La guerre aérienne et maritime pendant la Seconde Guerre mondiale

Introduction

Dans cet article, nous allons donner une brève introduction à la guerre aérienne et maritime pendant la Seconde Guerre mondiale : (La guerre aérienne illustrée). Nous considérons qu’il s’agit d’un sujet intéressant car tous les concepts et théories de l’art militaire ont été refondus après le début de la Seconde Guerre mondiale, notamment ceux relatifs à la guerre aérienne et maritime.

Après la bataille de France, exemple ultime de Blitzkrieg, Adolf Hitler a tenté d’envahir l’Angleterre (opération Sea Lion – Unternehmen Seelöwe), mais tous les calculs se sont effondrés après avoir réalisé qu’il serait presque impossible de déplacer les divisions Panzer(la technologie amphibie était encore loin d’être au point).

Hitler choisit donc de s’appuyer toujours sur l’infanterie (la reine des batailles, comme le disaient les affiches de propagande) et l’aviation (la mythique Luftwaffe), peut-être parce que c’est l’arme « créée » par les nazis.

En revanche, le Führer avait quelques réticences à l’égard de la marine ou Kriegsmarine, à la fois parce qu’il n’en connaissait pas les méthodes et parce qu’il était rebuté par ses officiers supérieurs, « la caste des maîtres » aux yeux du Führer.

La grande ironie du sort est qu’à la mort d’Hitler, c’est un amiral, Karl Dönitz, qui lui succède. Art de la guerre aérienne. À l’approche de la chute du Troisième Reich, Adolf Hitler, qui se sent trahi par la Luftwaffe (Göring) et les SS (Himmler et Steiner), finit par choisir le grand patron de la Kriegsmarine pour lui succéder après son suicide programmé.

La guerre aérienne est pleinement symbolisée par la bataille d’Angleterre, qui débute en juillet 1940 et se poursuit avec plus ou moins d’intensité jusqu’à la fin de l’année 1940 : Histoire de la guerre aérienne. Elle opposait les pilotes de la RAF (Royal Air Force britannique) aux pilotes de la Luftwaffe (armée de l’air allemande), la RAF disposant au total de 1 475 appareils et la Luftwaffe de 2 670.

Plusieurs facteurs techniques ont finalement fait pencher la victoire du côté britannique : le Spitfire de la RAF (qui atteignait 643 km à l’heure) dépassait le Messerschmidt Bf 109 des Allemands avec 611 km, ainsi que la portée du Beaufighter britannique de 1 500 miles contre 900 pour le Meaufighter : Histoire de la guerre aérienne mortane. Le coup de grâce pour l’aviation allemande vient du radar britannique, qui parvient à couvrir l’ensemble des bases nazies déployées de la péninsule normande à Rotterdam, environ.

Allez plus loin  Walt Disney et la Seconde Guerre mondiale

La principale caractéristique de la bataille d’Angleterre est la supériorité du chasseur sur le bombardier (La guerre aerienne 14-18). La tactique était très simple : les bombardiers choisissaient leurs cibles et les chasseurs se consacraient à les abattre avant ou après les opérations.

Malgré cela, il y a eu des « batailles dans les airs » épiques entre les chasseurs. La première d’entre elles, le 15 août, a coûté aux Allemands, par exemple, la disparition de la Luftflotte 5, commandée par le général Stumpff.

La bataille d’Angleterre a également donné lieu au redoutable Blitz : le ciblage des villes anglaises sur la population civile : (La guerre aérienne). Les noms de Londres, Coventry, Plymouth, Bristol, Manchester, etc., sont entrés dans l’histoire des horreurs de la Seconde Guerre mondiale.

Alors que les deux camps sont au bord de l’effondrement, deux événements décisifs se produisent : Hermann Göring ordonne le bombardement nocturne de Londres le 7 septembre et Adolf Hitler concentre tous ses efforts sur l’invasion de la Russie. La guerre aérienne a 100 ans. Après la bataille d’Angleterre, la RAF a perdu 915 avions et la Luftwaffe 1 733 : (La guerre aérienne illustrée forum). Il était clair qui avait gagné ce jeu.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la guerre maritime a également fait l’objet d’une profonde révision des tactiques et des concepts militaires. Les cuirassés se sont révélés inefficaces en présence des porte-avions, et les sous-marins ont gagné en importance grâce à leur formation en « meute », par opposition aux anciennes tactiques du loup solitaire. Enfin, l’application de nouveaux systèmes de détection a eu un impact majeur sur les forces des flottes qui ont combattu pendant la Seconde Guerre mondiale.

Allez plus loin  Berghof

La guerre maritime de la Seconde Guerre mondiale peut être divisée en trois grandes arènes : la bataille de la Méditerranée, la bataille de l’Atlantique et la bataille du Pacifique.

Bataille de la Méditerranée

La bataille de la Méditerranée se distingue principalement par deux faits fondamentaux : l’inefficacité de la marine italienne et la défaite politique de Mussolini face à Hitler, puisque le Duce considérait la conquête de Malte comme essentielle avant de se lancer dans l’aventure de l’Afrique.

Malgré l’attrition continue et les lourdes pertes en hommes, en navires et en matériel, on peut techniquement dire que dans ce scénario, seule la bataille de Matapan (25-26 mars 1941) entre l’escadre italienne, commandée par l’amiral Riccardi, et l’escadre britannique de l’amiral Cunningham, a entraîné la perte par les Italiens de trois grands croiseurs, de deux destroyers et la mise hors service du cuirassé Littorio.

La bataille de l’Atlantique

La bataille de l’Atlantique, qui doit son nom à Winston Churchill, a duré de septembre 1939 à mai 1943. L’activité sur les mers commence le premier jour de la déclaration de guerre et le 4 septembre, les journaux publient les événements suivants : le sous-marin allemand U-30 torpille sans avertissement le navire britannique Athenia, avec 1. 400 passagers à bord ; le torpilleur polonais Wicher et le chasseur de mines Gryr sont coulés par les Allemands ; le croiseur britannique Ajax coule le navire marchand allemand Olinda ; le navire grec Kosti heurte une mine au sud de l’Øresund.

Les Allemands positionnent les cuirassés de poche jumeaux Deutschland dans l’Atlantique Nord et Graf Spee dans l’Atlantique Sud, mais ils sont retirés dans leurs bases jusqu’au 27 septembre : La guerre aérienne illustrée prix. Le porte-avions britannique Courageous est coulé par le U-29 et le 4 octobre, le lieutenant Günther Prien réussit à pénétrer dans la base navale de Scapa Flow, dans les îles Orkney, avec son sous-marin U-47 et à couler le cuirassé Royal Oak.

Allez plus loin  La deuxième guerre sino-japonaise

L’Allemagne nazie finit par perdre ses trois plus célèbres cuirassés : le Graf Spee (1939), le Bismarck (1941) et le Tirpitz (1944).

La bataille du Pacifique…

La confrontation entre les États-Unis et le Japon représente un nouveau concept de guerre : la coordination et la simultanéité des forces terrestres, maritimes et aériennes, avec un accent particulier sur l’utilisation du porte-avions dans l’immensité du Pacifique.

La bataille du Pacifique commence le 7 décembre 1941 avec l’attaque japonaise sur Pearl Harbor, une action due à l’amiral Yamamoto. Le résultat est le naufrage de deux cuirassés, trois avec des dommages majeurs et trois autres avec des dommages plus ou moins sérieux, ainsi qu’un pétrolier, deux croiseurs et plusieurs destroyers.

Au sein de la bataille du Pacifique, les principaux tournants ont été la bataille de la mer de Corail(4-8 mai 1941), Midway(3-6 juin 1942), Java (27 février 1942) et les six batailles de Guadalcanalou Salomon.

Au cours de la bataille de Leyte, le Japon a pour la première fois employé systématiquement une nouvelle arme, si l’on peut dire : les kamikazes, des pilotes suicidaires qui écrasaient leurs chasseurs Zero chargés de bombes sur les ponts des navires ennemis. Ils ont réussi à couler trente-quatre navires et à en endommager 288.

Laisser un commentaire