Opération Marita

Sommaire

L’opération Marita était le nom de code de l’invasion allemande de la Grèce pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a été planifiée dans le but de résoudre la « question des Balkans », à un moment où la Yougoslavie, après un premier rapprochement avec l’Axe, risquait de tomber dans la sphère d’influence du Royaume-Uni et de l’Union soviétique. De son côté, la Grèce, après les échecs de l’offensive italienne, a vu la présence alliée sur son territoire s’accroître : Opération marita. La Bataille de Grèce était inévitable.

Situation politique et militaire

L’attaque italienne sur la Grèce

En 1940, la Grèce était dirigée par Ioannis Metaxas, un politicien pro-fasciste soutenu par le roi George II, qui avait été rétabli sur le trône le 3 novembre 1935, à la suite d’un coup d’État militaire qui avait restauré la monarchie après avoir été déposé 11 ans plus tôt avec la proclamation de la république.

Metaxas est contacté à 3 heures du matin le 28 octobre par l’ambassadeur italien à Athènes, Emanuele Grazzi, qui lui remet un ultimatum dans lequel l’Italie accuse la Grèce de violer sa neutralité, ainsi qu’une demande d’occupation de certains points du territoire grec qui aurait favorisé les opérations navales italiennes en mer Égée, et donc aussi en Méditerranée.

Il n’a eu que trois heures pour accepter les conditions. Le Premier ministre a refusé, également par manque de temps pour examiner les demandes, ces conditions. Par conséquent, à 6 heures du matin, les premières troupes italiennes stationnées en Albanie ont commencé leur progression sur un front de quelque 150 kilomètres de large.

La campagne italienne en Grèce, voulue par Mussolini pour tenter d’équilibrer les succès obtenus jusqu’alors par l’Allemagne, aurait dû suivre les modalités de la blitzkrieg. Mais, contrairement aux attentes, la résistance de l’armée grecque, ainsi que les difficultés dues à la nature du territoire et au mauvais équipement de l’armée italienne, stoppent rapidement l’offensive, la transformant en une guerre de positions, sans avancées significatives de part et d’autre. A tel point que le 4 décembre, le chef d’état-major, le maréchal Pietro Badoglio, est remplacé par le général Ugo Cavallero.

Metaxas permet aux troupes britanniques de s’établir en Crète et à Suda et, dans les mois qui suivent, les forces grecques peuvent passer à la contre-attaque, pénétrant en territoire albanais. La situation sur le front italo-grec et la présence de forces britanniques sur le sol grec conduisent Hitler, le 27 mars 1941, à ordonner à l’OKW de préparer un plan d’invasion de la Grèce et de la Yougoslavie, dont la structure interne, influencée à l’époque par l’Union soviétique et la Grande-Bretagne, risque de limiter le contrôle allemand sur le pays.

L’intention des Britanniques

Le 29 janvier 1941, Ioannis Metaxas est décédé et Alexandros Korizis lui a succédé. Operation marita 1941. Le général John Dill est présent lors d’une réunion à Athènes, le 22 février, entre le ministre britannique de la Guerre, Anthony Eden, et son conseiller militaire. Le sujet était la possibilité d’envoyer un corps expéditionnaire allié en Grèce, étant donné la présence croissante des troupes allemandes en Bulgarie et en Roumanie, combinée au déploiement de troupes bulgares à la frontière, ce qui présageait une attaque du pays en soutien à l’Italie, alors en grande difficulté.

Churchill avait auparavant exprimé son intention d’ouvrir un « front balkanique » qui, outre la Grèce, comprendrait également la Yougoslavie et la Turquie. L’expédition diplomatique dans la capitale hellénique est couronnée de succès et il est convenu d’envoyer un contingent de plus de 60 000 hommes comprenant des troupes britanniques, australiennes, néo-zélandaises et polonaises libres, prenant le nom de W Force.

Cependant, l’expédition ne s’est pas déroulée sans controverse ni opposition. Le général Dill tente de s’y opposer en privé, se plaignant que l’envoi d’une force importante en Grèce, face à une attaque allemande de grande envergure, serait futile, car elle serait trop faible par rapport aux forces que l’ennemi amasse à la frontière grecque.

En outre, le contingent terrestre ne dispose que d’une seule brigade blindée et est presque totalement dépourvu d’unités de l’armée de l’air, dont les quelques chasseurs et bombardiers disponibles dans les bases grecques sont déjà utilisés contre les Italiens, et ces ressources sont prises sur le front nord-africain, où les unités allemandes de l’Afrika Korps commencent à affluer.

Churchill, malgré ces objections, pensait que, grâce à l’aide offerte à la Grèce, cette dernière accepterait vraisemblablement de mettre à la disposition de la Royal Air Force les grandes bases aériennes de Salonique, auxquelles elle s’était opposée jusqu’à présent pour ne pas fournir de prétextes à l’Allemagne, et cette concession aurait assuré aux bombardiers britanniques la possibilité d’atteindre les champs pétrolifères de Ploie?ti. Le 2 mars, il entame l’opération dite Lustre, c’est-à-dire le transport de troupes et de matériel vers la Grèce, qui s’achève le 26, avec l’arrivée dans les ports du Pirée et de Salonique.

Le coup d’Etat en Yougoslavie

Le 1er mars 1941, la Bulgarie adhère au pacte tripartite, dans lequel l’Allemagne promet la Thrace et l’accès à la mer Égée. Dans le même temps, un pacte de non-agression est signé entre le pays des Balkans et la Turquie, ce qui, d’une part, rassure cette dernière sur le fait que l’Allemagne ne violera pas sa neutralité, mais, d’autre part, provoque des réactions de l’Union soviétique quant à la violation de sa zone de sécurité, bien que la protestation formelle ne soit suivie d’aucune mobilisation de troupes.

Le lendemain, les troupes allemandes destinées à envahir la Grèce commencent à se déployer sur le territoire bulgare, provoquant une rupture des relations diplomatiques entre Londres et Sofia le 5 mars. Operation marita glory of generals 3. La Yougoslavie restant le dernier pays neutre des Balkans, elle subit d’intenses pressions diplomatiques de la part d’Hitler, de Winston Churchill et du roi George VI de Grande-Bretagne, mais le 20 mars, le prince Paul informe son gouvernement que le pays adhère au pacte tripartite, qui est officialisé à Vienne le 25 mars.

L’adhésion de la Yougoslavie au pacte tripartite déclenche une vague de protestations dans le pays et, le 27 mars, un coup d’État mené par le général Dušan Simovic place Pierre II de Yougoslavie sur le trône : (Operation marita greece 1941). Le nouveau gouvernement signe immédiatement un pacte de non-agression avec l’Union soviétique, mais attend le 2 avril pour informer l’Allemagne qu’aucun accord formel avec la Grande-Bretagne ne sera conclu, ce qui implique que l’accord entre les puissances de l’Axe et la Yougoslavie ne sera pas dissous.

Ce délai a suffi à Hitler pour confirmer les ordres émis le 27 mars au moment du coup d’État, la directive 25, qui autorisait l’état-major allemand à élaborer des plans pour l’invasion de la Yougoslavie, qui devait commencer en même temps que l’invasion de la Grèce, l’opération Marita, le 6 avril, reportant la date de début de l’opération Barbarossa prévue de la mi-mai à la fin juin.

Les forces en jeu

Pour l’invasion de la Grèce le 6 avril 1941, l’Allemagne déploie les forces précédemment envoyées en Bulgarie en prévision de l’attaque. Il s’agissait de la 12e armée, commandée par le maréchal Wilhelm List, avec cinq divisions d’infanterie et trois divisions blindées, du 18e corps de montagne, commandé par le général Franz Böhme, complété par la division SS Leibstandarte, commandée par l’Obergruppenführer Josef Dietrich, et de la IV. Luftflotte, commandée par le général Alexander Löhr, avec quelque 1 200 avions, dont la zone d’opérations s’étend jusqu’en Yougoslavie.

Allez plus loin  Renya Mutaguchi

L’armée grecque, commandée par le général Alexandre Papagos, disposait de trois armées au moment de l’attaque allemande, soit 5 divisions d’infanterie et une brigade d’infanterie, 14 divisions de montagne, une division motorisée, équipée seulement de 24 chars légers de fabrication italienne et néerlandaise et de quelques camions italiens, et une division de cavalerie, pour un total de 540 000 hommes, dont 50 000 conscrits. L’armée de l’air, après les affrontements des mois précédents contre la Regia Aeronautica, ne dispose que de 41 chasseurs. Pour sa part, la marine dispose d’une petite flotte qui comprend un vieux croiseur blindé, ainsi que des unités dépassées : 2 croiseurs légers, 8 destroyers, dont 4 de la classe italienne Hydra, 13 torpilleurs, 2 torpilleurs et 6 sous-marins.

Les Alliés, déployés dans le nord du pays près du mont Olympe, disposent d’une force, commandée par le général Henry Maitland Wilson, composée du 1er corps australien du général Thomas Blamey, de la 2e division néo-zélandaise du général Bernard Freyberg, de deux divisions britanniques et d’une brigade polonaise, soit au total quelque 60 000 hommes.

L’opération

Les directions des mouvements et la chute de Thessalonique

Le 6 avril 1941, à 00h00, la 12ème armée allemande, précédée de bombardements d’artillerie et accompagnée de bombardements en piqué de Stuka, franchit les frontières de la Bulgarie et de la Yougoslavie pour commencer l’invasion de la Grèce.

L’avancée devait s’effectuer le long de deux lignes principales à l’ouest, les forces blindées principales devaient progresser au-delà de Skopje, pour traverser la frontière grecque près de Florina, tandis que la 2e division blindée, sous les ordres du général Rudolf Veiel, devait avancer en direction de Strumica vers Salonique.

Le 18e Corps de montagne avait pour mission de franchir la ligne dite de Metaxas, une barrière fortifiée d’environ 150 kilomètres de long le long de la frontière bulgare, garnie par des unités de l’armée grecque de Macédoine orientale, commandée par le général Konstantinos Bakopoulos, tandis que les unités d’infanterie allemandes, complétées par des troupes bulgares, étaient chargées d’occuper Xanthi et Komotini, et avec elles la région de Macédoine orientale et de Thrace, Thasos, Samothrace et les îles de la mer Égée au large de la Turquie.

Les premières unités à avancer vers la ligne Metaxas furent les 5e et 6e divisions de montagne, commandées respectivement par les généraux Julius Ringel et Ferdinand Schörner, et tard le 7, la première, malgré quelques tentatives de contre-attaque des unités grecques, réussit à percer, tandis que la seconde, franchissant le col de Rupel à une altitude d’environ 2 500 mètres, descendit dans la vallée, atteignant la ligne de chemin de fer menant à Salonique.

La ligne Metaxas, qui se termine au point de frontière entre la Bulgarie et la Yougoslavie, est franchie du côté est par les deux divisions d’infanterie du XXXe Corps sous les ordres du général Otto Hartmann, la 50e sous les ordres du général Karl-Adolf Hollidt et la 16e sous les ordres du général Sigfrid Henrici, commandée par le général Sigfrid Henrici, et du côté ouest par la 2e division blindée et la 72e division d’infanterie, commandée par le général Philipp Müller-Gebhard, qui ont franchi le col de Strumica jusqu’à la frontière gréco-yougoslave, qui a été franchie avec très peu de résistance.

La vitesse des panzers allemands permet à l’unité blindée allemande d’atteindre l’arrière de l’armée grecque de Macédoine orientale, qui, après l’occupation rapide de Salonique le 9 avril, se rend sans condition.

L’encerclement des armées grecques en Albanie

Parallèlement à l’attaque de la ligne Metaxas, le XVe Corps, sous les ordres du général Georg Stumme, progresse à travers la Yougoslavie, conquiert la ville de Skopje le 7 avril et se déplace vers Monastir, qui est atteint le 10, puis continue vers Prilep et Bitolj, près de la frontière grecque, qui est franchie le jour suivant.

L’avancée rapide des troupes blindées allemandes prépare le terrain pour un éventuel encerclement des deux armées grecques engagées contre les Italiens sur le territoire albanais, et du contingent allié, la force dite W.., avait des moyens insuffisants pour arrêter l’attaque, avait des moyens insuffisants pour l’arrêter, et par conséquent le général Wilson décida de retirer la ligne défensive dans la zone au sud de la rivière Aliacmone et sur le Mont Olympe, pour augmenter la possibilité de défense de la capitale, et le retrait fut protégé par quelques unités d’arrière-garde, soutenues par les quelques avions de la RAF dont les Britanniques disposaient à l’époque.

En tête des troupes allemandes se trouve la division blindée SS Leibstandarte Adolf Hitler, qui est la première à franchir la frontière gréco-yougoslave et qui, le 11, atteint la ville de Vevi, mais la résistance de l’arrière-garde alliée rend ses assauts vains jusqu’à l’arrivée de la 9e division blindée, commandée par le général Alfred von Hubicki, qui parvient à percer la ligne de défense, repoussant les troupes alliées vers la ligne précédemment atteinte par le corps principal du contingent commandé par le général Wilson.

L’occupation de la ville de Vevi permet aux Allemands d’atteindre leur objectif d’isoler les deux armées grecques face aux Italiens : Le 13 avril, le général Stumme ordonne à la Leibstandarte Adolf Hitler de rejoindre la 73e division d’infanterie, commandée par le général Bruno Bieler, et de se déplacer vers le sud-ouest en direction de Kastoria pour couper la retraite des Grecs, qui avaient commencé leur retraite plus tôt dans la journée, et, le 15, la ville est conquise et toutes les voies de fuite possibles sont fermées.

Dès le 12, dès que Papagos ordonne aux troupes grecques engagées en Albanie de commencer à se retirer pour éviter les embuscades, le commandant de l’armée d’Épire demande à ses supérieurs de commencer à négocier un armistice. Cette demande est refusée, mais le 20 avril, le commandant de l’armée de Macédoine occidentale, Tsolakoglu, prend l’initiative et entame des négociations de reddition uniquement avec les Allemands.

Le retrait du contingent allié

Le 13 avril, au moment où commence l’encerclement des armées grecques en Épire et en Macédoine occidentale, la 9e division blindée allemande poursuit sa route vers Athènes et, pour tenter de contrer son avancée, le général Wilson ne dispose que d’une seule brigade blindée, positionnée au sud de Ptolémaïs, où le génie britannique a préparé un piège pour les chars allemands.

Un pont a été dynamité au-dessus d’un canal profond qui rendait les véhicules blindés infranchissables, mais le stratagème s’est avéré futile, car les panzers ont réussi à traverser un terrain marécageux, initialement considéré comme infranchissable, et ont attaqué, soutenus par la Luftwaffe, les chars alliés, détruisant 32 d’entre eux et poursuivant leur avance. La situation incite Wilson à reculer davantage car, après la conquête de Salonique par le XVIIIe Corps de montagne, ce dernier progresse vers le sud le long de la mer Égée, risquant de se rapprocher de l’ensemble du contingent allié, et le général Papagos développe l’idée de suggérer l’évacuation du contingent allié de Grèce.

Allez plus loin  Opération Bagration

Le commandant britannique estime qu’aucune autre solution n’est possible et ordonne un retrait en direction du col des Thermopyles, laissant quelques unités à l’arrière pour retenir l’avance allemande, pour tenter d’atteindre Athènes, afin de permettre aux soldats d’embarquer pour la Crète ou Alexandrie.

Le 14 avril, la 9e division blindée allemande conquiert la ville de Kozani, établissant une tête de pont au sud de la rivière Aliakmon, mais la résistance des unités arrière de la 2e division néo-zélandaise freine leur progression et le général Stumme est contraint de donner l’ordre à la 5e division blindée, commandée par le général Gustav Fehn, fraîchement arrivé de Yougoslavie où il avait servi dans le 1er groupe blindé sous les ordres du général Paul Ludwig Ewald von Kleist, de se déplacer vers l’ouest en direction de Grevena afin d’éviter le col obstinément tenu par les troupes du général Freyberg. Mais comme le terrain est difficile à traverser pour les véhicules blindés, il faut quatre jours à la division pour l’atteindre, ce qui permet aux troupes de Wilson de poursuivre le retrait de l’aile ouest de leur déploiement vers les Thermopyles.

Au même moment, à l’est, la 2e division blindée allemande poursuit sa marche vers le sud, suivie par le 18e corps de montagne, mais, même de ce côté de la ligne, le terrain rend le déplacement des chars extrêmement difficile et, pour ne pas perdre de vitesse, le général Veiel ordonne à une division de motocyclistes de précéder l’avance.

Le 15 avril, sous la pression des divisions de panzers et d’infanterie qui contournent les positions défensives, les Néo-Zélandais sont contraints de se replier vers les gorges du fleuve Peneus, dernier obstacle naturel devant les Thermopyles.

Le 16 avril, les 5e et 6e divisions de montagne reçoivent l’ordre de flanquer la gorge par laquelle doit passer la 2e division blindée, qui attaque le 18, traverse la rivière et atteint Larissa le 19 avril, infligeant de lourdes pertes à l’ennemi, au centre du front, la 5e division blindée occupe Trikala, se rapprochant des forces d’arrière-garde alliées qui protègent le retrait du contingent principal, les empêchant de rejoindre la ligne défensive préparée par Wilson au col des Thermopyles.

La reddition de l’armée grecque

Le 20 avril, les 5e et 2e divisions blindées allemandes, avant-postes de leurs corps d’armée respectifs, poursuivent leur route vers les Thermopyles, tandis qu’à Athènes, l’activité est intense entre le commandement militaire allié et les autorités grecques. Le 19 avril, une réunion se tient entre le roi Georges II, le général Papagos et les généraux britanniques Wilson et Wavell, où sont définies les modalités d’évacuation du contingent allié.

Au même moment, dans le nord, le général Tsolakoglu, désobéissant aux directives qu’il avait reçues auparavant, accepte de signer la reddition de la 1ère armée grecque à Josef Dietrich et en même temps de toutes les forces armées du pays, reddition qui est formalisée le 21 avril sous le commandement de la 12ème armée allemande.

La nouvelle des négociations parvient à Mussolini par l’intermédiaire du général Alfredo Guzzoni qui, après une conversation téléphonique avec le général Enno von Rintelen, avait été informé par ce dernier que le maréchal List avait demandé au général Cavallero d’arrêter l’avancée des troupes italiennes afin de ne pas entraver les négociations d’armistice en cours avec le général Tsolakoglu.

Le Duce reçoit avec indignation la communication du général Guzzoni et exige que l’armistice soit formalisé en présence des représentants italiens et, à cette fin, tout au long de la journée, des communications ont lieu entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays, avec l’intervention directe de Galeazzo Ciano et de Joachim von Ribbentrop, et, malgré les protestations répétées des Grecs, il est convenu de répéter la cérémonie le 23 dans une villa près de Salonique, avec le général Ferrero représentant l’Italie.

L’occupation d’Athènes et du Péloponnèse

Le 21, le XVIIIe Corps arrive à Volos, pour continuer rapidement vers Lamia, au nord-ouest des Thermopyles, où la 5e Division blindée arrive également. Le 23 avril, les avant-gardes des forces allemandes commencent l’attaque vers les Thermopyles, qui se déroule à la fois depuis la côte et depuis les collines surplombant le col.

La 6e division de montagne, après un bombardement intensif par les Stukas, donne le premier assaut qui, malgré la défense acharnée des troupes néo-zélandaises, réalise les premières avancées appréciables, tandis que les panzers, bloqués par le terrain inadapté, subissent quelques pertes.

Le général Freyberg, commandant de la 2e division néo-zélandaise, qui reste en ligne avec les soldats, reçoit l’ordre de se diriger vers l’un des points d’embarquement convenus, mais reste sur place, ne commençant le retrait qu’après minuit. Le lendemain, l’attaque menée par les Allemands brise les dernières défenses alliées, permettant une avancée rapide vers le sud, et les forces restantes de Wilson se replient sur Thèbes pour tenter d’y établir une nouvelle ligne de défense, mais celle-ci est également percée le 26 avril, obligeant le contingent à se retirer définitivement dans les ports du sud de la Grèce.

L’embarquement des troupes alliées aurait pu se faire relativement facilement à partir du port du Pirée, mais un bombardement survenu le 6 avril, jour du début de l’opération Marita, avait fortement réduit leur capacité, de sorte qu’elles durent se rendre dans certains ports plus petits de la Grèce continentale, comme Rafina, Megara et Porto Rafti, et dans d’autres sites de débarquement du Péloponnèse, comme Nauplie, Monemvasia et Kalamai.

L’Oberkommando der Wehrmacht, afin de couper la retraite du contingent allié, prépare rapidement un plan pour bloquer le canal de Corinthe et piéger les unités qui doivent encore traverser le pont. Le 26 avril, des unités de la 7e division parachutiste sont larguées au-dessus de Corinthe et près du pont, mais les Britanniques parviennent à le faire sauter, rendant l’action allemande inefficace, mais de nombreux soldats alliés qui avaient déjà traversé le pont et ne purent l’atteindre à temps pour embarquer furent néanmoins faits prisonniers par les unités de la division Leibstandarte qui occupaient rapidement l’ensemble du Péloponnèse.

Le 27 avril, les 2e et 5e divisions blindées entrent dans Athènes et hissent le drapeau allemand sur l’Acropole, mettant ainsi fin aux hostilités sur le continent grec. L’opération Marita avait été menée à bien en trois semaines avec des pertes modestes, et pendant la campagne et dans les jours qui ont suivi, les îles égéennes et ioniennes allaient tomber les unes après les autres aux mains des forces de l’Axe, à la seule exception de la Crète.

Allez plus loin  Opération Battleaxe

Cette dernière, selon Hitler, devait être conquise pour éviter le danger que représentait pour les opérations allemandes et italiennes en Méditerranée une activité aérienne ou navale à partir de l’île et, immédiatement après l’entrée des troupes de la Wehrmacht dans la capitale, il donna des instructions pour la préparation d’un plan, appelé opération Merkur, pour l’occupation de la Crète.

L’invasion de la Crète

L’opération « Merkur », le plan de conquête de l’île de Crète, a commencé le 20 mai, quand environ 3. 000 parachutistes de la 7e division de parachutistes, commandée par le général Wilhelm Süssmann, appartenant au 11e corps de la Luftwaffe, commandé par le général Kurt Student, précédés par un bombardement aérien intense, ont été largués sur l’île en tant que première vague pour occuper rapidement les pistes d’atterrissage d’Héraklion, de Maléme et de Rhéthymos, ainsi que les ports de La Canée, de Kissamos, de Mires, de Sfakia, de Suda et de Messara.

La deuxième vague, composée de divisions de la 5e division de montagne, débarquera sur les pentes nouvellement conquises et les opérations aéroportées seront suivies par l’arrivée par mer, sous la protection de la Regia Marina, de 6 000 hommes supplémentaires, complétés par du matériel lourd, à savoir de l’artillerie, des camions et quelques chars légers de la 5e division blindée.

L’état-major de l’OKW avait précédemment demandé que les forces soient utilisées pour l’occupation de l’île de Malte, considérée comme plus dangereuse pour les routes maritimes de l’Axe vers l’Afrique du Nord. Operation marita map. Mais le général Student s’y oppose, arguant que les forces alliées sur l’île, combinées à sa forte défense aérienne, rendraient impossible une attaque aérienne, tandis que la garnison de Crète, composée, à l’exception d’une brigade britannique déjà sur l’île, de survivants de l’évacuation de la Grèce et de réservistes de l’armée grecque, et ne disposant pratiquement pas d’avions, pourrait être submergée par une action rapide depuis les airs.

Les parachutistes allemands subissent de lourdes pertes lors du débarquement ou immédiatement après, étant attaqués non seulement par les soldats alliés mais aussi par la population civile, et le sturmregiment, commandé par le général Eugen Meindl, chargé de prendre l’aérodrome de Maléme, se retrouve, le 20 mai en fin de journée, avec moins de 1 000 de ses 3 000 hommes à la sortie et aucune des pistes d’atterrissage n’est occupée le premier jour.

L’action depuis la mer est également entravée par la Royal Navy, qui parvient à couler plusieurs navires de la flottille qui se dirige vers l’île, mais, entre le 20 et le 22 mai, les avions allemands endommagent gravement le cuirassé HMS Warspite et parviennent à couler deux croiseurs légers, HMS Gloucester et HMS Fiji, et quatre destroyers, avec l’aide également de la Regia Aeronautica, dont les bombardiers CANT Z.1007 coulent le destroyer HMS Juno.

Bien que la piste d’atterrissage de Maléme soit encore aux mains des Alliés, des avions de transport Junkers Ju 52 s’y posent sous le feu de l’ennemi, débarquant quelque 650 hommes de la 5e division de montagne et parvenant à capturer le premier aérodrome qui, malgré une tentative de contre-attaque des divisions néo-zélandaises le 22 mai, Les Allemands parviennent à débarquer des renforts allemands et l’action continue des Stuka et Zerstörer Messerschmitt Bf 110, qui bombardent et mitraillent continuellement les troupes du général Freyberg, l’incite à entamer un retrait vers l’ouest.

Le retrait a permis aux Allemands d’amener des forces de plus en plus importantes sans être inquiétés et, le 23 mai, la 5e division de montagne avait presque entièrement débarqué sur l’île, commençant à gagner du terrain à l’est. Operation marita order of battle. Le général Ringel, commandant des opérations terrestres en Crète, décide de diviser les forces qui ont débarqué à Maléme : les parachutistes doivent avancer le long de la route côtière au nord de l’île, tandis que les troupes de montagne doivent se diriger vers le sud, en marchant à travers le terrain montagneux, pour prendre les Alliés à revers.

La situation tourne rapidement en faveur des Allemands et, le 26, le général Freyberg communique avec le Middle East Command et informe le général Wavell que la perte de la Crète n’est plus qu’une question de temps et, pour éviter que la Luftwaffe ne rende l’évacuation impossible, il est décidé d’évacuer le lendemain : La garnison de Candia a été évacuée le 28 mai, la garnison de Retimo n’a pu être atteinte par la Royal Navy et a dû être abandonnée. Au cours des trois jours suivants, toutes les positions défensives ont été abandonnées et le gros des troupes de l’île s’est dirigé à travers les montagnes vers le port de Sfakia, où des unités navales alliées arrivaient pour les récupérer.

L’évacuation de la garnison alliée est achevée le 1er juin : sur les quelque 32 000 hommes présents sur l’île, 18 000 sont sauvés, tandis que les autres périssent ou sont faits prisonniers par les Allemands. En revanche, les Allemands ont subi la perte d’environ 3 700 hommes et de quelque 2 500 blessés, pour la plupart des parachutistes, et la structure de transport aérien elle-même a été fortement endommagée, puisque 220 des 600 avions de transport ont été détruits, et ces pertes se sont avérées par la suite totalement disproportionnées par rapport au résultat obtenu.

La partition de la Grèce et l’État hellénique

Avec la fin des hostilités à Athènes, un gouvernement militaire grec et un État fantoche-collaborateur, l’État hellénique (29 avril 1941 – 12 octobre 1944), ont été établis, dirigés par le lieutenant général Georgios Tsolakoglu (29 avril 1941 – 2 décembre 1942), Suivent ensuite le professeur de médecine Konstantinos Logothetopoulos (2 décembre 1942 – 7 avril 1943) et l’homme politique I?ann?s Rall?s (7 avril 1943 – 12 octobre 1944), soumis toutefois au contrôle de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste.

Le pays hellénique est occupé et divisé en zones d’influence entre les forces victorieuses, à savoir l’Italie, l’Allemagne et la Bulgarie.

  • L’Allemagne nazie occupe militairement la Macédoine centrale et orientale avec l’important port de Thessalonique, la capitale Athènes, les îles de la mer Égée du Nord et une partie de l’île de Crète.
  • Le Royaume de Bulgarie gagne la Thrace.
  • L’Italie fasciste, déjà présente dans la mer Égée avec ses possessions du Dodécanèse, prend le contrôle de la majeure partie de la Grèce continentale et des îles Ioniennes.

Laisser un commentaire