La bataille du Cap Nord

La Bataille du Cap Nord est le résultat de l’opération de la Kriegsmarine allemande connue sous le nom de Unternehmen Ostfront les 25-26 décembre 1943 dans la guerre navale de la Seconde Guerre mondiale.

L’objectif de l’opération est d’intercepter le convoi britannique JW 55B en mer du Nord, qui se dirige vers Mourmansk en Union soviétique : (La bataille du rail). L’opération se termine par le naufrage du cuirassé allemand Scharnhorst le 26 décembre 1943 dans la mer du Nord, au large de la Norvège.

Contexte

Le 12 décembre 1943, le convoi JW.55 A appareille de Loch Ewe, composé de 19 navires avec la protection rapprochée de deux destroyers et de trois corvettes, et dispose d’un groupe d’escorte de huit destroyers.

La Force 1, avec les croiseurs HMS Belfast, HMS Sheffield et HMS Norfolk sous le commandement du vice-amiral Robert Burnett, se trouve à proximité du convoi comme autre groupe de couverture.

Un autre groupe de sécurité, Force 2, sous le commandement du commandant en chef de la Home Fleet, l’amiral Bruce Fraser, composé du cuirassé HMS Duke of York, du croiseur HMS Jamaica et des destroyers HMS Saumarez, HMS Savage, HMS Scorpion et HNoMS Stord, était déjà arrivé dans le fjord de Kola le 16 décembre.

Les U-boote U 638, U 387 et U 354 signalent des rencontres avec des navires d’escorte dans la nuit du 16 au 17 décembre, sans s’approcher du convoi présumé.

Lors d’un briefing au quartier général du Führer les 19 et 20 décembre, l’amiral Karl Dönitz obtient la permission d’Adolf Hitler de déployer le groupe de combat dans l’Altafjord avec le Scharnhorst et les destroyers Z 29, Z 30, Z 33, Z 34 et Z 38 contre le prochain convoi, à condition qu’il y ait une chance de succès.

Le 20 décembre, le convoi JW.55 A, escorté par la Force 1, entre dans le fjord de Kola. Le même jour, le convoi JW.55 B quitte Loch Ewe.

Elle était composée de 19 navires, dont 17 cargos et deux pétroliers, avec une protection rapprochée de deux corvettes et deux dragueurs de mines et une protection éloignée de deux destroyers, deux corvettes et un dragueur de mines.

Ces derniers sont relevés dans l’après-midi du 22 décembre par les huit destroyers de la flotte du groupe d’escorte en direction de l’Islande, qui a déjà sécurisé le convoi JW.55 A.

À 10 h 45 le 22 décembre, un Ju 88 allemand a aperçu le convoi. Le 23 décembre à midi, de nouveaux rapports ont été reçus de la reconnaissance aérienne lancée le matin, qui comprenait six Fw 200, trois Ju 88 et deux BV 138.

Cela a donné à la partie allemande une image relativement précise de la taille du convoi et de sa trajectoire. Les Britanniques remarquent les avions de reconnaissance allemands et leur tirent dessus à plusieurs reprises par des tirs anti-aériens.

Entre-temps, la Force 2 était arrivée à Akureyri en Islande pour se greffer le matin du 23 décembre et couvrir le nouveau convoi le lendemain, tandis que la Force 1 se trouvait derrière le convoi vide RA.55 A en direction de l’ouest.

Peu avant minuit, Fraser a quitté le fjord islandais avec Force 2 et a foncé à toute vitesse derrière le convoi JW.55 B, après avoir été informé de là de la présence d’avions allemands.

Le 24 décembre, quatre Fw 200 et deux Ju 88 décollent à 9 heures, signalant plusieurs observations du convoi dans la journée. Cependant, les groupes de fusées Force 1 et Force 2 et le convoi RA.55 A en direction de l’ouest n’ont pas été détectés.

Le groupe de reconnaissance Eisenbart, composé de huit U-boote, est positionné entre l’île Bear et le cap Nord de manière à être rattrapé par le convoi à la tombée de la nuit le 25 décembre.

Comme l’amiral Fraser devait s’attendre à une attaque en raison de la présence d’avions de reconnaissance allemands, il rompit le silence radio à 13 h 25 et ordonna au convoi de faire demi-tour pendant trois heures afin de combler l’écart avec la poursuite de la Force 2.

Bien que ce message radio ait été reçu par quatre stations goniométriques allemandes, aucune reconnaissance aérienne n’a été effectuée.

À 0901 heures le 25 décembre, le U 601 du groupe Eisenbart signale sa première observation du convoi.

Bien que le sous-marin se soit dirigé vers le destroyer HMS Whitehall, il a pu envoyer des signaux de maintien des sondes jusqu’à 14h10, malgré plusieurs attaques de destroyer, puis continuer à signaler des sondes jusqu’en fin d’après-midi : La bataille du chaos. L’un des trois BV 138 a également fait des observations répétées à partir de 10:08 malgré les tirs anti-aériens.

À 14 h 33, le Gruppe Nord/Flotte émet le signal de disponibilité Front Est du 25 septembre, qui parvient au Kampfgruppe à 16 h 37 avec l’ajout de 17 h 00.

Allez plus loin  La bataille de l'île Wake

Lors d’une réunion du commandement de la guerre navale avec l’amiral Dönitz à 15h00, il a été conclu qu’un déploiement du Kampfgruppe, y compris Scharnhorst, contre le convoi avait du sens (La bataille du chaos card list). A 19:25, Dönitz émet par radio l’ordre opérationnel correspondant, qui est disponible pour le Gruppe Nord/Flotte à 20:09.

À 19 h 01, lorsque l’amiral Erich Bey est arrivé pour remplacer Oskar Kummetz, qui était en congé, l’ancre a été levée, même si le temps se détériorait et que la reconnaissance aérienne semblait peu probable pour le lendemain (La bataille du chaos cardmarket). De plus, comme désavantage supplémentaire, le Scharnhorst avait à son bord quelque 80 cadets de la marine nouvellement affectés et 100 recrues non formées.

Action

À 21 h 16, puis à 22 h 15 en raison de difficultés de transmission, et encore vers minuit, l’amiral Bey a émis des messages radio à l’intention du groupe de la Flotte Nord, signalant le mauvais temps et les possibilités opérationnelles limitées qui en découlent pour les destroyers.

Il attendait peut-être l’ordre d’abandonner l’opération, mais ses messages radio ne sont parvenus au Fleet Group North/Fleet Group qu’à 2 h 19 et au Naval Warfare Command qu’à 3 h 56 en raison de la complexité de la transmission. En Z 38, il y a eu plusieurs pertes dues à la houle pendant l’assaut.

À 23 h 04, l’unité allemande qui se dirige vers le nord-ouest, les cinq destroyers de la 4e flottille de destroyers sous le commandement du capitaine zur See Rolf Johannesson, se déployant en éventail devant le Scharnhorst, atteignent la  » Pointe Lucie  » au large du détroit de Söröja dans une mer forte et une neige abondante. Le Bey a maintenant tourné de 10° vers le point de rendez-vous prévu avec le convoi.

Vers minuit, le message radio envoyé par Dönitz à 19:25 est arrivé au Scharnhorst. A 01:37, un autre message radio arrive : « Si les destroyers ne peuvent pas tenir la mer, l’exécution vient après le type de guerre des croiseurs avec le Scharnhorst seul : La bataille du chaos display. Décision du commandant » On suppose que ce message radio a été compris par erreur comme une réponse aux messages radio qui avaient été envoyés.

À 3 h 19, l’amiral Fraser, à bord du Duke of York, reçoit de l’amirauté un message sans équivoque sur le départ du Scharnhorst. La reconnaissance radio britannique avait capté les transmissions radio des Allemands, et un agent britannique en Norvège a également signalé le départ du cuirassé.

Fraser a alors ordonné au convoi RA.55 A en direction de l’ouest de virer vers le nord à 04:01 et à quatre de ses destroyers dans le convoi de se retirer pour renforcer le convoi JW.55 B en direction de l’est.

Il ordonne à ce dernier de se diriger dans la direction opposée pendant trois heures, et la force 1 doit rejoindre le convoi à vitesse maximale, qui se dirige maintenant vers le nord-est. Ce message radio n’a pas été reçu par la partie allemande.

Vers 7 heures, le convoi aurait dû apparaître devant les navires allemands, aussi l’amiral Bey a-t-il demandé à ses destroyers de former une bande de reconnaissance très espacée à ce moment-là.

Entre 8 h 20 et 9 h 30, les destroyers allemands et le convoi se sont croisés sans être détectés, à relativement courte distance, dans l’obscurité de la tempête et des chutes de neige.

Les appareils de mesure radio allemands ont été désactivés car on craignait que l’ennemi puisse se repérer sur le navire grâce aux ondes radar émises. Par conséquent, l’ordre opérationnel de Bey était : « Équipement de mesure et d’observation radio sur commande uniquement ».

Première bataille

Pendant ce temps, du sud-est, Force 1 s’approchait du Scharnhorst : La bataille du chaos liste carte. À 8 h 40, ses radars ont détecté le cuirassé allemand à 33 kilomètres, et à 9 h 21, il a été repéré depuis Sheffield. Il se dirigeait dans la direction opposée, d’où il résulte que le dispositif de mesure radio du Scharnhorst avait été allumé au préalable et a réagi en conséquence.

De 9:24 à 9:29, le Sheffield et le Norfolk ont tiré des fusées éclairantes. Puis, malgré la mauvaise visibilité, le Norfolk a ouvert le feu avec le radar de contrôle de tir. Le Scharnhorst a viré à l’ouest et a riposté avec sa seule tourelle arrière. Les deux autres croiseurs britanniques n’ont pas pu intervenir.

Un obus du Norfol a touché le pont de batterie de la Division IX sans exploser, mais l’autre a détruit le radiomètre de la voûte avant et tué le personnel radio : (La bataille du chemin des dames). Cela signifie que la mesure radio n’était plus possible dans un secteur avant de 70°. La bataille du chili. En outre, la portée du radiomètre arrière restant n’était que de 6 nm, contre 10 nm pour le radiomètre avant.

Allez plus loin  La bataille de la forêt de Hürtgen

À 9 h 40, le Norfolk a cessé de tirer. A 9:46, Bey rapporte son engagement avec un croiseur dans un message radio à Dönitz. La bataille du labyrinthe. Entre-temps, il avait viré au sud sur un cap est avec Scharnhorst et à 9:55, il a changé pour un cap nord-est et peu après pour un cap nord à 30 nœuds vers le convoi. A la portée extrême du radar britannique, ce changement de cap a également été détecté.

Donc Burnett s’est aussi dirigé vers le nord-ouest pour protéger le convoi là-bas. Peu après 10 heures, le Scharnhorst reçoit un rapport du U 277, qui a accidentellement aperçu le convoi se dirigeant vers le nord.

À 10 h 27, Bey a ordonné aux destroyers qui se déplaçaient loin au sud-ouest de faire demi-tour, après quoi chacun d’entre eux a fait demi-tour, mais ces avancées n’ont pas non plus servi à grand-chose.

À 10h30, Burnett perd le contact radar avec le Scharnhorst, à 10h50 les quatre destroyers HMS Musketeer, HMS Matchless, HMS Opportune et HMS Virago de la 36e division de destroyers, du convoi RA.55 A, rejoignent sa formation.

À 11 h, il a repéré le convoi, qui se dirigeait vers le nord-est depuis 10 h 30, et à 11 h 25, il a fait route vers le nord-est pour protéger le convoi contre Scharnhorst, qu’il soupçonnait d’être à l’est.

A 10 heures, le convoi de Fraser est repéré par un avion de reconnaissance allemand à l’ouest. Cependant, peu après 12h00, le Scharnhorst a viré au sud-ouest pour continuer à chercher le convoi.

Ce dernier a viré au sud-est presque simultanément, tandis que la force 1 a viré à l’est pour intercepter le Scharnhorst.

Deuxième bataille

La visibilité étant toujours mauvaise et la mer très agitée, le radar du Belfast a détecté le Scharnhorst à 12h05 à une distance de 27,9 km. À 12 h 23, Sheffield a repéré l’ennemi à vue à 10,1 km, après quoi Burnett a pris un cap au nord pour appliquer les flancs (La bataille du lac changjin). De l’autre côté, le radiomètre du Scharnhorst, toujours intact, a également détecté la formation ennemie.

A 12:24, les deux côtés ont ouvert le feu. A 12:27, le Norfolk a pris un coup sur la barbette de la tourelle C, qui a manqué. Une défaillance du milieu du navire a provoqué une panne des radars. Le Sheffield a reçu des coups rapprochés qui ont causé des dommages aux fragments. Les rapports sur les dommages subis par le Scharnhorst dans cette section varient considérablement.

À 12 h 28, le Scharnhorst, tirant de sa tourelle arrière, a viré au sud-est. L’attaque à la torpille par les destroyers ne s’est pas concrétisée. La bataille du lac changjin 2. À 12 h 41, les croiseurs, ralentis par une mer agitée, doivent cesser le feu.

Ils suivent à pleine vitesse, et le Belfast communique par radio la position du Scharnhorst, toujours captée par son radar, à la Force 2 de Fraser sans que ce dernier ait à rompre le silence radio.

À 13 h 42, la flottille de destroyers allemands reçoit l’ordre de l’amiral de cesser de chercher le convoi, et vers 14 h, Bey donne l’ordre aux destroyers de rentrer.

Au Scharnhorst, une pause dans l’action a été ordonnée au même moment. À 14 h 50, Bey a informé l’équipage du signalement d’une flotte à l’ouest et a demandé une vigilance accrue (La bataille du lac changjin bande annonce). A 15h00, le déjeuner a été pris.

Bataille finale

À 16 h 17, le radar du Duc d’York, en approche depuis le sud-ouest, capte le Scharnhorst à une distance de 41,6 km. La bataille du lac changjin blu ray. A 16:32, la radio de contrôle de tir a capté la cible à une distance de 27,2 km.

À 16 h 42, le Scharnhorst a viré légèrement vers le sud-ouest lorsque son télémètre radio arrière, toujours intact, a verrouillé sur l’ennemi. La bataille du lac changjin dvd. A 16:47 le Belfast a tiré des obus éclairants et à 16:48 le Duke of York a ouvert le feu avec ses dix canons de 35.6cm à 11km. La Jamaïque a suivi immédiatement après.

Le Scharnhorst, dont les tourelles n’avaient pas encore tourné, a immédiatement viré au nord, puis s’est éloigné vers l’est : La bataille du lac changjin sortie france. La force 1 a suivi au nord, la force 2 au sud (La bataille du lac changjin streaming). Le navire allemand a pris plusieurs coups. Cependant, le Belfast et le Norfolk ont dû cesser le feu après 25 minutes, tandis que le Sheffield avait pris du retard plus tôt en raison d’un dégât des eaux.

Un impact sur la chambre à munitions de la tourelle A l’a mise hors service, et un peu plus tard, la tourelle B a également connu une panne temporaire en raison du dégagement de fumée : La bataille du lac changjin streaming gratuit. Le Duke of York, qui a également essuyé quelques coups, a cessé de tirer à 18:24 lorsque la portée est passée à 20 km.

Allez plus loin  La bataille d'Ouman

À 18 h 30, le Scharnhorst, dont la vitesse avait temporairement chuté à 8 nœuds à la suite d’un coup, revient à 26 nœuds.

À 18 h 40, les destroyers Savage et Saumarez, d’une capacité de 30 nœuds, s’approchent à bâbord à 9,1 km, mais sont repoussés. Cependant, sur le côté tribord, les destroyers Scorpion et Stord ont réussi à s’approcher respectivement à 1,9 et 1,6 km sous couvert de l’obscurité et ont lancé huit torpilles chacun.

Le Scharnhorst a suivi le Hartruder sur une trajectoire sud, de sorte qu’une seule torpille a touché le Scorpion. Cependant, cette manœuvre a mis le Savage et le Saumarez dans une bonne position de tir à 18:50. Le Savage a tiré huit torpilles sur 3,2 km, dont trois ont été touchées. Le Saumarez, malgré un feu nourri, a tiré quatre torpilles sur 1,5 km, dont une a touché. Le Saumarez a été touché, son système de contrôle de tir est tombé en panne et sa vitesse a chuté à dix nœuds.

Le Scharnhorst filait toujours à environ 20 nœuds malgré les impacts de torpilles. Cependant, à 19h01, le Duke of York, qui était remonté, a pu rouvrir le feu à 9,7 km avec son artillerie lourde.

En 28 minutes, le Scharnhorst a encaissé au moins dix coups violents. À 19:11, le Scharnhorst ne pouvait plus avancer qu’à dix nœuds, le navire était en feu et un peu plus tard, la réserve de munitions d’artillerie lourde a été mise à feu.

Alors que le dur navire continue de contre-attaquer avec son artillerie moyenne, l’amiral Fraser ordonne de nouvelles attaques à la torpille : La bataille du lac changjin uptobox. Vers 19h30, à 3,5 km, les croiseurs Belfast et Jamaica ont tiré trois et six torpilles, dont trois ont touché.

Entre 19:31 et 19:34, les destroyers Opportune et Virago, à tribord du Scharnhorst, tirent respectivement huit et sept torpilles à 2,0 et 2,6 km contre le navire, qui croise toujours à environ 5 nœuds, et obtiennent cinq impacts.

Du côté bâbord, le Mousquetaire et le Matchless sont maintenant arrivés : La bataille du lac changjin vostfr. Le Musketeer a tiré quatre torpilles à 19:33 à 9 km, dont deux ont touché, tandis que le Matchless n’a pas tiré à cause d’un défaut.

Pendant ce temps, à bord du Scharnhorst, on détruit les équipements et on enfile les gilets de sauvetage. La bataille du pont saint louis. À 19 h 45, il a lentement chaviré à tribord et s’est retourné sur lui-même avant de couler à la lumière des fusées éclairantes ennemies.

À 19:48, le Belfast reçoit une autre attaque à la torpille, mais le Scharnhorst a déjà coulé. L’emplacement du naufrage était de 72° 16? de latitude nord et 28° 41? de longitude est. A 20h40, Belfast, Norfolk et la plupart des destroyers étaient à la recherche de survivants : La bataille du rail 2019. Le Scorpion a récupéré 30 survivants et le Matchless six.

Le Scorpion a également repéré l’Amiral Bey dans l’eau. Il s’est accroché à une bouée de sauvetage, mais a coulé avant qu’on puisse le remonter à bord : La bataille du rio de la plata. Au total, le Scharnhorst a subi au moins treize impacts de 35,6 cm, entre 14 et 15 impacts de torpilles et de nombreux impacts de moyen calibre avant de couler avec 1932 hommes.

Les cinq destroyers allemands commandés par Johannesson sont entrés dans Altafjord le matin du 27 décembre et ont jeté l’ancre dans Kåfjord vers 7 heures. Le 29 décembre, le convoi entre dans Mourmansk sans perte. Deux jours plus tard, il fait route vers l’ouest sous le nom de RA.55 B et arrive à Loch Ewe sans pertes le 8 janvier 1944.

Importance navale

La bataille navale au large du Cap Nord avec la perte du Scharnhorst a également démontré l’importance décisive du radar dans la guerre navale moderne sur le théâtre de guerre européen.

Peu après la bataille, le grand amiral Karl Dönitz a déclaré que les navires de guerre devraient être équipés de systèmes radar pour combattre efficacement les navires ennemis. Dans le Pacifique, l’US Navy était déjà arrivée à cette conclusion en 1942.

Laisser un commentaire