Opération Battleaxe

L’opération Battleaxeétait une offensive britannique en Afrique du Nord visant à clouer les forces de l’Axe au large de Sollum tandis qu’une force combinée d’infanterie et de blindés tournait vers le nord-ouest autour du flanc désertique des forces de l’Axe pour s’emparer de la crête de Hafid et ouvrir la voie à une campagne de secours dans Tobrouk assiégée. Les forces de l’Axe s’emparent de la crête Hafid afin d’ouvrir la voie à une campagne visant à soulager la garnison de Tobrouk assiégée et à ouvrir la voie à l’expulsion des forces allemandes et italiennes de la Cyrénaïque orientale (15/17 juin 1941).

Peu après l’arrivée en Libye du Sperrverband « Libyen » du Generalmajor Hans Freiherr von Funck en tant que premier élément allemand du Deutsches Afrikakorps du Generalleutnant Erwin Rommel (la 15e Panzerdivision sous le Generalmajor Heinrich von Prittwitz und Gaffron et la 5e Leichte Division du Generalleutnant Johannes Streich) dans les convois italiens escortés du 8/11 février (trois cargos allemands) et du 12/14 février (quatre cargos allemands), Rommel reçut l’ordre de rester sur la défensive, mais il passa immédiatement à l’offensive et captura rapidement l’avant-poste britannique d’El Agheila, puis poursuivit une offensive qui, en moins de deux mois, avait progressé jusqu’à Sollum, dans l’ouest de l’Égypte.

La seule position alliée restante en Libye est le port lourdement fortifié de Tobrouk, que Rommel a assiégé. Le 20 avril, en réponse aux gains rapides de Rommel et au siège de Tobrouk, le Premier ministre Winston Churchill ordonne l’opération de convoi  » Tiger  » pour livrer des chars et des chasseurs non pas par la longue route du Cap de Bonne Espérance, mais par la route plus directe et plus rapide, mais plus dangereuse, à travers la Méditerranée.

L’Oberkommando der Wehrmacht s’inquiète de l’audace de Rommel, qu’il perçoit comme une imprudence à l’issue heureuse, et envoie le Generalleutnant Friedrich Paulus, chef adjoint de l’Oberkommando der Wehrmacht, enquêter et faire un rapport sur la situation.

Après avoir assisté à l’une des coûteuses tentatives ratées de Rommel pour prendre Tobrouk, Paulus envoie un rapport à l’OKW décrivant la position de Rommel comme faible, avec des pénuries critiques de carburant et de munitions. En réponse à cela, et compte tenu de l’invasion imminente de l’URSS par l' »Opération Barbarossa », le Generalfeldmarschall Walther von Brauchitsch, commandant en chef de l’armée allemande, ordonne à Rommel de ne pas avancer davantage et de ne pas attaquer à nouveau Tobrouk, mais de tenir sa position et de préserver ses forces.

Les décryptages « Ultra » fournissent aux Britanniques les détails du rapport de Paulus et Churchill, croyant qu’une forte poussée délogerait les forces allemandes de leur investissement à Tobrouk, commence à accroître la pression sur le général Sir Archibald Wavell, commandant en chef au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, pour qu’il lance une offensive immédiate.

Cela a été rendu possible par l’arrivée à Alexandrie, le 12 mai, du convoi « Tiger » avec 238 chars (21 chars légers Mk VIC, 82 chars de croiseurs [dont plusieurs du nouveau type Crusader] et 135 chars d’infanterie Matilda), ainsi que 43 chasseurs Hawker Hurricane.

Cela confère aux forces britanniques une utile supériorité quantitative, mais non qualitative, en matière de blindage, à un moment où les forces de l’Axe de Rommel sont épuisées par une avancée qui les a amenées au bout de lignes de communication trop étendues.

Il est donc interdit à Rommel d’avancer davantage, et il s’arrête dans de bonnes positions défensives derrière les canons Flak de 88 mm (3,465 pouces), qui seront des tueurs de chars phénoménaux lors de la prochaine « opération Battleaxe ».

L’opération a donc opposé une vingtaine de milliers de soldats sous commandement britannique, appuyés par 190 chars et 203 avions (98 chasseurs et 105 bombardiers) à une force de l’Axe de 13 200 hommes appuyés par quelque 196 chars et 214 avions (130 chasseurs et 84 bombardiers).

Le 28 mai, Wavell donne ses ordres pour l’opération « Battleaxe », qui est prévue en trois phases. Au cours de la première phase, les forces de l’Axe devaient être vaincues à la frontière et être autorisées à sécuriser la zone de Halfaya, Sollum, Capuzzo et Sidi Azeiz ; au cours de la deuxième phase, le XIIIe Corps du lieutenant général N. Beresford-Peirse (Western Desert Force) devait avancer et prendre la zone de Tobrouk et El Adem ; et au cours de la troisième phase, le XIIIe Corps devait prendre la zone de Derna et Mechili.

Dans la première phase, les forces britanniques devaient lancer un assaut en trois volets pour nettoyer la région frontalière. À cette fin, le long de la côte et au centre se trouveraient la « force côtière » du major général F. W. Messervy (la 4e division indienne avec la 11e brigade indienne du brigadier R. A. Savory et la 22e brigade de la garde du brigadier I. Erskine) et la « force côtière » du major général F. W. Messervy (le brigadier I. Erskine). Erskine) et la « Force de l’escarpement » du major général M. O’Moore Creagh, respectivement : Opération battleaxe. O’Moore Creagh, respectivement, le premier pour prendre le col d’Halfaya et le second pour prendre le reste de la frontière, c’est-à-dire la région de Fort Capuzzo, Musaid et Sollum, en utilisant le Brigadier H. F. Russell avec des chars légers et des croiseurs, soutenus par les deux régiments d’artillerie du 7e groupe de soutien du Brigadier J. C. Campbell, pour attaquer et détruire le reste de la frontière. C. Campbell, d’attaquer et de détruire les blindés de l’Axe, que l’on pense être situés sur la crête Hafid, et par la même occasion d’encercler toute unité de l’Axe à la frontière entre eux et le reste des forces britanniques.

Après avoir capturé la zone frontalière, les éléments constitutifs de la 7e Division blindée de Creagh (la 4e Brigade blindée du Brigadier A. H. Gatehouse avec des chars d’infanterie, la 7e Brigade blindée et le 7e Groupe de soutien) devaient se reformer et continuer vers le nord pour secourir Tobrouk assiégée. Une fois qu’elles ont rejoint la garnison de Tobrouk, les forces combinées devaient avancer vers l’ouest, repoussant les forces de l’Axe aussi loin qu’elles le pouvaient.

Trois jours avant le début prévu de l’opération « Battleaxe », la RAF devait commencer à affaiblir les forces de l’Axe par des attaques de bombardiers sur la ville portuaire et la base de ravitaillement de Benghazi, tandis que tous ses avions de guerre plus légers capables d’attaques au sol, sous le commandement du 204e groupe du vice-maréchal de l’air R. Collishaw, attaquaient les forces de l’Axe le long de la frontière.

Une fois la bataille commencée, les avions de chasse devaient patrouiller de manière défensive au-dessus des forces terrestres alliées, tandis que les bombardiers moyens devaient se tenir prêts à aider les forces terrestres à faire face aux mouvements de l’Axe.

L’importance accordée à l’opération « Battleaxe » est telle que les chefs d’état-major à Londres ordonnent au maréchal de l’air A. W. Tedder, commandant la RAF au Moyen-Orient, de tout mettre en œuvre pour soutenir « Battleaxe », même si cela implique d’accepter des risques importants sur d’autres théâtres.

Beresford-Peirse et Tedder avaient tous deux leur quartier général bien en arrière de la tête, respectivement à Sidi Barrani et Maaten Baggush. Bien que situé à plus de cinq heures de route du front, Beresford-Peirse avait choisi Sidi Barrani car il possédait l’aérodrome le plus avancé pour les avions de reconnaissance et était également la position la plus avancée avec des communications efficaces avec Maaten Baggush, encore plus éloigné.

Le plan de Wavell était basé sur des informations de renseignement, qui en réalité étaient déficientes en raison d’un manque d’équipement adéquat et de pilotes correctement entraînés pour le rôle spécialisé de la reconnaissance photographique. En raison de cette mauvaise reconnaissance, l’état-major de Wavell croyait à tort qu’environ deux tiers de la force blindée de l’Axe se trouvait autour de Tobrouk, ce qui laissait supposer que seule une force de chars limitée était disponible dans la zone frontalière.

Le début de l’opération « Battleaxe » était initialement prévu pour le 7 juin, mais il a dû être retardé car les unités de chars de Creagh n’ont commencé à recevoir leur nouvel équipement que le 9 juin : (Operation battleaxe ace combat). Par conséquent, « Battleaxe » a commencé le 15 juin, après que les unités de Creagh aient eu six jours pour s’habituer à leurs nouveaux véhicules.

Allez plus loin  Opération Husky

De l’autre côté de la ligne de front, où les forces de l’Axe étaient sous le commandement général du Generale d’Armata Italo Garibaldi, Rommel avait appris de « Brevity » que, bien que les Britanniques n’aient pas gagné de territoire, les défenses de la ligne de front de l’Axe pouvaient être brisées sans grande difficulté.

Sachant que les Britanniques tenteraient inévitablement de pousser la ligne de front à l’ouest de la frontière égypto-libyenne, Rommel ordonne la construction d’une ligne de positions fortifiées de Halfaya à Sidi Azeiz, en plaçant des canons antichars et des champs de mines antichars dans le col de Halfaya et autour du point 206 au sud de Fort Capuzzo et du point 208 à l’ouest de Fort Capuzzo sur la crête de Hafid.

La responsabilité principale de la défense de la frontière est confiée à la 15e Panzerdivision, commandée à partir du 26 mai par le Generalmajor Walter Neumann-Silkow, qui exerce également le commandement tactique du détachement de 7 500 hommes de la 102e Divisione motorizzata « Trento » du Generale di Divisione Giuseppe de Stefanis).

Les forces de l’Axe ont été averties neuf heures à l’avance du début de l’opération « Battleaxe », en raison de la mauvaise sécurité des signaux de la 7e division blindée, qui a révélé de nombreux détails sur les dispositions et les intentions des Britanniques. Sur la base de cet avertissement, Rommel déploie la 5e Leichte Division, commandée à partir du 16 mai par le Generalleutnant Karl Böttcher, au sud de Tobrouk, dans un endroit d’où elle pourra être déplacée contre la région de Sollum ou de Tobrouk selon l’évolution de la situation.

Rommel ordonne également un bombardement d’artillerie lourde de Tobrouk dans la nuit précédant le début de l’opération  » Battleaxe  » afin de dissuader toute évasion de la garnison du port, qui est centrée sur la 7e division australienne du major général J. D. Lavarack (depuis le 18 juin, celle du major général A. S. Allen). Bien que confiant dans l’état de préparation de ses troupes, Rommel était néanmoins très préoccupé par la grave pénurie d’essence de ses forces, qui allait imposer des restrictions importantes à la mobilité tactique.

La 5e Leichte Division étant maintenue en réserve avec les 96 véhicules blindés (57 chars) du 5e Régiment de Panzer comme force principale, la défense initiale de la frontière revient à la 15e Panzerdivision, dont l’élément le plus important est le 8e Régiment de Panzer de l’Oberstleutnant Hans Cramer, composé de deux bataillons, qui dispose d’une centaine de véhicules blindés de combat, dont seulement une cinquantaine de chars PzKpfw III et de chars moyens PzKpfw IV.

La plupart des autres unités de la division avaient été dispersées dans des points forts le long de la ligne défensive de l’Axe. Le reste de la 102e Divisione motorizzata était également sous le contrôle opérationnel de la 15e Panzerdivision : alors que la majeure partie de cette formation était stationnée dans et autour de Bardia, sur la côte à environ 16 km au nord de Sollum, trois bataillons d’infanterie et un régiment d’artillerie avaient été déployés comme garnisons dans la région de Sollum, à Musaid et à Fort Capuzzo.

Tout s’est passé comme prévu pour le XIIIe Corps le premier jour de l’opération « Battleaxe ». Les colonnes de ravitaillement et les aérodromes de l’Axe avaient été frappés à plusieurs reprises par des raids aériens jusqu’au début de l’attaque et, une fois l’opération commencée le 15 juin, les colonnes britanniques ont pu se déplacer sans encombre, grâce à la présence aérienne de patrouilles de chasseurs efficaces, depuis leurs points de départ à Sofafi et Buq Buq jusqu’à leurs destinations : il n’y a eu que six raids aériens de l’Axe pendant la journée.

Du côté nord de l’offensive, à 5 h 15, la « Coastal Force », sous le commandement tactique de Savory, commence à avancer par le col d’Halfaya. Au sommet de l’escarpement se trouvait le « groupe Halfaya » (2/Queen’s Own Cameron Highlanders, 12 chars d’infanterie Matilda et un char léger de l’escadron C du 4th Royal Tank Regiment, et une batterie du 31st Field Regiment).

À l’est de ce groupe et sous le bord de l’escarpement se trouvaient le 1/6th Rajputana Rifles et le 2/5th Mahratta Light Infantry, deux troupes de l’escadron A du 4th Royal Tank Regiment et quelques canons/howitzers de 25 pdr.

À 5 h 40, l’artillerie britannique soutenant le « groupe Halfaya » devait ouvrir le feu sur les forces de l’Axe stationnées au col d’Halfaya afin de fournir une couverture aux chars et à l’infanterie, mais la batterie s’est enlisée dans le sable mou.

Après avoir attendu jusqu’à 0600, 15 minutes après le début des combats à l’ouest sous l’escarpement, le commandant de l’escadron C ordonna à ses chars d’attaquer au sommet du col, mais ils furent presque immédiatement accueillis par le feu des canons antichars de l’Axe, et en quelques heures, toute l’infanterie et les chars légers, sauf un, avaient été détruits. Les Cameron Highlanders parviennent d’abord à presser leur avance, mais sont bientôt repoussés par un détachement de voitures blindées et d’infanterie motorisée allemandes.

Les forces britanniques sous l’escarpement ne s’en sortent pas beaucoup mieux, car quatre des chars d’infanterie Matilda sont neutralisés par des mines antichars qui sont censées avoir été enlevées, ce qui bloque le chemin des deux chars restants et réduit la petite force de chars à servir de casemate. Les Rajputs et les Mahrattas ont tenté à plusieurs reprises d’atteindre le col, mais ont été repoussés à chaque fois.

Dans la poussée centrale, le 7e Royal Tank Regiment atteint Fort Capuzzo à 12h00 et disperse les défenseurs, qui se replient vers le nord pour rejoindre la 15e Panzer Division sur la route de Bardia. Peu de temps après, cependant, le 7e Royal Tank Regiment est contre-attaqué à plusieurs reprises par un bataillon du 8e Panzerregiment.

Après avoir été rejoints par la 22e brigade de gardes, les chars britanniques ont fait face à la dernière et plus importante contre-attaque à 18 h 30, mais ont réussi à la repousser. Ce ne sont pas des assauts sérieux, car Rommel n’est pas encore prêt à engager la 15e Panzerdivision dans la bataille sans plus d’informations.

Au lieu de cela, la principale tactique du 8e Panzerregiment consistait à escarmoucher brièvement puis à feindre une déroute désordonnée pour attirer les chars Matilda dans une poursuite qui les mènerait directement sous le feu des canons antichars cachés. Aucune des parties n’a subi de dommages importants dans ces actions.

En réponse à la prise du fort Capuzzo par les Britanniques, et préoccupé par la possibilité d’une attaque sur Sollum et Bardia, Rommel ordonne à la 5e division Leichte d’avancer vers Sidi Azeiz en vue d’une éventuelle contre-attaque.

À l’exception des unités qui avaient été détachées pour soutenir l’attaque du col d’Halfaya, le 4th Royal Tank Regiment avait été utilisé comme garde de flanc pour le 7th Royal Tank Regiment.

Alors que l’escadron B est maintenu en réserve, les trois troupes restantes de l’escadron A (12 chars) remportent un premier succès contre la position de combat 38, capturant 200 prisonniers de l’Axe et huit canons de campagne avec peu de pertes. Ces gains sont perdus lorsque l’escadron A est repoussé au point 206 et que les forces allemandes contre-attaquent à la position de combat 38.

Dans la soirée, après que l’escadron A ait été réduit à un seul char, les 16 chars de l’escadron B sont entrés en action et le Point 206 a été capturé. En capturant ces objectifs, les Britanniques ont également fait plus de 500 prisonniers allemands et italiens.

Pendant la nuit, la 2 Guards/Scots de la 22 Guards Brigade a pu avancer plus à l’est et prendre l’avant-poste de Musaid.

Du côté ouest de l’attaque, la 7e brigade blindée avait placé le 2e régiment de chars royaux, équipé de vieux chars de croisière, devant le 6e régiment de chars royaux, afin d’utiliser les nouveaux chars de croisière Crusader de ce dernier comme arme de surprise.

La force a atteint la crête Hafid (en fait trois crêtes distinctes) vers 0900 heures : Operation battleaxe battlefield 1942. Après que le 2nd Royal Tank Regiment a franchi la première crête, il a été attaqué presque à bout portant par des canons antichars enterrés, qui ont détruit deux chars de croisière A9 avant que les autres ne puissent se retirer. C’était un sérieux problème pour la brigade, dont les croiseurs de chars étaient armés du canon de 2 rpdr pour lequel il n’y avait pas d’obus HE du type nécessaire à un engagement efficace de l’infanterie et de l’artillerie.

Allez plus loin  La ligue allemande des filles

De plus, le soutien d’artillerie n’était pas immédiatement disponible, car il était attaché au 7e groupe de soutien dans le sud-ouest, où il couvrait le flanc de la 7e brigade blindée. Comme une attaque frontale serait d’un coût prohibitif, il a été décidé de tenter une attaque de flanc en attendant l’arrivée de l’artillerie.

Une petite force du 2nd Royal Tank Regiment est envoyée dans la partie ouest de la crête Hafid avec l’ordre de tourner dans la première vallée. L’attaque s’est d’abord bien déroulée, car les chars ont surpris les forces de l’Axe et ont pu mitrailler les tranchées de l’Axe avec leurs mitrailleuses, ne perdant qu’un seul char dans le processus.

Alors que ce détachement approchait du point 208 dans sa progression vers l’est, le commandant s’est rendu compte des défenses de la zone et a ordonné à ses unités de se retirer : cependant, en raison du manque d’équipement, seul un char par troupe était équipé d’une radio et cinq des chars n’ont pas reçu l’ordre et ont donc continué jusqu’au point 208 et sa destruction par les canons de 88 mm (3,465in) placés par les Allemands.

Les avions britanniques commencent à rapporter que les chars allemands s’approchent de la scène de la bataille, et l’ordre est donné de dégager les crêtes afin que leur terrain avantageux puisse être utilisé dans la bataille blindée imminente. À 17 h 30, les rapports des observateurs avancés ont révélé que les Allemands se retiraient de la crête Hafid et, comme cela semblait être le moment le plus opportun pour attaquer, l’escadron B du 6e Royal Tank Regiment a reçu l’ordre d’attaquer.

Une fois que l’escadron a franchi la première des trois crêtes, il semble que les rapports soient exacts, car on voit des camions allemands et des canons tractés s’éloigner le long de la deuxième crête. Les chars britanniques se lancent à leur poursuite, mais alors qu’ils atteignent la deuxième crête, les forces de l’Axe tendent leur piège et tirent sur les chars des Croisés, à nouveau presque à bout portant, avec les canons de réserve. En quelques minutes, 11 chars Crusader ont été détruits et six autres ont été gravement endommagés, bien que l’infanterie et les canons antichars de l’Axe, combattant à découvert, aient également subi de lourdes pertes.

C’est à ce moment-là que plus de 30 chars allemands d’un des bataillons du 5e Panzerregiment, qui avait été stationné au nord à Sidi Azeiz, ont été vus arrivant de l’ouest. La nuit commençant à tomber, aucun camp ne s’est approché de l’autre et la 7e brigade blindée s’est lentement retirée pendant les combats à distance.

Ainsi, à la fin du premier jour de l’opération « Battleaxe », Fort Capuzzo était aux mains des Britanniques, tandis que le col d’Halfaya et la crête d’Hafid restaient aux mains de l’Axe. Les Britanniques avaient perdu un nombre important de chars.

Dans la 7e Brigade blindée, le 2e Royal Tank Regiment n’avait laissé que 28 chars de croisière et le 6e Royal Tank Regiment seulement 20 de ses 50 chars Crusader d’origine. De nombreux chars qui avaient été rendus inutilisables, mais qui auraient pu être réparés, ont été abandonnés lorsque la 7e brigade blindée s’est retirée de la crête de Hafid, laissant les équipes allemandes de récupération des chars les prendre en charge. De son effectif initial d’environ 100 chars d’infanterie Matilda, la 4e brigade blindée ne disposait que de 37 véhicules utilisables, bien que 11 autres aient été réparés le matin suivant.

Les pertes allemandes en chars ont été négligeables, mais les forces qui tenaient la crête Hafid, le Point 206 et le Fort Capuzzo ont souffert un peu plus.

Le plan de Beresford-Peirse pour le lendemain prévoit que la 11e Brigade poursuive son attaque sur le col d’Halfaya, que la 22e Brigade de la Garde maintienne sa position et que la 4e Brigade blindée renforce la 7e Brigade blindée, afin que les deux combinées puissent engager avec succès une 5e Division Leichte en infériorité numérique.

Les interceptions radio avaient fourni à Rommel une bonne évaluation de la situation britannique, y compris les pertes, les problèmes et les nouveaux ordres de Beresford-Peirse. La principale préoccupation de Rommel est la force du col d’Halfaya, qui est maintenant coincée entre la 22e Brigade de gardes et la 11e Brigade, et qui manque de ravitaillement.

Son plan prévoyait donc que la 5e Division Leichte, qui avait presque entièrement atteint Sidi Azeiz à 24 heures, attaque au sud vers Sidi Omar sur le flanc ouest ouvert des forces britanniques, puis se déplace à l’est vers Sidi Suleiman, et enfin au nord-est vers le col d’Halfaya, tombant ainsi sur la 11e Brigade par l’arrière.

Pour empêcher le redéploiement des chars d’infanterie Matilda, soit pour renforcer la 7e Brigade blindée, comme prévu par Beresford-Peirse, soit pour aider les forces britanniques au col d’Halfaya, Neumann-Silkow reçoit l’ordre d’entreprendre une attaque engagée sur Fort Capuzzo, en commençant alors qu’il fait encore nuit, car les Britanniques ont l’intention de reprendre leur propre opération peu après l’aube.

Le 16 juin, la 11e Brigade reprend l’assaut sur le col d’Halfaya, mais sans plus de succès que le jour précédent. La tête du col est aux mains du 1/104e régiment (mot.) du Hauptmann Wilhelm Bach de la 15e Panzerdivision, qui est à court de ravitaillement, en infériorité numérique, complètement encerclé mais qui tient toujours sa position.

Voyant l’absence de progrès, Messervy ne tient pas compte de l’ordre de Beresford-Peirse de libérer ses chars et décide de conserver les quelques chars Matilda qui lui restent pour briser la défense de l’Axe. Operation battleaxe bgg. Neumann-Silkow commence son attaque contre les Britanniques à Fort Capuzzo à 0600 heures, après avoir organisé ses 80 chars en deux colonnes afin que Fort Capuzzo puisse être attaqué de chaque côté.

L’attaque ne se déroule pas bien dès le début, car la 15e Panzerdivision se heurte directement au feu d’artillerie lourde des canons/howitzers de 25 livres qui ont progressé pendant la nuit et des chars Matilda retranchés. À 10h00, la 15e Panzerdivision avait perdu une cinquantaine de chars et à 12h00, elle avait été forcée de se retirer. Operation battleaxe map. Peu après, les Scots Guards avancent et s’emparent de la caserne de Sollum pour empêcher les forces de l’Axe de déborder par l’est ou de faire la jonction avec la garnison du col d’Halfaya.

Dès l’aube, la 5e division Leichte commence à avancer vers le sud, en passant par le bord ouest de la crête Hafid. La 7e brigade blindée suit la formation allemande à l’est, rejointe par le 7e groupe de soutien lorsque les deux forces approchent de Sidi Omar.

Au cours de l’escarmouche, les chars britanniques ont réussi quelques attaques sur les véhicules de transport allemands non blindés, mais ils se sont trouvés très désavantagés chaque fois qu’ils ont été confrontés aux blindés allemands, qui utilisaient des tactiques extrêmement efficaces.

Armés de canons de 75 mm (2,95 in) capables de tirer un obus HE à une portée effective de 3 000 yards (2 750 m), les chars PzKpfw IV ouvrent le feu alors qu’ils sont encore bien loin des 500 yards (455 m) de portée des canons 2-pdr des chars britanniques. Bien que cette pratique ait peu endommagé les chars britanniques, elle a décimé leur artillerie remorquée de 25 pdr, qui a donc dû se retirer. Sans artillerie à craindre, les chars PzKpfw IV et PzKpfw III, ces derniers étant armés de canons de 50 mm, se rapprochent alors en toute sécurité de leurs homologues britanniques et éliminent les chars de croisière légèrement blindés, tout en restant hors de portée des canons de chars britanniques.

Si les chars britanniques tentent d’avancer pour engager leurs adversaires, ils se replient rapidement derrière un écran préétabli de canons antichars, tandis que les éléments blindés plus légers commencent à contourner les flancs britanniques. Pour aggraver les choses, la 7e brigade blindée a souffert de problèmes de fiabilité avec ses chars, dont beaucoup sont tombés en panne.

Allez plus loin  SS (Schutzstaffel)

Dans l’après-midi, les deux régiments de la 7e brigade blindée s’étaient retirés à l’est de la frontière, et le 7e groupe de soutien s’était encore retiré. À 19 heures, juste au crépuscule, la 5e Leichte Division affaiblit encore davantage la 7e Brigade blindée par une attaque lourde qui ne s’achève qu’à la tombée de la nuit.

Après avoir observé plusieurs engagements entre la 7e Brigade blindée et la 5e Division Leichte, Rommel décide que le moment est venu de lancer une offensive totale contre la 7e Brigade blindée.

À 16 heures, il ordonne à la 15e Panzerdivision de ne laisser que les éléments minimaux en position au nord du fort Capuzzo et de se déplacer aussi rapidement que possible vers le flanc nord de la 5e Leichte Division, qui presse vers l’est en direction de Sidi Suleiman. Rommel espère ainsi couper l’essentiel des forces britanniques, les encercler puis les éliminer.

Dans l’après-midi, Wavell s’était rendu en avion au quartier général de Beresford-Peirse afin que les décisions importantes puissent être prises à temps. À son arrivée, Beresford-Peirse est en réunion avec Messervy et Creagh, où il réaffirme ses instructions pour que l’infanterie poursuive son attaque sur le col d’Halfaya et tienne le fort Capuzzo tandis que la 4e brigade blindée rejoint la 7e brigade blindée pour affronter la 5e division Leichte à l’ouest.

Cette nuit-là, apprenant l’avancée de la 5e division Leichte, Messervy prend l’initiative et ordonne le retrait de ses forces (Operation battleaxe movie). Pour faciliter cette opération, il ordonne aux chars d’infanterie Matilda survivants de la 4e brigade blindée d’établir un écran défensif pour protéger l’infanterie en retraite des avancées blindées allemandes à l’ouest.

En termes d’effectifs, la 7e brigade blindée avait déjà perdu plus de la moitié des chars de croisière avec lesquels elle avait commencé la journée, et ne disposait plus que de 21 chars utilisables. La 4e brigade blindée n’est pas en meilleur état, ayant été réduite à 17 chars Matilda.

À 0430 heures le 17 juin, les blindés allemands ont commencé leur avance. La 5e Division Leichte rencontre la 7e Brigade blindée à 06h00 et commence à la repousser. A 08h00, les Allemands avaient atteint Sidi Suleiman.

Au Fort Capuzzo, les mouvements matinaux de la 15e Panzerdivision convainquent Messervy qu’une autre attaque est imminente, il passe outre les ordres de Beresford-Peirse pour que la 4e Brigade blindée renforce la 7e Brigade blindée afin de s’assurer qu’il puisse encore faire appel à un soutien blindé. La combinaison de ces deux développements inquiète beaucoup Creagh, qui envoie un message à Beresford-Peirse pour demander sa présence afin de recevoir des instructions.

Beresford-Peirse étant désormais avec lui, Wavell prend personnellement le commandement de l’opération et monte à bord d’un avion pour rejoindre le poste de commandement de Creagh à Halfway House. À ce moment-là, la 5e division Leichte et la 15e division Panzer, qui attaquent respectivement par le sud-ouest et le nord-ouest, ne sont plus qu’à 9 miles (14,5 km) du col d’Halfaya.

A 10h00, alors que les blindés allemands avançaient vers l’est, ils ont été rencontrés par les chars Matilda restants de la 4ème Brigade blindée, rejoints sur le flanc par les chars croiseurs restants et l’artillerie de la 7ème Brigade blindée et du 7ème Groupe de soutien. Les blindés ont maintenant formé un écran pour protéger la 22e Brigade de gardes et la 11e Brigade indienne qui se retirent vers Halfway House.

À 10 h 45, Messervy contacte Creagh par radio et, parlant en hindoustani par mesure de sécurité, l’informe qu’il a ordonné à son infanterie de se retirer de Fort Capuzzo et de Halfway House à partir de 11 h 00.

À 12h00, Wavell et Beresford-Peirse arrivent à Halfway House et apprennent le retrait que Messervy a ordonné, et Wavell convient que c’est la bonne chose à faire. L’engagement blindé se poursuit tout au long de l’après-midi, les chars britanniques bloquant l’avancée des Panzers vers le col d’Halfaya jusqu’à 16h00, heure à laquelle la 22e brigade de gardes s’est échappée.

Avec la défaite des forces britanniques et l’absence de réserves disponibles, l’Égypte est désormais ouverte à Rommel. Toutefois, sa position critique en matière de ravitaillement et la menace permanente que représente la garnison de Tobrouk pour ses arrières l’empêchent de tenter d’exploiter son succès, si bien que l’opération  » Battleaxe  » prend fin.

Les pertes de chaque côté avaient été relativement légères et assez égales : les Britanniques avaient subi 969 pertes (122 tués, 588 blessés et 259 disparus), les Allemands avaient subi 678 pertes (93 tués, 350 blessés et 235 disparus) et les Italiens avaient subi 592 pertes au total.

Les pertes de chars au cours de la bataille reflétaient un autre déséquilibre, dans ce cas contre les Britanniques, qui avaient perdu 91 chars (27 croiseurs et 64 Matilda), soit par action ennemie, soit par défaillance mécanique, tandis que les forces de l’Axe avaient perdu une cinquantaine de chars hors d’usage, sans compter ceux qui avaient été abattus et réparés pendant la bataille elle-même.

Toutefois, cela ne reflète pas vraiment le résultat final, car les forces de l’Axe contrôlaient désormais le champ de bataille et étaient donc en mesure de récupérer tous les véhicules hors d’usage, qu’ils soient de l’Axe ou britanniques, pour les récupérer et les réparer : au final, les Allemands n’ont perdu que 12 chars. En termes d’avions, les Britanniques ont subi des pertes beaucoup plus lourdes (33 chasseurs et trois bombardiers) que les Allemands et les Italiens (10 avions allemands).

Les principales raisons des pertes britanniques sont l’entraînement inadéquat des pilotes et la nécessité de maintenir une couverture aérienne continue, ce qui nécessite de nombreuses patrouilles faibles plutôt qu’un plus grand nombre de patrouilles fortes.

L’échec de l’opération « Battleaxe » a eu d’importantes ramifications au sein de l’establishment militaire britannique. Operation battleaxe order of battle. Churchill est extrêmement mécontent des résultats, car il ne s’attendait à rien de moins qu’un succès total, mais on lui annonce que non seulement l’opération a échoué, mais qu’une proportion considérable des chars qu’il avait spécialement envoyés a été perdue.

Churchill souhaite donc écarter Wavell, qu’il tient pour responsable de l’échec, mais il ne peut rien faire qui puisse laisser penser que Wavell est puni de quelque manière que ce soit, car cela soulèverait la possibilité que les partisans de Wavell rejettent à nouveau la faute sur Londres en général et sur Churchill en particulier.

En outre, il n’est pas souhaitable, d’un point de vue politique, que Wavell retourne au Royaume-Uni, car cela pourrait entraîner des questions embarrassantes. Churchill a donc eu recours à l’expédient consistant à faire échanger les affectations de Wavell avec le général Sir Claude Auchinleck, commandant en chef en Inde et l’officier que Churchill voulait maintenant comme commandant en chef britannique au Moyen-Orient.

Une autre victime de la purge de Churchill est O’Moore Creagh, qui est remplacé par W. H. E. Gott.

Beresford-Peirse est critiqué à la fois pour son plan et pour son contrôle global de l’opération « Battleaxe », et le 4 octobre, il est envoyé pour commander les forces britanniques au Soudan, où il succède au lieutenant général Sir William Platt, nouvellement promu commandant en chef du Commandement de l’Afrique de l’Est nouvellement créé.

A son tour, Beresford-Peirse est remplacé au commandement du XIIIe Corps par le Lt. Gen. R. Godwin-Austen, qui avait été promu du commandement de la 12e division (africaine) lors de la campagne d’Afrique de l’Est.

Laisser un commentaire