NSDAP ou Parti national socialiste des travailleurs allemands (le parti nazi)

Sommaire

Introduction

Le Parti ouvrier allemand national-socialiste(en allemand Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei, en abrégé NSDAP), communément appelé Parti nazi, était un parti politique allemand actif entre 1919 et 1945.

Il était connu sous le nom de Parti des travailleurs allemands(DAP) avant un changement de nom en 1920 : Nsdap partiprogram. Le mot Nazi est une abréviation de National aussizialist, par analogie avec le mot allemand sozi pour socialiste. Nsdap grootste partij.

Le dernier chef du parti, Adolf Hitler, a été nommé chancelier d’Allemagne par le président Paul von Hindenburg en 1933. Hitler établit rapidement un régime totalitaire connu sous le nom de Troisième Reich.         

L’idéologie nazie soulignait l’échec du capitalisme Laissez faire, communisme, libéralisme économique et démocratie, prônait le christianisme positif et se fondait sur les idées de Lebensraum(espace vital) et de pureté raciale du peuple allemand et de celui des autres pays du nord-ouest de l’Europe.

Il s’est affirmé comme le protecteur de la nation contre les Juifs, l’influence et la corruption. Les nazis persécutaient ceux qu’ils considéraient comme des ennemis de la race ou lebensunwertes Leben, traduit par vie indigne de la vie.

Cela inclut les Juifs, les Slaves, les Tziganes et les bâtards, ainsi que les communistes, les homosexuels, les handicapés physiques et mentaux, les francs-maçons et autres.

La persécution a atteint son apogée lorsque le parti qui contrôlait l’État allemand a organisé le meurtre systématique de quelque six millions de Juifs et de personnes appartenant aux autres groupes spécifiés, connu sous le nom d’Holocauste ;

La politique expansionniste d’Hitler, en application du principe nazi du Lebensraum du peuple germanique, a conduit au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale : (Nsdap partia).                                 

Débuts et prohibition en 1923

Le NSDAP est issu du Parti ouvrier allemand, en allemand Deutsche Arbeiterpartei(DAP) après son changement de nom le 24 février 1920. La création du parti a eu lieu dans le biergarten de Munich du Hofbräuhaus.

Ce jour-là, le parti publie son programme en 25 points (25-Punkte-Programm). Les principaux points sont la levée du traité de Versailles, le retrait de la nationalité allemande aux citoyens juifs et le renforcement du sentiment de la société (Stärkung der Volksgemeinschaft).

Jusqu’en 1923 il gagne des adhérents surtout dans l’État de Bavière et le 9 novembre 1923, il réalise le coup d’État d’Hitler. Nsdap partia lewicowa. Cette situation s’explique par l’hyperinflation en Allemagne, la mauvaise situation économique générale du pays et l’occupation de la Ruhr par les armées française et belge ;

Après l’échec du coup d’État, le parti est interdit, tous ses biens sont saisis, le bureau de Munich est fermé et Hitler, ressortissant autrichien, est emprisonné. Le NSDAP se joint alors à un autre parti, le Deutschvölkische Freiheitspartei pour se présenter aux élections du Reichstag de 1924.               

Le NSDAP au pouvoir depuis 1933

Après l’échec du coup d’État en Bavière, les nazis continuent de participer aux autres élections des années 1920 ;

Au début des années 1930, poussés par les problèmes économiques dus à la Grande Dépression naissante, ils augmentent considérablement leurs votes et deviennent le deuxième parti au Reichstag, une position qu’ils continuent à améliorer dans les années suivantes ;

Lors des élections législatives de juillet 1932, malgré la menace de proscription par la Sturmabteilung(SA), l’armée privée du parti, les nazis remportent en 1932 un total de 13,57 millions de voix, ce qui en fait le groupe le plus important du parlement

Toutefois, cette victoire est insuffisante pour permettre à Hitler de remporter la chancellerie. Après avoir forgé une alliance avec le Centre catholique et les nationalistes au Parlement, et compte tenu du fait que les nazis ont remporté 22 élections, Hitler est nommé chancelier par le président Paul von Hindenburg le 30 janvier 1933.                

Immédiatement, de nouvelles élections parlementaires sont organisées et les nazis et leurs alliés obtiennent la majorité qu’ils utilisent pour faire passer la loi d’habilitation de 1933, conçue pour placer le pouvoir absolu entre les mains d’Hitler. Après l’abolition de tous les autres partis (5 juillet 1933) et l’interdiction d’en former de nouveaux (14 juillet 1933), les nationaux-socialistes deviennent un parti unique.

Cela faisait partie de la Gleichschaltung, littéralement « synchronisation », un terme utilisé pour décrire le processus par lequel le régime nazi a successivement établi un système de contrôle totalitaire sur l’individu

Nommant les SA comme bras armé du régime et la Schutzstaffel (SS) comme agence auxiliaire des SA, ainsi que créant la police secrète d’État, la Geheime Staats Polizei, avec l’acronyme Gestapo).

L’hymne du parti nazi était le Horst Wessel Lied, une chanson dédiée à l’un des premiers martyrs du mouvement, Horst Wessel, mort au cours d’altercations régulières dans la rue avec des opposants politiques. Chaque membre du parti lors de son adhésion recevait un dossier écrit qui durait six mois, renouvelable pour six autres mois.

A la fin de l’année, ils recevaient une carte indiquant qu’ils étaient membres actifs et disposaient d’un espace pour mettre les douze timbres correspondant au paiement mensuel, le parti étant financé par ses propres membres.

Après deux ans, il reçoit une carte de membre rouge, qui contient les coordonnées et les photos du militant, ses contributions politiques et financières, ainsi que ses devoirs et ses droits en tant que membre du parti.               

Soutien à l’économie et à l’industrie

À la fin de la République de Weimar, les grands employeurs ne soutiennent que dans de rares cas le financement du NSDAP, mais cela change radicalement après 1933.

De grands employeurs comme Albert Fritz Thyssen et Vogler sont inscrits sur une liste de grands employeurs contre Hitler en novembre 1932. Cependant, ces mêmes personnes ont fini par soutenir le parti nazi, qui avait dépensé beaucoup d’argent pour des campagnes de propagande ;

Emil Kirdorf, l’un des plus importants employeurs de la Ruhr, apporte également son soutien. Les dons finissent par devenir une sorte d’impôt révolutionnaire obligatoire. En échange de leur soutien financier, ces entrepreneurs bénéficient de plusieurs avantages.  ;

Afin de réaliser le projet d’Hitler de recréer l’industrie militaire (interdite par le traité de Versailles) et de rendre à la Wehrmacht une opération de l’armée, et d’en adapter d’autres.

Allez plus loin  La presse du Troisième Reich

Surtout, des multinationales comme IG Farben étaient nécessaires pour la production d’essence ou de matériaux synthétiques, comme le  Buma, pour remplacer, en cas de boycott économique, le caoutchouc provenant des colonies britanniques et françaises.

Les industriels ont donc eu une influence décisive sur Hitler, car il dépendait du soutien financier de l’industrie, outre le fait qu’il avait besoin des produits de ces entreprises pour poursuivre sa politique comme il l’avait prévu.

Mais d’un autre côté, comme l’objectif d’augmenter la productivité (implicite dans l’industrie) n’était pas très éloigné des objectifs d’Hitler (course aux armements pour préparer la guerre), la coopération entre les deux parties a suscité de nombreux débats et controverses.

Aussi en Autriche Östmark alors appelé Östmark de l’Est ou la marque a été fondée NSDAP. Il a été créé en 1937, une nouvelle ville, Kraft durch Freude-Stadt, après la guerre pour être appelé Wolfsburg et une usine en théorie pour construire le Volkswagen ou la voiture pour tous, en fait, n’était qu’un camouflage d’une usine de munitions sans lumière.

L’administration de l’État et l’abolition de la séparation des pouvoirs

Après l’assassinat des dirigeants des SA, afin d’empêcher le prétendu coup d’État d’Ernst Röhm, Hitler n’avait plus d’ennemis ou d’opposants à compter au sein même du parti. Ainsi, le principe du pouvoir fondé sur la figure du chef ( » Führer « ) a prévalu jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Par la loi sur  » la stabilisation de l’unité du parti et de l’État  » de décembre 1933, il a aboli la séparation des pouvoirs ;

Le NSDAP proclame que « le parti est lié de manière insoluble à l’État » et qu’il est « le faisceau principal de la pensée politique allemande ». En fait et de jure il se charge de pourvoir tous les postes clés de la gestion des affaires publiques. La même loi stipule que pour assurer une collaboration maximale entre le parti et le gouvernement, le vice-président du parti et le chef de la SA sont membres ex officio du gouvernement.

La loi criminalise également tout acte ou omission qui pourrait porter atteinte à l’activité, à l’organisation ou à la réputation du parti.

Après la mort de Hindenburg, les nazis, qui ne contrôlaient pas le pouvoir, ont fusionné par la loi les fonctions de président et de chancelier en la seule personne de Hitler. Cette concentration du pouvoir a été approuvée par 89,83 % des Allemands lors du référendum sur le chef d’État du Reich en août 1934.        

Au sein du gouvernement, le NSDAP est principalement chargé des tâches organisationnelles et administratives liées aux secteurs qu’il considère comme cruciaux : défense aérienne, évacuation des villes, organisation des camps de concentration et d’extermination, travail forcé, éducation, presse et propagande, recrutement des Jeunesses hitlériennes. Les autres tâches sont pour la plupart laissées à l’administration traditionnelle.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, seul le NSDAP pouvait décider qui pouvait être exempté du service militaire et ne devait pas aller sur le front. En général, ces statuts n’étaient accordés qu’aux responsables du parti nazi. La cupidité des nazis qui occupaient des postes importants au sein du parti, ainsi que leur incompétence et leur corruption, ont progressivement dégradé l’image du NSDAP dans la société dès le début de la guerre.

Financement étranger

La Harriman Bank était le principal lien de Wall Street avec les entreprises nazies et avec les intérêts du métallurgiste Fritz Thyssen aux États-Unis, qui fut l’un des premiers grands financiers du parti nazi jusqu’en 1938. Toutes les transactions étaient approuvées par le département du Trésor américain. Après la déclaration de guerre en 1941, le président Roosevelt a signé le Trading With the Enemy Act.

Elle a duré jusqu’au 20 octobre 1942, date à laquelle le gouvernement américain a ordonné la saisie de tous les biens nazis dans le pays. Prescott Bush, père et grand-père des anciens présidents George HW Bush et George W : (Nsdap partij). Bush, ainsi que son beau-père Samuel Walker, ont été condamnés au titre de cette loi, pour soutien ouvert et actif au parti nazi.                    

Présidents

Dans toute l’histoire du parti, trois personnes ont occupé la fonction de président du NSDAP, la première étant Anton Drexler, l’un des membres fondateurs qui, sous la pression d’Hitler, a quitté le parti pour le réintégrer quelques années plus tard (1933) avec un titre honorifique ;

C’est Hitler qui a mené la clique au pouvoir en Allemagne et qui, avec le temps, est devenu un régime totalitaire. À sa mort en 1945, son secrétaire personnel, Martin Bormann, lui a succédé et a occupé ce poste pendant trois jours, jusqu’à sa mort ;

  • Anton Drexler(24 février 1920 – 29 juillet 1921) futur président d’honneur
  • Adolf Hitler(29 juillet 1921 – 30 avril 1945)
  • Martin Bormann(30 avril – 2 mai 1945)

Structure du NSDAP

Structure de commandement

Le Führer

À la tête du parti nazi se trouvait le président du parti, le Führer, qui avait un pouvoir absolu et une influence totale sur le parti, selon l’idée du Führerprinzip. Tous les bureaux étaient subordonnés à son bureau et dépendaient de ses instructions. En 1934, Hitler a fondé un organe indépendant pour le président, la Chancellerie du Führer, avec ses propres sous-unités.   

Au-dessous de la chancellerie du Führer se trouvait le personnel du Vice-Führer, dirigé par Rudolf Hess du 21 avril 1933 au 10 mai 1941, puis la « Chancellerie du parti » (Parteikanzlei), dirigée par Martin Bormann.      

Les Reichsleiters

Directement soumis au Führer, les Reichsleiters, ou directeurs nationaux du parti, dont le nombre passe progressivement à dix-huit, ont une influence comparable à celle des ministres du Reich (cabinet d’Hitler). Les dix-huit Reichsleiters forment la Direction du Reich du Parti nazi (Reichsleitung der NSDAP), qui est établie dans la Maison brune de Munich. Contrairement aux Gauleiters, les Reichsleiters n’avaient pas de zones géographiques individuelles sous leur commandement, mais étaient responsables de sphères de compétences spécifiques.         

Allez plus loin  Walt Disney et la Seconde Guerre mondiale

Leadership politique

L’organe de direction politique du parti était constitué des personnes souvent associées aux nazis au sens stéréotypé du terme, puisque ce sont ces personnes qui revêtaient l’uniforme brun paramilitaire nazi, faisaient appliquer la doctrine nazie et contrôlaient les affaires du gouvernement local, conformément aux instructions du parti nazi.

La direction politique englobait un large éventail de titres paramilitaires au sommet desquels se trouvaient les Gauleiters, qui étaient les chefs de parti de vastes zones géographiques. Depuis les Gauleiters jusqu’aux nazis, les positions englobaient dans l’ordre les comtés,  les villes et les villages, qui étaient tous des dirigeants incontestés dans leurs zones et régions.   

À la fin de son existence, le parti exigeait le respect du gouvernement allemand traditionnel et, à cette fin, les gouvernements locaux et d’État étaient poussés à une certaine autonomie, aux côtés des organisations régionales dirigées par les nazis. Cependant, en 1936, les gouvernements locaux avaient perdu presque tout pouvoir au profit de leurs homologues nazis. Cela a conduit à la consolidation de titres allemands tels que burgmeister, ainsi qu’à l’existence de législatures d’État allemandes (Landesrat), mais sans aucun pouvoir réel.

Le militantisme au sein du parti nazi

Les membres du parti nazi étaient généralement connus sous le titre de Parteimitglied. Ce terme générique s’appliquait à tout membre du parti qui n’occupait pas de poste de direction. Traduit simplement par « membre du parti », le Parteimitglied peut (ou non) occuper des postes dans d’autres groupes nazis, tels que les SS ou Sturmabteilung.

Le seul insigne du Parteimitglied était une épinglette du Parti nazi. Il n’y avait pas d’uniforme conçu pour les membres qui n’avaient pas de fonction dirigeante. Cependant, ces personnes portaient souvent les uniformes d’autres groupes nazis, les uniformes des agences gouvernementales allemandes, et pouvaient également porter celui des forces armées allemandes.     

Organisations

Le parti était divisé en plusieurs organisations :

  • Bund Deutscher Mädel(BDM) (Union allemande des jeunes filles)
  • Hitler-Jugend(HJ) (Jeunesse hitlérienne)
  • NS-Deutscher Dozentenbund(NSDD), association nationale socialiste des enseignants, à partir de juillet 1944)
  • NS-Deutscher Studentenbund(NSDStB) (syndicat étudiant du parti nazi)
  • NS-Frauenschaft(NSF) (syndicat de femmes)
  • Nationalsozialistisches Kraftfahrerkorps(NSKK) (corps des chauffeurs)
  • Nationalsozialistisches Fliegerkorps(NSFK)
  • NSDAP/AO – Auslandsorganisation (organisation NSDAP à l’étranger)
  • Schutzstaffel(SS)
  • Sturmabteilung(SA)

Certaines organisations étaient des entités juridiques à part entière et possédaient leurs propres actifs. Elles étaient également associées au parti, par exemple :

  • Reichsbund der Deutschen Beamten(syndicat des fonctionnaires du Reich allemand)
  • Deutsche Arbeitsfront(DAF) (front des travailleurs allemands)
  • NS-Deutscher Ärztebund(NSDÄB) (syndicat des médecins du parti nazi allemand)
  • Nationalsozialistischer Rechtswahrerbund(NSRB) (Syndicat national socialiste des avocats)
  • NS-Kriegsopferversorgung(NSKOV)
  • Nationalsozialistischer Lehrerbund(NSLB) (syndicat d’enseignants)
  • Nationalsozialistische Volkswohlfahrt(NSV) (Bien-être social national)
  • Reichsarbeitsdienst(RAD)

Rangs dans la hiérarchie du NSDAP

Titres originaux allemands et traduction anglaise :

Affiliation

Adhésion générale

Les membres du groupe provenaient principalement de milieux urbains et ruraux et des classes inférieures. 7 % appartenaient à la classe supérieure, 7 % étaient des paysans, 35 % étaient des ouvriers industriels et 51 % peuvent être décrits comme appartenant à la classe moyenne ;

Au début de l’année 1933, juste avant la nomination d’Hitler à la chancellerie, le parti montre un manque de représentation des ouvriers, qui représentent 29,7 % des membres, mais 46,3 % de la population. En 1928 il y avait 1378 sections locales du parti, en 1932 ce nombre était passé à 11 845, ce qui reflète la croissance du parti à cette période.   

Lorsqu’il est arrivé au pouvoir en 1933, le parti comptait plus de deux millions de membres. Une fois au pouvoir, il a attiré beaucoup plus de membres jusqu’à sa dissolution où il comptait 8 500 000 membres. Beaucoup d’entre eux étaient des membres nominaux affiliés pour des raisons carriéristes, mais le parti comptait la participation active d’un million d’entre eux, dont presque tous les titulaires de hautes fonctions gouvernementales.

Membres étudiants

En 1926, le NSDAP forme une division spéciale pour impliquer la population étudiante, connue sous le nom de Ligue nationale des étudiants allemands (NSDStB). Un groupe de professeurs d’université, la Ligue nationale socialiste allemande des professeurs d’université (NSDDB), existe jusqu’en juillet 1944 ;

Membres hors d’Allemagne

Les membres du parti vivant hors d’Allemagne se rassemblent dans la NSDAP Auslands-Organisation (NSDAP/AO), une organisation à l’étranger. L’organisation se limitait aux Allemands du Reich et aux Allemands de souche qui n’avaient pas la nationalité allemande, par exemple à Alàcia, Eupen-Malmedy et autres ;

Membres en vedette

  • Adolf Hitler(1889-1945) : depuis 1921 président du NSDAP, depuis 1933 Reichskanzler et depuis 1934 « Führer » et « Reichskanzler »  
  • Heinrich Himmler(1900-1945): Reichsführer de la SS à partir de 1929        ;
  • Joseph Goebbels(1897-1945) : à partir de 1933, ministre du Reich pour l’information publique et la propagande », en avril et mai 1945, il a été « Reichskanzler » pendant deux jours.  
  • Rudolf Hess(1894-1987) : de 1933 à 1941 représentant du « Führer » (dans le parti)
  • Hermann Göring (1893-1946 : ministre-président prussien et ministre des affaires intérieures, de l’aviation, de la chasse et des forêts, maréchal du Reich
  • Joachim von Ribbentrop(1893-1946) : de 1938 à 1945 ministre des Affaires étrangères
  • Martin Bormann(1900-1945) : chef de la porte du parti avec le pouvoir d’un ministre
  • Wilhelm Frick(1877-1946) : ministre des affaires intérieures
  • Baldur von Schirach(1907-1974) : chef des organisations de jeunesse
  • Hans Frank(1900-1946) : à partir d’octobre 1939, chef du gouvernement général 
  • Ernst Röhm(1887-1934) : chef des SA, assassiné lors de la Nuit des longs couteaux   
  • Albert Forster: Gauleiter et représentant du Reich à Danzig    
  • Reinhard Heydrich : Protecteur adjoint du Protectorat de Bohême et de Moravie
  • Adolf Eichmann, chef du service d’émigration et d’évacuation, responsable de la déportation et du meurtre de 4,5 millions de Juifs ;
  • Albert Speer, Reichsminister, architecte
  • Alfred Rosenberg, chargé par le Führer, de l’inspection de la formation et de l’éducation spirituelle et idéologique des membres du parti
  • Baron Ernst von Weizsäcker, secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères sous Joachim von Ribbentrop, membre de la SS
  • Walter Schultze, médecin, SS et directeur de l’école normale du Reich
  • Edmund Veesenmayer, ministre plénipotentiaire pour la Hongrie
  • Hans Hellermann, chef du parti en Catalogne puis en Espagne de 1934 jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale.         
Allez plus loin  Chiens antichars soviétiques

Administration régionale

Pour les besoins de la centralisation dans le processus de la Gleichschaltung une structure hiérarchique rigide a été établie à l’image du parti nazi, qu’il a ensuite portée dans toute l’Allemagne pour consolider le pouvoir total d’Hitler (Führerstaat). Les régions ont été subdivisées en une série de Gaue(singulier : Gau) dirigés par un Gauleiter, qui prenait ses ordres directement d’Hitler.

Le nom (à l’origine le terme était utilisé pour les sous-régions du Saint Empire romain germanique sous un Gaugraf). Le terme est à peu près équivalent dans le shire.          

Le Gaue et Reichsgau (État ou province) est subdivisé en Kreise (districts) dirigés par un Kreisleiter, qui sont eux-mêmes subdivisés en Zellen (cellules) et Blocker (blocs), dirigés respectivement par un Zellenleiter et un Blockleiter.

Symboles des partis

  • Drapeaux nazis : Le parti nazi utilisait une svastika comme symbole et les couleurs rouge et noire, dites allégoriques dans Blut und Boden(« sang et terre »). Une autre définition du drapeau décrit les couleurs représentant l’idéologie du national-socialisme, la svastika représentant la race aryenne du programme nationaliste du mouvement, le blanc représentant la pureté raciale aryenne, et le rouge représentant l’approche « socialiste » du mouvement. Le noir, le blanc et le rouge étaient en fait les couleurs de l’ancien drapeau de la Confédération de l’Allemagne du Nord (promu par Otto von Bismarck, sur la base du noir comme couleur de la Prusse et du blanc et du rouge utilisés par les États allemands du Nord). En 1871, avec la fondation du Reich allemand, le drapeau de la Confédération d’Allemagne du Nord est devenu le Reichsflagge allemand (« drapeau du Reich »). Le noir, le blanc et le rouge sont devenus les couleurs des nationalistes au fil des années et des événements (par exemple, la Première Guerre mondiale et la République de Weimar).                
  • Aigle Allemagne : Le parti nazi utilisait l’aigle traditionnel allemand, debout sur une croix gammée dans une couronne de feuilles de chêne. Il est également connu sous le nom d’aigle de fer. Lorsque l’aigle est tourné vers son épaule gauche, il symbolise le parti nazi, et a été nommé Parteiadler. Nsdap partij speld. Après l’arrivée au pouvoir du parti nazi en Allemagne, celui-ci a imposé le remplacement de la version traditionnelle de l’aigle allemand par le symbole modifié du parti dans tout le pays et dans toutes ses institutions.

Dénazification

Après le débarquement en Normandie des forces alliées et l’invasion du Reich nazi, le territoire est passé sous la domination des quatre vainqueurs. Dans la proclamation « N°1 » dans la ville allemande en mai 1945, le général Dwight D. Eisenhower, commandant en chef des forces expéditionnaires alliées, d’ouvrir un procès contre les membres responsables de crimes de guerre définis plus tard comme des crimes contre l’humanité.

La loi n° 1 du 20 septembre 1945 a aboli vingt-six lois du droit nazi : comme la loi sur l’unité inséparable du parti et de l’État, la loi sur la police secrète (Gestapo), et toutes les lois anti-juives comme la loi sur la protection du sang et de l’honneur allemands (1935).

La loi n° 2 du 10 octobre interdit le NSDAP, les SS et 62 organisations liées au parti. Les Allemands sont classés en cinq catégories : les principaux coupables (criminels de guerre), les coupables (activistes, militaristes, personnes ayant tiré profit du régime déchu), les petits coupables, hommes de main et opportunistes, et enfin les innocents. Ont été considérés comme innocents tous ceux qui avaient renoncé à l’une de leurs fonctions ou affiliations avant le 1er septembre 1939.                

Au cours des procès de Nuremberg, la diffusion d’idées ou de symboles nationaux-socialistes a été criminalisée. L’accusation s’est principalement basée sur :&nbsp

  • La participation généralisée de ses militants aux violences de la Nuit de cristal, les 9 et 10 novembre 1938, lorsque des milliers de magasins et d’entreprises juives ont été pillés et brûlés ;
  • La participation du parti à la conférence de Wannsee, où il a été décidé la solution finale d’exterminer tous les Juifs et la participation du parti à l’exécution des décisions   
  • Recrutement forcé de travailleurs dans les territoires conquis par le parti et ses agences.
  • Persécution systématique de la population civile non grata
  • Participation et soutien des SS au massacre de la Nuit des Longs Couteaux le 30 juin 1934

Les trois premiers groupes de coupables ont été interdits de toute fonction publique dans la nouvelle République fédérale allemande. La dénazification a été incomplète et moins véhémente à partir des années 1950. Nsdap partijprogramma. De nombreux cadres ont caché leur passé national-socialiste et ont continué à travailler comme juges, enseignants ou membres du parlement.

Une étude récente révèle, par exemple, qu’en 1960, un tiers des députés du parlement régional de Hessen avaient un passé national-socialiste. Aucun juge nommé sous le nazisme n’a été révoqué, ce qui explique les faibles condamnations ou libérations. Dès 1961, des appels sont lancés en faveur d’une dénazification plus poussée. Après un scandale, 149 juges ont dû quitter leur poste en 1961, tout en conservant leur pension complète.       

Laisser un commentaire