10 erreurs des Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale

1. Se préparer à la Seconde Guerre mondiale comme à la Première : la ligne Maginot2.

En mai 1940, l’Allemagne a vaincu la France en seulement dix jours de Blitzkrieg.

Il s’agit sans aucun doute de l’une des plus étonnantes victoires militaires de l’histoire, et bien que l’offensive allemande ait été brillante, elle a été rendue possible en grande partie par l’incroyable étroitesse d’esprit des Français et des Britanniques.

Les commandants supérieurs des deux armées étaient guidés par les vieilles gloires de la Première Guerre mondiale, incapables d’aborder la Seconde Guerre mondiale sous un jour nouveau et prêts à un renouveau fidèle de la Grande Guerre européenne (c’est-à-dire une réédition de la guerre des tranchées sur des fronts statiques).

Cette vision a été démontrée par l’investissement majeur de la France dans sa ligne Maginot, l’une des lignes défensives fortifiées les plus étendues et les plus ambitieuses de l’histoire militaire.

Comme vous le savez peut-être, la ligne Maginot était inutile car les Allemands l’ont tout simplement débordée. Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que la ligne de défense a absorbé 40 % des dépenses militaires totales de la France au cours des années qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale.

N’aurait-il pas été plus utile de dépenser tout cet argent pour moderniser une armée déjà vétuste, notamment dans les airs (l’armée de l’air française finira par servir de chair à canon à l’imposante Luftwaffe) ? Les Allemands, en revanche, ont tiré les leçons de la Première Guerre mondiale et sont dignes d’une grande victoire militaire.

2. la campagne des Alliés en Norvège.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le Troisième Reich a envahi la Norvège afin de sécuriser d’importantes bases et de garder sous contrôle les voies de transport du fer suédois, vitales pour la guerre : 10 erreurs de films que vous n’avez jamais remarqué. Les Britanniques et les Français s’empressent de lever des troupes pour empêcher les Allemands d’occuper la Norvège ;

Bien que les Alliés ne se soient pas mal débrouillés, la supériorité aérienne de la Luftwaffe et l’ouverture du front d’Europe occidentale ont forcé le retrait allié de la Norvège. Les conséquences de l’échec de la reconquête de la Norvège se feront sentir pendant une grande partie de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

3. sous-estimer les Japonais

Avant la Seconde Guerre mondiale, la vision stéréotypée générale des Japonais était qu’ils n’étaient guère plus que des barbares sous-humains incapables de développer des approches originales. Leur armée était considérée comme une simple tentative de copier les tactiques des puissantes armées occidentales (bien que les Russes aient probablement changé d’avis après leur défaite en 1905).

Cette politique d’arrogance signifiait, par exemple, que les Alliés ne disposaient en Asie que de troupes et de chefs secondaires pour se défendre contre l’agression japonaise. En outre, les Alliés ont fait peu d’efforts pour étudier l’armée japonaise et calculer sa capacité totale d’action.

En fin de compte, la conséquence a été que le Japon a réussi à conquérir plus de territoire au cours des six premiers mois de la guerre que toute autre nation dans toute l’histoire de la guerre. 10 erreurs de maquillage qui nous vieillissent. Oui, l’avancée initiale des Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale a été sans précédent. Tout un exploit pour un peuple de barbares sous-humains.

Allez plus loin  Opération Colossus

Le naufrage du HMS Repulse et du HMS Prince of Wales 4.

Le cas des naufrages du HMS Repulse et du HMS Prince of Wales est lié à la section précédente. Avant les attaques japonaises contre les Alliés, Churchill avait ordonné que son navire amiral, le HSM Prince of Wales, ainsi qu’un navire plus ancien, le croiseur cuirassé HMS Repulse, soient transférés à Singapour.

Le Premier ministre britannique pensait que ces navires étaient invulnérables et que leur présence dissuaderait les Japonais de lancer toute attaque contre les territoires britanniques d’outre-mer en Asie du Sud-Est. L’Amirauté s’oppose à cette idée, mais Churchill ne cède pas : 10 erreurs fatales des investisseurs. Trois jours après l’attaque surprise de Pearl Harbor, les deux navires étaient déjà au fond de la mer.

Churchill est tellement choqué lorsqu’on lui annonce la nouvelle par téléphone qu’il raccroche. Dans ses mémoires, il déclarera plus tard que c’était la pire nouvelle qu’il avait reçue de toute la guerre. À l’époque, Churchill déclare que les Japonais ont carte blanche pour leurs débarquements offensifs dans toute l’Asie, puisque la puissance navale britannique est anéantie sur le continent et que les quelques navires survivants de Pearl Harbor sont en route pour la Californie. Il avait raison.

5. Opération Market Garden

La dernière grande victoire allemande de la Seconde Guerre mondiale. En 1944, le maréchal Montgomery a conçu un plan pour tenter de mettre fin à la Seconde Guerre mondiale avant Noël de cette année-là. Une ambitieuse opération aéroportée sera lancée pour capturer une série de ponts stratégiques en Hollande et les chars britanniques avanceront le long du corridor créé vers la Rhur, le cœur industriel du Troisième Reich. Cliquez ici pour lire notre article sur l’opération Market Garden. Cette opération échoue et constitue la plus grave erreur de Montgomery en tant que chef militaire.

6. Déploiement soviétique

L’un des plus grands mystères de la Seconde Guerre mondiale est le déploiement militaire russe avant l’invasion allemande. Pour des raisons inconnues que Staline emportera dans sa tombe, l’Union soviétique a déplacé un grand nombre de troupes et d’équipements militaires jusqu’à la frontière avec l’Allemagne et ses alliés. Ils avaient déplacé tellement de matériel qu’il y avait même des problèmes pour le stocker. Les Allemands sont perplexes de découvrir de grandes quantités de matériel avec la seule dissimulation qu’une simple bâche peut offrir.

Que comptait faire Staline avec tout ça ? Il ne se préparait certainement pas à une offensive allemande, ses troupes ne construisaient pas de structures de défense, et il a été tellement surpris par l’attaque allemande qu’il n’a pas donné d’ordres clairs assez rapidement. Quel que soit son plan, le fait est que les Allemands ont gagné un précieux butin de guerre russe au cours des premières semaines de l’opération Barbarossa.

En fin de compte, ce n’était pas non plus irrémédiable pour les Russes, car ils avaient la capacité de remplacer les lourdes pertes qu’ils avaient subies. Toutefois, nous ne pensons pas que les plans de Staline prévoyaient de perdre des chars, des avions, des munitions et des soldats au profit de l’Allemagne.

Allez plus loin  Les héros animaux de la Seconde Guerre mondiale

Si la Russie n’avait pas été en mesure de remplacer ses lourdes pertes, l’invasion de l’URSS se serait bien sûr terminée de manière très différente.

7. Le naufrage du HMS Glorious

Cette erreur des Alliés est toujours un mystère. Le porte-avions HMS Glorious évacuait des avions de Norvège après l’échec de l’intervention britannique et a été inexplicablement autorisé à rentrer en Grande-Bretagne en solitaire, en passant par une zone où les sous-marins allemands pouvaient être actifs. Ce qui est encore plus remarquable, c’est que, malgré une excellente visibilité, aucun avion ne survolait le porte-avions… il n’y avait même personne à la vigie pour scruter l’horizon !

Le résultat ? L’équipage est surpris par les deux cuirassés allemands Scharnhorst et Gneisenau. La catastrophe a fait plus de 1 500 morts et moins de 50 survivants. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est que le Glorious n’a pas appelé à l’aide par radio ou que personne n’a entendu le message.

8. Intervention britannique en Grèce

On pourrait penser que l’échec de l’intervention en Norvège aurait servi de leçon aux Britanniques. Pas vraiment. Lorsque l’Allemagne et l’Italie envahissent la Grèce, Winston Churchill insiste pour que le gros des troupes en Afrique du Nord soit envoyé en Grèce.

Penser qu’une poignée de troupes britanniques pourrait retenir les puissantes divisions dans le Péloponnèse était tout simplement de la folie. Pire, le retrait britannique d’Afrique du Nord donne aux Allemands suffisamment de temps pour envoyer Erwin Rommel et son Afrika Korps en Libye. Le reste appartient à l’histoire.

9. La bataille de Dakar.

Après la chute de la France, l’une des principales préoccupations est de savoir ce qu’il adviendra de ses colonies : passeront-elles sous le contrôle de la France libre ou du gouvernement de Vichy ? Dakar, un port important en Afrique de l’Ouest, s’est aligné sur le gouvernement de Vichy.

Charles de Gaulle et Churchill organisent à la hâte une force pour changer le statu quo à Dakar, sous le nom de code Opération Menace. La vérité est que les erreurs se sont succédées. Le secret de l’opération, par exemple, était si épouvantable que les Africains autochtones qui pêchaient depuis leurs bateaux criaient aux navires de passage s’ils allaient à Dakar.

Lorsqu’ils arrivent, ils sont horrifiés de constater que les cartes sont périmées et que les défenseurs français sont bien mieux préparés qu’ils ne le pensaient. De plus, ils n’ont montré aucune intention de se rendre aux Britanniques, à Charles de Gaulle ou à qui que ce soit. Même après l’arrivée des navires britanniques, une petite flotte de navires français a pu se faufiler et soutenir les défenseurs.

Pendant plusieurs jours, les Britanniques tentent de détruire les défenses du port, réussissant à couler quelques petites embarcations et quelques sous-marins, mais sans grand succès. Une force terrestre est débarquée, mais face à une résistance acharnée, elle est finalement retirée, car De Gaulle n’est pas favorable à l’idée d’opposer des Français à d’autres Français.

La bataille s’est terminée lorsqu’un sous-marin défenseur a touché un navire britannique clé. L’échec de la bataille de Dakar porte un coup à la réputation de De Gaulle.

A titre d’anecdote reflétant les curiosités de la vie, il convient de noter que quelques années plus tard, le capitaine du sous-marin français qui avait torpillé le croiseur britannique à Dakar a été décoré par le capitaine britannique de ce navire. Avec un flegme typiquement anglais, il n’a pas hésité à mentionner pendant la cérémonie que son tir avait été très bon.

Allez plus loin  Les prisonniers de guerre allemands

10. Opération Tigre

L’un des aspects les moins connus de toute la Seconde Guerre mondiale est l’opération Tigre. Erreur e10 de dietrich. Elle a eu lieu en avril 1944 et a consisté en une répétition réaliste à grande échelle de ce qui deviendrait le débarquement allié du jour J sur Utah Beach deux mois plus tard, Eisenhower estimant qu’il était essentiel que les troupes répètent à l’avance une opération aussi importante et significative. La vérité est que le réalisme a peut-être fini par être excessif.

Tout d’abord, les Américains et les Britanniques utilisaient des fréquences radio différentes au même moment, ce qui a causé de nombreux problèmes de communication : Top 10 des erreurs de francais. Les problèmes sont tels que lorsque deux navires de guerre britanniques escortant le convoi d’invasion tombent en panne, les navires de transport américains n’en sont pas informés. L’autre navire britannique conduit le convoi en ligne droite, ce qui en fait une cible parfaite pour les torpilleurs allemands (S-Boote). Quand ces torpilleurs ennemis ont été aperçus… ils ont été pris pour des amis ! Résultat : près de 700 hommes tués.

La situation s’est encore aggravée car beaucoup de ces 700 malheureux ont trouvé la mort dans l’eau parce qu’ils n’avaient pas été formés à l’utilisation des gilets de sauvetage. L’opération Tiger se poursuit et, dans un souci de réalisme, Eisenhower ordonne l’utilisation de tirs réels : 300 morts supplémentaires s’ajoutent à la liste des victimes de l’exercice. Au final, de fil en aiguille, environ 1 000 hommes sont morts dans l’opération Tigre.

La rumeur a ensuite couru que les participants à l’opération Tigre avaient été contraints à un pacte de silence pour toujours, ce qui s’est avéré faux : Windows 10 erreur des dossiers compressés. Ils étaient tenus de garder le silence pendant la durée de la Seconde Guerre mondiale uniquement. Ce grand désastre des Alliés n’est pas très bien documenté, il semble évident que personne ne veut se souvenir d’une telle bévue !

Vous serez peut-être intéressé par une autre liste d’erreurs commises pendant la Seconde Guerre mondiale, cette fois par Adolf Hitler. Cliquez ici !

Laisser un commentaire