Le tabac dans la Seconde Guerre mondiale (NAZIS)

Hitler était un fumeur dans sa jeunesse. Le tabac dans l’islam. Des années plus tard, il se rendit compte des dangers pour la santé et, une fois au pouvoir, afficha une attitude publique de mépris à l’égard du tabac, qu’il appelait lui-même « la colère de l’homme rouge contre l’homme blanc ».

La campagne antitabac menée pendant la Seconde Guerre mondiale reflétait « un climat politique national qui mettait en avant les vertus de l’hygiène raciale et de la pureté corporelle ». Les nazis ont également mené des campagnes allant dans le même sens : des campagnes visant à réduire la consommation d’alcool et d’aliments malsains. Les historiens et les épidémiologistes n’ont commencé que récemment à explorer le mouvement antitabac nazi.

L’Allemagne a connu un fort mouvement antitabac dans les années 1930 et 1940, qui a abouti à l’interdiction de fumer dans les lieux publics, à l’interdiction de la publicité pour les cigarettes, à des restrictions sur les rations de tabac pour les femmes (on affirmait que le tabac provoquait des fausses couches) et a abouti à un ensemble de connaissances médicales révolutionnaires sur le tabac (le lien étroit entre le tabagisme et le cancer du poumon a été établi pour la première fois).

Allez plus loin  Les prisonniers de guerre allemands

La campagne antitabac doit être comprise dans le contexte de la quête nazie de pureté raciale et corporelle, qui est également à l’origine de nombreux autres efforts de santé publique de la Seconde Guerre mondiale.

Dans l’Allemagne nazie, pendant la Seconde Guerre mondiale, l’abstinence tabagique était un « devoir national-socialiste ». Hitler donnait une montre en or aux personnes de confiance qui réussissaient à se débarrasser de l’habitude. Toutefois, selon la rumeur, après le suicide d’Hitler en 1945, nombre d’entre eux ont recommencé à fumer et ont conservé leur montre.

Le Reichsführer Heinrich Himmler a interdit aux hommes SS de fumer. Les militants antitabac ont réussi à faire interdire le tabac dans les bureaux du gouvernement, les transports civils, les universités, les résidences, les bureaux de poste, ainsi que dans de nombreux restaurants et bars, hôpitaux et lieux de travail.

Les taxes sur le tabac ont été augmentées, les distributeurs automatiques de cigarettes non surveillés ont été interdits et des pressions ont été exercées en faveur d’une interdiction de fumer au volant. Le ministère de l’Éducation et des Sciences, en collaboration avec le Bureau de la santé du Reich, a publié des affiches décrivant le tabagisme comme typiquement méprisable pour les Juifs, les musiciens de jazz, les gitans, les Indiens, les Noirs, les homosexuels, les communistes, les capitalistes, les infirmes, les intellectuels et les prostituées.

Allez plus loin  Hiroshima, Mon Amour

Un individu particulièrement vil, Karl Astel (antisémite convaincu, fanatique de l’euthanasie, officier SS, criminel de guerre et obsédé par une Allemagne sans cigarettes) était heureux d’approcher les fumeurs et de leur arracher leurs cigarettes de la bouche. Comme lui, nombreux étaient ceux qui, au sein des autorités nazies, étaient déterminés à éradiquer le tabac de la nouvelle Allemagne qui allait naître après la victoire de la Seconde Guerre mondiale.

Publicité nazie anti-tabac pendant la Seconde Guerre mondiale. « Le gros fumeur : ce n’est pas lui qui dévore la cigarette, mais c’est la cigarette qui le dévore ».

Par ailleurs, on peut être surpris de découvrir que l’expression « tabagisme passif » (Passivrauchen) n’a pas été inventée par les publicistes américains contemporains, mais par Fritz Lickint, l’auteur du traité de 1100 pages Tabak und Organismus (« Le tabac et l’organisme »), réalisé en collaboration avec la Ligue antitabac allemande.

Si vous avez apprécié cet article, découvrez la vision américaine du tabac dans Le tabac dans la Seconde Guerre mondiale (ALLIES).

Laisser un commentaire