La nuit des généraux

Sam Spiegel était l’un des producteurs les plus vénérés et les plus accomplis de l’histoire d’Hollywood. Ses réalisations comprennent des classiques tels que « Le nid de rat », « La reine d’Afrique », « Le pont de la rivière Kwai » et « Lawrence d’Arabie ».

Son travail, bien qu’il ne soit pas aussi étendu que celui d’autres producteurs, est remarquable dans le sens où Spiegel voit grand et vise la lune lorsqu’il s’agit de porter à l’écran des histoires qui parlent de la condition humaine.

Après la sortie triomphale de « Lawrence » en 1962, Spiegel n’a pas tourné d’autre film pendant quatre ans (La nuit des généraux). Quand il l’a fait, le film « The Chase » s’est avéré être un drame rempli de stars qui n’a pas réussi à convaincre les critiques et le public.

Spiegel avait une idée plus ambitieuse pour sa prochaine production, une adaptation à l’écran du thriller à succès de Hans Helmut Kirst sur la Seconde Guerre mondiale, « La nuit des généraux ». Spiegel a eu l’idée géniale de réunir ses co-stars de « Lawrence d’Arabie », Peter O’Toole et Omar Sharif.

Ils étaient réticents à accepter le projet, mais ils lui devaient bien ça. Tous deux étaient pratiquement inconnus jusqu’à ce que Spiegel leur donne les rôles qui ont fait d’eux des stars internationales.

Spiegel a également ajouté au mélange un impressionnant casting d’acteurs britanniques estimés, des vétérans comme Donald Pleasence et Charles Gray aux jeunes acteurs prometteurs comme Tom Courtenay et Joanna Pettet. Il a choisi Anatole Litvak comme réalisateur.

Litvak réalise des films depuis des décennies et a connu quelques succès notables comme « Voix de la mort », « Anastasia » et « La fosse aux serpents ».

Spiegel, étant Spiegel, a veillé à ce que la production dispose d’un budget important et d’une durée suffisante (148 minutes) pour permettre à l’histoire de se dérouler de manière mesurée. « La nuit des généraux » est sans aucun doute un tournant unique dans les films de la Seconde Guerre mondiale.

Il n’y a pas de batailles ou de grandes séquences d’action, à l’exception d’une séquence poignante dans laquelle l’armée allemande détruit systématiquement une partie du ghetto de Varsovie. Il s’agit plutôt d’une étude de caractère peuplée de personnages qui sont, en fait, très intéressants.

Le film s’ouvre sur une séquence tendue qui se déroule dans la Varsovie occupée : La nuit des généraux arte. Le concierge d’un immeuble surpeuplé entend accidentellement le meurtre brutal d’une prostituée locale dans une chambre à l’étage.

Depuis une cachette, il voit le tueur passer devant lui. Il ne voit pas le visage de l’homme, mais reconnaît son uniforme : c’est un général de l’armée allemande. L’homme garde cette information pour lui, pensant logiquement que la divulguer pourrait signifier sa condamnation à mort.

Allez plus loin  Colonel Von Ryan

Cependant, lorsqu’il est interrogé par l’enquêteur de l’armée, le major Grau (Omar Sharif), il raconte les détails choquants de ce dont il a été témoin. À partir de ce moment, Grau est obsédé par la recherche du tueur.

Grau a beau être un officier allemand, il est un pur cynique lorsqu’il s’agit de la cause nazie et des méthodes brutales utilisées pour gagner la guerre. La nuit des généraux critique. Il ne peut pas contrôler le tableau d’ensemble de la façon dont la guerre est menée, mais il peut contrôler ce qui est de son ressort : traduire en justice l’homme qui a commis ce meurtre particulièrement sauvage.

Grau se concentre bientôt sur trois suspects. Le premier est le général von Seiditz-Gabler (Charles Gray, qui incarne son futur Blofeld), un opportuniste bien rasé et bien branché qui entretient un mariage sans amour avec sa femme dominatrice Eleanore (Coral Browne). Il y a aussi le général Kahlenberg (Donald Pleasence), un homme à la carrure mince et à la personnalité discrète qui a des habitudes personnelles excentriques pouvant aller jusqu’au meurtre.

Le dernier, et le plus intriguant, est le général Tanz (Peter O’Toole), chouchou du cercle intime d’Hitler, très détesté et craint, dont les méthodes impitoyables avec la population civile dégoûtent ses collègues (La nuit des généraux film complet). Tanz a été envoyé pour contrôler ou détruire le ghetto de Varsovie.

Le scénario (qui comprend des contributions d’un Gore Vidal non crédité) est un peu décousu et va d’avant en arrière jusqu’à aujourd’hui, où l’on voit un inspecteur de police français, Morand (Phillippe Noiret), enquêter sur l’affaire vingt ans plus tard, en essayant de relier les conclusions de Grau aux événements dramatiques qui ont eu lieu pendant qu’il s’occupait de l’affaire.

Morand apparaît également dans les séquences de guerre, après s’être lié d’amitié avec Grau, qui ne semble pas du tout perturbé lorsqu’il apprend que Morand est en fait une figure clé de la Résistance française. Grau est particulièrement intrigué par le Général Ganz. C’est un snob élitiste qui manque d’humour et de compassion.

Accro au travail et apparemment sans faiblesses humaines, Tanz est ostensiblement sous le commandement de son officier supérieur, Gabler, mais il apparaît clairement que ses relations politiques font de lui le général le plus important de Varsovie. Le commandant Grau interroge les trois suspects et découvre que n’importe lequel d’entre eux pourrait être le tueur.

Lorsqu’il devient trop envahissant, il est opportunément promu et transféré à Paris, vraisemblablement pour clore son enquête : La nuit des généraux histoire vraie. Cependant, alors que les chances du troisième Reich diminuent, les hauts gradés sont finalement transférés à Paris et Grau reprend son enquête lorsqu’il découvre que des prostituées y sont également sauvagement assassinées. L’enquête sur le meurtre s’accompagne d’une histoire parallèle.

Allez plus loin  Quand l'amour vous touche

Il se concentre sur le caporal Hartmann (Tom Courtenay), un jeune soldat qui a été salué à contrecœur comme un héros national. Il semble qu’il était le dernier membre survivant de son unité après une bataille sanglante. Ses commandants l’ont utilisé comme outil de propagande, lui décernant des médailles pour ses actions héroïques.

En réalité, c’est un lâche autoproclamé dont le seul but est de rester en vie pendant la guerre. Hartmann l’avoue à son supérieur, le général Kahlenberg, qui est amusé par son honnêteté. Il l’assigne comme valet personnel du général Tanz et lui ordonne de faire découvrir à Tanz l’histoire et les curiosités de Paris : La nuit des généraux imdb. Ni lui ni Tanz ne veulent participer à l’entreprise, mais Gabler ordonne à Tanz de prendre quelques jours de congé, principalement parce qu’il méprise la présence de l’homme.

Les scènes dans lesquelles Hartmann tente d’apaiser le mercurien Tanz sans commettre d’erreur sont pleines de tension et de suspense. Tanz est un personnage fascinant, vraisemblablement dépourvu des vices qu’ont la plupart des hommes. Cependant, au cours de leur rencontre, Hartmann se rend compte que Tanz est en quelque sorte un imposteur.

Il boit subrepticement à l’excès et s’habille en civil pour rencontrer des prostituées dans des bars louches : La nuit des généraux ok.ru. Bien que Tanz réprimande Hartmann pour chaque petite infraction, il semble en venir à respecter le professionnalisme du jeune homme.

Cela déclenche un autre développement complexe de l’intrigue qui implique également la liaison secrète de Hartmann avec la fille libre du général Gabler, Ulrike (Joanna Pettet).

Essayer de résumer les différents fils de l’intrigue de « La nuit des généraux » dans cet espace est plutôt épuisant. Oh, ai-je mentionné qu’une autre intrigue secondaire concerne le maréchal Rommel (un camée de Christopher Plummer) et le complot de juillet 1944 par des officiers allemands rebelles pour assassiner Adolf Hitler ?

Cependant, bien que les différentes intrigues deviennent assez complexes, elles se rejoignent toutes de manière intelligente et convaincante à la fin : La nuit des généraux replay arte. Le film est à la fois un « Whodunnit », une déclaration politique et un film de guerre : La nuit des généraux roman. Le film revient au présent pour sa conclusion intense, alors que l’inspecteur Morand peut enfin résoudre le crime et tenter de traduire le coupable en justice.

Lorsque le tueur est révélé, c’est un événement aussi choquant que la révélation que le majordome est le coupable dans un de ces vieux films noirs britanniques. Pourtant, le réalisateur Litvak (qui partage un crédit de production avec Sam Spiegel parce qu’il possédait les droits cinématographiques du roman) maintient le rythme de l’action pendant toute la durée du film et obtient des performances remarquables de ses acteurs.

Allez plus loin  Le banquier de la résistance

O’Toole, qui profitera plus tard d’incarner des personnages plus grands que nature, est à ce stade de sa carrière encore très occupé à dépeindre des hommes calmes et introspectifs. Il est hypnotisant dans le rôle du général Tanz, mais aussi terrifiant.

Sharif est, en apparence du moins, mal distribué. Je ne connais pas d’Égyptien qui soit devenu un officier allemand de premier plan. Sharif a la carte du Moyen-Orient sur le visage et des traces de son accent natal.

Il a le mérite de surmonter ces obstacles et d’offrir une excellente performance dans le rôle de l’enquêteur charismatique qui poursuit avec acharnement ses suspects avec une conviction digne de Javert (La nuit des généraux youtube). Toutes les autres performances sont également remarquables, avec Courtenay particulièrement impressionnant, et on peut se demander pourquoi la très talentueuse Joanna Pettet n’est jamais devenue une grande star.

Le caractère international de la distribution donne au film un effet de tour de Babel. Certains acteurs essaient de prendre un accent presque allemand, tandis que d’autres parlent avec un accent britannique, et puis nous avons les séquences françaises et polonaises, avec une diversité de langues encore plus grande.

Néanmoins, si vous avez pu accepter que Richard Burton et Clint Eastwood parlent « allemand » dans leur langue maternelle dans « Where Eagles Dare », vous ne trouverez pas cet aspect de « La nuit des généraux » particulièrement gênant.

Je dois également mentionner les contributions impressionnantes du compositeur Maurice Jarre, du directeur de la photographie Henri Decae et du concepteur du titre principal Robert Brownjohn (souvenez-vous de l’époque où les films avaient même des titres d’ouverture ?)

En bref, La nuit des généraux (qui n’a pas été un succès auprès des critiques et du public) est une expérience tout à fait intrigante et nous donne le plaisir de voir certains des meilleurs acteurs de l’époque partager l’écran.

Laisser un commentaire