Le code des Indiens Navajo dans la Seconde Guerre mondiale

Dans l’histoire des États-Unis d’Amérique, le sort des Indiens d’Amérique a été essentiellement tragique. Les colons ont pris leurs terres, ont mal compris leurs coutumes et ont décimé leurs populations. Le code des pirates. Paradoxalement, pendant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement américain a eu besoin de l’aide des Indiens Navajo.

Contre toute attente, ceux qui avaient tant souffert aux mains du gouvernement qui leur demandait maintenant de l’aide, ont répondu par l’affirmative à l’appel patriotique ;

Les communications sécurisées ont toujours été un aspect vital de toute guerre et la Seconde Guerre mondiale ne devait pas faire exception.

D’un bataillon à l’autre ou d’un cuirassé à l’autre, tout le monde devait être en contact pour savoir quand et où attaquer ou quand se retirer. Si l’ennemi surprend une conversation tactique, non seulement l’effet de surprise est gâché, mais il peut déplacer ses troupes et prendre l’avantage.

Les codes (cryptages) étaient donc indispensables pour protéger ces conversations (Le code des affranchis). Malheureusement,tous les codes ont fini par être craqués.

Mais en 1942, un homme nommé Philip Johnston a conçu un code qu’il pensait être incassable par les Japonais : un code basé sur la langue Navajo.

L’idée de Philip Johnston.

Fils d’un missionnaire protestant, Philip Johnston a passé une grande partie de son enfance dans une réserve navajo. Il a grandi aux côtés d’enfants Navajo, apprenant leur langue et leurs coutumes. Le code des affranchis pdf. A l’âge adulteJohnston est devenu un ingénieur de la ville de Los Angeles, mais est resté étroitement lié à la culture navajo.

Un jour, Johnston lit la presse et tombe sur une nouvelle qui raconte qu’une division armée de Louisiane tente de créer un code militaire avec l’aide de personnel amérindien (Le code des assurances). Quelque chose a fait tilt dans l’esprit de Johnston, et le lendemain, il s’est rendu à Camp Elliot (près de San Diego) et a exposé une proposition de code au lieutenant-colonel James E. Jones, le responsable des communications de la zone.

Le lieutenant-colonel Jones était initialement sceptique. Les tentatives précédentes de codes similaires avaient échoué parce que les Indiens d’Amérique n’avaient pas de mots dans leur langue pour les termes militaires.

Allez plus loin  La ligne Maginot

Les Navajos n’ont certainement pas eu besoin d’ajouter des mots comme mitrailleuse ou blindé à leur langue, tout comme en espagnol nous n’utilisons pas de mots différents pour le frère de notre mère et le frère de notre père, ce qui est le cas dans d’autres langues : nous utilisons simplement le mot oncle.

Souvent, lorsque de nouvelles inventions sont créées, les autres langues absorbent simplement le mot du pays où l’invention est créée : Le code des assurances en rdc. Par exemple, en allemand, radio se dit Radio (Le code des assurances en rdc pdf). Pour cette raison, le colonel Jones craignait que si la langue amérindienne était utilisée comme moyen de chiffrer les communications, le mot pour mitrailleuse serait identique à celui utilisé en anglais, ce qui rendrait le code facilement déchiffrable par les Japonais.

Johnston avait une autre idée, cependant : Le code des assurances maroc. Au lieu d’ajouter la traduction de la mitrailleuse en langue navajo, ils utiliseraient un ou deux mots navajo existants pour chaque terme militaire. Par exemple, le terme pour chasseur serait colibri et baleine pour cuirassé.

Le lieutenant-colonel Jones propose une démonstration de l’idée de Johnston au major général Clayton B (Le code des assurances pdf). Vogel. La démonstration a été un succès, et le major général a envoyé une lettre au commandement du corps des Marines des États-Unis recommandant l’engagement de 200 Indiens Navajo pour servir de code talkers, c’est-à-dire d’interprètes humains.Cette demande a reçu une réponse positive (Le code des assurances tunisie). Toutefois, il s’agirait au départ d’un projet pilote avec seulement 30 Indiens Navajo.

Les débuts du programme de code talker Navajo.

Les recruteurs se sont rendus dans une réserve Navajo et ont sélectionné les 30 premiersintervenants clés (l’un d’entre eux a fini par être rayé de la liste, si bien que le programme a démarré avec seulement 29). Beaucoup de ces jeunes hommes Navajo n’étaient jamais sortis de la réserve auparavant, ce qui rendait la transition déjà difficile vers la vie militaire encore plus difficile (Le code des couleurs). Pourtant, ils ont fait de leur mieux. Le code des curiosités juridiques. Ils ont travaillé sans relâche, jour et nuit, pour aider à créer le code et l’apprendre.

Allez plus loin  Berchtesgaden

Une fois le code créé, les recrues Navajo ont été soumises à des évaluations exhaustives : Le code des emotions. Il n’y avait pas de place pour l’erreur dans les traductions : Le code des marchés publics. Un seul mot mal interprété peut entraîner la mort de centaines (ou de milliers) de personnes.

Une fois la formation des 29 premières recrues terminée, 2 d’entre elles sont restées aux États-Unis pour servir d’instructeurs aux futurs codeurs Navajo et les 27 autres ont été envoyées dans l’enfer de Guadalcanal pour mettre en pratique ce nouveau code pour la première fois.

Johnson, n’ayant pu participer à la création du code parce qu’il était un civil, s’est porté volontaire pour s’engager à condition d’être autorisé à participer au programme. Son offre a été acceptée et M. Johnston a été chargé de l’aspect formation du programme.

Le programme lui-même est un succès, et bientôt le corps des Marines des États-Unis autorise le recrutement illimité de codeurs Navajo. La communauté navajo comptait 30 000 membres et, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, 420 hommes navajo avaient servi comme codeurs.

Le code Navajo.

Le code initial consistait en une traduction des 211 termes anglais les plus utilisés dans les conversations militaires.

La liste comprenait des termes relatifs aux grades militaires, aux avions, aux mois et au vocabulaire général : (Le code des potes). On y trouvait également les équivalents navajos des lettres de l’alphabet anglais, afin que les codeurs puissent épeler des noms de lieux spécifiques.

Cependant, un cryptographe de Camp Elliot a suggéré que le code pouvait être augmenté. En écoutant plusieurs émissions, il s’est rendu compte que,puisqu’il y avait trop de mots à épeler, répéter les équivalents navajos de chaque lettre pourrait donner aux Japonais une chance de déchiffrer le code.

Ainsi, suivant les suggestions du cryptographe, il a été décidé d’ajouter 200 nouveaux motsetdes équivalents Navajo supplémentaires pour les 12 lettresles plus utilisées dans les conversations. Le code des templiers. Après cette opération, le code se composait de 411termes.

Allez plus loin  Château de Wewelsburg

Sur le champ de bataille, n’était jamais écrit, etétait utilisé exclusivement oralement : Le code des transports. Pendant l’entraînement, les Navajo avaient été constamment bombardés par les termes 411. La rapidité de la transmission était vitale :il n’y avait pas de temps pour l’hésitation ou le flottement.

Sur les champs de bataille de la Seconde Guerre mondiale.

Lorsque le code Navajo a été introduit pour la première fois, les chefs militaires étaient très sceptiques. Plusieurs des recrues ont dû démontrer l’utilité du code.

Néanmoins, à l’exception de quelques cas isolés, la plupart des commandants étaient très reconnaissants aux Navajos pour la rapidité et la précision avec lesquelles leurs messages pouvaient être transmis.

De 1942 à 1945,les codeurs navajos ont participé à de nombreuses batailles dans le Pacifique, notamment la bataille de Guadalcanal, Iwo Jima, Peleliu et Tarawa. Ils n’étaient pas seulement dans le domaine des communications, mais se sont battus comme des soldats ordinaires, affrontant les mêmes horreurs de la Seconde Guerre mondiale que leurs camarades de combat.

Il convient de noter que les locuteurs navajo/ ont été confrontés à des problèmes supplémentaires sur le champ de bataille. Trop souvent, les soldats américains eux-mêmes les prenaient pour des soldats japonais en raison des traits de leur visage. Le danger de tir ami que représente la fréquence élevée des erreurs d’identification a conduit certains commandants à affecter un garde du corps à chaque codeur.

Pendant trois ans, là où les Marines ont débarqué, les Japonais n’ont entendu que d’étranges sifflements entrecoupés d’autres qui ressemblaient à l’appel à la prière des moines tibétains et au bruit qu’on fait en vidant une bouillotte. Les Indiens Navajo avaient créé un code inviolable !

Laisser un commentaire