La famine au Bengale

La Famine du Bengale est une famine qui a touché la province du Bengale, dans ce qui était alors l’Inde britannique, en 1942-1943, causant la mort d’environ 2 à 3 millions de personnes.

Contexte

Le Bengale était l’une des régions les plus pauvres de l’Inde britannique et avait subi une série de grandes famines aux 18e et 19e siècles.

Grâce à l’action des autorités coloniales, l’Inde n’avait pas connu de famine majeure depuis quatre décennies et lorsque la famine a frappé le Bengale en 1942, elle était totalement inattendue.

Un certain nombre de facteurs ont conduit à la famine au Bengale à cette époque. L’une des plus importantes a été le chaos qui a suivi la Seconde Guerre mondiale.

En mars 1942, les forces japonaises avaient occupé la colonie britannique de Birmanie, et de là, les Japonais ont lancé une série d’attaques contre Calcutta et les navires britanniques dans la baie du Bengale.

La Birmanie étant un important exportateur de riz vers l’Inde, les combats ont entraîné la coupure d’un important fournisseur de riz.

Allez plus loin  Dachau

Dans le même temps, les autorités britanniques ont réquisitionné le riz pour soutenir l’industrie de guerre locale au Bengale, empêchant ainsi la nourriture d’atteindre la population bengalie.

À cette époque, l’agriculture bengalie était déjà aux prises avec des récoltes déficitaires dues au champignon Cochliobolus oryzae, et le 16 octobre, la situation s’est encore aggravée lorsqu’un tsunami a frappé les côtes bengalies.

Evolution

Au début de l’année 1943, la pénurie alimentaire devient aiguë au Bengale et les réfugiés de la famine commencent à arriver dans les villes.

En mai, la situation s’est aggravée à Calcutta, mais malgré les appels des médias, de diverses organisations politiques et de fonctionnaires locaux, les autorités de Delhi et de Calcutta ont refusé de déclarer la zone comme zone de famine en vertu des codes de famine établis à la fin du XIXe siècle.

La raison en est que les autorités ne veulent pas interférer avec l’effort de guerre en Europe, qui est la première priorité du gouvernement britannique.

Allez plus loin  Kristallnacht ou la nuit du verre brisé

Le ministre de l’approvisionnement du Bengale, Hussein Shahid Suhrawardy, de la All India Muslim League, était d’avis qu’il n’y avait pas de réelle pénurie de nourriture et a d’abord attribué les problèmes à la thésaurisation par les hommes d’affaires indiens.

Ce n’est qu’en août que Shoreward, qui est très honnête, commence à reconnaître l’étendue de la famine, mais il ne veut pas se distancer de la ligne officielle selon laquelle la famine est due à la thésaurisation, car cela pourrait mettre en danger les fournitures de guerre.

Le vice-roi de Delhi, Lord Linlithgow, est du même avis, mais il est contraint de faire volte-face sous la pression des circonstances et fait appel au cabinet de guerre en juillet pour exporter des fournitures au Bengale.

Le gouvernement de Londres refuse d’envoyer de l’aide à la population affamée, invoquant la guerre.

Conséquences

Le bilan total de la famine s’élèverait à environ 2 millions de morts, et la politique passive de la puissance coloniale britannique a gravement porté atteinte à sa réputation.

Allez plus loin  Curtiss P-40 Warhawk

Après l’indépendance de la Grande-Bretagne en 1947, le Bengale a été divisé en l’État indien du Bengale occidental, tandis que la partie orientale a été reprise par le Pakistan et est devenue l’État indépendant du Bangladesh en 1971.

L’Inde a été épargnée par les grandes famines depuis 1947, tandis que le Bangladesh a connu une période de famine en 1974-1975.

Les causes de la famine ont été débattues par de nombreux spécialistes.

Le prix Nobel indien Amartya Sen a désigné la thésaurisation généralisée et la spéculation sur les céréales comme les principales causes de la crise, tandis que l’économiste irlandais Cormac Ó Gráda considère que la famine est le résultat d’une croissance médiocre combinée à une réponse inadéquate des autorités britanniques.

Selon l’auteur Madhusree Mukerjee, le Premier ministre britannique Winston Churchill était personnellement responsable des effets de cette terrible famine.

Laisser un commentaire