Neville Chamberlain

Neville Chamberlain, fils de Joseph Chamberlain et frère d’Austin Chamberlain, est né en 1869.

Après avoir fréquenté l’école de Rugby, il a passé sept ans à gérer la plantation de son père aux Bahamas. Chamberlain est retourné en Angleterre en 1897, où il s’est lancé dans une entreprise de cuivre et de laiton.

Il s’est engagé dans la politique locale et a été élu maire de la ville de Birmingham en 1915 ;

Lors des élections de 1918, Chamberlain est élu député conservateur de Ladywood : Neville chamberlain. Entre 1923 et 1924, il est ministre des Postes.

En 1924, il change de portefeuille et devient ministre de la santé jusqu’en 1929. En juin 1930, il devient chef du parti conservateur (Tory).

Le 28 octobre 1931, des élections générales sont organisées et Ramsay MacDonald dirige une alliance anti-travailliste composée de conservateurs et de libéraux ;

Cela a conduit à un glissement de terrain pour le parti travailliste, qui n’a obtenu que 46 députés. MacDonald décide alors de nommer Chamberlain Chancelier de l’Échiquier (équivalent du Chancelier de l’Échiquier).

En 1936, le gouvernement conservateur britannique craint la propagation du communisme de l’Union soviétique aux autres nations européennes.

Stanley Baldwin, le Premier ministre britannique, partage cette préoccupation et manifeste une certaine sympathie pour le soulèvement militaire en Espagne contre le gouvernement républicain du Front populaire.

Léon Blum, le Premier ministre du gouvernement du Front populaire en France, avait initialement accepté d’envoyer des avions et de l’artillerie pour aider l’armée de la Deuxième République en Espagne.

Toutefois, sous la pression de Baldwin et des membres de l’aile droite de son propre gouvernement, il finit par changer d’avis.

En fin de compte, Baldwin et Blum ont tous deux demandé à tous les pays européens de ne pas intervenir dans la Guerre civile espagnole.

Un pacte de non-intervention est alors élaboré, qui sera finalement signé par 27 pays, dont l’Union soviétique, l’Allemagne et l’Italie.

Or, tant Adolf Hitlerque Benito Mussoliniont ouvertement ignoré l’accord et ont procédé à l’envoi d’une aide militaire somptueuse, y compris des troupes, aux forces nationalistes espagnoles du général Francisco Franco.

Stanley Baldwin subit une pression croissante à la suite du pacte Hoare-Laval (un pacte par lequel l’Abyssinie – Éthiopie d’aujourd’hui céderait une partie de son territoire à l’Italie fasciste de Mussolini).

Allez plus loin  Zhu De

Sa situation est aggravée par sa santé déclinante au cours de l’année 1936, et il annonce qu’il se retire de la politique en mai 1937.

Neville Chamberlain est le remplaçant le plus évident, car il est en accord avec la politique de non-intervention de son prédécesseur.

En tant que Premier ministre britannique, Chamberlain poursuit la politique de non-intervention dans la guerre civile espagnole.

Fin 1937, il prend la décision controversée d’envoyer Sir Robert Hodgson à Burgos pour assurer la liaison entre le gouvernement britannique et le gouvernement national de Franco ;

Wolfgang zu Putlitz, premier secrétaire de l’ambassade d’Allemagne à Londres, est allé jusqu’à dire que Joachim von Ribbentrop était ravi que Neville Chamberlain ait été élu Premier ministre britannique.

Chamberlain maîtrise les subtilités de la politique étrangère britannique et pousse Anthony Eden, le ministre des Affaires étrangères, à démissionner lorsqu’il est exaspéré par l’ingérence du Premier ministre dans la diplomatie.

Lord Halifax lui succède, fervent défenseur de la politique d’apaisement de Neville Chamberlain. En effet, nombreux sont ceux qui pensent que Chamberlain a mal joué les cartes britanniques.

S’il avait adopté une position ferme et menacé Adolf Hitler de la guerre dès le début, les coups de bluff du Führer dans les années 30 auraient presque certainement échoué : la Wehrmacht n’était pas encore prête pour la Seconde Guerre mondiale.

Le 13 mars 1938, Léon Blum retrouve le poste de Premier ministre de la France.

Lorsqu’il commence à plaider pour la fin de la politique française de non-intervention, Chamberlain et le Foreign Office britannique se joignent à la presse de droite en France et à des personnalités politiques telles que Henri-Philippe Pétain et Maurice Gamelin pour le faire tomber politiquement.

Le 10 avril 1938, Blum est remplacé par Edouard Daladier, un homme politique qui partage l’avis de Chamberlain tant dans son approche de la guerre civile espagnole que dans sa politique d’apaisement face au défi posé par le Troisième Reich d’Hitler.

Neville Chamberlain estime que l’Allemagne a été maltraitée par les Alliés après sa défaite lors de la Première Guerre mondiale.

Il estime donc que le gouvernement national-socialiste a de véritables motifs de plainte et pense qu’ils doivent être traités avec diligence.

Allez plus loin  Commando des cochons de guerre

Il pensait également qu’en cédant à certaines des revendications d’Adolf Hitler au nom de l’Allemagne et de Benito Mussolini au nom de l’Italie, une autre grande guerre européenne pourrait être évitée.

En février 1938, Adolf Hitler invite Kurt von Schuschnigg, le chancelier autrichien, à le rencontrer à Berchtesgaden.

Hitler a exigé de lui des concessions concernant le parti national-socialiste autrichien. Schuschnigg refuse et après avoir démissionné, il est remplacé par Arthur Seyss-Inquart, le leader de ce parti.

Le 13 mars, Seyss-Inquart invite l’armée allemande (la Wehrmacht) à occuper l’Autriche et proclame l’union avec l’Allemagne nazie. L’union des deux nations, connue sous le nom de Anschluss, était spécifiquement interdite par le Traité de Versailles.

À ce moment-là, certains membres de la Chambre des communes, dont Anthony Eden et Winston Churchill, demandent à Chamberlain de mettre de côté sa politique d’apaisement et de tenir tête au gouvernement nazi d’Adolf Hitler.

Les tensions géopolitiques augmentaient en Europe dans ce qui était déjà considéré comme le prélude à la Seconde Guerre mondiale. Adolf Hitler commence à exiger de la Tchécoslovaquie la cession des Sudètes(une région habitée par une minorité formée par des Allemands et aux revendications nationalistes).

Pour tenter de résoudre la crise, les chefs de gouvernement d’Allemagne, de Grande-Bretagne, de France et d’Italie se réunissent à Munich.

Le 29 septembre 1938, Neville Chamberlain, Adolf Hitler, Edouard Daladier et Benito Mussolini signent les Accords ou pactes de Munich, en vertu desquels le Troisième Reich annexe le territoire contesté des Sudètes.

Lorsque Eduard Benes, le chef d’État tchèque, qui n’a pas été invité à Munich, proteste contre cette décision, Chamberlain lui répond que la Grande-Bretagne n’est pas prête à entrer en guerre pour le conflit territorial des Sudètes.

Le message adressé au Führer était clair : une carte blanche face à l’inaction des démocraties libérales.

Curieusement (ou non), les accords de Munich ont été populaires auprès de l’opinion publique britannique, car ils semblaient avoir servi à empêcher le déclenchement d’une Seconde Guerre mondiale qui était déjà dans l’air.

Toutefois, certains hommes politiques, tels que le légendaire Churchill, ont critiqué ouvertement les accords.

Le prochain défi d’Hitler survient le 15 mars, avec l’occupation allemande de Prague et l’annonce de l’annexion des provinces tchèques de Bohême et de Moravie au Troisième Reich.

Allez plus loin  MP18 (mitraillette orange)

Le 18 mars, Chamberlain admet finalement qu’il ne faut croire aucune des promesses faites par les dirigeants nazis. Par cette action, Adolf Hitler a fait des accords de Munich une lettre morte.

Neville Chamberlain, chagriné, réalise finalement qu’il ne peut pas faire confiance à Adolf Hitler et n’a d’autre choix que de mettre fin à sa politique d’apaisement qui a échoué.

Non seulement cela, mais après l’invasion nazie de la Pologne, Chamberlain a été contraint de déclarer la guerre au Troisième Reich.

Avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les sondages montrent que la cote de popularité du Premier ministre britannique est faible, mais elle remonte en décembre 1939.

Malgré cela, certains membres de la Chambre des communes considèrent que Neville Chamberlain est un leader peu charismatique dans une telle période de guerre.

Finalement, les membres du Parti travailliste et du Parti libéral refusent de participer au gouvernement d’unité nationale qu’il propose.

Chamberlain démissionne et est remplacé par le charismatique Winston Churchill. Malgré cela, il est nommé Lord Président du Conseil par Churchill, mais une mauvaise santé le contraint à démissionner en octobre 1940.

Neville Chamberlin est mort le 9 novembre 1940, au plus fort de la domination nazie en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est certainement une figure sans laquelle la chronologie de la période précédant le déclenchement de la guerre ne peut être comprise.

Si vous avez apprécié la biographie de Neville Chamberlain, nous vous recommandons l’article suivant: L’aveuglement et la peur : la politique d’apaisement avant la Seconde Guerre mondiale.

Laisser un commentaire