Amiral Graf Spee

Le traité de Versailles a imposé de sévères limitations à la capacité de l’Allemagne à construire des navires de guerre. Admiral graf spee. Après la défaite de la Première Guerre mondiale, la marine a été autorisée à construire un maximum de cinq cuirassés d’un déplacement maximal de 10 000 tonnes chacun, et l’armement ne pouvait dépasser le calibre 280 mm.

Les caractéristiques imposées étaient les mêmes que celles d’un croiseur du traité de Washington, mais les ingénieurs navals allemands ont presque réussi à respecter ces conditions et à construire des navires qui étaient, en tout cas, redoutables, en utilisant des concepts et des technologies de pointe pour l’époque.

Le Amiral Graf Spee était le troisième navire de la classe Deutschland. Le navire était doté des équipements les plus avancés pour l’époque, avec le premier système radar disponible, un système de télémétrie de pointe pour la conduite du tir et 8 moteurs diesel à haute performance au lieu des turbines à vapeur classiques utilisées par les navires contemporains.

Peu avant le début de la Seconde Guerre mondiale, le Graf Spee a quitté le port de Wilhemshaven. Son commandant était le capitaine Hans Langsdorff, un vétéran de la Première Guerre mondiale et un Prussien de formation, qui avait pour ordre de naviguer dans l’Atlantique Sud et d’attaquer les navires marchands alliés à partir du 3 septembre 1939, date de la déclaration de guerre à l’Allemagne par l’Angleterre et la France. A partir de cette date, le Graf Spee est devenu un véritable corsaire.

Pour confondre l’ennemi, le navire a d’abord été renommé d’après son navire jumeau, le Speer, et les constructeurs ont créé une série d’entonnoirs et de tourelles pour tromper la reconnaissance et rendre la vie aussi difficile que possible à la marine britannique, qui essayait désespérément de trouver le navire pirate qui infestait l’Atlantique.

Le commandant Langsdorff était un gentleman : dans toutes les attaques contre les navires marchands alliés, il s’est toujours comporté avec la plus grande correction, essayant de limiter au maximum l’usage de la force.

Allez plus loin  T-26

L’attaque typique du Graf Spee consistait à s’approcher de la cible et à la forcer à s’arrêter par un tir de sommation, à monter à bord du navire pour vérifier les documents et sauver l’équipage ennemi, et seulement ensuite à couler le navire ennemi.

Les officiers sont logés à bord du navire allemand tandis que les sous-officiers et les marins sont débarqués dès que possible, soit en les transportant vers un navire de soutien (l’Altmark), soit même en les relâchant le long de la côte.

La première victime de l’Admiral Graf Spee fut le navire de transport britannique Clement, qui fut intercepté et coulé le 30 septembre 1939 au large des côtes du Brésil.

Le 7 octobre, le cuirassé de poche coule successivement les navires marchands Ashlea et Newton Beech, puis le Huntsman le 17 octobre et le Trevanion le 22 octobre.

En octobre, Langsdorff décide d’entrer dans l’océan Indien pour perdre sa trace et le 15 novembre, il coule le pétrolier britannique Africa Shell au large du Mozambique.

Les officiers du navire britannique sont faits prisonniers à bord du navire allemand, tandis que le reste de l’équipage est laissé près de la côte.

L’idée du commandant allemand était que, de cette façon, la marine britannique, dès qu’elle serait informée de l’incident, concentrerait ses recherches dans la zone alors qu’il avait l’intention de retourner vers l’Atlantique.

À l’époque, l’énormité des forces navales britanniques chassant l’amiral Graf Spee était telle que Winston Churchill lui-même ne pouvait pas dormir : huit groupes navals, dont le porte-avions Ark Royale et le cuirassé Renown.

Langsdorff ramène le navire dans l’Atlantique et, le 2 décembre, coule le navire marchand Doric Star au large de l’Afrique occidentale. Cette fois, l’opérateur radio du navire marchand ennemi a continué à transmettre la position du navire jusqu’au dernier moment, ce qui a permis à l’amirauté britannique de connaître la véritable position du cuirassé corsaire allemand.

Allez plus loin  HMS Barham

Le Graf Spee se dirige vers l’ouest, vers l’Amérique du Sud, et le 3 décembre, il coule le navire marchand Tairoa. Le 6 décembre, il rejoint le navire de soutien Altmark et y transfère tous les prisonniers, qui sont alors plus de 300.

Le 7 décembre, il coule sa dernière victime, le petit vapeur Streonshalh, portant le total de ses prises à 9 navires marchands pour un tonnage total de 50 147 tonnes.

L’escadron G britannique était composé du croiseur lourd HMS Exeter, des croiseurs légers HMS Aiax et HMNZS Achilles, et d’un quatrième navire, le HMS Cumberland, qui était alors en réparation dans les îles Malouines.

Aux commandes de la flottille dédiée à la chasse au Graf Spee se trouve le commodore Henry Harwood, qui a reçu les informations relayées par le Doric Star et a deviné que Langsdorff se dirigerait vers l’estuaire du Rio de la Plata, très fréquenté et riche en proies, pour y trouver un navire corsaire. Le matin du 13 décembre 1939, les vigies du navire allemand repèrent l’escadron britannique.

Ainsi commence la bataille de la Plata, la première bataille navale de la Seconde Guerre mondiale. Le Graf Spee a gravement endommagé l’Exeter, mais il a également été gravement endommagé lui-même, de sorte que Langsdorff a décidé de réparer en Uruguay, pays neutre.

Vers minuit, le 14 décembre 1939, le cuirassé allemand débarque dans le port de Montevideo, demandant à être autorisé à réparer les dégâts en vertu des règles internationales applicables aux navires de guerre dans les ports neutres.

La décision de Langsdorff a également été fortement critiquée a posteriori, car le Graf Spee avait subi des dommages, mais pas au point de l’empêcher de poursuivre le combat après avoir abattu le plus puissant des navires adverses.

Il y a eu 37 morts à bord du navire allemand, et le commandant lui-même a été légèrement blessé. Le cuirassé avait été touché par deux obus de 203 mm et 18 obus de 152 mm, mais les seuls dommages sérieux étaient une fuite au-dessus de la ligne de flottaison, la défaillance de l’ascenseur transportant les munitions pour l’armement secondaire, et la destruction des réservoirs d’eau douce : le navire allemand avait encore des munitions et du carburant pour continuer le combat.

Allez plus loin  Bachem Ba 349

À Montevideo, Langsdorff et les diplomates allemands demandent quinze jours pour réparer les dégâts ; les autorités uruguayennes, sous la pression des Britanniques, accordent 72 heures, ce que le commandant allemand juge insuffisant.

Pendant ces heures, les Britanniques ont fait de leur mieux pour fournir de fausses informations et ont notamment réussi à faire croire au commandant allemand qu’une énorme flotte de guerre l’attendait au large de la Plata, notamment le porte-avions Ark Royal et le cuirassé Renown (qui se trouvaient toujours au large du Brésil).

Au vu de tous ces faits et afin d’éviter un bain de sang, Langsdorff décide d’auto-couler le navire après avoir sauvé l’équipage, le 17 décembre 1939. Le commandant allemand et ses hommes se sont enfuis en Argentine, où ils sont restés jusqu’à la fin de la guerre.

Dans la nuit du 19 décembre 1939, après avoir revêtu son uniforme et s’être enveloppé dans le drapeau de la marine impériale prussienne, le commandant Langsdorff s’est suicidé en se tirant dessus avec son pistolet de service.

Laisser un commentaire