Pardonnez-nous nos offenses

L’une des grandes merveilles du cinéma est son pouvoir de préservation de la mémoire. Filmer, c’est garder un passé vivant, aussi fictif que puisse être le monde devant la caméra : Pardonnez-nous nos offenses. En période de haine et de destruction active de la mémoire, comme celle que nous vivons, le cinéma devient encore plus vital.

Semaine après semaine, nous tombons sur des informations choquantes concernant des cellules nazies, des saluts nazis et des codes suprématistes obscurs affichés sur la place publique (télévision et internet).

Ceci quand la chose n’est pas faite au grand jour, sans code, même par des parlementaires démocratiquement élus : Pardonnez nous nos offenses avis. Nous, en tant qu’humanité, mais surtout en tant qu’Espagnols, n’avons définitivement pas su gérer les cicatrices de l’autoritarisme du XXe siècle.

Mais voici la question difficile : d’où émane ce pouvoir : du contenu (c’est-à-dire du discours) ou de la forme (c’est-à-dire de la manière dont le discours est filmé) ? La réponse sobre dirait qu’elle émane d’un équilibre entre les deux : la forme et le discours doivent être alignés. Mais cette réponse est ennuyeuse.

En tant que défenseur d’un cinéma du nouveau, je me permets rarement de privilégier le discours sur la forme. Sinon, nous aurons de plus en plus les mêmes films. Le cinéma de la prose au détriment du cinéma de l’image et du son.

Allez plus loin  Le dernier obstacle

Je crois que le pouvoir du cinéma comme gardien de la mémoire émane précisément des articulations formelles faites sur la matière première (le passé). Lorsque cela n’est pas fait, soyons justes, il est évidemment possible de transmettre un message, mais la possibilité qu’il devienne invisible dans une mer d’égaux est élevée.

Elle court le risque d’être oubliée : Pardonnez nous nos offenses bande annonce vf. L’industrie cinématographique actuelle s’est spécialisée dans la production de films oubliables, mais ce n’est pas le cas de l’Holocauste : Pardonnez nous nos offenses film avis. C’était mon plus gros problème avec la nouvelle version de Netflix, le court-métrage Forgive Us Our Trespasses, réalisé par Ashley Eakin.

Dans le domaine du discours, Pardonnez-nous nos offenses porte un message simple, sans grande nuance, et va droit au but. Pardonnez nous nos offenses livre. Il reflète une histoire objectivement brutale : la cruauté du nazisme envers les personnes handicapées.

Dans sa forme, cependant, le film ressemble à une version Netflix de Go and See (Elem Klimov, 1985), peut-être le portrait le plus brutal de la guerre jamais capturé au cinéma.

Allez plus loin  Les douze sur la potence

Je trouve la comparaison avec « Go and See » utile car elle clarifie précisément mon propos. Pardonnez-nous nos offenses 2022. En termes de contenu, les deux films ne sont pas si différents : les horreurs de la Seconde Guerre mondiale vues à travers les yeux d’un enfant en fuite. Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi. Mais la grande force du film de Klimov réside dans l’absence de polissage de sa forme. Rien n’est parfait, tout est horrible.

Si nous voulons dépeindre le nazisme avec fidélité à la mémoire, le langage publicitaire de Netflix, friand de polissage et d’élagage, me semble être la pire façon de procéder : Pardonnez-nous nos offenses film 2022. Le nazisme était tout sauf poli : (Pardonnez-nous nos offenses film netflix). « Ah, mais alors le film ne se vend pas, le message n’atteint pas ceux qu’il doit atteindre. »

Je ne suis pas sûr d’être d’accord. Le propre catalogue de Netflix comporte de bons exemples de films forgés à partir d’un langage créatif, loin de la perfection de l’image publicitaire, et qui ont, oui, du succès sur la plateforme et en dehors. Même les Oscars ont récompensé des films de guerre dont le langage est tout sauf agréable (comme l’excellent Fils de Saul de László Nemes).

Allez plus loin  The Darkest Hour

De plus, lorsqu’il s’agit de courts métrages, la créativité formelle est encore plus remarquable, et représente en soi la partie la plus intéressante de la réalisation d’un court métrage. La nouveauté s’épanouit.

C’est juste que les films plus courts (qui ont généralement des budgets infiniment plus réduits) ont souvent recours à l’inventivité pour contourner le manque de temps, d’argent et d’espace d’exposition. Je ne pense pas que ce soit le cas dans Pardonnez-nous nos offenses. Il est nécessaire de faire quelque chose de différent. Le public est là.

Laisser un commentaire