Batailles peu connues de la Seconde Guerre mondiale

L’ampleur de la Seconde Guerre mondiale était telle bque de nombreuses batailles pertinentes ont été largement oubliées parce qu’elles étaient relativement petites, se sont déroulées en dehors des 3 fronts les plus connus, ont atteint des objectifs stratégiques mais peu spectaculaires, ou ont été éclipsées par d’autres batailles majeures menées au même moment.

Voici une sélection de batailles et d’opérations moins connues mais non moins importantes de la Seconde Guerre mondiale : La bataille de La Haye, l’opération Iskra, le siège de Lille, l’opération Dragoon, la bataille de l’estuaire de l’Escaut, la bataille de Crète, l’ offensive de Yelnya, la bataille de Samar, la bataille de Suomussalmi, l’évacuation de la Sicile, l’opération Mars et les batailles de Jaljin Gol. C’est parti !

Bataille de La Haye (10 mai 1940)

La bataille de La Haye consistait en une offensive des parachutistes allemands sur la ville néerlandaise de La Haye et avait pour but de faire capituler le gouvernement et d’éviter ainsi une bataille terrestre plus longue et plus destructrice.

Les Néerlandais ont perdu des terrains d’aviation à la périphérie, mais ont réussi à défendre la ville, en effectuant une manœuvre de contre-attaque et en reprenant les terrains d’aviation. Ils ont infligé de lourdes pertes aux parachutistes allemands et ont tenu leurs positions défensives jusqu’à ce que la situation devienne intenable et qu’ils doivent se retirer.

En une seule journée de combat, les nazis ont perdu 125 avions de transport, ce qui a compliqué la logistique du plan d’Adolf Hitler d’envahir la Grande-Bretagne et a contribué à la pénurie chronique d’avions de transport dont a souffert la Luftwaffe pendant le reste de la Seconde Guerre mondiale.

Ce manque de transports deviendra apparent sur le front de l’Est, notamment lors de la bataille de Stalingrad. A cette occasion, la 6ème armée de Paulus a vu la promesse d’un ravitaillement par parachutage adéquat brisée.

Ces problèmes d’approvisionnement, causés par la bataille peu connue de La Haye, ont été décisifs dans la reddition de l’armée allemande à Stalingrad et ont marqué un tournant dans le cours de la Seconde Guerre mondiale.

Opération Iskra (12-30 janvier 1943)

L’opération Iskra (Chispa en anglais) était une tentative de briser le siège de Leningrad et d’ouvrir une route de ravitaillement pour approvisionner une ville au bord de l’effondrement. La ville de Leningrad était pratiquement coupée du reste de l’Union soviétique depuis 1942 et dépendait totalement des quelques fournitures envoyées par le lac Ladoga.

L’attaque est réussie et permet d’ouvrir une route vers Leningrad (connue plus tard sous le nom de « route de la vie »). Bien que les Allemands maintiennent le siège de la ville pendant encore un an, cette nouvelle route vitale empêchera la chute de Leningrad jusqu’à ce que le siège soit brisé par l’Armée rouge après une série de contre-offensives réussies.

Siège de Lille (28 mai – 1er juin 1940)

Au plus fort de l’évacuation désastreuse de Dunkerque, les 40 000 soldats non évacués de la 1ère armée française se sont retranchés à Lille et ont repoussé une attaque allemande pendant cinq jours consécutifs. Les Allemands ont attaqué avec plus de 100 000 hommes et 800 chars (l’équivalent de plus d’un huitième de toute leur infanterie à Dunkerque et de près d’un tiers de leurs chars en France).

Allez plus loin  La guerre aérienne et maritime pendant la Seconde Guerre mondiale

Pendant ces cinq jours, plus de 250 000 soldats (sur un total de 338 226) ont été évacués de Dunkerque vers l’Angleterre. Il est vrai que le matériel laissé sur les plages pouvait être remplacé plus tard avec l’aide américaine, mais la main-d’œuvre était une toute autre affaire. Sans les soldats évacués grâce à la couverture française, la Grande-Bretagne aurait été soudainement sans défense jusqu’à ce qu’elle puisse rassembler une autre armée, ce qui aurait pris du temps et aurait probablement permis à Hitler d’envahir les îles britanniques.

Opération Dragoon (15 août – 14 septembre 1944)

L’opération Dragoon était le nom de code de l’invasion du sud de la France par les Alliés. Bien qu’il s’agisse de l’une des plus grandes opérations amphibies de l’histoire, elle a été éclipsée par l’opération Overlord et est largement oubliée à ce jour.

Les forces alliées ont rencontré peu de résistance en raison des combats en Normandie et ont pu appliquer avec succès une variété de tactiques de diversion. À la fin du premier jour, ils avaient pénétré de près de 30 kilomètres en territoire ennemi.

À la fin de l’été 1944, l’avancée des Alliés depuis les têtes de pont de Normandie est ralentie par un manque de ravitaillement. La capture des installations portuaires est devenue une mission primordiale, les ports clés du nord de la France étant inutilisables.

À la mi-septembre, les troupes de l’opération Dragoon ont pu se joindre aux unités de l’avant-garde normande et le ravitaillement a commencé à être reçu par le port de Marseille.

Dans la dernière phase de la Seconde Guerre mondiale en Europe, le sud de la France a fourni près d’un tiers du ravitaillement total des Alliés. L’importance du succès de l’opération Dragoon est donc indéniable.

Bataille de l’estuaire de l’Escaut (2 octobre – 8 novembre 1944)

C’était une autre opération visant à capturer une ville portuaire. Les Alliés ont pris la ville d’Anvers début septembre, mais l’estuaire de l’Escaut, qui donne accès à la mer du Nord, est toujours aux mains des Allemands. La 1ère armée canadienne (composée de soldats canadiens, polonais et britanniques) a été chargée de sécuriser la zone pour permettre au ravitaillement d’atteindre Anvers.

La bataille a duré un peu plus d’un mois et a été caractérisée par des assauts incessants, des mines successives sur les rivières allemandes et la prise/défense d’enclaves défensives fortifiées.

L’estuaire n’est pas contrôlé par les Alliés jusqu’à ce qu’ils parviennent à s’emparer de l’île de Walcheren le 5 novembre. Anvers n’a pas eu accès au ravitaillement avant le 28 novembre en raison des mines et des dommages causés au port.

Hitler considérait Anvers comme une ville stratégique importante pour les Alliés : sa prise était l’un des principaux objectifs de la bataille des Ardennes.

Bataille de Crète (20 mai – 1 juin 1941)

La bataille de Crète se solde par une victoire allemande, mais au prix d’un lourd tribut qui conditionnera les opérations ultérieures de la Wehrmacht.

Elle est assez semblable à la bataille de La Haye en ce sens qu’elle a consisté en une opération aéroportée visant, dans un premier temps, à capturer rapidement des aérodromes clés sur l’île grecque de Crète et, dans un second temps, à occuper définitivement l’île.

Hitler donne la priorité aux préparatifs de l’invasion surprise de l’Union soviétique et, par conséquent, les commandants allemands disposent de ressources et de temps limités pour mener à bien l’ensemble de l’opération.

Les unités alliées (composées de troupes néo-zélandaises, australiennes, grecques et britanniques, ainsi que de civils armés) surprennent les attaquants allemands en opposant une résistance considérable. Cependant, le principal aérodrome de l’île a été pris en raison de problèmes de communication.

Allez plus loin  La Bataille de Smolensk

Ces problèmes ont donné aux Allemands un avantage tactique, car cette capture a permis l’atterrissage d’avions de réapprovisionnement en troupes et en fournitures. En fin de compte, la supériorité des nazis face à une force alliée mal équipée se solde par une victoire allemande.

Cependant, la Luftwaffe a perdu 370 avions (détruits ou gravement endommagés) au cours de la bataille de Crète, la plupart étant des transports. Pour cette raison, la Wehrmacht a décidé de ne plus mener de campagnes de parachutage à grande échelle, ce qui a conditionné le rayon d’action offensif allemand lors des opérations militaires ultérieures.

Offensive Yelnya (30 août – 8 septembre 1941)

L’offensive de Yelnya fait partie de la bataille de Smolensko, qui s’est soldée par une défaite soviétique, mais qui a été la première contre-attaque soviétique réussie contre les Allemands. De plus, cette offensive a prouvé que la Blitzkrieg était inefficace contre les manœuvres de poche : elle a coûté la vie à 50 000 Allemands.

L’offensive Yelnya a également servi à relancer la carrière du maréchal Georgy Zhukov, qui avait été ralentie par une défaite antérieure. À la suite de cette offensive, il devient commandant du front de Leningrad et prend en charge la défense et la contre-offensive de la bataille de Stalingrad. Il deviendra ensuite le général le plus décoré de l’histoire de la Russie.

Bataille de Samar (25 octobre 1944)

La bataille de Samar était la partie principale de la bataille du golfe de Leyte dans le théâtre du Pacifique. La marine impériale japonaise avait réussi à chasser les forces américaines de la zone et attaquait férocement les unités restantes avec la plus grande flotte à ce jour depuis la bataille de Midway. Les Américains ne disposaient que de 13 navires au total, dont 10 étaient de petite taille (escorte) et aucun n’était lourd.

La flotte américaine dispose de 6 porte-avions d’escorte et leur puissance aérienne sera vitale pendant la bataille. Les frappes aériennes et les attaques quasi-suicidaires des quelques navires américains ont ralenti et divisé l’attaque japonaise, au prix de lourdes pertes.

En raison de l’intensité des attaques, les commandants japonais ont cru qu’ils faisaient face à une force beaucoup plus importante qu’en réalité et ont dû battre en retraite.

La bataille de Samar a démontré la grande puissance de la suprématie aérienne et a pratiquement anéanti la marine impériale japonaise. Seul un des dix navires de guerre lourds japonais reprendra plus tard le combat.

Bataille de Suomussalmi (7 décembre 1939 – 8 juin 1940)

La bataille de Suomussalmi a été la bataille décisive de la guerre d’hiver entre la Finlande et l’Union soviétique. Les Finlandais, bien que largement inférieurs en nombre et en matériel, ont pu résister aux envahisseurs russes grâce à leur mobilité et au fait que les Russes dépendaient trop de quelques routes menant à des terrains boisés.

L’armée finlandaise était également bien mieux équipée pour combattre dans les conditions difficiles de l’hiver balte, alors que l’équipement des Russes gelait régulièrement dans le froid, tout comme les soldats eux-mêmes, qui ne portaient pas d’uniforme approprié pour des conditions climatiques aussi extrêmes. Paradoxalement, dans l’opération Barbarossa, ce seront les Allemands et non les Russes qui succomberont au général Winter.

Il convient de noter que cet échec de l’Union soviétique a été un facteur important dans la décision finale d’Hitler de poursuivre les préparatifs de l’invasion de l’Union soviétique.

Évacuation sicilienne (11 août 1944 – 17 août 1944)

Bien que les invasions de la Sicile et de l’Italie soient bien connues, l’importance de l’évacuation de la Sicile par l’Axe a été largement sous-estimée. En une semaine, les puissances de l’Axe ont pu évacuer 50 000 soldats allemands et 70 000 soldats italiens à travers le détroit de Messine vers le continent italien.

Allez plus loin  La bataille du détroit de Danemark

Les Alliés ne peuvent empêcher cette évacuation car le plan d’invasion ne tient pas compte de la fatigue des troupes et du manque de ravitaillement. Les Allemands ont également mené une brillante action d’arrière-garde qui a permis de retenir l’avance des Alliés.

La campagne d’Italie a été l’une des plus sanglantes et des plus longues de tout le front occidental. Elle a coûté la vie à environ 300 000 personnes de chaque côté.

De nombreuses unités qui ont réussi à s’échapper de Sicile ont continué à se battre jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, faisant de l’avancée des Alliés dans le nord de l’Italie une lente agonie pour tous.

Opération Mars (25 novembre 1942 – 20 décembre 1942)

L’opération Mars était une offensive soviétique qui s’est déroulée pendant la bataille de Stalingrad et qui est encore mal documentée à ce jour. L’Armée rouge tente une tactique de poche pour isoler un saillant allemand à l’ouest de la capitale russe, soulageant ainsi la pression exercée par les troupes nazies sur la ville de Stalingrad.

La propagande ultérieure prétendra qu’il ne s’agissait que d’une attaque de diversion, mais tant le nombre et la proportion des troupes déployées que la férocité de l’offensive suggèrent que l’objectif était tout autre.

L’opération a donné peu de résultats mais a coûté la vie à 300 000 Russes et 40 000 Allemands. L’opération Mars faisait partie des batailles dites de Rzhev, qui se sont soldées par un total d’un million d’hommes tués.

La zone conquise est connue sous le nom de « hachoir à viande de Rzhev » en raison des combats acharnés et du nombre considérable de vies sacrifiées dans cette zone.

Comme si ces éléments ne suffisaient pas à créer l’enfer sur terre, la ville de Rzhev avait un camp de concentration situé sur sa place principale. L’opération Mars est sans doute l’un des massacres les moins connus de toute la Seconde Guerre mondiale.

Batailles de Jaljin Gol (11 mai – 16 septembre 1939)

Les batailles de Jaljin Gol ont précédé le début officiel des hostilités de la Seconde Guerre mondiale et font partie des guerres frontalières soviéto-japonaises. Nous avons choisi de l’inclure dans cet article parce que son issue n’a pas été décidée avant le début de la Seconde Guerre mondiale et parce qu’elle a eu un effet indirect important sur le déroulement de la Seconde Guerre mondiale.

Après l’escalade des premières escarmouches, l’armée japonaise attaque la Mongolie depuis la Mandchourie. L’avancée japonaise s’est arrêtée et a finalement été inversée, grâce à une brillante contre-attaque planifiée par le maréchal Joukov.

Une utilisation conjointe intelligente des armes et des tactiques de poche a permis d’isoler et de vaincre la force de l’armée japonaise, tout en amenant les troupes restantes à se retirer en sécurité aux frontières d’avant l’invasion.

La bataille a eu des conséquences inattendues qui ont influé sur le cours de la Seconde Guerre mondiale : elle a freiné les ambitions japonaises en Mongolie et en Asie centrale, et a fait en sorte que les Allemands et les Japonais ne s’unissent jamais à travers la Russie. Le Japon est donc contraint de se tourner vers le Pacifique à des fins expansionnistes, ce qui conduit finalement à l’attaque japonaise sur Pearl Harbor.

Laisser un commentaire