Opération Torche

Alors que l’armée américaine se préparait à la Seconde Guerre mondiale, les Américains souhaitaient un assaut direct sur l’Europe occupée, mais le président américain Franklin Roosevelt s’est incliné dans l’après-guerre face au Premier ministre britannique Winston Churchill, qui a déplacé l’objectif d’un assaut direct sur l’Europe continentale vers l’élimination des forces de l’Axe en Afrique du Nord.

L’objectif à long terme était de soulager la pression sur les forces alliées en Égypte et d’établir une base pour une future invasion de l’Europe du Sud : (Opération torche). L’opération devait être placée sous le commandement général du lieutenant général américain Dwight Eisenhower, qui donnerait les ordres depuis Gibraltar.

Il avait approuvé un plan d’attaque qui prévoyait des débarquements simultanés dans plusieurs ports le long de la voie ferrée Casablanca-Oran : Opération Torch. Bien que l’opération vise un territoire sous l’influence de l’Axe, elle n’est pas aussi simple politiquement, puisqu’il s’agit d’un territoire français de Vichy.

Bien que le gouvernement de Vichy se soit aligné sur l’Allemagne, les Alliés supposent que les 125 000 troupes terrestres françaises et coloniales n’offriront qu’une résistance symbolique.

Toutefois, la réaction éventuelle de la marine française est plus difficile à prévoir, car les attaques britanniques contre les forces navales françaises à Mers-el-Kébir et à Dakar, en Afrique occidentale française, qui ont entraîné la mort de plus de 1 000 militaires français, ont gravement tendu les relations franco-britanniques.

Initialement, les planificateurs voulaient attaquer à l’est de Gibraltar pour menacer directement la Tunisie, qui avec Tunis et Bizerte représentait deux des meilleurs ports en eau profonde d’Afrique du Nord.

Mais en fin de compte, les Alliés ont choisi, par prudence, des sites de débarquement beaucoup plus à l’ouest, car l’Espagne risquait de permettre aux Allemands de traverser le territoire espagnol pour envahir Gibraltar, ce qui pourrait couper tout contingent allié entre Gibraltar et Tunis.

Deux semaines avant l’attaque de l’opération Torch, le 21 octobre 1942, Eisenhower envoie le major-général Mark Clark à bord du sous-marin britannique HMS Seraph (déguisé en sous-marin américain) pour rencontrer les responsables français de Vichy afin de tenter d’obtenir leur soutien, tandis qu’Eisenhower mène également plusieurs actions de persuasion à Gibraltar.

Parmi les officiers supérieurs français figure le général Henri Giraud, qui se voit offrir le poste de commandant en chef des forces françaises en Afrique du Nord après une opération réussie s’il choisit de la soutenir.

Giraud exige en retour le poste de commandant général de l’opération, ce que les Alliés ne peuvent satisfaire ; cependant, il s’engage à rester inactif à Gibraltar une fois l’invasion commencée, l’éliminant ainsi comme ennemi potentiel.

En outre, Eisenhower offre à l’influent amiral français François Darlan le poste de général commandant la France en Afrique du Nord s’il décide de rejoindre les Alliés.

Cette décision est accueillie avec fureur par les Français libres et la Résistance française, car elle représente une Afrique du Nord contrôlée par la France de Vichy et non par les Français libres.

Le général français Antoine Béthouart est persuadé de rejoindre les Alliés ; à la veille de l’invasion, le 7 novembre 1942, il tente un coup d’État raté, qui, au lieu de semer la confusion parmi les dirigeants français, alarme en fait les commandants, qui ordonnent le renforcement des défenses.

Chronologie de l’opération Torch

Casablanca, Maroc français (8-16 novembre 1942)

La Western Task Force fait route vers Casablanca sous le commandement du général américain George Patton, le contre-amiral américain Henry Hewitt étant le commandant naval de la flotte de 102 navires.

A bord, les 35.000 Américains organisés en deux divisions d’infanterie et une division blindée sont envoyés directement des Etats-Unis. L’aviation du major général de l’armée américaine Jimmy Doolittle a couvert l’opération, tandis que l’aviation navale du porte-avions USS Ranger a également assuré la couverture aérienne.

Les défenses françaises à Casablanca étaient redoutables, car le port était une importante base navale française. Les batteries côtières contenaient quatre canons de 194 millimètres, quatre canons de 138 millimètres, trois canons de 100 millimètres et deux canons de 75 millimètres.

Le cuirassé Jean Bart, incomplet, qui servait de plate-forme de tir stationnaire, ajoutait à l’armement défensif quatre canons de 380 millimètres montés en tourelle. Le jour de l’invasion, un croiseur léger, deux leandros de flottille, sept destroyers, huit sloops, onze dragueurs de mines et onze sous-marins étaient présents.

La flotte d’invasion arrive à Casablanca face à des défenses françaises non préparées, malgré le fait que les Français aient détecté le passage de cette grande flotte par le détroit de Gibraltar. La flotte a été divisée en trois groupes comme suit :

  • Groupe nord (Opération Goalpost) : cuirassé USS Texas, croiseur USS Savannah, six destroyers, six navires de guerre et deux cargos ; 9 000 hommes du 60e régiment d’infanterie américain et 65 chars légers ; affectés à l’attaque de Port Lyautey et de son aérodrome.
  • Groupe Sud (Opération Blackstone) : cuirassé USS New York, croiseur USS Philadelphia, six destroyers, quatre cuirassés et deux cargos ; 6 500 hommes du 47e régiment d’infanterie américain et 90 chars moyens et légers ; affectés à l’attaque de Safi.
  • Groupe central (Opération Brushwood) : cuirassé USS Massachusetts, nombreux croiseurs, nombreux destroyers, quinze navires de transport de troupes, nombreux cargos ; 19 500 hommes de la 3e division d’infanterie américaine avec 79 chars légers ; affectés à l’attaque de Fedala à 15 miles au nord-est de Casablanca.

À 0000 heures, les navires du groupe central ont jeté l’ancre à 8 milles au large de Fedala, qui se trouve à 15 milles au nord-est de Casablanca.

Allez plus loin  SS (Schutzstaffel)

À 2 h 10, les troupes françaises qui tiennent la batterie de Pont Blondin signalent la présence d’une activité navale américaine au large de Fedala, et une alerte est ordonnée à 3 h 25.

À 1 h 45, les navires-guides américains sont partis et à 5 h, ils étaient tous en place.

À 3 h 57, l’état-major français de Safi signale l’observation de destroyers ennemis.

Vers 4 heures du matin, des avions américains ont commencé à larguer des tracts de propagande au-dessus de Casablanca.

À 4 h 20, la flotte française au Maroc, Marine Maroc, ordonne aux sous-marins de patrouiller au large de Casablanca.

À 4 h 30, le sloop auxiliaire français Estafette est abordé par les Américains, et le signal de détresse de l’équipage provoque une alerte générale de Marine Maroc.

À 5 h 05, l’Amirauté française ordonne à Marine Maroc d’effectuer une sortie contre les navires alliés à l’ouest de Gibraltar.

La première vague de péniches de débarquement américaines s’est approchée des plages de débarquement à 0545 heures, avant l’aube. Les gardes-côtes français éclairent les bateaux américains avec des projecteurs, mais ceux-ci sont rapidement détruits par les mitrailleuses montées sur les navires alliés.

À l’aube, 3 500 soldats américains avaient débarqué. Peu avant 7 heures, deux avions français se sont approchés de la flotte, mais ont été repoussés par des tirs anti-aériens.

À 7 heures, les sous-marins français Amazone, Antiope, Meduse, Orphée et La Sybille commencent à manœuvrer vers des positions défensives.

Peu après 0700 heures, les batteries côtières ont ouvert le feu, endommageant les destroyers USS Ludlow et USS Murphy. Bien que Patton ait reçu l’ordre de ne pas effectuer de bombardement naval avant l’invasion afin de minimiser l’effusion de sang sur les défenseurs et d’obtenir une meilleure position politique auprès des Français.

A 0720 heures, l’amiral Hewitt autorise les canons français à riposter. Les destroyers USS Ludlow et USS Wilkes ont réussi à réduire au silence les canons français de la batterie de Point Blondin, tandis que le croiseur USS Augusta a réduit au silence les canons de la batterie de Fedala.

À 7 h 50, les chasseurs français engagent les bombardiers américains en approche avec des chasseurs d’escorte, perdant 7 chasseurs français et 5 chasseurs américains dans l’engagement qui s’ensuit, mais les chasseurs français ne parviennent pas à arrêter les bombardiers américains, qui larguent des bombes sur le port de Casablanca à 8 h 04, coulant le sous-marin français Amphitrite et au moins 12 autres navires civils et militaires.

Patton débarque sur la plage à 0800 heures pour diriger personnellement l’invasion depuis le front.

Peu après, le cuirassé USS Massachusetts et les croiseurs USS Wichita et USS Tuscaloosa, avec un écran de quatre destroyers (USS Mayrant, USS Rhind, USS Wainwright et USS Jenkins), se joignent à l’attaque contre les batteries côtières françaises.

Les canons de la batterie El Hank ont attaqué le USS Massachusetts avec leur première salve à 08:04 heures, tandis qu’une salve du Jean Bart est également tombée à moins de 600 mètres du côté tribord du cuirassé américain à 08:08 heures et une autre sur le côté bâbord peu après.

L’USS Massachusetts a ciblé le Jean Bart, l’atteignant avec la 5ème salve à 0825 heures (7 minutes après que le Jean Bart ait été touché par une bombe aérienne), ce qui a bloqué le mécanisme de rotation de sa tourelle, rendant ses canons inopérants.

Entre 0835 et 0836 heures, des obus du Massachusetts, sans toucher le Jean Bart, ont causé des dommages. Le Massachusetts a cessé le feu entre 08:40 et 08:48 heures en tentant de vérifier le statut du Jean Bart, et après que les avions de reconnaissance aient signalé que le Jean Bart était toujours opérationnel, le Massachusetts a rouvert le feu à 08:48 heures.

Pendant que les navires américains et français échangent des obus, les avions américains bombardent le port. Les navires à passagers Porthos, Savoie et Lipari, dont certains étaient encore en train d’évacuer leurs passagers civils de Dakar, ont également été touchés.

À 9 heures, au large de Fedala, sept navires de la 2e escadre légère française appareillent en fumant à l’approche des navires américains.

À 9 h 18, un chasseur F4F Wildcat lancé par l’USS Ranger a aperçu la colonne française ; le pilote a signalé par radio la découverte et a exprimé son intention de mitrailler les navires français avec d’autres camarades.

Deux minutes plus tard, à 9 h 20, le destroyer français Milan, qui mène l’attaque avec le contre-amiral Raymond de Lafond à son bord, aperçoit les navires américains, mais au même moment, des chasseurs américains F4F Wildcat attaquent, blessant Lafond et tuant le second du destroyer, Brestois.

À 9 h 25, le Milan a dirigé les destroyers français restants pour attaquer les destroyers USS Wilkes, USS Swanson et USS Ludlow ; les navires américains ont fui vers le nord au milieu de geysers de tirs manqués, bien que le Ludlow ait été touché une fois.

À 9 h 30, les canons du Milan se retournent et tirent sur les bateaux Higgins transportant les troupes américaines à terre ; un bateau est coulé et un autre endommagé ; c’est la seule fois qu’un assaut amphibie américain est attaqué par des forces hostiles depuis la mer.

À 9 h 34, le destroyer français Albatros a heurté l’USS Ludlow, faisant un trou dans le pont principal et blessant quatre hommes.

À 9 h 40, le Milan aperçoit l’USS Augusta et l’USS Brooklyn ; surpassé en puissance, Lafond fait demi-tour dans l’espoir d’attirer les croiseurs américains plus près des canons côtiers du El Hank, mais les Américains ne suivent pas. Trois minutes plus tard, l’USS Augusta a ouvert le feu, suivi par l’USS Brooklyn un instant plus tard.

À 11 h 15, l’USS Brooklyn a heurté le croiseur léger français Primauguet, causant des dommages mineurs. Cinq minutes plus tard, le Primauguet est touché trois fois de plus, mais aucun des obus américains n’explose.

Allez plus loin  La Wehrmacht

A 1140 heures, l’Albatross a été endommagé à l’avant par un tir de près.

À 11 h 45, le remorqueur Lavandou s’approche du Milan endommagé par la bataille pour évacuer les blessés, tandis que le contre-amiral Lafond transfère son commandement au sloop Commandant Delage. Le Milan a été échoué pour éviter qu’il ne coule peu après.

À 11 h 46, l’Albatros a frappé le support du canon de 5 pouces no 1 de l’USS Brooklyn, blessant 5 personnes, mais l’obus n’a pas explosé, ce qui a permis au croiseur américain d’éviter des dommages plus importants.

L’USS Massachusetts a été touché par le croiseur léger Primauguet à 11 h 57, mais n’a subi que des dommages mineurs.

Environ cinq minutes plus tard, les Américains ont observé que la résistance navale française devenait généralement inefficace. L’USS Massachusetts a donc reçu l’ordre de cesser le feu pour conserver ses munitions au cas où le cuirassé français Richelieu apparaîtrait sur les lieux.

Peu de temps après, l’USS August s’est également retiré de la bataille. Bien que les combats se poursuivent au large de Casablanca, l’action n’est pas très importante. À 1456 heures, les avions de reconnaissance de l’USS Augusta ont signalé que tous les navires français survivants étaient gravement endommagés.

Entre 15 et 16 heures, le sloop Commandant Delage tente de secourir les marins français en mer, mais il est mitraillé par les avions américains à plusieurs reprises.

À 16 h 05, les navires américains se sont retirés. Le Primauguet et l’Albatros ont été échoués pour éviter de couler. Pendant les combats, le sous-marin français Amazone a tiré une salve de torpilles sur l’USS Brooklyn, mais toutes les torpilles ont manqué leur cible.

En fin de journée, les Américains pensaient que le Jean Bart avait été définitivement mis hors service, mais ils ne se rendaient pas compte que les ouvriers des chantiers navals français travaillaient à la réparation du mécanisme de rotation de la tourelle endommagée.

Safi s’est rendu dans la soirée du 8 novembre.

L’attaque américaine sur Port Lyautey (aujourd’hui Kenitra, Maroc) était commandée par le Major Général Lucian Truscott. Les forces de débarquement ont facilement surmonté les défenses légères de la ville balnéaire de Mehdiya.

Le colonel américain Demas Craw et le major Pierpont Hamilton s’approchent de Port Lyautey le matin du 8 novembre pour tenter de mettre fin aux attaques par la voie diplomatique, mais alors qu’ils approchent d’un poste de jonction routier, un soldat français nerveux appuie instinctivement sur la gâchette de sa mitrailleuse, tuant Craw.

Hamilton poursuit sa mission et rencontre le colonel français Charles Petit, mais découvre que ce dernier n’a pas l’autorité nécessaire pour prendre la décision de cesser le combat. Le 9 novembre, les troupes américaines poursuivent leur attaque du fort de la Kasbah, entamée la veille.

Le 10 novembre 1942, les navires français Commandant Delage, La Gracieuse et La Servannaise appareillent à 11 h 10 pour ouvrir le feu sur les troupes américaines qui avancent par voie terrestre de Fedala aux abords de Casablanca, repoussant avec succès l’attaque américaine.

L’USS Augusta et les destroyers USS Edison et SS Tillman répondent, repoussant les navires français dans le port de Casablanca ; le commandant Delage est touché une fois, tuant 5 hommes.

Cependant, les navires américains sont pris par surprise, car les canons de gros calibre de Jean Bart tirent sur eux, les repoussant. L’USS Ranger a envoyé neuf bombardiers en piqué pour attaquer le Jean Bart, le frappant avec deux bombes de 450 kilos, provoquant une inondation, le coulant en eau peu profonde à 1600 heures.

En réponse, les sous-marins français Le Tonnant, Meduse et Antiope contre-attaquent respectivement l’USS Ranger, l’USS Massachusetts et l’USS Tuscaloosa avec des torpilles, mais aucun n’est touché ; Meduse est endommagé par des tirs américains pendant l’attaque et doit être échoué au large du Cap Blanco par son équipage.

Le 10 novembre, les Américains capturent la Kasbah près de Port Lyautey, entraînant la chute du port et de l’aérodrome voisin. Patton louera plus tard les efforts des Français dans la région de Port Lyautey, en particulier face à l’écrasante force américaine.

Une heure avant l’invasion terrestre prévue de Casablanca le 11 novembre, la garnison française se rend. Les sous-marins français Amazone et Antiope s’échappent vers Dakar, tandis que l’Orphée retourne à Casablanca après sa reddition.

Le 11 novembre également, les sous-marins allemands arrivent pour attaquer la flotte américaine. Tôt le matin, le U-173 attaque le destroyer USS Hambleton, le pétrolier USS Winooski et le navire de guerre USS Joseph Hewes ; les deux premiers sont endommagés et le USS Joseph Hewes coule, faisant 100 victimes.

Plus tard dans la journée, le sous-marin français Sidi Ferruch est coulé par des bombardiers à torpilles TBF Avenger de l’escadron VGS-27 du porte-avions d’escorte USS Suwanee.

Dans l’après-midi du 12 novembre, le U-130 coule les navires de transport de troupes USS Tasker H. Bliss, USS Hugh L. Scott et USS Edward Rutledge avec des torpilles, tuant 74 hommes.

Le 13 novembre, un avion américain PBY Catalina détecte le sous-marin français Le Conquerant au large de Villa Cisneros, au Maroc espagnol ; l’équipage du Conquerant le coule au large de Cadix, en Espagne, le 15 novembre. Le 16 novembre, des destroyers américains coulent le sous-marin allemand U-173 au large de Casablanca.

Oran, Algérie française (8-9 novembre 1942)

Le major-général américain Lloyd Fredendall commande la Central Task Force, chargée d’envahir Oran ; le commodore britannique Thomas Troubridge assure le commandement naval.

Les transports de la force opérationnelle transportaient une division d’infanterie, une division blindée et un régiment de parachutistes, soit au total 18 500 soldats américains. L’aviation américaine du major général Doolittle soutient également cet objectif d’invasion, ainsi que Casablanca.

Allez plus loin  Einsatzgruppen

Les invasions ont eu lieu dans quatre endroits, deux à l’ouest d’Oran, Arzew à l’est d’Oran et le port d’Oran lui-même.

Le débarquement sur la plage la plus à l’ouest a été retardé en raison de la présence inattendue d’un convoi français et de l’eau peu profonde qui a endommagé certaines péniches de débarquement ; ce dernier point s’est avéré être une leçon à retenir sur l’importance d’une bonne collecte de renseignements pour les futures opérations amphibies dans la guerre européenne.

A Arzew, le 1er bataillon de rangers américains a capturé la batterie côtière sans problème. La tentative de débarquement dans le port d’Oran s’est toutefois révélée coûteuse ; bien que les navires de guerre français qui défendaient le port aient été repoussés, les dommages subis par les navires de guerre alliés ont causé de lourdes pertes.

Prouvant que les planificateurs alliés avaient tort, les troupes françaises à Oran se sont battues avec obstination et ne se sont rendues que le 9 novembre, après un bombardement naval intensif par les cuirassés britanniques.

Simultanément à l’invasion amphibie du 8 novembre, un assaut aéroporté a également été mené à Oran, visant les aérodromes de Tafraoui et de La Senia à 15 et 8 km au sud d’Oran. Cette attaque du 509e régiment d’infanterie parachutiste américain représente la première grande opération aéroportée américaine.

Ils ont été transportés de Grande-Bretagne, au-dessus de l’Espagne, jusqu’au site de lancement. L’opération a été gâchée par divers problèmes de communication et de météo ; à cause de ces derniers, 30 des 37 avions de transport ont eu tellement de difficultés qu’ils ont atterri sur le lac salé asséché pour livrer leur chargement de troupes plutôt que de sauter les hommes.

Cependant, les deux aérodromes ont été capturés afin d’empêcher toute interférence française depuis les airs.

Alger, Algérie française (8 novembre 1942)

La troisième et dernière cible majeure de l’Opération Torch était Alger, qui tombait sous la responsabilité de l’Eastern Task Force du lieutenant général britannique Kenneth Anderson.

Le vice-amiral britannique Sir Harold Burrough lui sert de commandant naval de la flotte de 650 navires, tandis que le major-général américain Charles Ryder sera placé à la tête de l’opération amphibie.

Les 20 000 hommes qui naviguent avec cette force d’invasion sont un mélange de militaires britanniques et américains, avec une division d’infanterie britannique, une division d’infanterie américaine et deux unités britanniques de la taille d’un bataillon commando. Au-dessus, l’aviation britannique, sous les ordres du maréchal de l’air Sir William Welsh, a soutenu les opérations terrestres et navales.

L’invasion d’Alger est précédée par le soulèvement de 400 résistants français sous la direction d’Henri d’Astier de la Vigerie et de Joseph Aboulker.

Le soulèvement de la Résistance, qui a commencé à 00h00, a pris le contrôle du central téléphonique, de la station de radio, de la maison du gouverneur, du quartier général du 19ème Corps français et, surtout, de toutes les batteries d’artillerie côtière.

Chez le gouverneur, le général Alphonse Juin et l’amiral Darlan (dont la présence n’était pas attendue) sont restés sous la coupe des résistants jusqu’à ce qu’ils soient encerclés et vaincus par la police militaire de la gendarmerie française après l’aube.

Le débarquement des troupes alliées était prévu sur trois plages différentes près d’Alger, mais dans la confusion, certaines des troupes ont été livrées au mauvais endroit.

Cependant, les défenses côtières françaises à Alger se sont avérées minimes, surtout avec tous les canons côtiers sous le contrôle des combattants de la résistance.

Les seuls combats importants de l’invasion ont lieu dans le port d’Alger (opération Terminal), où deux destroyers britanniques qui tentent de débarquer les Rangers américains sont accueillis par des tirs d’artillerie lourde. Seul un des deux destroyers a pu débarquer des passagers, et les 250 Rangers ont rapidement pris le contrôle des docks.

Le général Juin capitule Alger le 8 novembre 1942 à 18 heures.

Epilogue

Le 9 novembre, au milieu des combats, Darlan signe un armistice avec Eisenhower. Le lendemain, Darlan distribue un message à toutes les forces françaises pour qu’elles cessent de combattre les Alliés.

La facilité à convaincre les dirigeants français de rester inactifs ou de coopérer inquiète Adolf Hitler, qui décidera bientôt d’agir contre la France de Vichy pour empêcher que cela ne se produise si les Alliés envahissent le sud de la France.

Le gouvernement de Vichy, dirigé par Philippe Pétain, a également agi immédiatement contre Darlan, le licenciant de manière déshonorante. Darlan, embarrassé par le renvoi, a ressenti le besoin d’annuler son ordre, mais a été dissuadé par Clark.

À partir du 9 novembre, les forces de l’Axe commencent à s’accumuler en Tunisie en réponse à l’invasion anglo-américaine de l’ouest.

Le général français Barré, avec un certain retard, établit une ligne défensive de Teboursouk à Medjez el Bab en Tunisie pour arrêter le mouvement de l’Axe, mais cette ligne est pénétrée par les troupes de l’Axe sous les ordres de Walter Nehring après deux attaques.

Laisser un commentaire