Hirohito

Sommaire

Introduction

L’empereur Showa (Tokyo, 29 avril 1901 – Tokyo, 7 janvier 1989) était le 124e empereur du Japon dans l’ordre de succession traditionnel et le commandant du Japon pendant la Seconde Guerre mondiale (1941-1945). Hirohito. Son nom personnel était Hirohito et son titre honorifique était Michi no miya.

Son règne, qui a débuté en 1926 (bien qu’il ait en fait régné à partir du 29 novembre 1921 en tant que régent de son père) et s’est achevé à sa mort en 1989, a été de loin le plus long de l’histoire du Japon et le 12e plus long de l’histoire en général.

Depuis le retour de l’Empire centrafricain à la forme républicaine en septembre 1979, le trône du Chrysanthème reste le seul à conserver la dignité impériale.

Au cours des dix dernières années de son règne, Hirohito a donc été le seul monarque au monde à porter le titre d’empereur.

De l’enfance à l’ascension au trône

Hirohito est né au palais d’Aoyama à Tokyo. Il était le premier fils de l’empereur Taish? et de l’impératrice Teimei. Empereur hirohito documentaire. On dit qu’il a été nommé prince héritier à la mort de son grand-père, l’empereur Mutsuhito, le 30 juillet 1912, mais l’investiture officielle a eu lieu le 2 novembre 1916.

De 1908 à 1914, il fréquente l’école aristocratique Gakushuin, puis, de 1914 à 1921, la Togu-gogakumonsho. Empereur hirohito manga. Le 29 novembre 1921, il devient officiellement le régent impérial de son père. La même année, il effectue une tournée de six mois en Europe, visitant le Royaume-Uni, la France, l’Italie, les Pays-Bas et la Belgique.

Le 26 janvier 1924, il épouse une cousine éloignée, la princesse Nagako Kuni (plus tard impératrice Kojun), fille aînée du prince Kuni Kuniyoshi.

Ils ont eu deux fils et cinq filles :

  • Princesse Teru (6 décembre 1925 – 23 juillet 1961)
  • La princesse Hisa (1927 – 1928), décédée en bas âge.
  • Princesse Taka (30 septembre 1929 – 26 mai 1989)
  • Princesse Yori (7 mars 1931)
  • Le prince Akihito (23 décembre 1933), qui deviendra plus tard l’empereur du Japon.
  • Prince Hitachi (28 novembre 1935)
  • Princesse Suga (2 mars 1939)

Le 25 décembre 1926, à la mort de Taisho, Hirohito devient le nouvel empereur et l’ère Showa (l’ère de la « paix éclairée ») est proclamée.

Première période du règne

Au début du règne de Hirohito (1926-1945), le Japon a assisté à une montée progressive des membres des forces armées au sommet du gouvernement. À partir de 1900, les hauts représentants de l’armée et de la marine disposent d’un droit de veto sur la composition du cabinet, et entre 1921 et 1944, plusieurs incidents impliquant l’aile droite se produisent.

En 1932, la vie de Hirohito est mise en danger lors de l’incident de Sakuradamon, une tentative d’assassinat par un indépendantiste coréen, Lee Bong-chang,

En 1932 également, l’une des affaires les plus importantes est l’assassinat du Premier ministre Inukai Tsuyoshi, qui met fin à la succession de gouvernements dirigés par des hommes politiques d’origine civile qui avait caractérisé le règne de Taisho.

Puis, en février 1936, de jeunes officiers de la faction Kodoha, avec le soutien de grands noms de l’armée et d’autres rangs (dont le frère de l’empereur, le prince Chichibu), tentent un coup d’État, le fameux « incident du 26 février ».

Lorsque Shigeru Honjo, un proche collaborateur du Tenno (titre honorifique de l’empereur du Japon, littéralement « souverain céleste »), l’a informé de l’incident, il a immédiatement ordonné la fin des émeutes, qualifiant les officiers impliqués de rebelles.

Hirohito ordonne alors à Yoshiyuki Kawashima, ministre de l’armée, de réprimer l’émeute dans l’heure, se réservant le droit de demander des rapports de situation toutes les trente minutes.

Le lendemain de l’incident, informé des modestes progrès de la répression, Hirohito, s’adressant à Honjo, déclare : « Je vais moi-même diriger la division Konoe et les soumettre » : (Empereur hirohito wikipedia). La rébellion est complètement écrasée le 29 février.

À partir des années 1930, les chefs militaires ont continué à exercer tout le pouvoir politique au Japon et ont mené des politiques qui ont contribué au déclenchement de la deuxième guerre sino-japonaise (1937-1945) et à la participation du Japon à la Seconde Guerre mondiale.

Rôle pendant la Seconde Guerre mondiale

Le Japon est intervenu aux côtés de l’Allemagne et de l’Italie dans la Seconde Guerre mondiale avec l’attaque de Pearl Harbor, qui a eu lieu le 7 décembre 1941, lorsque les forces navales et aériennes japonaises ont attaqué la base navale américaine dans les îles Hawaï.

Allez plus loin  Harold Alexander

Elle a été menée sans déclaration de guerre préalable du Japon, qui n’a été formalisée qu’après le début de l’attaque. Hirohito 1945. Après une série de hauts et de bas militaires, les 6 et 9 août 1945, les États-Unis larguent deux engins nucléaires sur les villes d’Hiroshima et de Nagasaki, faisant entre 100 000 et 200 000 victimes.

Lors de la conférence impériale du 14 août 1945, le conseil de guerre réuni devant le souverain est divisé sur la conduite à tenir et il revient à Hirohito de décider de l’issue de la conférence et d’accepter la capitulation, malgré ceux qui veulent poursuivre la guerre.

Le 15 août 1945, Hirohito annonce par radio à toute la nation que l’Empire du Japon s’est rendu aux forces alliées et a accepté la déclaration de la conférence de Potsdam.

La nuit précédant l’annonce, des militaires opposés à la reddition tentent sans succès de voler le disque sonore contenant l’enregistrement de l’empereur au palais impérial.

Dans un premier temps, l’annonce de la capitulation n’est pas comprise par les sujets japonais, à la fois en raison des perturbations des communications radio et de l’utilisation du keigo, le registre linguistique élevé et le vocabulaire raffiné du Tenno, très différent du japonais d’aujourd’hui.

Par conséquent, il y a eu de nombreux cas de soldats japonais qui ont poursuivi leurs actions hostiles contre les Américains même après la signature de l’armistice (ainsi que ceux qui ont continué à se battre parce qu’ils étaient idéologiquement opposés à la capitulation).

Le problème de la responsabilité impériale

Après la guerre, la question la plus importante était le pouvoir réel que l’empereur avait et exerçait sur les forces armées pendant les conflits (Hirohito 1989). Officiellement, la constitution Meiji stipulait que le pouvoir de commandement des forces armées revenait au Tenno, qui en assurait le commandement.

L’article 4 stipulait :  » L’Empereur est le chef de l’empire, il détient les droits de la souveraineté et les exerce selon les formes de la présente constitution  » ; l’article 6 stipulait également :  » L’Empereur donne la sanction officielle aux lois et ordonne leur promulgation et leur exécution  » ; enfin, l’article 11 :  » L’Empereur a le commandement suprême de l’armée et de la marine « .

Quelle que soit l’interprétation de ces lois, la résolution à laquelle sont parvenus conjointement les fonctionnaires du palais impérial et les forces d’occupation américaines indique clairement que l’empereur n’a eu aucun pouvoir réel et que sa figure, selon le strict protocole, a été purement symbolique et écartée de toute prise de décision.

Cependant, certains historiens, comme Akira Fujiwara et Peter Wetzler, s’appuyant sur des « sources primaires » et sur l’ouvrage monumental de Shiro Hara, affirment avoir la preuve que l’empereur exerçait en fait un fort contrôle sur les rangs militaires par le biais d’un réseau d’intermédiaires et que son comportement, ni pacifiste ni belliciste, était opportuniste.

L’historien américain Herbert Bix soutient que Hirohito pourrait même avoir été le cerveau de nombreux épisodes de la guerre : Hirohito age. Des historiens tels que Bix, Fujiwara, Wetzler et Akira Yamada parlent également d’une série de réunions « derrière le rideau de chrysanthèmes » où des décisions importantes étaient prises entre l’empereur, ses proches collaborateurs et le cabinet : Hirohito causa da morte. Certaines sources primaires, comme le mémorandum de Sugiyama et les journaux intimes de Kido et Konoe, détaillent les réunions informelles que l’empereur Hirohito tenait avec ses aides et ses ministres.

Ces documents montreraient que l’empereur était au courant de toutes les opérations militaires importantes et qu’il interrogeait souvent ses intermédiaires et faisait des propositions de changement.

Relativement récemment, dans les années 1990, des textes inédits intitulés Le monologue de l’empereur Hirohito ont été publiés au Japon. Ces textes ont été préparés par Hirohito et ses proches collaborateurs avant le début de l’occupation, en prévision d’un éventuel procès que le Tenno devrait subir si les forces d’occupation décidaient de le juger.

Dans le monologue, l’empereur évoque son rôle politique, admettant qu’au cours de son règne, il n’a pris que deux décisions totalement indépendantes : la première pour réprimer la révolte des jeunes officiers en 1936 et la seconde pour accepter la capitulation ordonnée par les Alliés.

Allez plus loin  Marc Mitscher

Dans ce contexte, il est également intéressant d’analyser le rôle de la Diète et du Cabinet sur la scène politique japonaise jusqu’en 1945 : (Hirohito causa morte). La Constitution Meiji garantissait une grande autorité aux ministres d’État et ceux-ci soumettaient les décisions prises, généralement à l’unanimité ou à la majorité, au Tenno, qui les ratifiait, les confirmant dans la plupart des cas sans modification d’aucune sorte.

Il convient de noter que le veto supposé du souverain n’a pas prévalu dans ces cas, puisque les décisions étaient toujours discutées et soutenues par un large consensus avant la sanction impériale, et que l’empereur se soumettait à la majorité.

Ce n’est que dans les cas où les ministres ne sont pas d’accord que le Tenno doit prendre des décisions de manière indépendante (comme dans le cas de la capitulation). Hirohito citation. En outre, contrairement à ce qui se passe dans un système parlementaire, les ministres ne sont pas responsables devant la Diète, mais devant le souverain, jetant ainsi les bases d’une situation que de nombreux historiens ont qualifiée d' »irresponsabilité totale ».

Il convient toutefois de noter qu’en septembre 1945, Hirohito se présente personnellement à Douglas MacArthur, commandant suprême des forces d’occupation, et assume l’entière responsabilité de toutes les actions entreprises par les Japonais pendant la guerre.

MacArthur lui-même raconte dans ses mémoires que l’Empereur s’est présenté devant lui en ces termes : « Je me présente devant vous, général MacArthur, pour me soumettre au jugement des puissances que vous représentez, comme seul responsable de chaque décision politique et militaire prise et de chaque action entreprise par mon peuple dans la conduite de la guerre ».

De nombreux historiens critiquent le travail accompli par le général MacArthur et son état-major pour exonérer de toute poursuite l’empereur Hirohito et tous les membres de la famille impériale impliqués dans la guerre.

Le 26 novembre 1945, MacArthur confirme à l’amiral Mitsumasa Yonai qu’une éventuelle abdication de l’empereur est inutile. Avant la tenue du procès pour crimes de guerre, le commandement suprême des forces alliées et les responsables impériaux ont travaillé en secret, non seulement pour empêcher la famille impériale d’être inculpée, mais aussi pour s’assurer qu’aucun témoignage susceptible de les impliquer ne serait enregistré lors du procès.

De hauts fonctionnaires japonais ont collaboré avec les Alliés pour établir des listes de criminels de guerre potentiels, tandis que les personnes accusées de crimes de classe A ont prêté le serment solennel de protéger leur souverain contre toute tentative éventuelle de les impliquer dans des responsabilités de guerre.

L’historien américain Herbert Bix a écrit que le général de brigade Bonner Fellers a été envoyé au Japon pour « œuvrer à la protection d’Hirohito contre le rôle qu’il avait joué pendant la guerre » et « a permis aux principaux suspects de coordonner leur témoignage afin que l’empereur ne soit pas inculpé ».

Bix affirme en outre que « les mesures extraordinaires prises par MacArthur pour éviter que Hirohito ne soit jugé comme criminel de guerre ont eu un impact durable et profondément déformant sur la compréhension japonaise de la guerre » et que « dans les mois qui ont suivi le début du procès de Tokyo, les principaux subordonnés de MacArthur se sont efforcés d’attribuer à Hideki Tojo une responsabilité substantielle pour Pearl Harbor ».

Shuichi Mizota, l’interprète de l’amiral Yonai, a témoigné que Fellers a rencontré l’amiral le 6 mars 1946 et lui a dit : « Il serait plus commode pour la partie japonaise de présenter des preuves que l’empereur est complètement innocent : (Hirohito drip). Je crois que le procès imminent offre la meilleure occasion de le faire. C’est sur Tojo, en particulier, que doit reposer tout le poids de la responsabilité dans ce procès. »

Pour John Dower, un autre historien américain, « la campagne réussie pour absoudre l’empereur de ses responsabilités de guerre ne connaissait aucune limite. Hirohito empereur. Hirohito ne s’est pas contenté de se présenter comme innocent de tout acte formel qui aurait pu faire de lui un criminel de guerre. Hirohito japon. On en a fait une figure presque sainte, sans la moindre responsabilité morale pour la guerre. » « Avec le soutien total du quartier général de MacArthur, l’accusation était comme une équipe de défenseurs de l’empereur. »

Allez plus loin  Josip Broz Tito.

Réactions dans les pays qui ont subi l’occupation japonaise pendant la guerre

De nombreuses personnes en Chine, à Taïwan et en Asie du Sud-Est considèrent l’empereur Hirohito comme le cerveau des atrocités commises par l’armée japonaise lors de la deuxième guerre sino-japonaise et de la Seconde Guerre mondiale et protestent contre les décisions prises par les forces d’occupation de ne pas poursuivre l’empereur Hirohito et certains membres de sa famille.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses voix se sont élevées contre les critères de traitement de la responsabilité impériale pour les crimes commis pendant la période de guerre. Hirohito mort. Aujourd’hui encore, malgré la mort de Hirohito en 1989, des mouvements hostiles à la famille impériale japonaise continuent d’exister dans de nombreuses nations asiatiques qui ont été soumises par les forces japonaises.

La déclaration de Hirohito sur la nature humaine

Hirohito a été le dernier empereur du Japon officiellement considéré comme d’origine ou de nature divine. En janvier 1946, Hirohito adresse à la nation, par radio, la Tenno no ningen sengen (Déclaration de la nature humaine de l’empereur), dans laquelle il déclare formellement qu’il n’est pas de nature divine, niant ainsi la supériorité des Japonais sur les autres nations du monde.

On ignore si sa déclaration était spontanée ou imposée par les forces d’occupation, qui cherchaient à saper les institutions traditionnelles et à abolir la religion d’État, le shinto.

Maladie, décès et réactions

Les premières nouvelles concernant la santé d’Hirohito proviennent de l’Agence de la Maison impériale en septembre 1988, lorsqu’il est annoncé que le Tenno a décidé de ne pas assister à un événement public en raison de sa mauvaise santé : (Hirohito mort de quoi). L’héritier du trône, le prince Akihito, a été délégué pour exercer les fonctions impériales à la place de son père (y compris les fonctions religieuses), mais il n’est pas encore devenu régent.

La nouvelle de la maladie de l’empereur a été immédiatement rapportée par tous les médias japonais et étrangers. Hirohito taille. Des milliers de personnes de tous âges ont afflué au palais impérial pour souhaiter un prompt rétablissement à l’empereur.

Les journaux relatent en permanence l’état physique de Hirohito et les journaux télévisés diffusent régulièrement des bulletins médicaux, souvent très précis et détaillés.

Pendant le séjour du Tenno à l’hôpital, tous les événements, festivals, spectacles et cérémonies, y compris privés, ont été annulés dans tout le pays, ce qui a entraîné des problèmes financiers considérables. Le gouvernement a tenté de calmer les médias, invitant les Japonais, tout en respectant l’empereur, à poursuivre leur travail, car c’est ce qu’il voulait.

La nouvelle s’est rapidement retrouvée dans les pages des journaux étrangers, qui ont couvert l’histoire de près. Il y a même eu des tensions diplomatiques entre le Japon et le Royaume-Uni, lorsque la presse à sensation britannique, le lendemain de l’annonce de la maladie de Hirohito, a qualifié le dirigeant de « monstre maléfique » et l’a accusé de crimes de guerre.

L’empereur Hirohito meurt le 7 janvier 1989 à l’âge de 87 ans, mettant fin à l’ère Showa, la plus longue de l’histoire du Japon. Le règne de l’empereur Akihito et le début de l’ère Heisei. Ce n’est qu’après l’annonce de son décès que l’agence impériale a annoncé la cause de la mort du roi, qui a été établie comme étant une tumeur glandulaire du tube digestif.

Pour honorer la mémoire de l’empereur, des funérailles nationales ont été organisées en présence de nombreux chefs d’État et de gouvernement, ainsi que des cérémonies funéraires shintoïstes. Parmi les principaux représentants de certains pays du monde figuraient le roi émérite Juan Carlos Ier et le président américain George Bush.

Laisser un commentaire