La bataille de Narvik

La Bataille de Narvik s’est déroulée pendant l’occupation de la Norvège par les raiders lors de la Seconde Guerre mondiale et a consisté en des batailles maritimes, terrestres et aériennes.

Dans deux batailles navales au large de Narvik, la flotte allemande subit de lourdes pertes, perdant les dix destroyers déployés.

Les forces terrestres allemandes, en infériorité numérique et renforcées par les équipages des navires coulés, subissent une lourde défaite et doivent se retirer.

Les Alliés avaient déjà occupé la ville lorsqu’ils ont décidé de retirer leurs forces expéditionnaires le 8 juin 1940 en raison de la mauvaise situation de la bataille de France. Après le retrait des Alliés, Narvik a été réoccupé par les Allemands.

Contexte

Afin de sécuriser les voies d’acheminement des importantes fournitures de minerai de fer en provenance de Suède, le haut commandement allemand avait envisagé d’occuper la Norvège bien avant le début de la Seconde Guerre mondiale.

Le commandant en chef de la marine allemande, le grand amiral Raeder, présente des plans concrets dès octobre 1939. Avec l’opération Wilfred, les Alliés avaient également élaboré des plans pour occuper la Norvège afin de couper l’approvisionnement du Reich allemand en minerai provenant de Suède.

Lorsque les dirigeants allemands s’en sont rendu compte, ils se sont sentis obligés de procéder à l’occupation de la Norvège à court terme et mal préparée, contrairement aux plans de guerre initiaux dirigés contre l’Union soviétique, au début du mois d’avril 1940, ce qui s’est traduit par des capacités de transport improvisées et des pertes élevées parmi les navires de guerre déployés.

Apparemment, les troupes allemandes n’ont devancé un débarquement allié que de quelques heures. Officiellement, l’intervention du corps franco-britannique avait été conditionnée à une invasion allemande.

Le port norvégien de Narvik était particulièrement important car il disposait d’un port libre de glace toute l’année, par lequel une grande partie du minerai de fer était transportée. Le minerai était transporté par voie ferrée à Narvik depuis les mines de Kiruna (Suède), situées à proximité.

Occupation allemande de Narvik

L’occupation de Narvik était la tâche du Kriegsschiffgruppe 1, composé de dix destroyers sous le commandement du Commodore Friedrich Bonte avec 2000 Gebirgsjägers embarqués du Gebirgsjäger Regiment 139 (Colonel Alois Windisch) de la 3ème Division de Montagne, renforcés par des unités d’artillerie et de reconnaissance de la Division, sous le commandement du Major General Eduard Dietl à bord.

Arrivé à l’entrée de l’Ofotfjord vers 0400 heures le 9 avril, où le groupe s’est divisé : trois destroyers ont été assignés pour défaire les fortifications, quatre autres pour occuper la zone d’entraînement à Elvegårdsmoen, près de Bjerkvik, à l’extrémité nord-est du Herjangsfjord. Le Commodore Bonte a gardé le cap sur Narvik avec les trois autres navires.

Le navire blindé côtier norvégien Eidsvold, âgé de 40 ans, se trouve sur le chemin de la flottille allemande, aussi Bonte envoie-t-il un négociateur au commandant norvégien, le commandant Odd Isachsen Willoch.

Lorsque le Willoch refuse de laisser passer l’unité allemande, le destroyer Wilhelm Heidkamp tire deux torpilles qui touchent l’Eidsvold et explosent. Seuls six membres d’équipage ont survécu.

Le navire jumeau Norge, dont le commandant Per Askim avait encore été informé de l’intrusion allemande par Willoch, a continué à se diriger vers le port depuis un fjord latéral et a rencontré le destroyer allemand Bernd von Arnim, qui était sur le point d’accoster au quai pour débarquer les troupes embarquées à son bord.

Les deux navires ont ouvert le feu d’artillerie l’un sur l’autre, mais n’ont pas réussi à obtenir de résultats. Le Bernd von Arnim a alors tiré un total de six torpilles sur le Norge, dont deux ont atteint le navire, le coulant en moins d’une minute. Seuls environ 90 membres d’équipage ont survécu. Au total, environ 300 hommes sont morts sur les deux navires norvégiens.

L’occupation du port et de la ville s’est ensuite faite sans combat. Le commandant du siège de Narvik, le colonel Sundlo, était un sympathisant du Nasjonal Samling sous Quisling et a rendu la ville sans résistance.

Allez plus loin  Opération Cornflakes

Une unité norvégienne d’environ 250 hommes, commandée par le major Sverre Spjeldnes, réussit à s’échapper de la ville, en se dirigeant vers l’est le long des voies ferrées.

Cependant, un navire allemand est encore perdu : le cargo Bockenheim, qui, ne faisant pas partie de la planification de la Kriegsmarine, se trouve à Narvik plutôt par hasard, est incendié et échoué par son équipage, qui a pris les destroyers qui arrivaient pour une escadre britannique.

La première attaque de la marine britannique

Selon le calendrier initial, Bonte et ses destroyers devaient appareiller et revenir en Allemagne le 9 avril en fin de journée après avoir fait le plein de carburant.

Comme un seul des pétroliers de ravitaillement, le Jan Wellem, était arrivé, le ravitaillement de l’unité a été retardé jusqu’au jour suivant. Bonte a demandé à trois destroyers de prendre des positions d’avant garde dans le fjord, dont un juste à l’entrée.

Pendant ce temps, dans la nuit du 9 avril, une flottille britannique de cinq destroyers arrive à l’entrée de l’Ofotfjord.

Leur tâche était de garder le port contre une attaque allemande. Lorsque le commandant Bernard Warburton-Lee reçoit des rapports peu clairs sur la situation à Narvik, il attend d’abord.

Lorsqu’il reçoit un rapport indiquant qu’une unité de destroyers allemands composée de six navires et d’un U-boot se trouve dans le port, il décide d’attaquer aux premières heures du 10 avril.

Avec une visibilité extrêmement réduite en raison des chutes de neige, les cinq destroyers britanniques sont entrés dans le fjord vers 1 h du matin, sans être détectés par le navire allemand qui gardait l’entrée.

Les deux autres destroyers allemands n’ont pas remarqué les Britanniques, qui sont arrivés dans le port vers 4 h 45.

Warburton-Lee a assigné deux unités pour combattre les batteries côtières suspectes du Cap Framnes, mais celles-ci avaient déjà été mises hors service par les Norvégiens ; les trois autres (Hardy, Hunter et Havock) ont ouvert le feu à 4h20 sur les navires allemands, qui ont été complètement surpris par l’attaque.

Le Wilhelm Heidkamp avec le Commodore Bonte et l’Anton Schmitt (3e flottille de destroyers) commandé par le Lieutenant-Commandant Friedrich Böhme ont coulé dans les premières minutes de la bataille à cause des impacts de torpilles.

Le Hans Lüdemann (3e flottille de destroyers) et le Hermann Künne (3e flottille de destroyers), qui approvisionnaient le Jan Wellem en pétrole, ont été endommagés par des tirs d’artillerie, tout comme le Diether von Roeder (3e flottille de destroyers) qui se trouvait à quai.

Ainsi, tous les navires de la 3e flottille de destroyers commandée par le commandant Gadow avaient déjà été coulés ou gravement endommagés.

Les destroyers britanniques ont été épargnés par le tir d’une série de torpilles dans le port uniquement parce que le réglage de la profondeur de ces torpilles n’avait plus été modifié (les torpilles étaient réglées à 4m pour combattre les capitales ennemies et non plus seulement à 2m pour les destroyers) et donc les torpilles passaient sous les navires britanniques.

Warburton-Lee pensait avoir frappé de manière décisive la force allemande, car il supposait encore la présence de seulement six unités allemandes à ce stade.

Il a donc fait demi-tour avec ses navires intacts, mais a rencontré les destroyers allemands Wolfgang Zenker, Erich Giese et Erich Koellner, qui se trouvaient dans le Herjangsfjord au début de la bataille, ainsi que le Georg Thiele et le Bernd von Arnim, qui venaient de la direction de Ballangen.

Les groupes de destroyers allemands n’avaient pas reçu de rapports sur l’engagement avant 0500 heures, puis ils ont appareillé et ont pu attaquer l’unité britannique de deux côtés, de sorte que les deux destroyers approchant de Ballangen ont pu effectuer la manœuvre navale « Cross the T » contre les Britanniques qui s’éloignaient.

Ce faisant, ils ont pu utiliser toutes leurs bordées de cinq canons chacune contre les deux canons avant du navire de tête britannique.

Ainsi, le chef de la flottille, Hardy, est d’abord exposé seul à ce feu et subit de lourds impacts, il est incapable de manœuvrer et s’échoue en eau peu profonde. 70 hommes d’équipage sont tués, Warburton-Lee est gravement blessé et meurt peu après. Le deuxième navire de la ligne britannique, le Hunter, est incendié et le navire suivant, le Hotspur, est touché au niveau du gouvernail et ne peut l’éviter.

Allez plus loin  La bataille de la forêt de Hürtgen

Il a éperonné son navire jumeau Hunter, qui a ensuite coulé. Les deux destroyers britanniques restants, Hostile et Havock, ont pu endommager le Georg Thiele et le Bernd von Arnim avec leur artillerie avant de se retirer avec le Hotspur battu, n’échappant qu’avec beaucoup de chance aux cinq U-boote allemands dans les eaux. Les navires allemands ont interrompu le combat en raison du manque de carburant.

En sortant du fjord, les Britanniques rencontrent le navire de ravitaillement allemand Rauenfels, qu’ils abordent et font exploser après le débarquement de l’équipage.

Le U-boot U 51 attaque le convoi de destroyers britanniques alors qu’il entre dans le fjord, puis, avec le U 25, attaque à nouveau les trois destroyers restants alors qu’ils quittent le fjord.

Toutes les attaques ont échoué à cause de l’échec des torpilles. Lors de l’attaque à la torpille britannique dans le port de Narvik, le cargo allemand Planet et le britannique Blythmoor, entre autres, sont touchés et coulés.

Après la mort de Bonte, le capitaine de frégate Bey est laissé au commandement des unités allemandes restantes. Le Diether von Roeder n’était plus en état de naviguer ; les autres navires ont été temporairement réparés avec les moyens du bord.

Dans l’après-midi, le Grand Amiral Raeder ordonne aux unités restantes de se retirer en Allemagne. Bey a d’abord avancé avec les seuls Erich Giese et Wolfgang Zenker indemnes et a aperçu le croiseur léger HMS Penelope avec huit destroyers que la Royal Navy avait envoyés dans le courant du 10 avril pour bloquer l’entrée du fjord. Il a ensuite signalé par radio à Berlin qu’une évasion était impossible.

Le 11 avril, alors qu’il poursuivait un autre navire de ravitaillement allemand, le Penelope a heurté un rocher et a été si gravement endommagé qu’il a dû être remorqué par un destroyer. L’attaque de l’unité contre les navires allemands restants au large de Narvik, prévue pour le jour suivant, n’a donc pas été possible.

Au lieu de cela, le cuirassé HMS Warspite et quatre destroyers ont mis le cap sur Narvik. Dans l’après-midi du 13 avril, le cuirassé entre dans l’Ofotfjord avec cinq autres destroyers du convoi Penelope sous le commandement du vice-amiral William Whitworth.

Bey, qui avait été averti de l’attaque par la reconnaissance radio allemande, prévoyait de déplacer ses sept navires, dont certains avaient une capacité maritime limitée, dans les fjords latéraux et de tendre une embuscade aux unités britanniques.

Cependant, le manque de carburant l’a retardé ; seuls les Z 19 Hermann Künne et Z 13 Erich Koellner, compte tenu de la supériorité attendue de l’ennemi, avaient débarqué la plupart de leurs équipages, à l’exception des équipes de canonniers et d’un garde-moteur, et étaient en route vers leurs positions lorsqu’ils ont aperçu le cuirassé britannique vers 13h00.

La deuxième attaque britannique

Le Hermann Künne et le Erich Koellner ont été aperçus et signalés par l’hydravion Fairey Swordfish à bord. Le Erich Koellner a coulé après avoir été touché par le Warspite et les destroyers Eskimo et Bedouin.

Le commandant du Hermann Künne, après avoir épuisé les munitions qui lui restaient, est entré dans le Herjangsfjord et a échoué son navire afin d’atteindre la côte avec l’équipage. Là, l’épave a été détruite par une torpille.

Au large du port de Narvik, l’Erich Giese et le Diether von Roeder, immobilisés sur le quai, sont détruits, le second étant dynamité par son propre équipage. Le Cossack a été endommagé et s’est échoué.

Une attaque aérienne simultanée menée par dix avions du porte-avions HMS Furious n’a pas permis d’atteindre les cibles, deux Swordfish ont été abattus. Pendant ce temps, l’avion d’abordage du Warspite a coulé le sous-marin U 64.

Les quatre destroyers restants (Georg Thiele, Wolfgang Zenker, Bernd von Arnim et Hans Lüdemann) s’étaient retirés dans le Rombaksfjord, au nord-est de Narvik.

Après avoir épuisé leurs munitions, Wolfgang Zenker, Bernd von Arnim et Hans Lüdemann s’échouent à l’extrémité orientale du fjord pour secourir les équipages, tandis que Georg Thiele se met à l’abri et traverse le Rombaksfjord pour contenir l’unité britannique.

Allez plus loin  La bataille de Rabaul

Au cours du processus, le destroyer britannique Eskimo, qui le poursuivait, a reçu une torpille lourde qui a arraché son gaillard d’avant. Lorsque le Georg Thiele a manqué de munitions, il s’est échoué sur la rive sud du fjord.

La poupe du Hans Lüdemann, qui s’était brisée en deux, a été renflouée après le dynamitage du navire et ramenée par une équipe d’abordage britannique. La récupération de l’épave s’avérant impossible, elle a été détruite par une torpille. Cela a entraîné la perte de dix destroyers allemands à Narvik.

Après le sauvetage réussi des deux destroyers britanniques endommagés, le Whitworth a quitté Ofotfjord dans la nuit du 13 avril, supposant la présence de U-boote allemands.

En fait, le Warspite avait échappé de justesse à une attaque à la torpille en entrant dans l’Ofotfjord, car le U 46 attaquant avait heurté un banc de sable peu avant de lancer ses torpilles et avait dû abandonner l’attaque.

Le deuxième engagement a vu des attaques de sous-marins infructueuses. L’U 25 a attaqué l’unité britannique à l’entrée et à la sortie. Le 14 avril, les U 25 et U 48 ont attaqué le Warspite. Toutes les attaques ont échoué à cause du dépassement des torpilles.

Conséquences des batailles navales

Les dix destroyers allemands impliqués ont été détruits ou ont dû être coulés. Ce résultat est dû au manque de soutien aérien, aux nombreux échecs des torpilles du côté allemand et au fait que les canons des destroyers n’étaient guère efficaces à des distances supérieures à 3 milles nautiques.

Les quelque 2600 membres d’équipage survivants des destroyers allemands sont regroupés en quatre bataillons sous le commandement du commandant Fritz Berger, ancien commandant de la 1ère flottille de destroyers, dans le régiment naval dit de Narvik (rebaptisé régiment naval Berger le 18 avril) et placés sous le commandement des troupes de montagne du général Dietl.

Ces troupes sont désormais coupées de tout ravitaillement : les navires de ravitaillement allemands ont été coulés ou arraisonnés, et les Britanniques disposent d’une suprématie navale sans restriction dans les eaux du nord de la Norvège.

Ainsi, le 24 avril, le Warspite, avec trois croiseurs, a pu prendre sous le feu les positions allemandes à Narvik sans encombre. Le manque d’approvisionnement allait jouer un rôle important dans les batailles terrestres suivantes.

Le lendemain du deuxième engagement, les troupes alliées commencent à débarquer dans la région de Harstad, dans le Vågsfjord et ses ramifications, comme le Salangen. L’état-major britannique considère qu’un débarquement direct à Narvik est trop risqué.

La bataille sur terre

Les Alliés – Pologne, France, Grande-Bretagne et Norvège – débarquent 24 500 hommes, dont des marines, des légionnaires étrangers français et des troupes de montagne polonaises, qui avancent jusqu’à Narvik.

Ils ne sont contrés que par 4 600 Allemands (2 000 troupes de montagne et 2 600 hommes provenant des destroyers coulés) sous le commandement du lieutenant général Eduard Dietl.

L’équilibre des forces est si clairement en faveur des Alliés que le 17 avril, Hitler veut ordonner l’entrée de troupes allemandes en Suède. Suite à l’intervention de l’état-major de l’armée, Dietl reçoit l’ordre de défendre la ville.

Le 24 avril, des unités norvégiennes sous le commandement du major général Carl Gustav Fleischer commencent à attaquer les Allemands. Les Allemands sont partiellement retranchés dans les montagnes autour de Narvik.

Les troupes qui sont restées dans la zone de la ville ont dû évacuer Narvik le 28 mai 1940 après de violents combats. Ils ont réussi à tenir l’important chemin de fer de minerai contre les Alliés.

Dès le 10 mai, le Reich allemand avait ouvert l’offensive occidentale contre la France. Pour renforcer leurs forces en France, les troupes alliées se retirent de Norvège à partir du 24 mai, alors que ce n’est probablement qu’une question de temps avant que les troupes allemandes ne doivent se rendre. Ainsi, la Wehrmacht allemande a pu réoccuper Narvik le 8 juin.

Laisser un commentaire