USS Yorktown CV-5

L’USS Yorktown était le premier navire de sa classe de porte-avions, parrainé par la Première Dame Eleanor Roosevelt. Elle a passé une grande partie de ses années d’avant la Seconde Guerre mondiale sur la côte est des États-Unis, dans la mer des Caraïbes, et a visité une fois le canal de Panama.

Pendant ce temps, il subit des réparations à l’automne 1938 et devient pendant un certain temps le navire amiral de la Division des Porteurs 2. Le 20 avril 1939, il quitte Hampton Roads pour San Diego via le canal de Panama, rejoignant ainsi la flotte du Pacifique.

Au cours des années qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale, elle a également participé aux problèmes de la flotte XX et XXI, qui ont tous deux joué un rôle essentiel dans le développement des tactiques de transport utilisées pendant la guerre à venir.

Le 20 avril 1941, le Yorktown, accompagné des destroyers Warrington, Somers et Jouett, est envoyé dans l’Atlantique pour contrer la menace posée par les U-boote allemands. Il a patrouillé et escorté des convois entre Terre-Neuve et les Bermudes jusqu’à l’entrée de l’Amérique dans la Seconde Guerre mondiale.

Le 16 décembre 1941, le Yorktown quitte Norfolk ; à son arrivée à San Diego, le contre-amiral Frank Jack Fletcher hisse son drapeau sur lui en tant que navire amiral de la Taskforce 17.

Après avoir escorté un convoi de troupes vers les Samoa américaines, il s’engage dans une offensive le 31 janvier 1942 contre les îles Gilbert.

À 5 h 17 ce matin-là, il a lancé 11 bombardiers à torpilles TBD-1 et 17 bombardiers en piqué SBD-3 contre les installations côtières et les navires japonais à Jaluit, Makin et Mili. L’attaque a créé une surprise tactique, mais n’a pas réussi à localiser de navires japonais. Six avions ont été perdus. Il est retourné à Pearl Harbor après le raid.

Le 14 février, le Yorktown quitte Pearl Harbor et rejoint la Task Force 11 le 6 mars dans la mer de Corail. Alors que la force combinée fait voile vers la Nouvelle-Guinée pour mener un raid sur les navires japonais entre la Nouvelle-Guinée et Rabaul, elle est informée des opérations japonaises dans le secteur Salamaua-Lae sur la côte nord de la Nouvelle-Guinée orientale, et le plan d’attaque change.

À 8 h 10 le 10 mars 1942, le Yorktown lance ses avions, vingt minutes après son compagnon de flotte, l’USS Lexington. Les bombardiers en piqué VS-2 SBD du Lexington ont attaqué les navires japonais à Lae à 0922, et les bombardiers à torpilles VT-2 et les bombardiers en piqué VB-2 ont attaqué les navires à Salamaua à 0938, tous deux couverts par des chasseurs.

Les avions Yorktown ont suivi les attaques, avec des VB-5 et des VT-5 qui ont attaqué Salamaua à 0950 et des VS-5 qui ont attaqué Lae. Sur les 104 avions américains attaqués, seul un bombardier en piqué Lexington SBD a été perdu.

Après un certain temps à Tongatabu, le Yorktown appareille le 27 avril 1942 pour la mer de Corail. La Taskforce 17 a rejoint la Taskforce 11 le 1er mai. Le 4 mai, Fletcher était à distance de frappe de Tulagi après une nuit de navigation.

À 7 h 01 ce matin-là, 18 chasseurs F4F, 12 bombardiers à torpilles TBD et 28 bombardiers en piqué SBD du Yorktown ont attaqué Tulagi et Gavutu en trois vagues, détruisant 5 hydravions japonais et coulant le destroyer Kikuzuki, trois mouilleurs de mines et quatre barges. Deux chasseurs F4F et un bombardier torpilleur TBD ont été perdus pendant l’attaque.

Allez plus loin  Polikarpov I-15

Le matin du 6 mai 1942, deux jours après l’attaque réussie de Tulagi et de Gavutu, Fletcher regroupe tous les navires alliés dans la Taskforce 17, avec le Yorktown comme navire amiral.

Sachant qu’une force japonaise navigue au sud vers sa zone générale, Fletcher étend son écran pour la détecter. Le 7 mai, les avions de recherche japonais trouvent la flotte américaine en premier, localisant le pétrolier Neosho (qu’ils ont mal identifié comme un porte-avions) et le destroyer Sims.

Une vague de bombardiers horizontaux et une vague de bombardiers en piqué ont attaqué les deux navires, coulant le Sims avec trois coups directs et endommageant le Neosho avec sept coups directs. Ce chapitre d’ouverture de la bataille de la mer de Corail était un avertissement précoce pour les transporteurs.

Après l’attaque, les avions américains se sont précipités sur le porte-avions léger japonais Shoho et l’ont coulé. Dans l’après-midi, les porte-avions Shokaku et Zuikaku, non détectés par les forces américaines, lancent une attaque avec 27 avions, mais ne parviennent pas à localiser la flotte américaine.

Après un combat aérien qui leur a coûté 9 appareils, les pilotes épuisés ont rencontré le Yorktown, le confondant avec leur navire-mère, et ont tenté d’atterrir jusqu’à ce que les canons anti-aériens ouvrent le feu sur eux.

Le 8 mai 1942, les avions de recherche du Lexington repèrent les deux derniers porte-avions de la flotte japonaise. Au cours de l’attaque qui a suivi, les avions du Yorktown ont frappé le Shokaku à deux reprises.

Associée à un autre tir d’un bombardier en piqué du Lexington, l’attaque américaine a gravement endommagé le pont d’envol, le rendant inutilisable. À 11 heures, la frappe de représailles atteint la flotte américaine.

Les chasseurs de la patrouille aérienne de combat américaine ont abattu 17 des attaquants, mais plusieurs bombardiers à torpilles et en piqué ont réussi à se faufiler, frappant le Lexington avec deux torpilles et trois bombes et le Yorktown avec une bombe.

La bombe qui a touché le Yorktown a explosé sous le pont, tuant ou blessant gravement 66 hommes et provoquant un incendie. Cependant, ses équipes de contrôle des dommages ont rapidement maîtrisé l’incendie et le transporteur a poursuivi ses opérations de vol. Le Lexington est finalement abandonné dans la soirée du 8 mai.

Après avoir arrêté une offensive japonaise majeure dans le Pacifique Sud, le Yorktown se dirige vers Pearl Harbor pour des réparations. Initialement estimées à trois mois, en raison de l’anticipation d’une attaque sur Midway, les réparations temporaires ont été achevées en un mois. Il a navigué en tant que navire amiral de la Task Force 17 le 30 mai 1942.

Au nord-est de l’atoll de Midway, la Task Force 17 a rendez-vous avec la Task Force 16. Le matin du 4 juin, des avions de reconnaissance PBY Catalina lancés depuis Midway découvrent une flotte japonaise.

Fletcher, à la tête des deux forces opérationnelles américaines contenant trois porte-avions, ordonne le lancement immédiat de vagues d’attaque à la poursuite des porte-avions japonais.

Les bombardiers à torpilles américains trouvent les porte-avions japonais en premier, mais 35 des 41 bombardiers à torpilles sont abattus sans causer de dommages.

Les bombardiers en piqué du Yorktown ont fait trois coups directs sur le Kaga, tandis que les bombardiers en piqué de l’Enterprise ont causé des dommages similaires sur l’Akagi et le Soryu.

Le Yorktown a été attaqué deux fois à Midway. A 1057, le lieutenant Michio Kobayashi et son unité de 18 bombardiers en piqué décollent de Hiryu pour attaquer le porte-avions américain Yorktown, escorté par 6 chasseurs.

Allez plus loin  La bataille de Pearl Harbor

Les deux tiers de leur force de frappe ont transporté des bombes semi-automatiques de 250 kg contre le Yorktown, tandis que le reste a transporté des bombes explosives contre l’équipage du navire.

La force a trouvé le Yorktown et a commencé à l’attaquer. Le lieutenant de la marine américaine John D. Lorenz, officier de batterie sur le mont 3, juste au large de l’île Yorktown, s’en souvient ainsi :

Le ciel devenait noir de flak, mais ils se rapprochaient. Ce devait être notre dernier combat ensemble, mais aucun de nous ne l’avait réalisé….. Quelques instants se sont écoulés, puis j’ai entendu le mot  » attaque en piqué à tribord « … À partir de ce moment-là, ce n’était que fumée, flammes et balles traçantes. Les balles explosives ont soufflé notre ennemi. La bombe japonaise s’est détachée de l’avion et est tombée vers nous. L’avion qui a largué la bombe n’était plus là, donc on a juste déplacé nos tirs vers l’avion suivant. Nous avons continué à tirer. Puis la bombe est tombée.

Je ne me souviens pas de grand-chose des secondes suivantes. J’ai été étourdi, assommé et mis à terre. Je me suis retrouvé contre le bouclier d’éclats, les jambes emmêlées sous moi, mon casque et mon arme délogés et mes vêtements déchirés. Le feu semblait m’entourer et la fumée ne faisait qu’empirer les choses. …. Le spectacle qui s’offrait à mes yeux était épouvantable. Toute l’équipe du canon était à terre. Cela semblait étrange et incroyable de les voir se serrer les uns contre les autres comme ça…… Un marin était allongé sur les autres, gravement blessé. Je ne voulais pas savoir qui c’était.

Deux autres coups ont touché le Yorktown plus tard. La deuxième bombe a percé le pont d’envol près de l’île, explosant à l’intérieur du navire et provoquant un grand incendie et de nombreux autres plus petits.

La troisième bombe l’a touché dans l’ascenseur numéro un et a explosé au-dessus du quatrième pont, déclenchant un incendie dans l’espace de rangement des chiffons près de l’espace de rangement de l’essence et des poudrières à l’avant.

Bien que l’attaque de Kobayashi ait réussi à paralyser le Yorktown, elle a eu un coût élevé. Sur les 24 avions envoyés pour l’attaque, 18 ont été perdus, et sur les 6 qui sont revenus, seuls 2 n’ont pas été endommagés. Kobayashi figure parmi les morts, abattu par les pilotes de l’Enterprise VF-6 Thomas Clinton Provost et James Alex Halford, qui sont arrivés trop tard pour sauver le Yorktown de l’immobilisation, mais à temps pour intercepter les attaquants.

La deuxième attaque est menée par le lieutenant Joichi Tomonaga, qui quitte Hiryu en sachant qu’il n’a pas assez de carburant dans son bombardier torpilleur pour faire le voyage de retour ; ce sera sa dernière mission.

L’attaque se composait de 18 bombardiers torpilleurs et de 18 chasseurs. « Les avions volaient dans toutes les directions », se souvient le capitaine Elliott Buckmaster de Yorktown alors que les attaquants japonais arrivaient, « et beaucoup s’écrasaient en flammes ». Cependant, tout ne s’est pas déroulé dans le calme.

Quatre bombardiers ont pu larguer leur charge utile avant d’être touchés. L’un d’eux a fait un trou de 3 mètres carrés dans le pont d’envol, provoquant un incendie.

La seconde a touché le côté bâbord et a explosé dans la partie inférieure de la cheminée, mettant hors service deux chaudières.

La troisième a percé le côté de l’ascenseur numéro un et a explosé sur le quatrième pont, déclenchant un incendie près de la réserve d’essence avant et des magasins à poudre.

Allez plus loin  Opération Frantic

Le quatrième est Tomonaga, qui lance sa torpille avant que son avion ne soit endommagé par le chasseur F4F piloté par Jimmy Thatch ; celle de Tomonaga est manquée.

Après avoir été touché, le Yorktown s’est arrêté vers 14:40, mais les équipes de contrôle des dommages et de réparation ont remis le navire en route à 15:50 à 20 nœuds. Dès la reprise des opérations aériennes, 10 avions japonais ont été détectés en approche.

Trois d’entre eux ont été abattus lors de leur approche, mais les sept autres ont continué à s’approcher de Yorktown. Les deux premières torpilles ont été évitées, mais une troisième a touché son côté bâbord à 16:20, suivie immédiatement par une quatrième. Le Yorktown a perdu toute puissance et a commencé à s’incliner lentement à bâbord. Andy Mikus a rappelé ce qu’il ressentait à l’époque.

Être sur un bateau mort dans l’eau est une sensation étrange. Un navire est un être vivant, dynamique, vibrant. Avec sa grande centrale électrique désactivée et ses battements de cœur palpitants arrêtés, le Yorktown, dans un silence immobile, s’étire langoureusement vers le large.

Il n’y avait pas de courant pour faire fonctionner les gros canons ou les élévateurs à munitions ; pas de courant pour lever ou abaisser les ascenseurs ; pas de courant pour faire fonctionner la radio ou le radar.

Sans courant, l’équipe de contrôle des dommages du Yorktown ne pouvait pas contre-attaquer pour corriger la liste. Buckmaster a ordonné à tout l’équipage d’enfiler des gilets de sauvetage pour se préparer au pire. Lorsque la gîte a atteint 26 degrés, l’ordre a été donné d’abandonner le navire.

Buckmaster a été le dernier à quitter le transporteur (du moins, c’est ce qu’il croyait à l’époque ; en fait, deux autres personnes ont été secourues le lendemain matin). Fletcher a transféré son drapeau sur le croiseur Astoria. Alors que le Yorktown était abandonné, ses avions, ainsi que ceux de l’Enterprise, ont frappé le quatrième porte-avions japonais, le Hiryu, causant des dommages qui ont conduit à son abandon.

Comme le Yorktown est resté à flot jusqu’au lendemain matin, Buckmaster a décidé qu’il pouvait être sauvé. Il a envoyé un équipage de 170 personnes pour évaluer et réparer le navire, tandis que le Vireo a commencé le lent processus de remorquage vers un port.

Le destroyer Hammann se tenait à côté pour fournir de l’énergie électrique à l’équipage du Yorktown. Au milieu de l’après-midi, l’équipe de réparation a amélioré le talon de deux degrés. Alors que les efforts pour sauver le navire progressent, le sous-marin japonais I-168 évite d’être détecté et s’approche du Yorktown.

A 1536, l’équipage du Hammann a détecté la traînée de quatre torpilles. Il a immédiatement tiré un canon de 20 mm pour tenter de faire exploser prématurément les torpilles, mais cela s’est avéré infructueux. Une des torpilles a touché et coulé le Hammann, et deux ont touché le Yorktown.

Les grenades sous-marines du Hammann ont explosé après que le navire ait déjà coulé, tuant certains des survivants du Hammann et du Yorktown qui flottaient à la surface.

Le Vireo a rompu les câbles de remorquage et est retourné secourir les survivants. À 5 h 30 le 7 juin 1942, les navires voisins ont remarqué que la liste s’allongeait.

À 7 h 01, le Yorktown a chaviré et coulé. Les destroyers américains et d’autres navires proches ont mis leur drapeau en berne pour pleurer le naufrage du porte-avions.

Laisser un commentaire