La bataille des Ardennes

Sommaire

La bataille des Ardennes, appelée Unternehmen Wacht am Rhein (« Opération Surveillance du Rhin ») par la Wehrmacht et populairement connue en anglais sous le nom de Battle of the Bulge, a commencé le 16 décembre 1944. Cette offensive a été soutenue par plusieurs opérations subordonnées telles que Bodenplatte, Greif, et Währung.

L’objectif allemand de ces opérations était de briser la ligne anglo-américaine en son milieu, de prendre Anvers (Belgique) et de procéder à l’encerclement et à la destruction de quatre armées alliées, forçant ainsi les Alliés occidentaux à négocier un traité de paix avec les puissances de l’Axe.

La bataille des Ardennes a été planifiée dans le plus grand secret, presque dans le silence radio le plus total. Bien que la troisième armée américaine ait anticipé une offensive allemande majeure, l’attaque a réussi à surprendre tout le monde.

L’excès de confiance des Alliés, leur préoccupation pour leurs propres plans d’offensive, la mauvaise reconnaissance aérienne et l’absence relative de contact de combat dans la zone de la première armée américaine ont contribué à la surprise.

La surprise totale a presque été réalisée contre une section faible de la ligne alliée pendant l’attaque, alors que les puissantes forces aériennes alliées ont dû rester au sol à cause du mauvais temps.

La plupart des pertes américaines de l’offensive ont été enregistrées au cours des trois premiers jours de la bataille, lorsque deux des trois régiments de la 106e division d’infanterie américaine ont été contraints de se rendre.

La bataille des Ardennes a été la bataille la plus sanglante à laquelle les forces américaines ont participé pendant la Seconde Guerre mondiale. Le bilan de 19 000 morts américains n’a été surpassé par aucune autre campagne.

En fin de compte, les objectifs allemands n’ont pas été atteints. Dans la défaite, de nombreuses unités allemandes expérimentées manquent cruellement d’hommes et de matériel, tandis que les survivants se replient sur les défenses de la ligne Siegfried.

Contexte

Après la bataille de Normandie, fin août 1944, et les débarquements dans le sud de la France, les Alliés progressent vers l’Allemagne plus rapidement que prévu.

Ce rythme d’avance rapide, associé à un manque initial de ports en eau profonde, a entraîné d’énormes problèmes d’approvisionnement pour les Alliés. Les opérations de ravitaillement utilisant les zones de débarquement en Normandie sont complètement dépassées.

Le seul port en eau profonde proche des plages d’invasion est celui de Cherbourg. Bien que le port d’Anvers ait été capturé intact au cours des premiers jours de septembre, il n’a pu être utilisé avant le 28 novembre, lorsque les Allemands ont été chassés de l’Escaut, qui donnait un accès direct au port.

Ce retard est dû à la priorité accordée à l’opération Market Garden, qui mobilise les ressources nécessaires pour chasser les forces allemandes des rives de l’Escaut.

Les Allemands conservent le contrôle de la plupart des principaux ports de la Manche jusqu’en mai 1945 et les ports qui tombent aux mains des Alliés sont sabotés pour empêcher leur utilisation immédiate.

Les destructions causées au système ferroviaire français dans les jours précédant le jour J, pour rendre les déplacements difficiles pour les Allemands, ont également été préjudiciables aux Alliés en raison de la nécessité de réparer les voies et les ponts.

Un système de camions connu sous le nom de « Red Ball Express » a été mis en place pour acheminer les fournitures aux troupes sur le front, mais pour chaque litre de carburant qui arrivait sur le front belge, cinq litres avaient été consommés pour y parvenir (La bataille des ardennes). Ainsi, début octobre, le problème d’approvisionnement avait ralenti la plupart des offensives alliées.

Les généraux Omar Bradley, George Patton et Bernard Law Montgomery font pression pour que leurs armées respectives soient prioritaires dans l’acheminement du ravitaillement afin de continuer à avancer et à faire pression sur les Allemands.

Le général Dwight D. Eisenhower préfère une stratégie de front large, avec une priorité pour les forces du nord de Montgomery, puisqu’elles ont pour objectif à court terme l’ouverture du port vital d’Anvers, et à long terme la prise de la région de la Ruhr, le cœur industriel de l’Allemagne.

Alors que les Alliés sont paralysés par un manque de ravitaillement, Gerd von Rundstedt parvient à réorganiser les armées allemandes en une défense à moitié cohérente.

Les Allemands décrivent leur offensive dans les Ardennes.

Adolf Hitler estimait que ses armées ne pourraient défendre l’Allemagne avec succès à long terme que si elles pouvaient neutraliser le front occidental à court terme. De plus, Hitler pense qu’il peut diviser les Alliés et faire la paix séparément avec les Américains et les Britanniques, indépendamment de l’Union soviétique.

Un succès à l’Ouest donnerait aux Allemands plus de temps pour concevoir et produire des armes plus sophistiquées et plus meurtrières. Elle permettrait également la concentration des forces à l’est. Cette idée du Führer est généralement considérée comme irréaliste, étant donné la supériorité aérienne des Alliés dans toute l’Europe et leur capacité à intervenir de manière significative dans toute offensive allemande.

Plusieurs officiers supérieurs allemands se disent consternés par le fait que des conditions météorologiques favorables permettraient à l’aviation alliée de stopper efficacement toute action offensive du Troisième Reich : (La bataille des ardennes arte). Hitler ignore ou discrédite ces conseils, car l’offensive est prévue pour la fin de l’automne, lorsque le nord-ouest de l’Europe est souvent couvert d’un épais brouillard et de nuages bas, afin de neutraliser les forces aériennes alliées.

Lorsque l’offensive alliée aux Pays-Bas (opération Market Garden) échoue en septembre 1944, alors que l’opération Bagration est en cours à l’est, l’initiative stratégique revient aux Allemands. Étant donné le manque d’hommes à l’époque, on pensait que la meilleure façon de prendre l’initiative serait d’attaquer à l’ouest, contre des forces alliées plus petites que les Soviétiques.

Même l’encerclement et la destruction irréalistes d’armées soviétiques entières laisseraient les Soviétiques avec une large supériorité numérique. La bataille des ardennes film. Il faut également tenir compte du fait qu’à l’est, les Allemands contrôlaient encore la plupart des lignes de défense « naturelles ».

À l’ouest, les problèmes d’approvisionnement commencent à entraver considérablement les opérations alliées, et même l’ouverture du port d’Anvers en novembre 1944 n’améliore guère la situation. Les armées alliées sont trop dispersées (leurs positions s’étendent entre le sud de la France et les Pays-Bas). Le plan allemand repose sur le principe qu’un coup réussi contre la ligne arrêterait toute avancée des Alliés sur le front occidental.

Plusieurs plans sont proposés pour des offensives majeures à l’ouest, mais le haut commandement allemand se concentre rapidement sur deux d’entre eux. Un premier plan prévoit une manœuvre d’encerclement pour attaquer les deux extrémités des armées américaines autour d’Aix-la-Chapelle, dans l’espoir d’encercler les 9e et 3e armées et de redonner à la Wehrmacht le contrôle d’un terrain fantastique pour la défense, là où elle avait combattu les Américains auparavant.

Un deuxième plan prévoit une manœuvre de blitzkrieg à travers la ligne faiblement défendue de la forêt des Ardennes, répétant l’offensive allemande triomphante de la bataille de France en 1940, qui briserait les liens entre les positions américaines et britanniques et prendrait Anvers.

Ce plan a reçu le nom de Wacht am Rhein (« Veille sur le Rhin »), du nom d’une chanson patriotique populaire. Ce nom impliquait également que les Allemands adopteraient une position défensive sur le front occidental.

Adolf Hitler choisit le second plan, estimant qu’un encerclement réussi aurait peu d’impact sur la situation et que ce second plan aggraverait les relations anglo-américaines.

Le conflit entre Montgomery et Patton est connu dans le monde entier et Hitler pense pouvoir l’exploiter. Si l’attaque réussit, la prise du port d’Anvers laissera 4 armées piégées et sans approvisionnement derrière les lignes allemandes.

Les deux plans étaient centrés sur l’attaque des lignes américaines : Hitler pensait que les Américains ne seraient pas en mesure de combattre efficacement et que l’opinion publique américaine se retournerait contre une perte américaine décisive.

Les maréchaux Walther Model, commandant du groupe d’armées B, et Gerd von Rundstedt, commandant suprême des troupes allemandes à l’ouest, ont la lourde tâche de diriger l’opération.

Tant Model que von Rundstedt estiment que l’objectif de conquérir Anvers est trop ambitieux, compte tenu des maigres ressources dont dispose l’Allemagne vers la fin de 1944.

En même temps, ils pensaient que le simple fait de tenir une position défensive (comme cela avait été fait depuis la Normandie) ne ferait que retarder la défaite, et non l’empêcher. Ils développent donc une option alternative, un plan moins ambitieux qui ne traverse pas la Meuse, que Model appelle l’opération Herbstnebel (Opération brouillard d’automne), et von Rundstedt Fall Martin (Plan Martin) : (La bataille des ardennes film complet). Les deux maréchaux combinent leurs plans pour présenter une petite solution à Hitler, qui la rejette face à leur grande solution.

Les plans

Le haut commandement allemand décide à la mi-septembre, sur l’insistance d’Hitler, que l’offensive dans les Ardennes sera menée de la même manière que la bataille de France en 1940. Alors qu’à cette occasion, les forces allemandes avaient traversé les Ardennes avant d’engager l’ennemi, le plan de 1944 prévoyait que les combats se déroulent dans la forêt.

Les forces principales devaient avancer vers l’ouest jusqu’à ce qu’elles rencontrent la Meuse, puis tourner vers le nord-ouest en direction d’Anvers et de Bruxelles. Le terrain des Ardennes rendrait les mouvements difficiles, tandis que le pays ouvert devant la Meuse offrait un terrain favorable à une avancée réussie vers la côte.

Quatre armées ont été sélectionnées pour l’opération :

  • La 6e armée de Panzer SS, dirigée par Sepp Dietrich. Nouvellement formée, seulement le 26 octobre 1944, et incorporant les formations les plus anciennes de la Waffen-SS, la 1ère division SS Adolf Hitler Leibstandarte et la 12ème division SS Hitlerjugend Panzer. La 6e armée de Panzer SS devait prendre en charge la partie nord de l’attaque, avec pour objectif principal la capture d’Anvers.
  • La 5e armée de Panzer, dirigée par Hasso von Manteuffel, devait prendre la partie centrale avec pour objectif de capturer Bruxelles.
  • La 17e armée, dirigée par Erich Brandenberger, est affectée au sud, avec pour mission de protéger le flanc. Cette armée ne comprenait que 4 divisions d’infanterie, sans grandes formations blindées. Pour cette raison, elle a peu progressé pendant la bataille des Ardennes.
  • La 15e armée, dirigée par Gustav-Adolf von Zangen, joue également un rôle mineur. Récemment reconstruite après de durs combats à Market Garden, elle a été positionnée dans le nord des Ardennes avec pour mission de maintenir les forces américaines dans la région occupées, avec la possibilité d’attaquer si des circonstances favorables se présentaient.
Allez plus loin  La bataille de la Sarre

Pour que l’offensive réussisse, quatre critères devaient être remplis :

  • L’attaque devait être une surprise absolue.
  • Les conditions atmosphériques devaient être mauvaises pour neutraliser la supériorité aérienne des Alliés et les dommages qu’elle pouvait causer à l’offensive et aux lignes d’approvisionnement alliées.
  • Des progrès devaient être réalisés rapidement. Model avait déclaré que la Meuse devait être atteinte le quatrième jour si l’offensive des Ardennes devait avoir une chance de réussir.
  • Les dépôts de carburant alliés devaient être capturés intacts en cours de route, car la Wehrmacht était à court de carburant. L’état-major allemand estime qu’il ne dispose que d’un tiers du carburant nécessaire pour couvrir un tiers ou la moitié de la distance jusqu’à Anvers dans des conditions de combat intense.

Le plan initial prévoyait quelque 45 divisions, dont une douzaine de divisions de Panzer et de Panzergrenadier pour former le fer de lance blindé et plusieurs unités d’infanterie pour former une ligne défensive pendant la bataille des Ardennes.

Mais l’armée allemande manquant cruellement d’effectifs à l’époque, la force d’attaque est réduite à 30 divisions. Si la plupart des divisions blindées sont conservées, il n’y a pas assez d’unités d’infanterie en raison des besoins défensifs à l’est.

Ces divisions ont utilisé certaines des dernières réserves de la Wehrmacht. Il s’agit notamment d’unités de Volksgrenadier, composées d’un mélange de vétérans et de conscrits considérés comme trop jeunes ou trop vieux pour combattre.

Le temps de préparation, le matériel et les fournitures ont été insuffisants pendant les préparatifs. Les réserves de carburant sont précaires, et les divisions de panzers et de mécaniciens sont fortement dépendantes du carburant capturé. Le début de l’offensive est donc reporté du 27 novembre au 16 décembre.

Avant le début de l’offensive des Ardennes, les Alliés sont pratiquement aveugles aux mouvements des troupes allemandes. Lors de la reconquête de la France, les rapports détaillés de la Résistance française avaient fourni une foule de renseignements précieux sur les dispositifs allemands. La bataille des ardennes film complet en français. Mais une fois qu’ils ont atteint la frontière allemande, cette source s’est tarie.

En France, les ordres sont transmis par des messages radio chiffrés par la machine Enigma, messages qui peuvent être interceptés et déchiffrés par les services de renseignement alliés, grâce aux efforts de personnalités telles qu’Alan Turing.

En Allemagne, les ordres sont généralement transmis par téléphone et télétype, et un silence radio est imposé pour tout ce qui concerne la bataille des Ardennes.

En outre, depuis le complot du 20 juillet contre Adolf Hitler, la sécurité avait été fortement renforcée. Et, pour couronner le tout, un automne brumeux a également empêché les Alliés d’obtenir de bonnes photos de reconnaissance de la situation au sol.

En outre, le Haut Commandement allié considérait les Ardennes comme un secteur calme, se fiant aux rapports des services de renseignement selon lesquels les Allemands étaient incapables de lancer une opération offensive majeure à ce stade de la Seconde Guerre mondiale, et que les préparatifs en cours étaient destinés à des opérations défensives et non offensives.

En fait, compte tenu des efforts déployés par les Allemands, les Alliés pensent qu’une nouvelle armée défensive est en train de se former autour de Düsseldorf, au nord du Rhin, probablement pour se défendre contre une attaque britannique.

Ceci est dû à l’augmentation des batteries anti-aériennes dans la région et à la multiplication artificielle des transmissions radio. Pour les Alliés, l’information n’a plus beaucoup d’importance, et cela signifie que l’attaque des Ardennes a réussi à surprendre complètement les Américains. Néanmoins, le chef du renseignement de la troisième armée américaine, le colonel Oscar Koch, avait correctement prévu la capacité offensive allemande.

Comme les Ardennes étaient considérées comme un secteur calme, elles sont devenues une zone d’entraînement pour les nouvelles unités et une zone de repos pour les unités qui revenaient de durs combats au front.

Les unités déployées étaient un mélange de troupes inexpérimentées (telles que les 99e ou 106e divisions naissantes) et de troupes venant de durs combats et se rendant dans la région pour récupérer (telles que la 2e division d’infanterie).

Il a été décidé de planifier 2 grandes opérations spéciales pour l’offensive. En octobre, il est décidé que l’Obersturmbannführer Otto Skorzeny, le commando de la Waffen-SS qui a sauvé l’ancien dictateur italien Benito Mussolini, dirigera un groupe de soldats allemands anglophones dans le cadre de l’opération Greif.

Ces soldats devaient porter des uniformes britanniques et américains et porter des insignes prélevés sur des cadavres et des prisonniers. Leur tâche consistait à aller derrière les lignes américaines et à changer les panneaux de signalisation, à détourner le trafic pour semer la confusion et à contrôler les ponts sur la Meuse entre Liège et Namur.

Fin novembre, une autre opération spéciale très ambitieuse est ajoutée : le colonel Friedrich August von der Heydte doit diriger une attaque de parachutistes (Fallschirmjäger) dans le cadre de l’opération Stösser, un largage nocturne de parachutistes derrière les lignes allemandes visant à capturer un carrefour routier près de Malmedy.

Les services de renseignements allemands avaient fait en sorte que l’offensive soviétique prévue, visant à écraser les restes de la résistance allemande sur le front oriental et à ouvrir la voie vers Berlin, débute le 20 décembre. On s’attendait à ce que Staline retarde le début de l’offensive une fois l’offensive des Ardennes commencée et qu’il attende le résultat avant de poursuivre.

Dans la phase finale des préparatifs, Adolf Hitler et son état-major quittent le quartier général de la Tanière du loup en Prusse orientale, d’où ils ont coordonné une grande partie des combats sur le front oriental.

Après une brève visite à Berlin le 11 décembre, ils se rendent au Nid d’Aigle, le quartier général d’Hitler près de Bad Nauheim dans le sud de l’Allemagne, l’endroit d’où il avait assisté à la campagne triomphante de 1940 contre la France et les Pays-Bas.

L’assaut initial allemand

L’assaut allemand a commencé le 16 décembre 1944 à 5h30 par des tirs d’artillerie lourde sur les troupes alliées devant la zone de la 6e armée panzer SS. A 08:00, les 3 armées ont attaqué à travers les Ardennes.

Dans le secteur nord, la 6e armée panzer SS attaque la brèche de Losheim et la crête d’Elsenborn dans le but de percer les lignes américaines et d’avancer vers Liège. Au centre, la 5e armée panzer avance vers Bastogne et St. Vith, deux carrefours routiers vitaux ; et au sud, la 7e armée avance vers le Luxembourg pour protéger son flanc des attaques alliées.

Les offensives des unités d’infanterie de la 6e armée Panzer SS échouent en raison de la résistance farouche et inattendue des 2e et 99e divisions d’infanterie américaines sur la crête d’Eslsenborn : (La bataille des ardennes film complet en français gratuit). Voyant son avance stoppée, Dietrich opte pour ses forces blindées plus tôt que prévu.

Le 16 décembre, la neige s’est mise à tomber, provoquant l’immobilisation des avions alliés, mais le mauvais temps a également causé des problèmes aux Allemands, dont l’avance a été entravée. En outre, le mauvais contrôle du trafic a provoqué d’importants embouteillages sur les routes et des pénuries de carburant pour les unités avancées.

Les Allemands s’en sortent mieux au centre (ils parviennent à avancer de 30 km dans le secteur de Schnee Eifel), et la 5e armée de Panzer attaque les positions tenues par les 28e et 106e divisions d’infanterie américaines.

Les Allemands n’avaient pas les mêmes forces que dans le nord, mais ils ont réussi à encercler 2 régiments (442e et 443e) de la 106e division dans un mouvement en tenaille qui les a forcés à se rendre.

Le journal officiel de l’armée américaine le décrit ainsi :

Au moins 7 000 hommes ont été perdus, mais peut-être 8 ou 9 000. La bataille des ardennes film complet en français youtube. Les pertes en armement et en équipement sont importantes. La bataille de Schnee Eifel représente le revers le plus grave subi par les Américains au cours des opérations de 1944-45 sur le théâtre européen.

Au sud du front de Manteuffel, le principal espoir allemand reposait sur l’attaque de toutes les divisions à travers l’Our pour augmenter la pression sur les jonctions routières en amont de Saint-Vith et de Bastogne. Les colonnes de Panzer ont capturé les villages environnants.

La lutte pour la prise de ces villages et la confusion des transports ont encore retardé l’attaque, permettant à la 101e Airborne (renforcée par des éléments des 9e et 10e Divisions blindées) d’atteindre Bastogne tôt dans la matinée du 19 décembre.

La défense acharnée de Bastogne, dans laquelle les parachutistes se sont particulièrement distingués, a rendu impossible la conquête par les Allemands de la ville et de son important nœud de communication. Les colonnes de Panzer passent, achevant le siège de Bastogne le 20 décembre, mais ne parvenant pas à sécuriser le carrefour routier vital.

À l’extrême sud, les 3 divisions d’infanterie de Bradenberger sont mises à l’épreuve, après avoir avancé de 6,5 km, par les divisions du 8e corps américain, qui tiennent bon. Seule la 5e division de Fallschirmjäger a pu avancer d’environ 19 km.

Eisenhower et ses principaux commandants réalisent le 17 décembre que les combats dans les Ardennes sont une offensive majeure et non une contre-attaque locale, et ordonnent le renforcement de toute la région : (La bataille des ardennes film critique). En une semaine, quelque 250 000 soldats ont été envoyés. En outre, la 82e division aéroportée est lancée dans la bataille dans la partie nord du saillant, près de la crête d’Elsenborn.

Opération Stösser

Initialement prévue aux premières heures du 16 décembre, l’opération Stösser a été retardée d’un jour en raison du mauvais temps et du manque de carburant. La nouvelle heure de lancement a été fixée à 03h00 le 17 décembre.

La zone de lancement était située à 11 km au nord de Malmedy et la cible était le carrefour de la Baraque Michel. Von der Heydte et ses hommes devaient la capturer et la tenir pendant environ 24 heures jusqu’à ce qu’ils soient relevés par la 12e Division Panzer SS Hitlerjugend.

Juste après minuit le 17 décembre, 112 avions de transport Ju 52 avec environ 1 300 Fallschirmjäger à bord ont pris l’air dans une forte tempête de neige, avec des vents forts et de gros nuages bas.

Allez plus loin  Hatazo Adachi

En conséquence, un certain nombre d’avions se sont trompés de route et ont largué les hommes à 12 km de la zone de largage. En conséquence, seule une petite fraction de la division est arrivée sur place. Les vents forts ont également rendu difficile la descente des parachutistes qui avaient atteint la bonne zone.

Environ 300 d’entre eux ont tout de même réussi à se rallier, mais leur force était trop faible pour causer des dommages sérieux aux Alliés. Le colonel von der Heydte abandonne ses plans de capture des carrefours routiers et ordonne à ses hommes de presser les troupes alliées par des actions de guérilla.

Étant donné la grande dispersion de la crête, avec des Fallschirmjäger partout dans la forêt, les Alliés ont cru que plus d’une division avait été sautée, ce qui a provoqué une grande confusion et incité les hommes à se précipiter pour sécuriser leurs arrières au lieu d’envoyer des hommes au front pour faire face à la véritable menace allemande.

Opération Greif

Otto Skorzeny a réussi à infiltrer un petit groupe de son bataillon de soldats anglophones derrière les lignes ennemies. La bataille des ardennes film distribution. Bien qu’il n’ait pas réussi à s’emparer des ponts vitaux sur la Meuse, la présence du bataillon a provoqué une confusion bien disproportionnée par rapport à ses activités militaires, et les rumeurs se sont rapidement propagées.

Même le général Patton était alarmé et, le 17 décembre, il décrivait la situation au général Eisenhower comme étant celle de Boches [Allemands]… parlant un anglais parfait… faisant un esclandre, coupant les fils électriques, retournant les panneaux de signalisation et effrayant des divisions entières.

Cette surveillance plus étroite a cependant rendu les choses plus difficiles pour les infiltrés allemands, et certains d’entre eux ont été capturés. Même pendant les interrogatoires, ils ont poursuivi leur mission de désinformation : lorsqu’on les interrogeait sur leur mission, certains d’entre eux disaient qu’ils devaient se rendre à Paris pour enlever ou assassiner le général Eisenhower.

La sécurité autour du général a été considérablement renforcée, et il a été confiné dans son quartier général. Comme les prisonniers avaient été capturés en uniforme américain, ils ont été fusillés ; c’était la pratique courante de toutes les armées de l’époque, bien qu’elle soit ambiguë au regard de la Convention de Genève, qui spécifiait que les soldats devaient porter des uniformes les distinguant en tant que combattants.

Skorzeny a évité la capture, a survécu à la guerre et semble avoir été impliqué dans l’itinéraire d’évasion de l’ODESA nazi.

Le massacre de Malmedy

Au nord, le principal fer de lance blindé de la 6e SS Panzer Army est le Kampfgruppe Peiper, composé de 4 800 hommes et 600 véhicules de la 1re SS Panzer Division, sous le commandement du Waffen-SS Oberst Joachim Peiper. Passant le point Elsenborn à 7 heures du matin le 17 décembre, ils ont atteint un dépôt de carburant américain à Büllingen, où ils se sont arrêtés pour remplir leurs réservoirs avant de continuer vers l’ouest.

A 12h30, près du petit village de Baugnez, à mi-chemin entre les villes de Malmedy et Ligneuville, les Allemands rencontrent des membres du 285e Bataillon d’observation d’artillerie de campagne : La bataille des ardennes film streaming gratuit. Après un bref engagement, les Américains se sont rendus. Ils sont désarmés et, avec d’autres Américains capturés auparavant (environ 150), sont conduits dans un champ près du carrefour où ils sont abattus.

On ne sait pas ce qui a provoqué la mise à feu et il n’y a aucune preuve qu’un officier SS ait donné l’ordre de l’exécution. La nouvelle de ces décès se répandit rapidement parmi les soldats alliés, et il était courant de ne pas faire de prisonniers parmi les SS ou les Fallschirmjäger. La bataille des ardennes film streaming vf. Les soldats capturés qui avaient été membres du Kampfgruppe Peiper ont été jugés au procès du massacre de Malmedy après la Seconde Guerre mondiale.

Les combats se poursuivent et, au crépuscule, le fer de lance est dirigé vers le nord pour engager la 99e division d’infanterie américaine, et le Kampfgruppe Peiper arrive au front à Stavelot. Elle a pris du retard, car il lui a fallu 36 heures pour progresser de l’Eifel à Stavelot (alors que pendant la bataille de France en 1940, il ne lui a fallu que 9 heures). De plus, à mesure que les Américains se replient, ils détruisent des ponts et des dépôts de carburant, privant ainsi les Allemands du carburant dont ils ont désespérément besoin et retardant encore leur progression.

Le massacre des Wereth 11

Un autre massacre est commis à Wereth (Belgique), à quelques centaines de mètres de Saint-Vith, le 17 décembre 1944. 11 soldats noirs américains, après s’être rendus pacifiquement, ont été torturés et assassinés par des membres de la 1ère Panzer Division, appartenant au Kampfgruppe Hansen. L’identité des tueurs reste inconnue, et les auteurs n’ont pas été punis.

Assaut du Kampfgruppe Peiper

Peiper entre dans Stavelot le 18 décembre, mais les Américains lui opposent une résistance farouche. Incapable de les vaincre, il laisse une petite force de soutien dans la ville et se dirige vers le pont de Trois-Ponts avec le gros de ses forces, mais lorsqu’il arrive, les ingénieurs américains en retraite l’ont déjà détruit.

Peiper fait demi-tour et se dirige vers le village de La Gleize et, de là, vers Stoumont. Là, à l’approche de Peiper, les ingénieurs américains détruisent le pont et les troupes américaines se retranchent et se préparent à une bataille acharnée.

Le Kampfgruppe Peiper a été coupé du gros des forces allemandes (et du ravitaillement) lorsque les Américains ont repris Stavelot, mal défendu, le 19 décembre (La bataille des ardennes film version longue). La situation à Stoumont devenant de plus en plus désespérée, Peiper décide de se retirer à La Gleize où il a positionné des défenseurs en attendant les secours.

Les troupes de secours ne parvenant pas à percer les lignes américaines, Peiper décide le 23 décembre de retourner en chef là où se trouvent les Allemands. Les membres du Kampfgruppe ont été contraints d’abandonner leurs véhicules et leurs équipements lourds, bien que la plupart de l’unité ait réussi à s’échapper.

St. Vith

Au centre, la ville de Saint-Vith, un nœud routier vital, représentait le principal défi pour les forces de von Manteuffel et de Dietrich. Les défenseurs, menés par la 7e division blindée américaine, ainsi qu’un régiment de la 106e division d’infanterie et des éléments de la 9e division blindée et de la 28e division d’infanterie, tous sous le commandement du général Bruce C. Clarke, résistent avec succès. Clarke, a résisté avec succès aux attaques allemandes, ralentissant considérablement l’avance allemande.

Sur ordre de Montgomery, St. Vith est abandonné le 21 décembre ; mais les troupes américaines se replient sur des positions retranchées dans la région, constituant un obstacle impossible à franchir pour les Allemands.

Mais le 23 décembre, les Allemands envahissent les flancs, la position des défenseurs devient intenable, et les Américains se retirent à l’ouest de la rivière Salm. Le plan directeur prévoyait la prise de Saint-Vith à 18 heures le 17 décembre, mais la prolongation de l’action a constitué un obstacle majeur à leur programme qui a été sévèrement retardé.

Bastogne

Le 19 décembre, les principaux commandants alliés se réunissent dans un bunker à Verdun. Eisenhower, réalisant que les Alliés pourraient détruire les forces allemandes beaucoup plus facilement si elles étaient à découvert que si elles étaient sur la défensive, dit aux généraux : « La situation actuelle doit être considérée comme une opportunité pour nous et non comme un désastre. Je veux juste voir des visages heureux à cette table. Patton, réalisant ce que disait Eisenhower, a répondu : « Et puis merde, soyons assez courageux pour laisser ces salauds aller jusqu’à Paris ». Puis nous les étripons et les détruisons.

Eisenhower demande à Patton combien de temps il lui faudra pour faire tourner sa 3e armée (qui se trouve dans le centre-sud de la France) vers le nord pour contre-attaquer. Il a dit qu’il pouvait attaquer avec deux divisions en 24 heures, à l’incrédulité de tous les généraux présents. Avant de se rendre à la réunion, cependant, Patton avait ordonné à son état-major de préparer trois plans pour faire basculer au moins un corps d’armée vers le nord.

Lorsque Ike Eisenhower lui a demandé combien de temps cela prendrait, le mouvement était déjà en marche. Le 20 décembre, Eisenhower retire les 1re et 9e Armées américaines du 12e Groupe d’armées de Bradley et les place sous le commandement du 21e Groupe d’armées britannique de Montgomery.

Le 21 décembre, les forces allemandes avaient réussi à encercler Bastogne, qui était défendue par la 101e division aéroportée et le Combat Command B de la 10e division blindée. Les conditions à l’intérieur du périmètre étaient difficiles, car la plupart des fournitures médicales et du personnel médical avaient été capturés.

La nourriture est rare et les munitions sont si peu nombreuses que les artilleurs n’ont pas le droit de tirer sur les Allemands qui avancent, à moins qu’ils ne forment un groupe important. Malgré de lourds assauts allemands, le périmètre a réussi à tenir. Le commandant allemand a envoyé cette demande au commandant américain à Bastogne :

Au commandant américain dans la ville encerclée de Bastogne.

Les chances de la guerre varient. À ce moment, les forces américaines dans et près de Bastogne sont encerclées par de puissantes unités blindées allemandes. D’autres unités blindées allemandes ont traversé l’Our près d’Ortheuville, capturé Marche et atteint Saint-Hubert après Hompre-Sibret-Tillet. Libramont est aux mains des Allemands.

Il n’y a qu’une seule chance de sauver les troupes américaines encerclées de l’anéantissement : la reddition honorable de la ville encerclée. Afin de vous donner le temps d’y réfléchir, vous disposez de deux heures à compter de l’envoi de la présente lettre.

Si cette proposition est rejetée, un corps d’artillerie allemand et 6 bataillons anti-aériens sont prêts à anéantir les troupes américaines à Bastogne : La bataille des ardennes histoire. L’ordre de tir sera donné à l’expiration du délai de deux heures.

Toutes les victimes civiles causées par ce tir d’artillerie ne montreront pas la fameuse humanité américaine.

Le commandant allemand.

Lorsque le général Anthony McAuliffe, commandant par intérim de la 101e, a reçu la proposition de reddition allemande, il a répondu « Aw, NUTS ! » (une traduction approximative pourrait être Fuck off !). McAuliffe a écrit directement sur le papier : « Au général allemand : NUTS ! » : La bataille des ardennes musique. Quand il s’est rendu aux Allemands, un « NUTS ! » a été ajouté.

Allez plus loin  Opération Greif

Au lieu de lancer une attaque simultanée sur l’ensemble du périmètre, les forces allemandes ont concerté leurs attaques sur plusieurs endroits spécifiques, attaquant en séquence. Bien que cela ait obligé les défenseurs à déplacer constamment des renforts pour repousser chaque attaque, cela a également dissipé l’avantage numérique allemand.

La Meuse

Pour empêcher les Allemands de traverser la Meuse vers Namur, Givet et Dinant, Montgomery ordonne le 19 décembre à toutes les unités qui le peuvent de défendre les ponts. Cela a permis de réunir une force hétéroclite de troupes d’arrière-garde, de police militaire et de personnel terrestre de l’armée de l’air.

La 29e brigade blindée britannique, qui s’était retirée pour se rééquiper, a dû revenir et se déplacer dans la zone. Le XXXe Corps aux Pays-Bas commence également à se déplacer dans la région.

La 2e Panzer Division, qui fait partie de la 5e Panzer Army, effectue la pénétration la plus profonde à l’ouest, atteignant un rayon de 10 miles autour de la Meuse le 24 décembre.

Contre-offensive des forces alliées

Le 23 décembre, les conditions météorologiques ont commencé à s’améliorer, permettant aux forces aériennes alliées d’attaquer. Ils lancent des attaques dévastatrices sur les points d’approvisionnement allemands à l’arrière, et les Thunderbolts P-47 commencent à attaquer les troupes allemandes sur les routes.

Les forces aériennes alliées ont également aidé les défenseurs de Bastogne en parachutant le matériel nécessaire (médicaments, nourriture, couvertures et munitions).

Le 24 décembre, l’avance allemande est stoppée devant la Meuse : La bataille des ardennes streaming. Les unités du XXXe Corps britannique tiennent les ponts de Dinant, Givet et Namur. Les Allemands avaient laissé leurs lignes de ravitaillement derrière eux, et les pénuries de carburant et de munitions atteignaient des niveaux critiques.

Dans l’ensemble, les pertes allemandes avaient été légères, notamment parmi les blindés, qui étaient presque intacts, à l’exception des pertes de Peiper. À l’aube du 24 décembre, le général Hasso von Manteuffel recommande à l’adjudant militaire d’Adolf Hitler d’arrêter les opérations offensives et de se retirer à l’abri du Mur occidental. Mais le Führer a refusé.

La troisième armée de Patton se bat pour reprendre Bastogne. À 16 h 50 le 26 décembre, l’avant-garde du 37e bataillon de chars de la 4e division blindée atteint Bastogne, mettant fin à son lourd siège.

Retrait allemand

Le 1er janvier, pour tenter de poursuivre l’offensive, les Allemands lancent deux nouvelles opérations. À 9 h 15, la Luftwaffe lance l’opération Bodenplatte, une campagne contre les aérodromes alliés aux Pays-Bas.

Des centaines d’avions ont bombardé les aérodromes alliés, détruisant ou endommageant quelque 465 appareils, avec des pertes de 277 appareils : 62 abattus par des chasseurs alliés et 172 par un nombre étonnamment élevé de canons antiaériens alliés, placés pour se protéger des attaques de V-1, mais aussi par des tirs amis de canons antiaériens qui n’étaient pas informés de l’attaque majeure qu’ils préparaient.

Si les Alliés se remettent en quelques jours de leurs pertes, l’opération laisse la Luftwaffe gravement affaiblie et inefficace.

Le même jour, le groupe d’armées allemand G lance une grande offensive contre une ligne de 110 km défendue par la 7e armée américaine : l’opération Nordwind, la dernière grande offensive allemande sur le front occidental (la 7e armée avait été affaiblie après avoir envoyé, sur ordre d’Eisenhower, des troupes, du matériel et des fournitures au nord pour renforcer le front des Ardennes).

Le 15 janvier, le 6e Corps de la 7e Armée se bat pour sa vie sur 3 fronts en Alsace. Avec des pertes croissantes et à court de réserves, de chars, de munitions et de fournitures, la 7e armée se retrouve dans la situation inévitable de devoir se retirer sur des positions défensives sur la rive sud de la rivière Moder le 21 janvier. L’offensive allemande se termine le 25 janvier.

Au cours de ces combats âpres et désespérés, le 6e Corps a été le plus durement touché, subissant un total de 14 716 pertes. Les pertes totales de la 7e armée sont incertaines, mais au moins 9 000 personnes ont été blessées et 17 000 autres ont subi des pertes.

Les alliés l’emportent

Bien que l’offensive allemande ait été stoppée, les Allemands contrôlent toujours un saillant dangereux dans la ligne alliée. La 3e armée de Patton au sud, située autour de Bastogne, attaquerait au nord, tandis que les forces de Montgomery au nord se dirigeraient vers le sud, le plan étant que les deux se rencontrent à Houffalize.

Les températures de janvier 1945 sont très basses. Les camions devaient être déplacés toutes les demi-heures pour empêcher le carburant de geler, et les armes risquaient elles aussi de geler. En conséquence, l’offensive est retardée.

Eisenhower veut que Montgomery commence l’offensive le 1er janvier, avec l’intention de rencontrer la 3e armée de Patton et de couper les attaquants allemands en deux, en les enfermant dans une poche.

Néanmoins, refusant de risquer une infanterie non préparée au milieu d’une tempête de neige en faveur d’une zone sans importance stratégique, Montgomery ne lance l’offensive que le 3, ce qui explique qu’un nombre important d’Allemands parviennent à abandonner le siège, bien que le matériel lourd doive être abandonné.

Au début de l’offensive, les deux armées étaient séparées d’environ 40 km. L’avance américaine du sud a été limitée à 1 km par jour. La plupart des forces allemandes ont effectué un retrait réussi et se sont échappées de la zone, bien que la situation en matière de carburant soit devenue si désespérée que la plupart des blindés ont dû être abandonnés.

Le 7 janvier 1945, Hitler approuve le retrait des forces des Ardennes, y compris les divisions Panzer-SS, mettant ainsi fin à toute opération offensive.

La controverse au sein du Haut Commandement allié.

Le jour même où Hitler donne l’ordre de retrait, le 7 janvier, Montgomery tient une conférence de presse à Zonhoven, dans laquelle il affirme que la victoire a été obtenue grâce au courage et à la qualité de combat des troupes américaines, caractérisant le soldat américain comme un combattant courageux qui possède la ténacité au combat qui fait de lui un grand soldat.

Il a également évoqué le nécessaire travail d’équipe des alliés et a fait l’éloge d’Eisenhower en déclarant que « le travail d’équipe gagne les batailles et les victoires au combat gagnent les guerres » : (La bataille des ardennes streaming vf). Dans notre équipe, le capitaine est le général Ike ».

La conférence a suscité une certaine controverse lorsque ses commentaires ont été interprétés comme de l’autopromotion, notamment son affirmation selon laquelle, lorsque la situation a commencé à se détériorer, Eisenhower l’a affecté au Nord. Patton et Eisenhower ont estimé que cela était représentatif de la façon dont les Britanniques et les Américains avaient partagé les combats dans les Ardennes.

L’antipathie commune entre Montgomery et Patton est connue, et le fait que Montgomery ne cite aucun général américain à l’exception d’Eisenhower est considéré comme une insulte. Se concentrant uniquement sur son propre commandement, Montgomery poursuit en disant qu’il pense que la contre-offensive s’est très bien déroulée, mais n’explique pas la raison de son report au 3 janvier.

Il s’est ensuite excusé en disant qu’il avait besoin de plus de temps pour préparer le front nord. Selon Winston Churchill, l’attaque de Patton par le sud était très dure mais lente et avec de lourdes pertes, et Montgomery voulait éviter cela.

Montgomery a par la suite reconnu son erreur et a écrit ce qui suit : Je pense maintenant que je n’aurais jamais dû donner cette conférence de presse. Les généraux américains étaient tellement remontés contre moi que tout ce que j’aurais pu dire aurait été mal compris. Il aurait été préférable que je ne dise rien. Eisenhower commentera plus tard dans ses mémoires : « Je doute que Montgomery ait jamais réalisé à quel point les commandants américains lui en voulaient. Ils pensaient qu’il les avait éclipsés, et ils n’ont pas tardé à donner leur version.

Situation stratégique après la bataille des Ardennes

Bien que l’avance allemande ait été stoppée, la situation générale reste dangereuse. Le 6 janvier, Churchill lance un appel à l’aide à Staline et le 12 janvier, l’Armée rouge lance l’offensive Vistule-Oder en Pologne et en Prusse orientale.

Les sources soviétiques affirment qu’il s’agit d’un retard, mais la plupart des sources occidentales en doutent, affirmant que l’offensive soviétique a été retardée par la situation à l’ouest, Staline attendant que les deux camps s’épuisent mutuellement.

La bataille des Ardennes s’est officiellement terminée lorsque les deux armées américaines se sont rencontrées le 15 janvier 1945.

Nombre de morts dans la bataille des Ardennes.

Les estimations des pertes dans la bataille des Ardennes varient considérablement. Le bilan officiel américain est de 80 987 victimes américaines, tandis que d’autres estimations vont de 70 000 à 104 000. Les pertes britanniques totales s’élèvent à 1 400 hommes. Le Haut Commandement allemand a compté 84 834 victimes, tandis que d’autres estimations vont de 60 000 à 100 000.

Les pertes allemandes dans la bataille sont critiques à plusieurs égards : les dernières réserves allemandes ont été anéanties, la Luftwaffe a été brisée et l’armée allemande à l’ouest bat en retraite.

Et, plus important encore, le front oriental est prêt à être pris : à l’est, les Allemands seront incapables d’arrêter le coup soviétique. Les troupes allemandes battent en retraite sur les deux fronts et ne s’en remettront jamais. Le sort de la Seconde Guerre mondiale était ainsi scellé.

Un cimetière temporaire est établi à Henri-Chapelle pour une partie des morts de l’offensive des Ardennes, qui deviendra un mémorial : le cimetière américain d’Henri-Chapelle.

Laisser un commentaire