En attendant Anya

En attendant Anya Le film Waiting for Anya de Ben Cookson est basé sur le roman éponyme de Michael Morpurgo, paru en 1990, Cheval de guerre ; il est important de le savoir car cela explique le ton du film ; bien que cela ne soit pas expliqué, il semble s’adresser au même public que le livre, c’est-à-dire aux jeunes adultes et aux adolescents.

Les spectateurs plus âgés connaîtront de nombreux films similaires montrant comment des citoyens ordinaires sous l’occupation nazie pendant la Seconde Guerre mondiale ont retiré les enfants juifs de leurs territoires.

C’est certainement une histoire émouvante, mais dans ce cas, elle n’apporte aucun éclairage nouveau sur la bravoure des personnes concernées. En attendant anya. En tout cas, pas pour les adultes ; cependant, les jeunes téléspectateurs ne sont pas aussi conscients de ces terribles événements, donc pour eux, Waiting for Anya peut être une révélation.

Le film commence à l’été 1942 dans le nord de la France, déjà occupé par l’armée allemande, mais se déplace rapidement vers le sud libre du pays, dans les Pyrénées, près de la frontière espagnole, où la vie continue comme d’habitude.

Nous y rencontrons le jeune Jo (Noah Schnapp), un berger qui garde son troupeau dans les collines. Après une rencontre avec un ours qui l’oblige à fuir, laissant derrière lui ses moutons et son chien de berger, il revient pour trouver un étranger qui s’occupe du chien blessé.

Allez plus loin  Pardonnez-nous nos offenses

L’homme (Frederick Schmidt) refuse de dire son nom à Jo et lui fait jurer le secret, mais le garçon apprend rapidement qu’il se cache dans la ferme de la veuve Horcada (Anjelica Houston), une vieille amie de son grand-père Henri (Jean Reno).

Très vite, Jo se rend régulièrement dans la maison de la vieille dame, livrant des provisions et étant recueilli par elle : elle accueille des enfants juifs et l’étranger, son gendre Benjamin, les emmène à travers les montagnes jusqu’en Espagne.

Horcada explique que « certaines personnes collectionnent les pièces de monnaie, les timbres. Nous recueillons les ennemis du Reich [les enfants juifs]. Ils les font passer par la France. Et quand ils arrivent ici, Benjamin me les enlève des mains en les faisant passer clandestinement à travers les montagnes jusqu’en Espagne. Ils y sont en sécurité.

Cependant, Benjamin revient toujours car il attend sa fille, Anya, qu’il a dû abandonner avec la consigne de le rejoindre chez sa grand-mère. Cependant, leur vie est sur le point de devenir beaucoup plus dangereuse, car les nazis sont arrivés en ville et sont déterminés à arrêter toute opération de trafic d’êtres humains, quoi qu’il en coûte.

Allez plus loin  Suite française

Les réalisateurs de cette coproduction anglo-belge ont décidé de raconter l’histoire de Waiting for Anya en anglais, malgré le cadre gaulois. C’est juste, étant donné que le livre a été écrit par un auteur britannique, mais ils ont essayé de couvrir leurs paris en faisant parler les acteurs avec de faux accents français, avec plus ou moins de succès, et le mélange d’énonciations qui en résulte peut distraire du matériel.

Reno, en tant que Français, s’en sort avec des « alors » et des « allez ! » occasionnels, mais Huston et Schnapp ne sont pas convaincants et ont parfois recours à des effets dramatiques d’amateurs pour exprimer leur « francité ». Les lieux de tournage dans les Pyrénées sont la grâce salvatrice du film et sont magnifiquement capturés par l’objectif de Gerry Vasbenter.

Les montagnes, les ruisseaux, les forêts et les sommets enneigés brillent de mille feux, contrastant avec les sombres événements du village et des fermes environnants. Malheureusement, Waiting for Anya est un peu plat et sans émotion, même s’il parvient à être émouvant dans une ou deux scènes.

Allez plus loin  Wolfskinder

La difficulté semble provenir du fait que l’histoire s’adresse à un public de lycéens. Si cela a fonctionné dans la version de Spielberg du Cheval de guerre de Morpurgo, il n’est pas facile de transmettre la gravité et la terreur des événements en temps de guerre sans rendre le film trop graphique et effrayant pour les jeunes spectateurs, tout en étant suffisamment fort pour les maintenir engagés. En essayant de marcher sur cette fine ligne, Waiting for Anya vous laisse sur votre faim.

Laisser un commentaire