La bataille de Midway

La bataille de Midway est un affrontement naval qui a eu lieu en 1942 dans l’océan Pacifique entre les forces des États-Unis et du Japon pendant la Seconde Guerre mondiale, six mois après l’attaque japonaise sur Pearl Harbor, qui avait marqué le début de la guerre dans le Pacifique ;

L’issue de la bataille est une victoire décisive pour les Américains, qui restera dans l’histoire comme l’engagement naval le plus important de la Seconde Guerre mondiale, marquant un tournant dans le conflit et faisant perdre aux Japonais quatre porte-avions et un croiseur de leur flotte, sans compter près de 200 pilotes de marine, dans la tentative infructueuse d’occuper l’atoll de Midway.

La capacité de combat du Japon sur mer et dans les airs est ainsi définitivement diminuée : l’Empire du Soleil Levant perd l’initiative militaire pour le reste de la Seconde Guerre mondiale.

Forces impliquées dans la bataille de Midway

États-Unis

Pour combattre une escadre ennemie dont on savait à l’avance qu’elle était composée de quatre ou cinq porte-avions, l’amiral Chester W. Nimitz, commandant en chef de la marine américaine dans la zone Pacifique, avait besoin de tous les ponts disponibles.

Il dispose encore des deux porte-avions de la force opérationnelle de l’amiral William Halsey, mais ce dernier est tombé malade et a dû être remplacé par le contre-amiral Raymond Spruance, un commandant de ligne inexpérimenté dans les tactiques de combat aérien.

À cause de cela, Nimitz est contraint de rappeler d’urgence l’amiral Frank Fletcher et sa flotte qui avait participé à la bataille de la mer de Corail dans le Pacifique sud-ouest, qui n’est arrivée à Pearl Harbor qu’à temps pour se ravitailler, charger des vivres et partir immédiatement après pour Midway. L’USS Saratoga était en cours de réparation sur la côte ouest, tandis que l’USS Yorktown restait hors service à Pearl Harbor, le délai de remise en service étant estimé à deux mois.

Cependant, grâce à un effort massif de la part des travailleurs civils et des marins qui se relayent 24 heures sur 24, le porte-avions a pu traverser la barre du port trois jours seulement après y être entré, gravement endommagé, dans des conditions de combat raisonnables et avec des centaines d’hommes travaillant encore à l’intérieur et sur le pont. Les Japonais avançaient contre un ennemi qui savait déjà exactement où et quand il allait être attaqué et qui les attendait non pas avec deux porte-avions, mais avec trois.

Japon

Pendant ce temps, l’escadron de l’amiral Nagumo se dirige vers Midway avec quatre porte-avions, le Kaga, l’Akagi, le Hiryu et le Soryu, tandis que les deux vétérans de Pearl Harbor, le Zuikaku et le Shokaku, restent au Japon en réparation après avoir été endommagés lors de la bataille de la mer de Corail, Le commandement naval n’a fait aucun effort pour récupérer au moins l’un d’entre eux et le mettre en position de rejoindre la flotte d’attaque de Midway, même en raison de l’attrition de son équipage, qui était au combat depuis l’attaque de Pearl Harbor en décembre 1941.

Nagumo s’est également dirigé vers sa destination en ignorant complètement les forces qu’il allait affronter. Les préparatifs stratégiques avant la bataille ont été compromis en plusieurs points, comme le retard des sous-marins de surveillance de la ligne du Pacifique à atteindre leurs postes d’observation délimités ou l’incapacité à détecter le passage de la flotte ennemie au nord-est de Midway.

L’échec de la mission prévue des bateaux de camouflage quadrimoteurs à grande vitesse envoyés pour l’observation à distance à Pearl Harbor, afin d’observer si la flotte américaine y était ancrée ou non, a également eu un impact négatif important, en raison des graves problèmes de ravitaillement de ces bateaux, car l’endroit marqué par les sous-marins pour le ravitaillement était gardé par les Américains.

L’importance de la cryptographie à Midway

Après Pearl Harbor, la station d’écoute de l’US Navy à Hawaï, dont le nom de code était Hypo, s’est vu attribuer un rôle majeur dans le déchiffrage de JN-25, le principal code opérationnel japonais. L’ampleur du théâtre d’opérations du Pacifique garantit que le matériel à travailler ne manquera pas.

Au cours de l’été 1942, 60 % du trafic d’information japonais a été intercepté, dont la moitié a été analysée en profondeur. Le commandant d’Hypo était le capitaine de corvette Joseph Rochefort, un homme doté d’une mémoire photographique des noms, des signes et des dates.

Le génie de Rochefort était de pouvoir former une image cohérente à partir d’un enchevêtrement de faits apparemment sans rapport. Les Américains appellent ses décryptages Ultra, le même nom de code utilisé par les Britanniques pour les informations top secrètes obtenues en brisant les codes Enigma allemands.

Les deux Alliés ont adopté des règles similaires pour l’utilisation de ce matériel, les commandants de terrain recevant une histoire de couverture pour dissimuler l’origine de l’information. Les Japonais ne se sont pas non plus rendu compte que leurs codes avaient été brisés. Chaque revers était attribué à d’autres raisons, souvent à des histoires de couverture inventées par les Alliés.

C’était le secret le plus crucial de la Seconde Guerre mondiale. Les Japonais ont fait le premier pas pour écraser la flotte américaine du Pacifique en mai 1942. Ils ont été piqués au vif par le raid sur le Japon de 16 bombardiers Mitchell sous le commandement du lieutenant-colonel James Doolittle.

Le haut commandement japonais décida d’exécuter la proposition de Yamamoto sur Midway, ce qui sera discuté dans la section suivante. Mais d’abord, ils poursuivent leurs plans pour étendre leurs positions en Nouvelle-Guinée, en débarquant des troupes près de Port Moresby et en poursuivant les raids aériens sur le port de Darwin, dans le nord de l’Australie.

Cela rappelle que les Japonais ont été à deux doigts de couper les communications de l’Australie avec les États-Unis. En avril 1942, les décryptages d’Hypo permettent de se faire une idée des plans japonais pour monter une opération majeure dans la région de Port Moresby, les Japonais menaçant d’attaquer Port Moresby et l’île de Tulagi dans les South Solomons. Le 27 avril, il y a eu un changement dans les signaux d’appel japonais que les espions américains ont reconnu comme une indication certaine qu’une opération était sur le point de commencer, bien que l’on ne sache pas avec certitude où elle se déroulait.

La flotte du Pacifique est alertée de l’imminence d’attaques japonaises sur Port Moresby et Tulagi. L’amiral Chester Nimitz, commandant de la flotte du Pacifique, ordonne à la Task Force 11 de l’amiral Fitch avec le porte-avions Lexington, deux croiseurs lourds et six destroyers de faire route vers le sud depuis Pearl Harbor.

Ils devaient avoir rendez-vous avec la Task Force 17, commandée par l’amiral Fletcher depuis le porte-avions USS Yorktown dans la mer de Corail, à l’ouest des Nouvelles-Hébrides. L’arrivée des porte-avions américains dans la région a causé un grand choc aux Japonais, mais ce n’est que le 8 mai que les deux camps ont localisé les porte-avions ennemis et lancé leurs attaques.

La bataille qui suivit fut la première dans laquelle les flottes ne s’engagèrent pas, mais virent seulement les avions ennemis. Les Américains perdent l’USS Lexington, gravement endommagé par les avions japonais, il doit être coulé par des torpilles américaines. Mais la Lexington n’a pas été perdue en vain.

Allez plus loin  La deuxième guerre sino-japonaise

Le porte-avions japonais Shoho est également coulé et l’avance japonaise sur l’Australie est stoppée. Les groupes de porte-avions américains constatent qu’ils sont sur un pied d’égalité avec l’ennemi. Par-dessus tout, la bataille de la mer de Corail a dissipé les derniers doutes sur l’importance vitale de l’espionnage des communications et du travail de la station Hypo.

Le Yorktown, qui avait été endommagé à Coral Sea, a été réparé à Pearl Harbor en deux jours seulement. Le 20 mai, il appareille pour rejoindre les porte-avions USS Enterprise et USS Hornet, tous deux novices dans la bataille des porte-avions, pour l’engagement décisif au large de l’île de Midway.

L’opération de Yamamoto sur Midway se déroulait selon le plan. Elle est couplée à une opération visant à saisir les Aléoutiennes occidentales. La prise des Aléoutiennes permettrait de sécuriser l’extrémité nord du périmètre défensif du Japon. L’occupation de Midway permettrait aux Japonais de disposer d’un avant-poste de surveillance et de défense à l’ouest de l’archipel d’Hawaï. Yamamoto a calculé que cela provoquerait un engagement décisif avec la flotte du Pacifique.

La stricte sécurité radio japonaise a laissé l’équipe de Rochefort à HYPO, cherchant aveuglément le moindre signe des intentions de l’ennemi. Il y a eu de nombreux décryptages de JN-25, mais ils n’ont pas indiqué les cibles de Yamamoto.

Mais Rochefort a l’intuition que la cible principale est l’île de Midway. Il estime que l’attaque de l’île aura lieu vers le 3 juin. Mais le commandant en chef de la flotte américaine, l’amiral King, n’est pas d’accord. Il pense que les Japonais ont l’intention d’attaquer la côte ouest des États-Unis à la mi-juin.

Rochefort a imaginé un stratagème qui prouverait irréfutablement qu’Hypo avait raison. Il a tendu un piège aux Japonais. Il s’est arrangé pour que la garnison de Midway envoie un message radio non crypté indiquant qu’elle commençait à manquer d’eau potable sur l’île.

Il s’agissait d’un message administratif sans substance, Rochefort pensait qu’il n’éveillerait pas les soupçons des Japonais. L’ennemi a mordu à l’hameçon. Un groupe avancé du réseau HYPO en Australie a intercepté un message japonais indiquant que AF, le point du Pacifique au nom de code inconnu que les forces sous le commandement de Yamamoto prévoyaient d’attaquer, avait un problème d’eau potable. AF était le nom de code de Midway, confirmé par les Japonais eux-mêmes sans s’en rendre compte.

La ruse de Rocheford avait révélé la cible japonaise. Des déchiffrements ultérieurs ont montré que l’attaque sur AF devait avoir lieu le 4 juin. La garnison alertée, les Task Forces 16 et 17 font voile vers leur position au nord-est de Midway pour attendre les Japonais.

Il s’agit du coup de force le plus sensationnel des services de renseignements militaires dans l’histoire de la guerre navale. L’amiral Nimitz lui-même avait toujours cru que l’objectif des Japonais était Midway. Il pense également que l’opération des Aléoutiennes est une manœuvre secondaire. C’est à Midway que se joue l’avenir de la guerre dans le Pacifique.

Le 3 juin, un hydravion Katalina basé à Midway a détecté la flotte d’invasion japonaise naviguant vers l’île. L’intuition de Rochefort s’est confirmée. Un triomphe sans précédent de la cryptographie, à l’égal des exploits d’Alan Turing du côté britannique.

Le plan de l’amiral Yamamoto

Le plan japonais consistait à attirer les porte-avions américains pour les couler tous ensemble et occuper Midway d’un seul coup afin d’étendre le périmètre défensif du Japon dans le Pacifique, loin des îles continentales japonaises. Cette opération est considérée comme une préparation à une invasion des îles Fidji et Samoa, ainsi qu’à une éventuelle invasion d’Hawaï.

L’occupation de l’atoll de Midway, tout comme l’attaque de Pearl Harbor, ne faisait pas partie d’une campagne de conquête des États-Unis, mais visait à éliminer la puissance stratégique américaine dans l’océan Pacifique, laissant ainsi les mains libres au Japon pour établir une vaste sphère d’influence politique et économique en Asie du Sud-Est. Les Japonais espèrent également qu’en cas de nouvelle défaite, les États-Unis n’auront d’autre choix que de négocier la paix dans des conditions favorables au Japon.

La principale préoccupation stratégique de l’amiral Isoroku Yamamoto, commandant en chef de la flotte interarmées de la marine impériale japonaise, était les porte-avions américains, surtout après l’attaque dite de Doolittle du 18 avril 1942, au cours de laquelle quatre bombardiers B-25 Mitchell de l’USS Hornet ont attaqué Tokyo et d’autres villes japonaises.

Bien que l’action soit militairement insignifiante, cette audace a constitué un grand choc psychologique pour l’ensemble de la nation japonaise, car une brèche a été ouverte dans les défenses de la patrie japonaise. Couler les porte-avions américains et occuper l’atoll de Midway, la seule position stratégique alliée restante, située à seulement 2000 km du Japon au milieu de l’océan Pacifique, semblait être le seul moyen d’éliminer cette menace.

Le plan de bataille de l’amiral était complexe, comme c’était le cas pour les plans navals japonais pendant la Seconde Guerre mondiale. En outre, elle était fondée sur l’hypothèse d’un renseignement exact selon lequel les porte-avions USS Enterprise et USS Hornet étaient les seuls disponibles à l’époque dans la flotte américaine du Pacifique. Rappelons que l’USS Lexington avait été coulé et que l’USS Yorktown avait été gravement endommagé (et considéré comme coulé) lors de la bataille de la mer de Corail, qui avait eu lieu un mois plus tôt.

Plus importante encore était la conviction japonaise que les Américains étaient démoralisés et démotivés par leurs fréquentes défaites au cours des six mois précédents. Yamamoto pensait que la frustration pouvait contribuer à attirer les Américains dans un piège, motivés par la vengeance à tout prix, et compromettre ainsi définitivement leur puissance navale et aérienne dans l’océan Pacifique.

Pour cela, Yamamoto dispersait ses forces de manière à ce qu’elles ne puissent être découvertes avant la bataille et tombait sur l’ennemi par surprise, de manière concentrée, lorsque l’affrontement avait commencé.

Toutefois, cette grande dispersion rendrait impossible la protection mutuelle de leurs unités et, point essentiel inconnu de Yamamoto, tout avantage que les Japonais pourraient en tirer aurait déjà été neutralisé par le décryptage des codes navals japonais, réalisé secrètement par les experts en cryptographie des services de renseignement alliés.

Le point critique de toute l’opération à Midway était que les cuirassés et les croiseurs soutenant la force opérationnelle des porte-avions du vice-amiral Chuichi Nagumo, commandant de l’attaque, devaient suivre la force principale à des centaines de kilomètres. Leur mission était de couler tous les navires américains qui viendraient à la rescousse à Midway après la destruction des défenses de l’atoll ou qui seraient affaiblis par l’attaque aérienne de Nagumo, ce qui était typique de la doctrine de combat de la plupart des marines de l’époque.

L’amiral Nagumo lance son attaque initiale sur Midway à quatre heures et demie du matin le 4 juin 1942, avec un total de 108 avions. Dans le même temps, il a lancé six avions de reconnaissance pour rechercher la flotte ennemie, ainsi que des chasseurs Zéro pour patrouiller l’espace aérien autour de la flotte.

Les missions de reconnaissance japonaises seront très faibles, avec seulement quelques avions couvrant de vastes zones de recherche dans l’immensité de l’océan à l’est et au nord-est de la force opérationnelle.

À six heures, les avions de Nagumo ont commencé le bombardement de Midway, causant d’importants dommages aux installations militaires alliées sur l’île. Aux commandes de Brewster Buffalos et de F4F Wildcats obsolètes, certains pilotes de la Navy stationnés sur place ont défendu l’île, subissant de lourdes pertes.

Allez plus loin  La bataille de Narvik

L’artillerie anti-aérienne alliée, en revanche, était sur la cible et a réussi à abattre plusieurs avions attaquants. Les avions de reconnaissance japonais, envoyés pour évaluer l’état des défenses de l’atoll de Midway après l’attaque, ont relayé le message à l’amiral selon lequel une autre mission de bombardement serait nécessaire pour neutraliser les défenses avant que les troupes japonaises puissent débarquer sur le septième comme prévu.

Les bombardiers américains stationnés sur l’île de Midway qui ont réussi à décoller avant l’attaque japonaise ont réussi à effectuer plusieurs frappes contre la flotte attaquante. Cependant, comme il s’agit principalement d’avions torpilleurs TBF Avengers lents et lourds, ils sont bientôt pratiquement détruits par les défenses antiaériennes des navires japonais et par les chasseurs rapides Zero, ne causant aucun dommage à la flotte attaquante. En fait, seuls trois d’entre eux sont retournés à leur base à Midway.

Conformément aux tactiques de combat de l’époque, Nagumo a gardé la moitié de ses avions en réserve, deux escadrons composés de bombardiers en piqué et d’avions torpilleurs. Nagumo avait la possibilité d’équiper les bombardiers de torpilles (pour couler les navires) ou de bombes terrestres (pour attaquer les installations). Lors de la première attaque à Midway, il choisit d’équiper les avions de torpilles, craignant de rencontrer des navires américains.

Avec cette décision, il était donc nécessaire de procéder à une seconde attaque, puisque la piste et l’aérodrome de l’atoll n’avaient pas été détruits, faute de bombes terrestres. Les avions de la deuxième vague ont ensuite reçu l’ordre d’être tous armés de bombes à utiliser contre les installations au sol. Moins de trente minutes après le début de cette attaque, un avion de reconnaissance à long rayon d’action japonais, parti à l’aube, a signalé l’existence d’une flotte ennemie importante à l’est.

Nagumo a immédiatement arrêté l’opération et attendu des informations sur la composition de la flotte localisée. Il a fallu plus de quarante minutes aux avions de reconnaissance pour signaler par radio la présence d’un porte-avions dans la flotte ennemie.

L’amiral était alors confronté à un dilemme. Ses subordonnés ont insisté pour que Nagumo lance une attaque sur le porte-avions ennemi avec ce qu’il avait encore en réserve. Mais le problème est qu’il faut 30 à 45 minutes pour préparer et lancer les avions, et que les pilotes de la première vague partis attaquer Midway reviennent.

Beaucoup d’entre eux étaient presque à court de carburant, endommagés ou avec des équipages blessés, et devaient atterrir immédiatement ou périr en mer. Selon les calculs, il y avait très peu de chances que les avions de réserve puissent tous décoller avant l’arrivée des premiers avions.

Ainsi, sans avoir encore la confirmation de la composition de la flotte américaine repérée, Nagumo se montre prudent et préfère attendre avant de décider du type d’armement à utiliser pour la seconde vague, qu’il s’agisse de torpilles pour attaquer la flotte ou de bombes pour raser les installations ennemies au sol. En outre, une autre attaque par des avions alliés stationnés à Midway, également repoussée sans perte par les Japonais, renforce la nécessité d’une seconde attaque sur l’atoll.

Dans un état d’indécision et en raisonnant strictement selon la doctrine de la tactique aéronavale japonaise, en suivant le manuel et sans audace, l’amiral finit par opter pour attendre que les avions de la première vague reviennent aux porte-avions et ensuite lancer, avec l’armement le plus approprié, la deuxième vague de l’attaque. Cette décision lui coûta la défaite à la bataille de Midway.

À ce moment-là, alors que l’indécision s’empare du commandement japonais, l’amiral Fletcher, à la tête de la force opérationnelle américaine, a lancé les avions du Yorktown contre les porte-avions ennemis dès sept heures du matin.

Contrairement au Nagumo, dès que l’ennemi a été repéré, à la tête de l’Enterprise et du Hornet, l’amiral Spruance a donné l’ordre crucial aux avions qui avaient déjà décollé d’attaquer immédiatement les cibles désignées avec tout ce qu’ils avaient et comment ils pouvaient, sans attendre que toute la flotte aérienne soit en l’air pour une attaque conjointe et coordonnée, en raison du temps nécessaire pour organiser les escadrons en l’air.

Chaque escadron, au moment de décoller, au lieu de tourner autour de la flotte en attendant que toute la force de frappe soit en l’air en formation de combat conjoint, se dirige directement vers l’ennemi. Cette tactique, tout en réduisant le volume de l’impact des attaques contre les Japonais et en infligeant de lourdes pertes aux Américains, a eu le mérite de perturber la capacité de contre-attaque de Nagumo et de trouver les porte-avions à un moment où ils étaient vulnérables.

Les premiers avions envoyés pour attaquer les Japonais ont eu du mal à les trouver dans l’immensité de l’océan, même avec leurs coordonnées déjà marquées par les patrouilles de reconnaissance. Lorsqu’ils ont finalement été retrouvés, ce fut l’un des plus grands actes de sacrifice dans une bataille perdue qui allait finalement se transformer en victoire.

À neuf heures vingt du matin, la première vague d’avions torpilleurs atteint les cibles. Il s’agissait de modèles TDB Devastator lents, qui seraient lancés contre les porte-avions en ligne, presque au niveau de la mer. Ils ont été abattus un par un : seul un pilote a réussi à survivre à ce premier raid. Avec les mêmes avions, la deuxième tentative se termine de la même manière et la flotte aérienne américaine attaquante est presque entièrement détruite, tandis que la flotte japonaise est laissée en grande partie intacte.

Il semblait que la bataille de Midway était décidée et que les Japonais n’avaient plus qu’à terminer leur réapprovisionnement en avions et en navires pour commencer leur offensive finale contre la flotte américaine et Midway.

Entre-temps, le terrible sacrifice des pilotes d’avions torpilleurs américains a été récompensé, car ils ont indirectement obtenu trois résultats importants. Tout d’abord, ils ont obligé les torpilleurs à naviguer en demi-cercle et à manœuvrer pour éviter les torpilles, les empêchant de se positionner pour le lancement de leurs avions.

Deuxièmement, ils ont obligé les chasseurs Zéro qui les attaquaient dans les airs à dépenser presque toutes leurs munitions et leur carburant pour tenter de les abattre. Troisièmement, ils mettent l’escorte aérienne des porte-avions hors d’état de se défendre contre toute nouvelle attaque.

Immédiatement après ces attaques, s’approchant à haute altitude sans être inquiétés par les chasseurs Zero japonais qui poursuivaient les avions torpilleurs près de la mer, deux escadrons de bombardiers en piqué américains, venant du nord-est et du sud-ouest, se sont abattus sur les porte-avions ennemis, qui étaient à ce moment-là, avec leurs ponts pleins d’avions, en train de se ravitailler et de s’armer pour la contre-attaque, dans des conditions de défense extrêmement vulnérables.

À 10 h 20, les bombardiers Enterprise attaquent le Kaga et les bombardiers Yorktown tombent sur le Soryu et l’Akagi. L’attaque allait s’avérer dévastatrice : en un temps total de six minutes, trois des quatre porte-avions de la flotte japonaise, jusque-là intacte et victorieuse, étaient en feu, hors d’usage et coulés en un temps record.

Le Hiryu, le seul porte-avions encore intact, a rapidement mis ses avions en l’air pour contre-attaquer la force opérationnelle américaine. La première vague de bombardiers japonais a gravement endommagé l’USS Yorktown, avec plusieurs impacts directs.

Les dommages subis par le Yorktown lui ont fait perdre de la vitesse, mais en moins d’une heure, son équipement endommagé avait été réparé, si efficacement que la vague suivante de pilotes japonais pensait attaquer un autre navire, car ils pensaient avoir coulé l’USS Yorktown.

Allez plus loin  La bataille de Kharkov

Les pilotes japonais survivants se sont donc tous rassemblés sur le porte-avions Hiryu et ont annoncé qu’ils avaient coulé deux porte-avions américains, ce qui leur a donné le moral pour une troisième attaque sur ce qu’ils croyaient être le dernier porte-avions ennemi.

Mais c’est le Hiryu, rempli d’avions japonais survivants qui se réapprovisionnent frénétiquement sur un pont bondé, qui sera coulé après qu’un dernier assaut de bombardiers en piqué ait transformé le seul survivant de la flotte de porte-avions qui avait attaqué Midway en un tas de fer flamboyant.

À la nuit tombée, les deux parties ont réfléchi à ce qu’elles allaient faire ensuite. Le commandement opérationnel allié passe alors à l’amiral Spruance. Il savait que les États-Unis avaient remporté une grande victoire, mais il n’était toujours pas sûr du type de forces dont disposaient encore les Japonais et était déterminé à préserver à la fois Midway et ses porte-avions restants. Pour aider ses pilotes, qui avaient été envoyés à l’attaque pendant la journée à la limite maximale de la portée possible, il a continué à déplacer la flotte en direction de Nagumo.

De son côté, malgré les lourdes pertes subies, l’amiral Yamamoto décide dans un premier temps de poursuivre ses efforts pour occuper Midway et envoie ses navires de guerre à la recherche des deux porte-avions américains, détachant dans le même temps une force de croiseurs pour bombarder Midway.

À 2 h 15 le matin du 5-6 juin 1942, un sous-marin américain s’aperçoit de la présence de navires japonais à 165 kim à l’ouest de l’atoll de Midway. L’amiral Spruance, qui n’avait pas encore réussi à localiser le gros de la flotte de Yamamoto, supposa qu’elle serait regroupée et se mit en route dans leur direction. Cependant, seule la flotte envoyée pour bombarder Midway, composée de quatre croiseurs et de deux destroyers, reçoit peu après l’ordre de se retirer de la zone et de rejoindre le reste de la flotte de combat de l’amiral Yamamoto en pleine mer.

Dans la matinée, le sous-marin a lancé une attaque à la torpille sur les croiseurs, sans succès, mais au cours des deux jours suivants, les avions et les porte-avions basés à Midway ont effectué plusieurs attaques sur les croiseurs, coulant le Mikuma et endommageant gravement le Mogami.

Du côté américain, l’USS Yorktown, à la dérive et presque abandonné par l’équipage, est finalement coulé par trois torpilles du sous-marin japonais I-168 le 7 juin 1942, frappant également le destroyer USS Hammann, qui assistait les troupes du Yorktown, le divisant en deux et tuant quatre-vingts membres d’équipage. Ceci met fin à la bataille chaotique de Midway en faveur des Américains.

Conséquences de la bataille de Midway

La perte des quatre porte-avions envoyés par les Japonais à Midway, ainsi que d’un grand nombre de leurs pilotes de marine bien entraînés et irremplaçables, a perturbé l’expansion du Japon dans l’océan Pacifique. La marine impériale japonaise ne dispose plus que de deux grands porte-avions pour l’action offensive, le Shokaku et le Zuikaku, et de trois autres porte-avions de poche de faible puissance offensive, ne transportant que de petits avions et en petit nombre.

Le 10 juin, lors d’une conférence du haut commandement visant à planifier la poursuite de la Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique, la marine impériale dissimule l’ampleur réelle de ses pertes dans la bataille de Midway. Dès que l’empereur Hirohito fut informé de ce qui s’était passé, préférant garder le secret vis-à-vis du reste de l’armée et de l’opinion publique elle-même, il fit en sorte que les planificateurs de guerre de l’armée continuent pendant un certain temps à plaider leurs attaques en partant du principe que la flotte aéronavale japonaise était encore puissante.

Les historiens considèrent souvent la bataille de Midway comme un tournant majeur dans le théâtre d’opérations du Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale. La marine impériale japonaise continuera à se battre avec acharnement jusqu’à ce que les États-Unis obtiennent une suprématie claire à la fin de la guerre. La victoire de Midway a donné aux Américains l’initiative stratégique pour la suite de la Seconde Guerre mondiale, a infligé des dommages irréparables à la force porteuse japonaise et a raccourci la durée de la confrontation dans l’océan Pacifique.

D’autre part, le programme d’entraînement d’avant-guerre du Japon avait produit des pilotes d’un calibre exceptionnel pour l’aviation navale japonaise. Ces pilotes d’élite étaient des vétérans entraînés au combat et aguerris au moment de l’offensive sur l’atoll de Midway.

Lors de cette bataille, les Japonais ont perdu plus d’aviateurs en un seul jour qu’ils n’en avaient perdu en une année entière d’entraînement. Les planificateurs militaires n’ont pas prévu un conflit à long terme et n’ont donc pas été en mesure de remplacer rapidement les pertes en navires, marins et pilotes dès le début de l’épique bataille de Midway. La vérité est que, à la mi-1943, l’aviation navale japonaise avait été presque complètement anéantie.

Deux mois seulement après la bataille de Midway, les Américains ont pris l’initiative du débarquement sur Guadalcanal, battant une fois de plus l’ennemi et sécurisant une ligne d’approvisionnement alliée vers l’Australie et les Indes néerlandaises.

Dès lors, l’initiative offensive sur le théâtre d’opérations du Pacifique restera aux mains des Américains jusqu’à la capitulation du Japon en 1945, qui marque la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La bataille de Midway au cinéma

La bataille de Midway a fait l’objet de plusieurs films. Le premier film, et le plus prestigieux, est le documentaire réalisé par John Ford, qui se trouvait temporairement sur l’île en tant que photographe et agent de renseignement pendant la bataille. Alors qu’il filmait l’attaque japonaise contre les installations militaires de l’île de Midway, il a été blessé par des éclats d’obus provenant des bombes et a reçu plus tard la Purple Heart pour son travail pendant l’attaque. Les scènes qu’il a filmées sur l’île, et plus tard à bord des navires, ont été incluses dans le documentaire de 1942, The Battle of Midway, qui a remporté un Oscar.

La deuxième version cinématographique la plus connue de la bataille, Midway, cette fois une superproduction hollywoodienne, est sortie sur les écrans en 1976 avec un casting de stars et Glenn Ford dans le rôle de Raymond Spruance. Malgré son succès au box-office et sa description des événements tels qu’ils se sont réellement déroulés, le film a été critiqué par les militaires et les historiens de la guerre pour avoir utilisé des images d’archives d’autres batailles survenues plus tard dans la guerre comme s’il s’agissait de la bataille de Midway.

Et le troisième film, le plus récent, sur cette bataille est Midway, sorti en salles en 2019 et réalisé par le célèbre cinéaste Roland Emmerich. Il a rapporté pas moins de 126,7 millions de euros, ce qui en fait un véritable succès au box-office. Les effets spéciaux modernes font du film un régal visuel. Vous ne devez pas le manquer si vous vous intéressez à cette bataille épique de la Seconde Guerre mondiale. Midway n’est pas actuellement sur Netflix, mais apparaîtra probablement dans leur catalogue dans un avenir pas trop lointain.

Laisser un commentaire