La bataille de Berlin

Sommaire

La bataille de Berlin, également connue sous le nom de « chute de Berlin », s’est déroulée du 16 avril 1945 au 2 mai 1945. Elle a vu les restes des forces du Troisième Reich affronter l’Armée rouge. Staline a donné une portée symbolique à ce coup final porté au régime nazi après les lourdes pertes subies par les Soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale.

https://www.youtube.com/watch?v=nSuE3f4D7uI

L’effondrement du Troisième Reich en 1945

Au début de 1945, seule une petite partie de l’Allemagne avait été envahie. À l’est, les Soviétiques sont aux portes de la Prusse orientale. À l’ouest, les Alliés font face à la ligne Siegfried, qui protège la rive gauche du Rhin. Hitler croyait encore qu’il disposait des armes expérimentales (telles que les V1 et V2) pour renverser la situation.

Le 12 janvier 1945, les Soviétiques lancent une offensive massive (de la Baltique aux Carpates), sous le commandement des maréchaux Tcherniakovsky (3e front biélorusse), Rokossovsky (2e front biélorusse), Joukov (1er front biélorusse) et Koniev (1er front ukrainien). Staline profite de la compétitivité entre les généraux pour réaliser les réalisations les plus importantes. Pendant ce temps, les forces allemandes sont concentrées sur le front occidental en raison de la bataille des Ardennes. En dix jours, la Wehrmacht (groupe d’armées de la Vistule) est détruite et l’Armée rouge conquiert la majeure partie du territoire de la Pologne d’avant 1939, s’empare des zones industrielles vitales de la Silésie et de la majeure partie de la Prusse orientale, et atteint l’Oder (la future frontière germano-polonaise) à Custrin.

Hitler, dont la condition physique s’est considérablement détériorée depuis l’attaque du 20 juillet 1944, ordonne, comme d’habitude, à ses généraux de ne pas battre en retraite et de contre-attaquer. Ses analyses étaient complètement déconnectées de la réalité ; il ne semblait pas se rendre compte de la force réelle de ses armées. Il se heurte régulièrement à Heinz Guderian, chef d’état-major pour le front de l’Est, qui lui tient constamment tête, jusqu’à ce qu’il soit remplacé, fin mars, par le général Hans Krebs.

En entrant sur le territoire allemand, les troupes soviétiques sèment la panique parmi la population allemande des provinces orientales. La propagande de Joseph Goebbels rapporte d’innombrables cas de pillages, de meurtres et de viols collectifs. La bataille de berlin. Un exode massif a lieu vers l’ouest avec des millions de réfugiés des territoires allemands déjà pris. Le froid, la famine et les bombardements sont les causes les plus fréquentes de décès parmi la population civile.

Les réfugiés allemands sont rarement soutenus par les autorités nazies. Il est possible que la désorganisation générale et la fuite rapide des hauts commandants nazis en soient la cause principale, mais il est également probable qu’il s’agisse d’une stratégie délibérée visant à encourager les soldats allemands à se battre plus vigoureusement pour protéger les civils restés dans leur patrie. Le Führer avait demandé l’application de la politique de la terre brûlée dans toute l’Allemagne, car il ne supportait pas de voir le sol national allemand tomber aux mains des Slaves. Il croyait également que le peuple allemand, qui avait échoué dans son destin providentiel, méritait son sort de destruction.

Goebbels, de plus en plus exposé, Hitler n’apparaissant plus guère en public, et avec sa nouvelle fonction de commissaire du Reich pour la défense de Berlin, organise les unités Volksstürm, c’est-à-dire des unités composées des dernières réserves de troupes (les hommes les plus âgés ou les plus malades). Les adolescents des Jeunesses hitlériennes seront également intégrés dans les forces militaires pour la défense du Reich : leur fanatisme en fera les combattants les plus motivés de la bataille de Berlin, mais aussi les plus décimés : la plupart d’entre eux mourront dans la sanglante bataille finale de la Seconde Guerre mondiale.

En février 1945, les Soviétiques s’emparent de Budapest, lourdement défendue par les Allemands. Les Alliés, à l’ouest, avancent jusqu’au Rhin. La bataille de berlin 1813. Les bombardements stratégiques américains et britanniques continuent de frapper l’Allemagne : du 13 au 15 février, le bombardement de Dresde, une ville pleine de réfugiés, tue près de 25 000 personnes.

Allez plus loin  La bataille de Midway

Situation stratégique.

En mars 1945, l’Armée rouge conquiert la Poméranie, assiège Königsberg et Breslau, et établit des têtes de pont sur la rive ouest de l’Oder, à moins de 50 kilomètres de Berlin. Pendant ce temps, les forces alliées à l’ouest progressent à l’est du Rhin au début du mois de mars, et la 3e armée de George Patton effectue une avancée radicale dans le centre de l’Allemagne. Le 1er avril, le groupe d’armées B du maréchal allemand Walter Model est pris dans une manœuvre de poche dans la Ruhr. Les Alliés avancent plus vite que les Soviétiques à ce moment-là. Ils peuvent atteindre Berlin ou Prague avant eux. C’est ce que veulent Patton ou Winston Churchill et Bernard Montgomery, qui craignent un futur conflit avec les Soviétiques.

Mais à la conférence de Yalta, en février 1945, les dirigeants alliés et Staline, profitant de leur avantage en Europe de l’Est et des sacrifices massifs de leurs troupes, s’accordent sur leurs zones d’occupation respectives. Le territoire à l’est de l’Elbe, qui comprend Berlin, doit aller à l’Armée rouge. Le commandant en chef allié Eisenhower, invoquant les accords et souhaitant sauver des vies américaines (considérant exagérément que la poursuite de l’offensive entraînerait des pertes de 100 000 hommes), ordonne l’arrêt de la progression de ses troupes : elles ne doivent pas dépasser l’Elbe, Berlin étant à peine à une centaine de kilomètres. Il y avait aussi le problème de la longueur excessive des lignes de communication américaines. En outre, les généraux américains ne savent pas que de nombreux militaires allemands préfèrent que Berlin soit prise par les Américains et sont prêts à capituler.

L’ordre de ne pas traverser l’Elbe a été donné le 15 avril 1945, trois jours après la mort de Roosevelt, alors que les têtes de pont étaient déjà installées et que les chars traversaient déjà le fleuve : La bataille de berlin film. Cette décision redonne le moral aux troupes américaines qui, jusqu’alors, avaient connu une avancée explosive malgré le fait qu’elles étaient retenues par quelques poches de résistance SS.

Du côté soviétique, Staline avait caché à ses alliés et même à ses commandants que Berlin était son objectif militaire, affirmant que son effort principal serait concentré sur Dresde à la mi-mai et que seules les troupes de second rang seraient dirigées vers Berlin : La bataille de berlin film russe. En fait, Staline espérait d’abord encercler la capitale allemande à la mi-avril afin d’empêcher l’intervention britannique et américaine, puis prendre la ville.

La 1ère armée américaine de Courtney Hodges et l’Armée rouge de Zhukov s’affrontent à Torgau le 25 avril 1945. Les forces allemandes sont coupées en deux. Le 26 avril 1945, les troupes soviétiques s’emparent de l’aéroport de Tempelhof, privant les troupes allemandes du soutien de la Luftwaffe.

Berlin avant la bataille

Au printemps 1945, Berlin semble relativement éloignée de la zone des combats mais ressemble à une métropole en guerre : le Tiergarten a été transformé en parc d’artillerie lourde, les bâtiments témoignent des traces de bombardement, la population se cache dans des abris et vit dans l’obscurité ou à la lumière des bougies.

Dans un Berlin en guerre, l’émergence d’un intense marché noir permet aux habitants de trouver, malgré la répression, des produits dont ils pourraient avoir besoin.

L’offensive générale soviétique…

La bataille de Berlin commence le 16 avril 1945 avec l’attaque de nuit. Mais cette première offensive échoue parce qu’elle a été mal préparée.

Les plans de l’armée soviétique sont d’encercler la ville et de mettre fin à toute résistance nazie par un barrage constant d’artillerie de lance-roquettes Katyusha. Mais ces bombardements d’artillerie ont rendu très difficile la progression des troupes attaquantes vers le centre de Berlin.

Écrasées par les préparatifs soviétiques, les positions allemandes, évacuées puis réoccupées après des salves d’artillerie soviétiques le 16 avril, sont finalement submergées le 19 avril 1945. La bataille de berlin le dernier assaut. Le jour suivant, les unités allemandes de Wenck et Heinrici commencent à montrer des signes de déclin, mais certaines unités, composées principalement de membres des Jeunesses hitlériennes, tentent d’arrêter les chars soviétiques avec des Panzerfaust. La bataille de berlin le dernier assaut streaming. Les différentes lignes de défense avancées de la capitale du Troisième Reich sont plus ou moins facilement vaincues par les avant-gardes russes, d’abord par la tenaille sud, puis par la tenaille nord.

Allez plus loin  La bataille d'Ouman

Le 20 avril 1945, Joukov commence à capitaliser sur une percée réalisée la veille, face à une 9e armée allemande en pleine désintégration, tandis que les avions de la Luftwaffe jettent leurs dernières forces dans une bataille décisive de Berlin. À la fin de la journée, la première ligne de défense, dispersée et mal équipée en hommes et en matériel, est submergée et les défenseurs allemands n’ont d’autre choix que de fuir en désordre : La bataille de berlin livre. Le lendemain, la ville est encerclée par le nord, prélude à l’encerclement de Berlin, tandis que le centre de la capitale allemande est bombardé par l’artillerie lourde soviétique et que les premières unités soviétiques attaquent la ligne de S-Bahn, qui constitue les défenses extérieures de la ville proprement dite.

La tenaille au sud de la ville, menée par Koniev, d’abord gênée par la configuration du terrain, donnée à la défense, pénètre progressivement dans la ville et enfonce sa ligne de défense extérieure.

Le 24 avril 2014, les formations de Joukov poussent dans les faubourgs nord de la ville, tandis que les troupes de Koniev avancent dans le sud du Brandebourg : (La deuxième guerre de berlin). Les unités des deux fronts soviétiques finiront par fermer l’encerclement en se réunissant à l’arrière à Potsdam. Cette progression se fera au prix de pertes humaines aux mains des troupes nazies.

Des poches de résistance ont émergé, comme dans le Tiergarten.

Les Soviétiques ont rassemblé autour de Berlin plus de 40 000 unités d’artillerie (une unité tous les dix mètres) – un nombre impressionnant !

Les combats à Berlin

Le 20 avril 1945, après la célébration du 56e anniversaire d’Adolf Hitler, de nombreux hauts responsables nazis quittent Berlin en toute hâte, laissant le Führer dans son bunker de la Chancellerie.

Les dispositifs de défense comprenaient tous les moyens de la guerre urbaine : barricades, champs de mines et ruelles.

Une fois les faubourgs de Berlin conquis, au prix d’énormes pertes en hommes et en matériel, la prise de la ville proprement dite commencera enfin le 25 avril 1945. Les obstacles placés sur le chemin des Soviétiques vers le centre de la ville sont balayés les uns après les autres à partir du 28 avril 1945.

Le jour suivant, les ponts sur la Spree tombent l’un après l’autre sous le contrôle des Soviétiques. Le pont Moltke, entièrement miné et défendu de l’autre côté, est finalement pris d’assaut par les Russes le 29 avril.

Les combats font rage dans le quartier des ministres, autour du Reichstag et du bunker d’Hitler, défendu par des volontaires SS de diverses nationalités (dont des combattants scandinaves et néerlandais de la 11e division « Nordland »). Division SS « Nordland », à laquelle se joint le groupe de combat Charlemagne, qui comprend quelque 300 Français sous le commandement de l’Hauptsturmführer Henri Fenet, ainsi que des éléments aussi divers que les héritiers espagnols de la Division bleue et des survivants baltes échappés des combats en Lituanie.

En général, ces combattants fanatiques se sont lancés dans la mission suicidaire de la bataille de Berlin. De même, la plupart des volontaires étrangers qui ont survécu à cette offensive finale sur la capitale du Troisième Reich seront finalement capturés par l’Armée rouge.

La prise du Reichstag

À partir de 1943, le Reichstag est désigné comme la cible finale de la bataille de Berlin dans l’affrontement final contre le Reich. Il s’agissait d’un bâtiment énorme et isolé, qui allait servir de base de départ à un documentaire de propagande communiste.

A l’extérieur du Reichstag se trouvaient également quatre canons de 88 mm et deux chars Tiger II. La défense du Reichstag est coordonnée par le Brigadeführer SS Wilhelm Mohnke.

Allez plus loin  La bataille de Tobrouk

À partir du 28 avril, une puissante attaque soviétique est montée à proximité du quartier gouvernemental.

L’assaut soviétique sur le Reichstag a eu lieu dans l’après-midi du 30 avril. Les combats à l’extérieur et à l’intérieur ont duré toute la nuit et se sont poursuivis au corps à corps jusqu’à ce que le drapeau rouge soit finalement hissé sur le Reichstag au matin du 1er mai 1945. Iosif Staline a demandé au photographe ukrainien Evgueni Khaldei d’immortaliser cet événement, mais il n’était pas présent le jour de la prise du Reichstag. La propagande soviétique recrée donc la scène du 2 mai 1945. Le soldat d’origine géorgienne Meliton Kantaria, sur ordre de Staline, va hisser le drapeau de la même manière que les Américains l’ont fait à Iwo Jima quelques mois plus tôt, le 23 février 1945 exactement.

Peu avant la mort par suicide d’Adolf Hitler et la prise de contrôle du Reichstag, la radio de Berlin a réussi à diffuser, pour la dernière fois, une œuvre de Richard Wagner. La premiere guerre de berlin. C’était la marche funèbre de Siegfried, pour donner du courage aux troupes. Cela annoncerait la fin du troisième Reich de mille ans.

La capitulation allemande.

Depuis le suicide d’Hitler, le gouvernement mis en place par Goebbels, le nouveau chancelier, se rapproche des Soviétiques afin de tâter les conditions de la capitulation allemande. Une trêve est déclarée pour le 1er mai entre 04h00 et 15h00, période pendant laquelle des négociations doivent avoir lieu entre Goebbels, représenté par Hans Krebs, et les militaires soviétiques. Mais après l’échec des négociations, les combats reprennent vers 16h30.

Le 2 mai 1945, à 4 heures du matin, le dernier commandant à Berlin, Helmuth Weidling, signe la capitulation des derniers combattants : le cessez-le-feu prend effet à 17 heures. Entre-temps, le vice-ministre de la Propagande a transmis par radio un ordre annonçant la cessation des hostilités.

Enfin, le 7 mai, le maréchal Wilhelm Keitel signe la reddition inconditionnelle des forces allemandes.

Conséquences de la bataille de Berlin

La ville de Berlin a été détruite à 33% (jusqu’à 70% dans le centre ville). Les zones aéroportuaires et leurs environs ont été préservés pour être réutilisés après la Seconde Guerre mondiale. La destruction totale de Berlin n’était qu’une rumeur. La ville était trop grande pour être détruite, comme cela avait été le cas pour Cologne et Dresde.

Un grand nombre de civils ont été tués pendant les combats, tandis que d’autres ont été torturés ou exécutés par les soldats de l’Armée rouge, ivres de vengeance contre les Allemands. Dans un premier temps, ces comportements sont tolérés par l’état-major de l’Armée rouge, mais dès la signature de l’armistice, ces abus sont rapidement réprimés par le NKVD. En 1945, plus de 3 000 officiers soviétiques ont été jugés pour des crimes contre des civils.

Les archives soviétiques estiment les pertes soviétiques et polonaises durant la bataille de Berlin à 81 116 morts et 280 251 blessés.

Du côté allemand, les pertes humaines totales sont estimées à 458 080 tués et blessés, et 479 298 prisonniers de guerre allemands.

La bataille de Berlin est considérée comme l’une des plus sanglantes et des plus coûteuses en vies humaines de toute la Seconde Guerre mondiale. Au moins, cela a marqué la fin de la guerre sur le continent européen, qui a longtemps souffert.

Laisser un commentaire