La fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe

Les Alliés commencent à capturer un grand nombre de prisonniers de l’Axe. Le nombre total de prisonniers capturés sur le front occidental en avril 1945 s’élève à environ 1 500 000. La fin de stranger things. Au cours de ce mois, les Alliés occidentaux capturent au moins 120 000 soldats allemands lors de la dernière campagne de la guerre en Italie.

Au cours des 3-4 mois précédant la fin avril, plus de 800 000 soldats allemands se rendent sur le front oriental. La fin de l’histoire. Au début du mois d’avril 1945, le premier des Rheinwiesenlagers est établi dans la partie occidentale de l’Allemagne pour héberger les centaines de milliers de prisonniers qui avaient été capturés ou qui s’étaient rendus.

Les Alliés occidentaux reclassifient tous les prisonniers comme des « forces ennemies non armées » et non comme des « prisonniers de guerre ». Ce tour de passe-passe de la nomenclature permettait de contourner la Convention de Genève de 1929, qui prévoyait de meilleures conditions pour les soldats capturés.

En octobre, des milliers de personnes mouraient déjà dans les camps en Allemagne, de faim et de maladie.

L’Allemagne quitte la Finlande. Le 25 avril 1945, les derniers Allemands sont chassés par l’armée finlandaise et se replient sur la Norvège.

Mort de Benito Mussolini. Le 27 avril 1945, alors que les Alliés accentuent leur pression sur Milan, a lieu la capture définitive du dictateur italien Benito Mussolini. La fin de l’homme rouge. Il sera exécuté le jour suivant.

Mort d’Adolf Hitler.Le 30 avril, après avoir compris que tout était perdu et pour ne pas subir le même sort que Mussolini, le dictateur allemand Adolf Hitler se suicide dans le bunker de la Chancellerie avec Eva Braun, sa compagne qu’il avait épousée moins de 40 heures avant son suicide arrangé.

Dans son testament, après avoir déclaré Heinrich Himmler et Hermann Göring traîtres suite à leurs tentatives respectives de faire la paix avec les Alliés dans les derniers moments du Troisième Reich, Adolf Hitler nomme le Großadmiral Karl Dönitz Reichspräsident et Joseph Goebbels Reichskanzler : La fin de l’homme rouge amazon. Goebbels se suicide le jour suivant, laissant Dönitz comme seul chef d’une Allemagne totalement anéantie.

Reddition des forces allemandes en Italie.Le 29 avril 1935, la veille du suicide d’Adolf Hitler, le général SS Karl Wolff signe à Caserte un document de reddition au nom du général von Vietinghoff, après de longues négociations secrètes non autorisées avec les puissances alliées occidentales, qui ont été considérées avec une grande suspicion par l’Union soviétique, les Russes craignant qu’il s’agisse d’une tentative de parvenir à une paix séparée.

Dans ce document, Wolff accepte un cessez-le-feu et la reddition de toutes les troupes sous le commandement de Vietinghoff pour le 2 mai 1945 à 14 heures.

Rendement des forces allemandes à Berlin (La fin de l’homme rouge critique). La bataille de Berlin se termine le 2 mai 1945. La fin de l’homme rouge fnac. À cette date, le général d’artillerie et commandant de la zone de défense de Berlin Helmuth Weidling convient avec le général de l’Armée rouge Vasily Chuikov de la reddition inconditionnelle de sa ville.

Allez plus loin  Ligne Curzon

Le même jour, les commandants du groupe d’armées de la Vistule (le général Kurt von Tippelskirch, commandant de la 21e armée allemande et le général Hasso von Manteuffel, commandant de la 3e armée de Panzer) se rendent aux puissances alliées occidentales.

Reddition des forces allemandes dans le nord-ouest de l’Allemagne, au Danemark et aux Pays-Bas.Le 5 mai 1945, le maréchal britannique Bernard Montgomery accepte la reddition militaire inconditionnelle du généraladmiral Hans-Georg von Friedeburg et du général Eberhard Kinzel, ainsi que de toutes les troupes allemandes aux Pays-Bas, dans le nord-ouest de l’Allemagne et au Danemark.

Le nombre de troupes maritimes, terrestres et aériennes impliquées dans cette reddition était d’environ 1 million d’hommes. Le 5 mai, le Großadmiral Dönitz ordonne à tous les U-boote de cesser leurs opérations offensives et de retourner à leurs bases.

À quatre heures de l’après-midi du 4 mai 1945, le général Johannes Blaskowitz, commandant en chef aux Pays-Bas, se rend au général canadien Charles Foulkes dans la ville néerlandaise de Wageningen, en présence du prince Bernhard.

Reddition des forces allemandes en Bavière.À 14h30 le 4 mai 1945, le général Hermann Foertsch présente la reddition de toutes les forces entre les montagnes de Bohème et la rivière Eno au général américain Jacob L. La fin de l’homme rouge france culture. Devers, commandant du Sixième groupe d’armées américain.

Tchécoslovaquie.Le 5 mai 1945, la résistance tchèque entame le soulèvement de Prague : La fin de l’homme rouge livre. Le jour suivant, les troupes soviétiques commencent l’offensive de Prague.

Reddition de Hermann Göring. La fin de l’homme rouge livre de poche.  Le 6 mai 1945, le hiérarque nazi et commandant en second du Troisième Reich, Hermann Göring, se rend à Carl Andrew Spaatz, chef d’état-major des forces aériennes américaines en Europe, avec sa femme et sa fille, à la frontière austro-allemande. À cette époque, il était la personnalité nazie vivante la plus puissante.

Reddition des forces allemandes à Breslau. La fin de l’homme rouge pdf.  Le 6 mai 1945 à 18 heures, le général Hermann Niehoff, commandant de Breslau, « ville forteresse » encerclée et assiégée depuis des mois, se rend finalement aux forces soviétiques.

Reddition des troupes allemandes des îles anglo-normandes : La fin de l’homme rouge poche.  Le 8 mai 1945, à 10 heures du matin, les habitants des îles anglo-normandes sont informés par les autorités allemandes que la Seconde Guerre mondiale est terminée pour eux.

Soumission inconditionnelle de toutes les forces armées allemandes sur ordre de Jodl et Keitel. Trente minutes après la chute de la prétendue « forteresse de Breslau », le général Alfred Jodl arrive à Reims et, suivant les ordres de Dönitz, propose la reddition de toutes les forces combattant les Alliés occidentaux.

Allez plus loin  Un pont trop loin

Peu après minuit, Dönitz accepte l’issue inévitable et donne à Jodl son autorisation finale pour la reddition complète et inconditionnelle de toutes les forces allemandes.

À 2 h 41 du matin du 7 mai 1945, au quartier général suprême des forces expéditionnaires alliées à Reims, en France, le général Alfred Jodl signe les documents constatant la reddition inconditionnelle de toutes les troupes allemandes aux Alliés.

Le général Franz Böhme, quant à lui, annonce le 7 mai la reddition sans condition des troupes allemandes en Norvège : La fin de l’homme rouge résumé. La phrase suivante a été incluse : toutes les forces sous contrôle allemand cesseront leurs opérations actives à 23h01 (heure d’Europe centrale) le 8 mai 1945.

Le lendemain, le maréchal Wilhelm Keitel et d’autres représentants du haut commandement de la Wehrmacht se rendent à Berlin et, peu avant minuit, signent des documents similaires, déclarant explicitement la reddition aux forces soviétiques, en présence du légendaire général russe Georgi Zhukov.

La cérémonie de signature de la reddition a lieu dans l’ancienne école du génie de l’armée allemande, dans le quartier berlinois de Karlshorts, qui abrite aujourd’hui le musée germano-russe de Berlin-Karlshorst.

Victoire en Europe. La nouvelle d’une reddition nazie imminente se répand comme une traînée de poudre le 8 mai 1945, et des célébrations éclatent avec force et jubilation dans toute l’Europe.

Aux États-Unis, les Américains se réveillent avec la nouvelle et déclarent le 8 mai 1945 comme le V-E Day (Victory in Europe Day) : (La fin de la ligne genshin). L’Union soviétique étant située à l’est de l’Allemagne, c’est le 9 mai 1945 (heure de Moscou) que la capitulation allemande prend effet : (La fin de leur monde). Cela explique pourquoi la Russie et d’autres pays d’Europe de l’Est commémorent cette date un jour plus tard.

Dernières escarmouches après la capitulation allemande. br /Bien que les commandants de la plupart des forces allemandes se soient conformés à l’ordre de reddition donné par l’Oberkommando der Wehrmacht (OKW ou Haut commandement des forces armées allemandes), cela ne signifie pas qu’ils s’y sont tous soumis.

Le contingent le plus important est celui du groupe d’armées Centre (Heeresgruppe Mitte), commandé par le maréchal (Generalfeldmarschall) Ferdinand Schörner, qui avait été promu commandant en chef de l’armée allemande le 30 avril selon les dernières volontés d’Adolf Hitler : (La fin de supercopter). Le 8 mai, Schörner déserte son poste et s’envole pour l’Autriche.

De son côté, l’Armée rouge lance une puissante attaque contre le groupe d’armées central dans le cadre de l’offensive de Prague, forçant les unités allemandes du groupe d’armées central à capituler le 11 mai (la dernière le 12 mai).

Les forces restantes qui ne se sont pas rendues le 8 mai le feront finalement par fragments :

  • La deuxième armée du général von Saucken aux têtes de pont de Heiligenbeil et de Dantzig sur la péninsule de Hel dans le delta de la Vistule se rend le 9 mai, tout comme les forces stationnées dans les îles grecques et les garnisons des dernières poches de résistance en France (à Saint-Nazaire, La Rochelle et Lorient).
  • Le 13 mai, l’Armée rouge arrête toutes ses offensives en Europe : les poches isolées de résistance en Tchécoslovaquie ont été complètement anéanties.
  • La garnison d’Aurigny, l’une des îles anglo-normandes occupées par les Allemands, se rend le 16 mai, une semaine après que les autres garnisons des îles voisines se soient rendues le 9 mai.
  • Les 14 et 15 mai, un autre affrontement militaire a lieu en Yougoslavie, connu sous le nom de bataille de Poljana.
Allez plus loin  Le code des Indiens Navajo dans la Seconde Guerre mondiale

Eisenhower ordonne la dissolution du gouvernement de l’amiral Dönitz : La fin des cours mots fléchés. Les Alliés procèdent à la dissolution de son gouvernement le 23 mai 1945, date à laquelle il est arrêté, avec Jodl et von Friedeburg, par les Britanniques.

Dans le cadre du nouveau système de gouvernement allemand, l’accord de Potsdam a été signé le 2 août à l’issue des négociations de la conférence de Potsdam.

Grâce à cet accord, les dirigeants alliés planifient le nouveau gouvernement allemand d’après-guerre, rétablissent les frontières territoriales qui avaient été modifiées au cours de la Seconde Guerre mondiale, annexent de facto un quart des territoires allemands situés à l’est de la ligne Oder-Neisse, dirigent et organisent l’expulsion des millions d’Allemands qui étaient restés dans les territoires annexés à l’est (La fin des haricots). L’accord prévoit également la démilitarisation de l’Allemagne, la dénazification, le contrôle industriel et le paiement des réparations de guerre.

Ainsi commence une période historique complexe pour l’Allemagne d’après-guerre : le prix de l’échec du Reich de mille ans ne sera pas si facilement pardonné.

: (La fin des temps)

Laisser un commentaire