Wunderland

Il est rare de voir un amalgame cinématographique de films de guerre des années 1940, de héros de films d’action des années 1980 et de la réalité historique de l’une des batailles les plus coûteuses de l’histoire mondiale.

Ce fatras de scènes vaguement connectées se déroule au début de la bataille des Ardennes et suit un fatras de personnages fictifs dans Wunderland, le film chroniqué dans cet article.

S’adressant à lui-même dans le rôle-titre, Steven Luke et son équipe hétéroclite d’acteurs secondaires mal choisis (et Tom Berenger) passent par une série de conversations et de fusillades d’une banalité presque choquante.

Bien que la fascination des réalisateurs pour la Seconde Guerre mondiale soit évidente, Wunderland est un film historiquement inexact et trop maniéré qui s’en tient à des clichés de genre fatigués.

Au cours de l’hiver 1944, les forces allemandes se rassemblent pour un ultime effort visant à renverser le cours de la guerre en Europe. Le lieutenant Robert Cappa (Luke) et son peloton aguerri ont reçu l’ordre du major McCulley (Berenger) de tenir un carrefour routier d’une importance stratégique particulière.

Bien que les hommes de Cappa soient épuisés et aient besoin de repos, ils s’accrochent comme fer de lance de la défense alliée, ignorant que l’enfer est sur le point de se déchaîner sur eux dans les forêts épaisses des Ardennes. Du moins, c’est ce que ce film est censé être, en théorie.

Allez plus loin  Munich à la veille d'une guerre

Au premier plan, il y a le jeu trop robotique et caricatural de tous les acteurs, en particulier de Luke. Il s’en remet à des déclarations prédéterminées, à l’agitation aveugle d’un drapeau, complétées par des artifices d’intrigues chrétiennes, pour apprécier son caractère alors qu’il n’y a pas beaucoup de caractère à considérer.

Ce Robert Cappa est un personnage fictif, à ne pas confondre avec Robert Capa, un photojournaliste hongrois héroïque (ce qui aurait été un sujet bien plus intéressant), mais il n’est pas ou peu caractérisé, au-delà du typique idéaliste blanc aux yeux brillants, venu pour réparer le monde.

Il n’y a rien d’intrinsèquement mauvais dans ce genre de personnage s’il est mis dans des positions qui le mettent au défi de manière intrigante, mais comme pour la plupart des stars des films d’action américains des années 1980, il est un parfait bastion de bonne volonté, de tir parfait et d’invincibilité apparente face aux impacts directs des balles (même lorsqu’il est clairement à découvert).

Les acteurs, tels que Mikeal Burgin et Apostolos Gliarmis, ne sont là que pour fournir au protagoniste des occasions faciles d’accomplir des actes héroïques loufoques (mais toujours efficaces) et de débiter des répliques dignes des années 40 (« Crazy son of a bitch ! » lorsque l’indomptable Cappa descend en piqué sur une position ennemie et élimine tous les soldats avec des tirs singulièrement parfaits).

Allez plus loin  303ème Escadron de Hurricane

Ces performances, couplées à une continuité inexistante (la neige recouvre le sol, pour disparaître dans la scène suivante avec beaucoup plus de feuillage sur les arbres, pour revenir ensuite), et les interminables séquences de voyage sans développement des personnages, font qu’il est impossible de prendre au sérieux ce qui se passe… et la bataille des Ardennes est l’un des événements les plus sérieux de l’histoire moderne.

Il est difficile de garder cela à l’esprit lorsque tous les soldats allemands ne peuvent même pas s’approcher de leurs cibles (sauf si cela convient à l’intrigue). Les Américains n’ont même pas besoin de s’esquiver, ils tirent des coups de feu de M1 et de Thompson presque sans distinction, avec à peine un recul ou un désavantage (encore une fois, à moins que ce ne soit pratique pour tirer sur les cordes sensibles ou planter la graine d’une vengeance justifiée).

Ce qui semble s’être passé, c’est que les réalisateurs se sont inspirés de Saving Private Ryan et de Blood Brothers de Steven Spielberg, mais se sont contentés de séquences sinueuses et continues, sans aucune des dynamiques ou des thèmes centraux de ces deux œuvres. Malgré la crédibilité et la présence à l’écran de Berenger, le scénario n’exploite guère ses talents, tout en faisant perdre beaucoup trop de temps à notre protagoniste pétrifié.

Allez plus loin  Le jour le plus long

Avec des effets de particules informatiques évidents au lieu de la neige, et des chars et des balles animés numériquement, les effets visuels sont terriblement bon marché. Les Américains sont des héros, et il n’y a pas un seul moment où le film vous permet de l’oublier, avec les bouffonneries et les tactiques nonchalantes des soldats allemands au même titre que n’importe quel sbire classique de Schwarzenegger.

Le film tente de canoniser ces personnages (via La Grande Évasion), mais en raison de sa représentation hyper-dramatique et de l’absence de tout ce qui correspond à l’histoire, il finit par tourner en dérision toute la bataille. Par moments, j’ai eu envie de soutenir Wunderland, mais au final, ce film ressemble plus à un projet d’école de cinéma mal ficelé qu’à un film pleinement réalisé.

Laisser un commentaire