Fairey Swordfish

Ce biplan peu attrayant s’est révélé être l’une des meilleures armes de la Fleet Air Arm de 1936 à 1945 et l’un des meilleurs avions torpilleurs embarqués de tout le conflit.

Paradoxalement, ses débuts ont été plutôt désastreux, puisque le prototype a été détruit lors d’un vol d’essai, mais cela n’a pas empêché la construction d’un deuxième exemplaire et le succès qui a suivi.

Au total, 2 391 exemplaires de ce biplan lent ont été construits, équipés d’ailes qui pouvaient être repliées pour être facilement rangées à bord des porte-avions.

L’avion a participé à d’innombrables batailles au cours de la Seconde Guerre mondiale, jouant le rôle d’appareil polyvalent et adaptant son armement aux besoins de la guerre.

En plus de la charge de torpilles typique, le Swordfish pouvait transporter une mine de 680 kg ou une charge de bombes équivalente, mais des roquettes et des équipements radar étaient également installés.

Ses plus grands moments de gloire furent sans doute la chasse au cuirassé allemand Bismark et le raid sur le port de Tarente, lorsque, dans la nuit du 10 au 11 novembre 1940, une attaque de ces biplans apparemment maladroits coûta à la marine italienne la perte de trois cuirassés et de trois croiseurs contre la chute d’un seul avion britannique.

Allez plus loin  Lockheed C-56 Lodestar

Le Fairey Swordfish était un biplan à train d’atterrissage fixe avec une structure métallique et une peau en toile : Fairey swordfish. L’armement était constitué d’une torpille de 730 kg ou de 8 roquettes dans les configurations les plus typiques.

Principales variantes du Fairey Swordfish

  • Spordfish I : première version produite en série, 992 ont été construits au total, dont 300 par Blackburn sous licence et le reste par Fairey. Certains ont été équipés de flotteurs pour être utilisés comme avions embarqués sur des navires non porteurs.
  • Espadon II : version entrée en service en 1943, avec un moteur Pegasus XXX de 750 ch, presque tous avec un échappement allongé et silencieux. Les ailes inférieures étaient en métal pour permettre l’utilisation de fusées et de propergols solides. 1 080 ont été produits, tous en provenance de Blackburn.
  • Spordfish Mk III : une version équipée d’un moteur Pegasus XXX et d’un radar ASV pour rechercher les navires sous la coque, entrée en service en 1943. Le radar était également efficace pour rechercher les U-boote faisant surface (même avec le shnorkel), mais empêchait le transport d’armement sous le fuselage. 320 ont été produits
  • Swordfish Mk IV : 59 Swordfish Mk II ont été convertis pour un usage d’entraînement, avec pour seul armement le canon arrière défensif et un cockpit fermé. Certains Mk IV ont ensuite été convertis en remorqueurs de cible.

Laisser un commentaire