toujours en tête », mais cela n’a pas été le cas pour les missions de jour, ce qui l’a amenée à repenser la manière dont les prochaines missions de bombardement seraient effectuées ;

L’échec du raid britannique a conduit la Luftwaffe à croire que ses bases sur le sol allemand étaient presque invulnérables aux attaques ennemies. Cette impression a été renforcée par les victoires de la Wehrmacht dans les années 1939-1941, ce qui signifiait directement que les forces aériennes ennemies étaient trop éloignées pour bombarder efficacement le territoire et les industries allemandes. Cela a conduit à la négligence de la flotte de chasse de jour, ce qui a eu des conséquences fatales dans les dernières années de la guerre.

Prélude

Avant la Seconde Guerre mondiale, le Bomber Command croyait fermement en la capacité de la puissance aérienne à gagner des guerres sans l’aide de la marine ou de l’armée ;

Le bombardier passera toujours, ce qui signifie que quel que soit le nombre de défenses en place, un nombre suffisant de bombardiers sera en mesure de pulvériser n’importe quelle ville

On pensait que des formations volantes compactes avec des positions défensives lourdement armées pourraient repousser les attaques des chasseurs allemands sans l’aide d’escortes de chasseurs. Malheureusement, la RAF ne disposait pas des bombardiers quadrimoteurs nécessaires pour transporter les bombes lourdes qu’ils devaient ensuite larguer sur le territoire allemand.

La seule zone à portée des bombardiers de la RAF est la région industrielle de la Ruhr et les ports et villes côtières du nord de l’Allemagne.

Tant les Pays-Bas que la Belgique souhaitent rester en dehors du conflit et rejettent donc la proposition de la RAF d’établir des bases sur leur territoire afin de pénétrer plus avant dans le territoire allemand. La bataille de l’escaut. Plus tard, au début de la guerre, les Français ont rejeté toutes les propositions britanniques visant à autoriser leurs bombardiers à utiliser les aérodromes français ;

Les forces aériennes françaises, en particulier leurs groupes de chasseurs, ne sont pas encore préparées à une campagne défensive majeure contre l’aviation allemande. La bataille de l’escaut acteur. De plus, bien que les Français soient retranchés sur la ligne Maginot, ils ne disposent d’aucun bombardier capable de frapper préventivement la Luftwaffe.

En raison de la situation, les Britanniques se préparent, en particulier l’Amirauté, à l’ennemi le plus direct des Alliés pendant la période de la « guerre des farces », les U-Boots ;

Avant que l’Empire britannique ne déclare la guerre aux Allemands, ces derniers avaient envoyé quelques U-boats pour couper les convois de ravitaillement britanniques via l’Amérique du Nord et d’autres régions de l’Empire britannique dès le début des hostilités (La bataille de l’escaut avis). L’Amirauté incite la RAF à engager davantage de ressources dans le Coastal Command plutôt que dans les cadres des bombardiers stratégiques : La bataille de l’escaut bande annonce. Cette décision est longuement commentée et critiquée pendant la majeure partie de l’année 1941 par l’establishment britannique.

La RAF a dû créer un nouveau plan pour le front occidental (Western Air Plan 7B, WAP 7B) en raison de la demande américaine d’éviter de bombarder des cibles civiles. Ainsi, ce plan a été conçu pour attaquer les navires de guerre allemands ;

De plus, les Allemands ont également accepté le plan, bien qu’ils ne l’aient accepté que le 18 septembre, lorsque la victoire en Pologne était déjà certaine. Les navires allemands, étant des cibles légitimes et éloignés (à la fois au port et en haute mer) des zones civiles, étaient considérés comme une bonne cible. La destruction de la flotte allemande était alors considérée comme devant priver la flotte U-boot de soutien maritime.

Afin de s’adapter au nouveau plan préparé par la RAF, les navires allemands sont attaqués, à condition que les rapports de reconnaissance aérienne soient positifs. Dès le 3 septembre, un Bristol Blenheim sous le commandement du Flying Officer Andrew McPherson du 139 Squadron est envoyé en mission de reconnaissance ;

Alors qu’il survole la mer du Nord il détecte une importante flotte allemande au large de Wilhelmshaven et du village de Schillig, près de Jade Bay. Comme la radio de l’avion de McPherson ne fonctionne pas, la bonne attaque est lancée jusqu’à ce que le pilote atteigne la base. Puis 15 bombardiers Handley Page Hampdeny 9 Vickers Wellington prennent leur envol pour attaquer les navires allemands. La météo étant instable, aucune des bombes ne touche les navires.

Le 4 septembre, McPherson effectue une autre sortie et rencontre à nouveau un groupe de navires de guerre allemands près de Brunsbüttel, Wilhelmshaven et Schillig ;

Une fois de plus, sa radio ne fonctionnant pas, une force de 15 Bleheims et 8 Wellingtons des 110e et 107e escadrons (avec 10 Blenheims), du 139e (5 Blenheims) et du 149e (Wellingtons) décolle pour bombarder les navires du Gneisenau.

Les avions au départ n’étaient pas préparés; le 149e escadron n’avait pas de matériel, et il est confirmé qu’au moins les membres de l’équipage du Flying Officer Bill McRae sont partis sans aucune bombe à larguer.

McRae, en regardant la chambre à bombes (caméra dans le fuselage de l’avion), a vu qu’elle était vide. En plein vol, le chef d’escadron Paul Harris a demandé à ses artilleurs de vérifier les mitrailleuses découvrant qu’aucune ne fonctionnait et qu’ils approchaient maintenant du territoire allemand sans défense. Ne voulant pas faire marche arrière pour leur premier raid, ils ont continué sur la route établie.

Le 9e Escadron bombarde les mêmes cibles plus tard dans la journée, attaquant des cibles à Brunsbüttel et à la périphérie de la ville (La bataille de l’escaut histoire). Ce raid est malheureux car 5 Blenheim et 2 Wellington sont perdus et les navires allemands ne subissent que des dommages minimes.

Trois bombes tombent sur le croiseur Admiral Scheer, dont aucune n’explose, et un Blenheim s’écrase sur le château du croiseur léger Emden, tuant 11 marins et en blessant 30 autres. Il n’était pas l’une des cibles mais se trouvait avec la flotte ce jour-là.

II./ Jagdgeschwader 77 sous le commandement de Oberstleutnant Carl-August Schumacher, décolle de Nordholz et intercepte le 9e Escadron. Les Feldwebel’s Hans Troitsch et Alfred Held remportent chacun une victoire, et Leutnant Metz une autre.

Ces appareils du 9e escadron sont les premiers appareils de la RAF à être abattus par des chasseurs pendant la guerre, et Troitsch est certainement le premier pilote à être abattu. Quatre autres Blenheim du 107e escadron sont abattus par des tirs anti-aériens. La bataille de l’escaut imdb. Les Allemands pensent que les défenses aériennes qu’ils ont mises en place constituent une défense efficace contre les attaques alliées. L’utilisation du radar Frey a permis aux chasseurs allemands d’être avertis de leur approche 8 minutes à l’avance.

Allez plus loin  La bataille de Krasny Bor

On estime que, dans les deux cas, trop de temps s’est écoulé depuis la découverte des navires et l’arrivée des forces attaquées : La bataille de l’escaut netflix. Pour remédier à cette situation, il est décidé de procéder à une « reconnaissance armée », en envoyant des formations de bombardiers au-dessus de la mer du Nord pour trouver et attaquer les navires allemands ;

Leurs ordres leur interdisaient d’attaquer des navires au port, de violer l’espace aérien neutre ou même d’attaquer des navires de guerre alors qu’ils escortaient des navires marchands. Lors d’une patrouille le 29 septembre, 5 Hampden ont été abattus par des Messerschmitt Bf 109 du II./JG 77, mais une attaque par 24 Wellington des 149, 38 et 115 Squadrons.

Le 3 décembre, il a plus de succès en récupérant un dragueur de mines allemand coulé, tandis que les tirs défensifs des tourelles du Wellington repoussent les attaques des chasseurs allemands, en abattant un sans subir de pertes. Le pilote allemand abattu était le futur a a Günther Specht.

Il a été abattu par le caporal Copley du 38e escadron. Les registres allemands ont confirmé le naufrage. Les navires allemands étaient le Brummer et le dragueur de mines M1407, tous deux coulés par des bombes non explosées qui ont traversé le navire. Un rapport allemand indique que l’attaque a été exécutée depuis l’extérieur du Sun et réalisée en évitant les zones civiles.

Une reconnaissance armée effectuée par 12 Wellington le 14 décembre se solde par la perte de 5 appareils tandis que la formation, volant à un niveau très bas en raison de la présence de nuages bas, se trouve attaquée à la fois par des chasseurs et par l’artillerie anti-aérienne ;

La RAF pensait qu’aucun des Wellington perdus n’avait été abattu par des chasseurs, faisant confiance à leurs capacités défensives lorsqu’ils volaient en formation serrée. Cette conclusion a été atteinte en tenant compte des preuves disponibles.  ;

La Luftwaffe revendique 5 bombardiers abattus pour la perte d’un chasseur, tandis qu’aucune des unités anti-aériennes ne revendique de victoire. Plusieurs des bombardiers qui reviennent présentent des signes de dommages mineurs causés par des tirs de mitrailleuses, ce qui amène la RAF à conclure que les dommages sont dus à des tirs anti-aériens.

Défenses allemandes

L’organisation de la défense aérienne de la Luftwaffe subit un certain nombre de changements au cours des premiers mois de la guerre. La bataille de l’escaut senscritique. La défense des ports du nord et des objectifs stratégiques vitaux relève de la responsabilité du Luftverteidigungskommando (commandement de la défense aérienne) local ou le plus proche. Dans ce cas, l’unité responsable de la protection des navires de la Kriegsmarine était le Luftverteidigungskommando Hamburg(Commandement de la défense aérienne de Hambourg).

Ce système était impraticable. Le district de défense de Hambourg contrôlait à la fois les défenses aériennes et terrestres, mais géographiquement, il n’était pas en mesure d’en aider un autre. Il n’y avait pas de synthèse des armes combinées, étant entendu que l’arme antiaérienne ne soutenait pas directement les défenses allemandes plutôt que de former une seule défense massive.&nbsp

Au lieu de cela, les unités de chasseurs protègent la côte où elles se trouvent, avec les unités FlaK de la Kriegsmarine, tandis que la défense antiaérienne de Hambourg se trouve trop loin à l’intérieur des terres. Les chasseurs de la Luftwaffe et les unités FlaK sont trop éloignés les uns des autres pour agir en coordination.

Ce manque de coordination n’est pas aidé par les mauvaises relations entre les commandants en chef de la Luftwaffe et de la Kriegsmarine Reichsmarschall Hermann Göring et Großadmiral Erich Raeder, respectivement. La bataille de l’escaut streaming. Le système exigeait des deux services qu’ils travaillent ensemble mais entraînait des difficultés de coopération. Une solution au problème était de le doubler : les unités de chasseurs défendant la côte de la mer du Nord étaient subordonnées au Luftgaukommando XI à Hanovre.

Ces unités de chasse devaient fonctionner comme un commandement autonome de chasseurs, ou Jagdfliegerführer. Leur commandement a été confié à Oberstleutnant Carl-August Schumacher, ancien commandant du II./ Jagdgeschwader 77.

Schumacher avait servi lors de la Première Guerre mondiale et avait participé à la bataille du Jutland en tant qu’élève officier : La bataille de l’escaut streaming vf. On espérait que son expérience de la marine et sa personnalité accessible élimineraient les difficultés de coopération avec le service naval. La bataille de la somme. Cependant, lui et son équivalent naval étaient de rang égal, de sorte qu’aucun n’avait d’autorité sur l’autre, ce qui entravait la nécessaire unité de commandement.

Forces en présence

Luftwaffe

Schumacher reçoit un nouveau commandement appelé Stab./ Jagdgeschwader 1, parfois appelé JG Nord ou JG Schumacher. En plus des Bf 109D et E, il reçoit également des Messerschmitt Bf 110. L’absence d’action pendant la guerre de la plaisanterie signifie que ces avions, normalement réclamés par les Luftflottes pour des opérations offensives étaient disponibles pour remplir des rôles défensifs.

Le Stab./JG1 contrôlait les gruppen suivants, dont l’effectif combiné était de 80 à 100 appareils :

  • II./ Jagdgeschwader 77 (JG 77), commandée par le Major Hilmer von Bülow-Bothkamp
  • II./ Trägergruppe 186, officiellement rattaché mais affecté à des tâches défensives, commandé par le Major Heinrich Seeliger.
  • ( Nacht)/ Jagdgeschwader 26(JG 26), sous le commandement de Staffelkapitän Johannes Steinhoff
  • I./ Zerstörergeschwader 76(ZG 76), sous le commandement de Hauptmann Günther Reinecke, et 2 Staffel
  • I./ Zerstörergeschwader 26(ZG 26), sous le commandement de Geschwaderkommodore Wolfgang Falck.
  • Le JGr. 101 est rattaché au ZG 1 et devient finalement le II./ZG 1. La bataille de midway. Commandé par le Major Hellmuth Reichardt.

Royal Air Force

La RAF a affecté le 3e groupe au raid, qui se compose normalement des 9, 37, 38, 99, 115, 149 Squadrons, ainsi que des 214 et 21 Squadrons en réserve. La bataille de stalingrad. Cependant, le groupe avait été formé à la hâte pour des missions de jour, après avoir effectué des raids de bombardement de nuit. La qualité de l’entraînement était douteuse et plusieurs équipages n’avaient pas été correctement formés pour voler en formation. La qualité de l’entraînement était douteuse ;

Seuls les 9e et 214e escadrons étaient capables de voler en formation parfaite. Pour améliorer l’entraînement au pilotage et donner aux équipages une expérience des conditions de combat, le 37e escadron a effectué diverses manœuvres de combat avec les Supermarine Spitfire de Fighter Command à RAF Tangmere.

Les pilotes de Spitfire ont prévenu qu’ils auraient pu infliger de lourdes pertes à l’escadron en seulement 10 minutes en raison de leur mauvaise formation de vol et du manque de chasseurs d’escorte, mais ils ont été ignorés.

Le chef d’escadron Paul Harris du 149e escadron et le commandant d’escadre Richard Kellett étaient les seuls chefs ayant une expérience du combat. Mais Kellett n’avait pas volé avec le 9e ou le 37e escadron en tant que groupe et n’avait jamais eu l’occasion de pratiquer le vol en formation ou le bombardement avec ces escadrons ;

Il n’a eu ni le temps ni l’occasion de discuter ou de formuler un plan de bombardement des cibles navales, que ce soit au niveau du groupe, de l’escadron ou simplement de la section de vol. Il n’a pu discuter ou proposer aucun conseil tactique sur ce qu’il fallait faire en formation en cas d’attaque de chasseurs. On lui a confié le commandement d’un groupe incohérent d’escadrons très inexpérimentés.

Pour la mission du 18 décembre, Kellett reçoit 24 bombardiers Wellington des 9e, 37e et 149e escadrons. La bataille de verdun. Les bombardiers britanniques doivent voler en formation losange.

Combat

Cible

Le matin du 18 décembre 1939, The Times de Londres a publié le récit de la bataille de la Plata et du naufrage du cuirassé de poche Admiral Graf Spee, et quelques heures plus tard, Bomber Command a tenté de couler un autre grand navire allemand

Selon l’ordre opérationnel B. La bataille des ardennes. 60 du 17 décembre, les cibles étaient les navires de guerre allemands au port ou en mer. Les bombardiers de la RAF ont reçu l’ordre de survoler le golfe d’Heligoland et le port de Wilhelmshaven, en attaquant les navires mais en évitant les quartiers civils, les navires marchands ou les cibles terrestres.

Allez plus loin  Les bombes atomiques dans la Seconde Guerre mondiale : chiffres

Bombardiers en route

Le premier Wellington N2960 décollera de RAF Mildenhall dans Suffolk à 09:27 avec le Wing Commander Kellet aux commandes. Le 9ème Escadron a décollé de RAF Honington et s’est rassemblé au-dessus de King’s Lynn, entamant la traversée vers la mer du Nord.

Le 37e escadron décolle à Feltwell mais manque le rendez-vous et rejoint la formation principale une heure plus tard au-dessus de la mer du Nord. Une fois au-dessus des perturbations, le cap est fixé à 40º, à une latitude de 55º nord.

Le plan était d’éviter les concentrations d’artillerie lourde anti-aérienne situées dans les îles Frisonnes. Mais en quittant l’Angleterre, les nuages ont disparu et ils se sont retrouvés sans couverture dans un ciel dégagé.

Deux bombardiers, N2984 et N2894, pilotés par Duguid et Kelly font demi-tour, le premier en raison de problèmes mécaniques, tandis que l’autre escorte le bombardier en difficulté jusqu’à la base. Les bombardiers restants poursuivent leur vol vers le nord et, après les îles Frisonnes, tournent vers le sud, poursuivant leur mission avec une visibilité parfaite pour être vus par les avions allemands.

Arrivés à la frontière germano-danoise à 55°N 05°E, ils ont tourné vers le sud. La formation se dirigeait vers le Schleswig-Holstein, et de là, prévoyait de tourner vers l’ouest jusqu’à Wilhelmshaven. Le mouvement était conçu pour initier l’attaque par l’est, par la « porte arrière ».

Le plan a fonctionné, car les bombardiers sont arrivés sans être interceptés, mais le voyage vers le sud avait donné aux Allemands une heure d’avance, car le radar de Freia avait détecté les bombardiers à 48 km de la côte

Lorsque les bombardiers passent au-dessus de la côte, les tirs anti-aériens des navires et des défenses côtières commencent. Une fois au-dessus de la zone cible, ils sont également accueillis par les tirs du Wilhelmshaven.

Des navires près de Schilling ont également ouvert le feu. Les bombardiers ont commencé à tirer avec des mitrailleuses pour repousser les artilleurs. Les tirs allemands étaient à la bonne hauteur, mais ont explosé devant les bombardiers.

Peu après, la formation se trouvait au-dessus du port de Wilhelmshaven, avec le Gneisenau et le Scharnhorst ancrés en dessous, mais ils étaient trop près de la côte et Kellet ne voulait pas prendre le risque de larguer les bombes pour ne pas faire de victimes civiles.

Kellet, commandant la formation, avait ordonné d’attaquer à l’altitude minimale (environ 10 000 pieds, soit environ 3 000 mètres). Ils pensaient que le principal danger viendrait des tirs anti-aériens, et non des chasseurs allemands, comme le voulait la doctrine opérationnelle de la RAF.

Guerre aérienne

A 13:10, la formation de la RAF survole les marécages à l’ouest de Cuxhaven et Wesermünde et subit un feu antiaérien allemand intense provenant des positions 214, 244 et 24. Alors que Kellet tourne vers l’ouest dans l’estuaire de la Jade et au-dessus de Wilhelmshaven, les unités antiaériennes 212, 222, 252, 262 et 272 ouvrent le feu ;

En outre, le Scharnhorst, le Gneisenaet tous les autres navires au port ont également ouvert le feu. Au loin, au-dessus de Punt Schilling, les bombardiers pouvaient voir des chasseurs décoller d’un aérodrome camouflé. Lors d’une brève réunion, le commandant du JG 1 avait dit à ses pilotes de faire une attaque éclair, car c’était un angle mort pour les Wellington.

Une attaque sévère était dangereuse, car les artilleurs pouvaient repérer les cibles et ouvrir les attaquants avec un cône de feu coordonné et concentré. Une autre faiblesse signalait également que les premiers modèles du Wellington ne disposaient pas de réservoirs de carburant auto-obturants, de sorte que si les chasseurs allemands touchaient les ailes, le bombardier pouvait prendre feu.

Peu soucieuse de la Luftwaffe, la section du Squadron Leader Harris du 149th Squadron est la seule à réussir à larguer des bombes sur les navires dans le port de Wilhelmshaven. Ils ont largué six bombes de 230 kg (500 lb), mais le résultat est incertain. C’est tout ce que la RAF avait à montrer pour sa première attaque majeure sur le territoire allemand. C’est tout ce que la RAF avait à montrer pour sa première attaque majeure sur le territoire allemand.

Alors que les bombardiers émergent du barrage de la DCA, les formations se désagrègent. Les formations Kellet et Harris sont les seules à rester intactes, mais le Squadron Leader Gutherie dirige son 9e escadron et le 37e escadron, positionné à l’arrière, est en plein désarroi. Son commandant, le Squadron Leader Hue-Williams, tente de rejoindre la formation principale et se détache de sa propre formation,

Le Oberleutnant Johannes Steinhoff pilotait un Bf 109D du 10.( Nacht)./JG 26 escorté par un Rotte du II./JG 77. A 13:30, ils ont attaqué un groupe après qu’il ait passé la barrière anti-aérienne : La bataille des clans tfx. Les Bf 109 ont tué 7 bombardiers, Steinhoff en a tué deux. La bataille des couples. La première victoire a été attribuée à l’Unteroffizier Heolmayr ;

A 13:40, une Rotte des Bf 110 de la ZG 26. La bataille des couples 1. commandée par Hauptmann Wolfgang Falck, en réclame quatre. L’appareil de Falck est gravement endommagé, ce qui l’oblige à se replier. Falck parvient à planer jusqu’à la base et à effectuer un atterrissage d’urgence sans puissance.

L’ Unteroffizier Fresia remporte également deux victoires. La deuxième victime de Fresia est le Flying Officer Allison. Le chef du 149e, le Squadron Leader Harris est attaqué par un Bf 109 piloté par Oberleutnant Johann Fuhrmann : La bataille des couples 2. Fuhrmann n’a pas réussi à toucher le bombardier attaquant depuis le Sun. Il a ensuite tenté une attaque sévère, malgré un avertissement de ne pas le faire, et a été abattu.  ;

Fuhrmann a réussi à atterrir en mer à quelques centaines de mètres de l’île de Spiekeroog. Des témoins sur la plage l’ont vu nager vers le rivage jusqu’à ce qu’il se noie. Il est possible qu’il ait été abattu par l’aviateur de 2e classe Gouldson, du Wellington de Riddlesworth. Il est possible qu’il ait été abattu par l’aviateur de 2e classe Gouldson, de Riddlesworth ;

Au cours de l’engagement, un Bf 110 piloté par Oberleutnant Gordon Gollobabatise et tue le Squadron Leader Archibald Guthrie, du 9th Squadron. Hue-Williams, leader du 37ème Squadron, est également abattu, probablement par Hauptmann Reinecke.

Peu après, les Allemands subissent une perte, lorsque Leutnant Roman Stiegler s’écrase en mer alors qu’il poursuit le Flying Officer Lemon. Stiegler est tué. Au même moment, il est revendiqué par deux autres bombardiers : les Bf 110 du ZG 76 passent également à l’attaque et remportent 5 autres victoires.

Parmi les Allemands qui ont remporté quelques victoires, il y a Helmut Lent, qui en a remporté deux. Après avoir atterri à Jever après une patrouille, Lent décollera pour intercepter les attaquants. Il a engagé le Wellington de Herbie Ruse, tuant la plupart de l’équipage ;

Le Wellington a commencé à dégager une fumée noire, et Lent l’a laissé en pensant qu’il serait assommé. Lent a ensuite poursuivi le Wellington de l’officier Thompson, qui s’est écrasé juste au large de Borkum  La troisième victoire de Lent n’a pas été accordée. La bataille des couples 3 candidats. Il a attaqué et abattu l’avion du Flying Officer Wimberley, mais comme l’avion était déjà très endommagé et jugé en train de s’écraser, la victoire n’a pas été donnée à Lent.

Au lieu de cela, le GeschwaderkommodoreSchumacher du Stab./JG 1 a été crédité. Schumacher a également abattu l’avion du Pilot Officer Lewis près de Borkum. A 13:45, les chasseurs allemands, à la limite de leurs capacités, sont rentrés à la base. A 14:05, l’autre formation de bombardiers était loin de l’interception.

Conséquences

Surestimation des victoires

Les unités de chasse allemandes ont exagéré les pertes de la RAF, les Allemands revendiquant 38 avions abattus, alors que les pertes de la RAF n’étaient que de 12 avions. Les artilleurs de la RAF ont revendiqué 12 chasseurs allemands abattus, ainsi que 12 autres sérieusement endommagés. Les pertes allemandes réelles n’étaient que de 3 avions détruits et 4 sévèrement endommagés.

Pour donner du poids à leurs affirmations, les Allemands ont revendiqué 44 bombardiers, un nombre porté plus tard par l’ OKL à 52. Quelques heures plus tard, ces allégations ont été réduites à 34, mais des mois plus tard, le rapport a été réanalysé et réduit à 27 victoires « confirmées ».

Allez plus loin  La bataille de Narvik

Les historiens allemands ont prétendu que les chiffres britanniques avaient été réduits pour cacher les pertes, mais un examen attentif des rapports ne montre aucune manipulation, ce qui laisse l’affirmation allemande fausse ;

Les nécrologies de la Commission des sépultures militaires du Commonwealth enregistrent l’identité de tous les militaires tués au combat qui n’ont pas de tombe connue, comme ce serait le cas pour les aviateurs tombés en mer. Les seuls aviateurs enregistrés comme ayant été perdus ce jour-là sont ceux des 9e, 37e et 149e escadrons.

Les pertes allemandes sont de 3 Bf 109 détruits, 2 gravement endommagés et 2 Bf 110 gravement endommagés. Sept Bf 110 et un BF 109 ont subi des dommages mineurs. Johann Fuhrmann et Roman Stiegler sont les seuls pilotes tués dans cette action : La bataille des couples 3 streaming. Un troisième pilote, Dietrich Robitzsch du Jagdgruppe 101st, a sauté du Bf 109 mais n’a pas été blessé. Deux pilotes ont été blessés : le Feldwebel Hans Troitzsch (Bf 109) et le Leutnant Gustav Uellenbeck (Bf 110).

Conclusions britanniques

Les conclusions tactiques des deux camps sont radicalement différentes. Bomber Command conclut que l’attaque a été un échec en raison d’une mauvaise formation des pilotes et d’un mauvais leadership. Il soutient également qu’un armement défensif amélioré et des réservoirs de carburant auto-obturants sont nécessaires. Ces considérations, pensent-ils, peuvent encore sauver le concept de bombardement de jour :

Le 19 décembre 1939, le vice-maréchal de l’air Jackie Baldwin informe les chefs d’escadron Guthrie et Hue-Williams qu’ils sont coupables d’avoir dépassé leurs formations, brisant ainsi un modèle de défense cohésive.

Baldwin envoie son rapport au chef du Bomber Command, Air Chief Marshal Edgar Ludlow-Hewitt. Hewitt répond le 23 décembre, rejoignant la condamnation de Baldwin aux chefs des 9e et 37e escadrons pour quitter son poste. Hewitt l’a qualifié de « crime impardonnable », bien que le chef du 149e escadron Harris ait déclaré plus tard qu’il était injuste, car Guthrie et Hue-Williams étaient mal entraînés et n’avaient jamais combattu auparavant ;

Harris a également blâmé le QG du 3e groupe, déclarant qu’il n’y avait pas eu de planification préalable ou de liaison entre les escadrons.

Dans les notes d’opérations, « Formation Flying », les ordres stipulent spécifiquement que la formation, en tant qu’unité, ne doit pas être ensemble, disant que chaque section des six avions doit être une unité défensive par elle-même, volant à des altitudes différentes, déclarant que plus de 12 avions par formation rendait la gestion difficile pour un chef.

Cependant, les notes soulignaient également l’importance de maintenir la formation au sein du même peloton. Si un chef de peloton devait suivre le chef de la formation (le commandant de l’escadre Kellet) au détriment de son peloton, la formation suivrait séparément.

Les formations de bombardiers étaient construites sur l’idée de protection mutuelle : si la formation se disloquait, chacun des bombardiers devait se défendre lui-même, ce qui permettait à l’ennemi d’attaquer les bombardiers un par un. Les chefs d’escadron Guthrie et Hue-Williams n’ont pas suivi ce conseil pendant la bataille ;

Le Wing Commander Kellet les a suivis et n’a perdu qu’un seul avion. Harris a également gardé sa formation ensemble et n’en a perdu aucun. Au cours des semaines suivantes, un débat s’est engagé sur la possibilité de lancer des raids de bombardement sous le couvert de l’obscurité, Hewitt soutenant cette alternative.

Conclusions allemandes

Sur le plan tactique, les Allemands se penchent sur les leçons et les faiblesses qu’ils connaissent déjà, en particulier les mauvaises défenses des bombardiers Wellington, mais admettent que la formation rigide des bombardiers a joué en leur faveur, leur permettant de choisir la position et l’angle d’attaque ;

Le rapport allemand note également que la tentative de la RAF d’attaquer par temps clair et à des hauteurs comprises entre 10 000 et 16 000 pieds (3 000-4 900 mètres) était une folie criminelle. L’analyse ultérieure des tirs anti-aériens est également notée. Schumacher souligne également qu’ils se sont avérés efficaces pour démanteler les formations et endommager les bombardiers, donnant ainsi de meilleures opportunités aux pilotes de chasse.

Après la récente campagne de Pologne, les analystes de l’état-major de la Werhmacht ont rigoureusement étudié la bataille. L’état-major de l’armée avait évalué les problèmes de leadership, de tactique, de commandement et de contrôle afin d’améliorer l’efficacité. Il semble que les unités de chasse des pilotes n’aient pas fait de même et étaient trop occupées à se féliciter de leur succès.&nbsp

Il n’existe aucune preuve que la Luftwaffe ait fait quoi que ce soit de similaire avec les Heer après leur victoire dans la baie d’Helgoland : (La bataille des couples 4). Les historiens de l’état-major de la Luftwaffe ont fait remarquer qu’elle n’a été exploitée qu’à des fins de propagande, malgré les problèmes et les avertissements que la bataille avait fait apparaître chez les attaquants et les défenseurs.

Le déroulement de la guerre entre septembre 1939 et l’été 1941, à quelques exceptions près, semble valider l’accent mis par la Luftwaffe avant la guerre sur l’utilisation offensive de son arme de combat ;

Les succès de la Luftwaffe dans la campagne de Norvège et dans les batailles des Pays-Bas, Belgique, France, Yougoslavie et Grèce avaient plaidé en faveur de sa méthode. La Luftwaffe avait défendu l’espace aérien allemand en chassant les ennemis de l’Allemagne de ses frontières et en les battant dans leur propre espace aérien. L’occupation de leurs territoires privait les ennemis allemands de bases leur permettant d’attaquer efficacement les cibles allemandes par voie aérienne ;

Les défenses allemandes de jour sont rarement testées pendant cette période. Cette série d’événements, et le fait de savoir que la RAF n’est capable que de courtes pénétrations de jour au-dessus de la France, amène la Luftwaffe à croire que l’Allemagne est invulnérable aux attaques. Pour maintenir l’offensive sur les fronts, la production de bombardiers domine l’industrie aérienne, tandis que la production de chasseurs est reléguée à l’arrière-plan.

Mais à la fin de 1941, les États-Unis entrent en guerre après la déclaration de guerre proclamée par Hitler le 11 décembre 1941. La bataille des couples 4 candidats. L’échec de l’opération Barbarossa a démontré l’erreur de la méthode de la Luftwaffe consistant à concentrer toutes ses ressources sur la ligne de front ;

La RAF commence sa campagne de bombardements nocturnes au début de 1942, et peu de temps après, l’United States Army Air Force (USAAF) entre dans le conflit (La bataille des couples 5). Cependant, l’OKL continue de résister à l’envoi de ses forces pour défendre l’Allemagne, ce qui affaiblit les lignes de front : La bataille des couples gagnant. Ce n’est qu’en mai 1942, lorsque la Luftwaffe doit combattre l’USAAF pour la première fois de jour, que le danger des bombardements stratégiques alliés de jour inquiète l’OKL ;

Cependant, ce n’est qu’à la fin de 1942 que des mesures ont été prises pour renforcer les défenses antiaériennes de jour, et celles-ci se sont avérées contre-productives. Hans Jeschonnek résume l’attitude de l’OCL lorsqu’il affirme que la Luftwaffe pourrait faire face aux attaques de jour des Alliés avec une seule aile de chasse. Les événements de 1943-1944 ont prouvé que cette hypothèse était erronée.&nbsp

Le General der Jagdflieger Adolf Galland a souligné que le manque d’organisation de la planification de la défense aérienne était l’une des plus grandes erreurs commises par la Luftwaffe pendant la guerre.

Laisser un commentaire