303ème Escadron de Hurricane

Hurricane Squadron 303(publié sous le titre Mission of Honor aux États-Unis) est une version romancée des exploits du 303 Squadron de la Royal Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’escadron 303 était composé principalement de pilotes polonais, qui avaient fui leur pays après son invasion par l’Allemagne nazie. Ils se sont rendus en Grande-Bretagne et ont rejoint la RAF pour poursuivre la lutte contre les Allemands.

Le film se concentre sur les expériences de l’escadron 303 pendant la bataille d’Angleterre en 1940, au cours de laquelle il est devenu l’escadron le plus performant de la RAF en pilotant le chasseur Hawker Hurricane Squadron 303.

Bien qu’il ait été éclipsé par le Supermarine Spitfire, plus moderne, plus glamour et plus célèbre, l’Hurricane Squadron 303 était un avion solide et performant, responsable de la mort de plus d’ennemis pendant la bataille d’Angleterre que tous les autres avions et défenses aériennes britanniques réunis. De manière inhabituelle, sinon unique, il a servi sur la ligne de front sur tous les théâtres de la guerre de 1939 à 1945, de l’Europe à l’Afrique, en passant par la Birmanie et le front oriental.

Hurricane suit un pilote polonais de Hurricane, Jan Zumbach (joué par Iwan Rheon), qui traverse la France en 1940, en soudoyant les Allemands et en se faisant passer pour un vendeur de montres suisses.

Lorsqu’il se rend compte que ses camarades polonais qui volaient avec l’armée de l’air polonaise en France sont partis, il prend un avion et traverse la Manche jusqu’en Angleterre, où il rejoint ses camarades et s’engage dans la Royal Air Force.

En Angleterre, Zumbach et ses camarades polonais sont formés à la RAF Northolt sous la direction d’un officier canadien, John Kent (joué par Milo Gibson, fils de Mad Mel). Parmi les camarades de Zumbach figurent d’autres pilotes réels, Witold Urbanowicz (Marcin Dorocinski), et un pilote tchèque, Josef Frantisek (Krystof Hadek), qui deviendra l’as de la chasse le plus performant de la bataille d’Angleterre.

Les pilotes polonais sont impatients d’engager l’ennemi, mais ils se sentent sous-appréciés et sous-évalués. Avant d’aller au combat, ils doivent apprendre l’anglais, la terminologie de la RAF, l’utilisation des mesures impériales plutôt que métriques et comment piloter des avions plus modernes que ceux auxquels ils sont habitués, avec des commandes différentes et un train d’atterrissage rétractable.

Les Polonais s’affrontent à leurs homologues britanniques et s’en prennent aux filles locales des WAAF (Women’s Auxiliary Air Force). Zumbach est attiré par une femme en particulier, Phyllis Lambert (Stefanie Martini), qui travaille comme traceuse dans une salle d’opérations de la RAF.

Hurricane a fait l’objet de quelques critiques, notamment pour ses combats aériens en images de synthèse. Bien que les réalisateurs aient eu accès à un véritable Hurricane Squadron 303, la plupart des séquences aériennes ont été créées à l’aide d’effets spéciaux générés par ordinateur. Certains éléments semblent un peu faux et les séquences aériennes ont une qualité de jeu d’ordinateur. Le fait que la bande-annonce utilise de manière proéminente certains des effets d’explosion les plus douteux n’a probablement pas aidé à la réputation du film.

Mais on ne peut pas s’attendre à un travail d’effets de premier ordre avec ce niveau de budget. Selon Variety, le budget de Hurricane était d’environ 10 millions de euros, et compte tenu de la quantité d’action et de séquences aériennes qu’il contient, il s’agit d’une production plutôt ambitieuse pour ce genre d’argent. La plupart des images de synthèse (mais pas toutes) sont généralement acceptables, du moins sur le petit écran, et ne sont souvent pas pires que celles que l’on voit dans certains films beaucoup plus coûteux.

Une critique du film que j’ai lue disait que les images de synthèse sont utilisées dans les films d’aviation comme celui-ci parce qu’il n’y a pas autant de Spitfire ou de Hurricane Squadron 303 qu’à l’époque où l’industrie cinématographique britannique produisait des films épiques sur la Seconde Guerre mondiale dans les années 50 et 60.

Cela semble plausible, mais en fait, il y a un certain nombre de Hurricane Squadron 303 disponibles pour les cinéastes, même maintenant. Il existe environ 15 à 17 exemplaires en état de vol dans le monde (les estimations varient), dont 8 ou 9 rien qu’en Grande-Bretagne, y compris la variante presque identique du Sea Hurricane Squadron 303.

La véritable raison de l’utilisation des images de synthèse dans ces films est qu’il est beaucoup plus facile, plus sûr et moins cher d’utiliser de vrais avions. C’est pourquoi l’avènement de la technologie CGI a entraîné une mini-revanche des films de combat aérien, tels que Pearl Harbor (2001), Flyboys (2006), Le Baron rouge (2008) et Red Tails (2012).

Si les effets utilisés dans Hurricane sont pour la plupart utilisables, surtout si l’on oublie les contraintes budgétaires, le scénario est tout autre. Les scénaristes, Robert Ryan et Alastair Galbraith, ont peu d’oreille pour les dialogues d’époque et le scénario est truffé d’anachronismes et d’américanismes modernes.

Allez plus loin  Hawker Hurricane

Les personnages disent plus de gros mots que ce qui me semble plausible pour l’époque, allant jusqu’à lâcher négligemment des bombes F devant leurs officiers supérieurs. Et moins on en dira sur la scène où un officier de la RAF parle du moment où « la merde a frappé le ventilateur », mieux ce sera. Le langage est si anachronique, en fait, que je me demande s’il ne s’agit pas d’une tentative délibérée, bien que malavisée, de moderniser le film et les personnages.

Le scénario dévie fréquemment vers le mielleux et confond parfois fatalement classicisme dramatique et cliché. Il est également peu concentré, avec trop de personnages qui ne sont pas vraiment présentés, et ne sait pas toujours quelle histoire raconter.

Le film se concentre principalement sur Jan Zumbach, au détriment des autres personnages. Mais il y a aussi des éléments aléatoires et non pertinents qui auraient dû être complètement supprimés. Parmi elles, les relations de Phyllis Lambert avec un officier supérieur méchant qui la harcèle parce qu’il n’apprécie pas sa meilleure connaissance des tactiques allemandes.

Le film exagère de façon comique le rôle des femmes conspiratrices dans ces scènes. Lambert ne se contente pas de recevoir des instructions et de déplacer des jetons sur la carte, mais on la voit également conseiller de manière invraisemblable ses commandants sur les stratégies allemandes probables.

Dans l’ensemble, le réalisme n’est pas le point fort du film. Les tactiques de combat aérien semblent inexistantes, et les pilotes de chasse des deux camps sont facilement attaqués par leurs adversaires sans avertissement, car ils ne regardent souvent même pas autour d’eux.

Les avions s’enflamment fréquemment, même lorsqu’ils n’ont été touchés que par la queue ou une aile, simplement parce que c’est plus spectaculaire. Dans une scène, lorsque les Polonais escortent des bombardiers britanniques en mission d’entraînement, le film passe soudainement du jour à la nuit et inversement, sans explication, en à peine une minute de temps d’écran.

Il y a également deux moments improbables où Zumbach expédie des avions allemands en utilisant des méthodes peu orthodoxes, car il ne peut pas tirer avec ses armes. Dans une scène, il écrase la queue d’un chasseur allemand avec l’hélice de son avion, et dans une autre, il s’écrase sur un avion allemand pour le faire plonger.

Bien que de tels événements se produisent parfois, ils sont exceptionnels et il semble très peu probable que des incidents similaires se produisent à quelques semaines d’intervalle pour le même pilote, qui doit de toute façon être très malchanceux si ses armes s’enrayent ou si ses munitions viennent à manquer si souvent.

Le vol de Zumbach à travers la Manche, apparemment sans être détecté ni par la Luftwaffe ni par la Royal Air Force, est également assez improbable.

Zumbach ne semble pas se soucier des défenses aériennes des deux côtés, il pose son avion sur la côte anglaise sans être intercepté, puis se rend simplement à un hôtel voisin où se trouvent ses compatriotes. En réalité, Zumbach s’est rendu en Angleterre par le moyen plus pratique, mais un peu moins excitant, d’un bateau.

Les performances du film sont variables, bien que Iwan Rheon (plus connu dans le rôle du méchant Ramsay Bolton dans Game of Thrones) s’en sorte bien et soit assez convaincant dans les scènes où il doit parler polonais.

Milo Gibson, dans le rôle de l’officier canadien de la RAF John Kent, ressemble beaucoup à son père, mais son registre d’acteur semble un peu limité, notamment par son plissement des yeux lorsqu’il veut avoir l’air sérieux.

Des éléments romantiques sont imbriqués dans le film d’une manière plutôt inventive. Le personnage fictif de Stefanie Martini, Phyllis Lambert, semble être une création trop moderne et occupe une place trop importante dans le film.

Les Polonais sont seulement esquissés dans les grandes lignes en tant que personnages, présentés comme des pilotes à l’air fanfaron mais échevelé, alors qu’intérieurement ils sont secrètement hantés par ce qui s’est passé, et se passe encore, dans leur pays, la Pologne.

L’habitude du film de passer trop de temps avec le personnage de Martini, et d’autres distractions, fait que les pilotes polonais ne sont pas bien délimités en tant qu’individus, ce qui rend difficile de savoir lequel d’entre eux vient d’être abattu ou gravement brûlé dans un accident d’avion.

Le film comporte quelques petits moments efficaces, comme lorsque Zumbach retourne dans une maison où il avait été recueilli auparavant, pour la retrouver, avec ses occupants, détruite au hasard par une bombe allemande.

Ou lorsque les Polonais se précipitent pour s’emparer du trophée de leur première victoire, mais découvrent les corps brûlés de pilotes de bombardiers allemands, ce qui déclenche la réticence croissante d’un personnage à engager l’ennemi. Bien que cette scène soit un peu décevante du fait que le trophée qu’ils prennent de l’avion allemand est une croix gammée en tissu placée au hasard sur l’avion, dans un morceau de direction artistique étonnamment bâclé. Le film rit aussi facilement d’une scène dans laquelle Zumbach traduit le discours d’un sergent britannique aux Polonais en quelque chose de beaucoup plus drôle en polonais. C’est un vieux gag, mais un gag fiable.

Allez plus loin  Un pont trop loin

Le film ne donne pas au public un aperçu de la grande bataille aérienne à laquelle l’escadron 303 a participé, ni de la place exacte des Polonais dans cette bataille. Elle a tendance à considérer comme acquis ce que nous connaissons et comprenons tous. Il n’explique pas non plus comment ni pourquoi le 303 Squadron est devenu l’escadron de chasseurs le plus performant de la RAF lors de la bataille d’Angleterre.

Était-ce vraiment parce qu’ils étaient tous plus beaux et plus virils que leurs camarades britanniques, comme semblent le penser les réalisateurs du film ? Je suppose que non. La véritable raison est probablement la célèbre haine fanatique des Polonais envers les Allemands. Mais peut-être que ça ne semblait pas être une histoire particulièrement édifiante à raconter.

La chronologie du film semble également un peu confuse. Après la bataille d’Angleterre, il se désintéresse complètement de la guerre. Pour être juste, cette affliction affecte également une grande partie du reste de l’industrie cinématographique et télévisuelle britannique moderne.

Mais, dans le cas du Hurricane Squadron 303, c’est un peu un choc que le film saute soudainement de 1940 à 1946. L’un des personnages fait ensuite référence au fait qu’ils sont ensemble depuis trois ans, ce qui est peut-être techniquement correct (c’est difficile à dire), mais semble étrange, puisque la première fois qu’ils semblent avoir une relation romantique, c’est en 1940, et non en 1943. Mais ceci est symptomatique de la narration souvent hachée du film.

Le film s’achève amèrement lorsque les Polonais sont exclus du défilé de la victoire d’après-guerre à Londres, pour apaiser Staline. Le film a raison d’être en colère à ce sujet, mais il ne fait pas allusion à l’ironie du fait que la Grande-Bretagne et la France sont entrées en guerre contre l’Allemagne pour défendre la Pologne.

Le réalisateur David Blair pense probablement qu’il déterre une histoire inédite, mais la contribution des pilotes polonais dans la RAF pendant la bataille d’Angleterre est assez bien connue en Grande-Bretagne (et en Pologne), si ce n’est ailleurs.

Des documentaires de haut niveau ont été réalisés en Grande-Bretagne sur ce sujet, et l’épopée aérienne de 1969, Battle of Britain, qui reste la version cinématographique définitive de cette histoire, met en scène des escadrons polonais de manière assez importante.

Je soupçonne le réalisateur de Hurricane d’avoir vu ce film de toute façon, car plusieurs plans et scènes le rappellent fortement, du briefing des pilotes allemands devant les Messerschmitt Bf 109 garés aux officiers allemands rassemblés au sommet d’une falaise française pour regarder passer leur flotte de bombardiers.

Je crains que nous devions aussi parler du mot « B ». Il semble nécessaire, en ce moment, de considérer chaque nouveau film britannique sur la Seconde Guerre mondiale à travers le prisme étroit du Brexit, qu’il s’agisse de Dunkerque, de Darkest Hour (2017) ou d’Hurricane. Sommes-nous en train de trop lire dans ces films, ou sont-ils délibérément chargés de messages contemporains ? Est-ce eux, ou est-ce nous ? Dans le cas de Hurricane Squadron 303, c’est définitivement eux.

Alors que Hurricane se rapproche de la fin de la guerre, il explore brièvement la situation critique de Zumbach, qui n’a que trois jours pour faire ses bagages et quitter la Grande-Bretagne. Tous les braves Polonais devront rentrer chez eux, juste parce que les Britanniques qui ont voté pour le Brexit étaient si ingrats à la fin de la guerre.

Mais le film est malhonnête dans ces scènes. Bien qu’il mentionne en passant la loi sur la réinstallation des Polonais, il s’efforce de donner l’impression que les Polonais ont été sommairement expulsés du pays. En réalité, la loi sur la réinstallation a été adoptée spécifiquement pour permettre aux Polonais de rester en Grande-Bretagne après la Seconde Guerre mondiale et plus de 150 000 d’entre eux l’ont fait. Tout cela malgré une pénurie désespérée de logements et des millions de Britanniques, hommes et femmes, qui quittent les forces armées et cherchent leur propre maison et leur propre emploi.

Expliquant sa situation à Lambert, Zumbach lui dit : « Si vous ne vous inscrivez pas à leur programme de réinstallation, vous êtes sans abri ». En d’autres termes, si vous ne profitez pas de la législation conçue pour vous permettre de vivre et de travailler en Grande-Bretagne, vous ne pouvez pas vivre et travailler en Grande-Bretagne. Bien sûr que vous pouvez.

Le problème, c’est que le film cherche trop à être pertinent à l’époque du Brexit. Pour souligner son caractère anti-Brexit, il y a même une scène dans laquelle un journaliste du Daily Mail est frappé par l’un des pilotes polonais. Parce que le Daily Mail a soutenu le Brexit. Non, attends, il y avait une excuse. Je ne me souviens pas de ce que c’était, mais on sait tous ce qu’est le vrai.

Allez plus loin  Empire du Soleil

En effet, la représentation de la Grande-Bretagne et des personnages britanniques dans Hurricane en général est problématique, au-delà des attitudes et des dialogues anachroniques. Les réalisateurs sont désireux de vanter les vertus et la bravoure des Polonais, mais ils ont malheureusement décidé que le moyen le plus simple de le faire était de dénigrer leurs alliés britanniques en comparaison.

Il est vrai que les commandants britanniques hésitaient à utiliser des pilotes polonais, comme les Français avant eux, mais il y avait de bonnes raisons à cela. Les Polonais ne parlaient pas anglais, ils étaient habitués à piloter des avions très différents, assez obsolètes, avec des commandes complètement différentes, et leur moral devait initialement être bas.

Étant donné que l’armée de l’air polonaise avait été vaincue par les Allemands assez rapidement, le fait que les Polonais puissent être des pilotes compétents lorsqu’on leur donne des machines modernes est une surprise.

Bien que Hurricane fasse brièvement allusion à certaines de ces questions, son portrait des personnages britanniques est très peu flatteur, surtout en comparaison avec leurs homologues polonais.

Les pilotes de la RAF britannique sont dépeints comme arrogants, grossiers et xénophobes, tandis que les officiers au sol sont des parasites sexuels ignorants et incompétents. Les femmes britanniques sont beaucoup plus gentilles, mais cela semble être en grande partie dû au fait qu’elles sont si faciles.

Dans la version d’Hurricane de la bataille d’Angleterre, les officiers britanniques sont pour la plupart arrogants et désagréables, voire incompétents, et semblent avoir grand besoin de quelques femmes fougueuses et d’un escadron de Polonais pour sauver la situation.

On peut presque imaginer le réalisateur et ses scénaristes se réunir et dire : « Montrons à ces Brexiteers ignorants. En fait, ce sont les Polonais qui ont gagné la bataille d’Angleterre et tous nos garçons étaient des crétins arrogants ». En ce sens, Hurricane est un film typiquement britannique, qui veut déprécier ses propres efforts afin d’en louer d’autres.

Aux États-Unis, Hurricane est sorti sous le titre oubliable de « Mission of Honour ». Le titre britannique est probablement un peu trompeur, car il est clair que le film ne porte pas vraiment sur le Hawker Hurricane Squadron 303, malgré son importance dans les nombreuses batailles aériennes du film. Mais le titre britannique est préférable au titre américain, qui est trop générique et qui ressemble à un film de série B.

Les critiques semblent avoir été plutôt bienveillantes à l’égard du film, sans toutefois être excessivement enthousiastes. Kim Newman, dans Empire, a noté que le film était anti-Brexit, ce que beaucoup de critiques n’ont pas fait.

Newman a affirmé que le film plairait surtout aux « passionnés de la Seconde Guerre mondiale, aux patriotes polonais et aux amateurs de spectacles aériens », même si je pense que la compréhension douteuse qu’a Hurricane de cette époque signifie qu’il ne plairait probablement pas à tous ces groupes de la même manière.

Comme cela arrive parfois, Hurricane est sorti à peu près en même temps qu’un autre film sur le même sujet, Dywizjon 303. Dywizjon 303, connu sous le nom de « Squadron 303 : Heroes of the Battle of Britain » ou « Squadron 303 : The Battle of Britain » sur les marchés anglophones, a été réalisé par Denis Delic et est également sorti en 2018.

Le film Tmavomodrý sv?t (The Dark Blue World), réalisé en 2001, mettait également en scène Krystof Hádek, de l’escadron Hurricane 303, et racontait une histoire similaire de pilotes tchèques dans la RAF pendant la Seconde Guerre mondiale, de manière plus sobre, bien qu’il se soit également enlisé dans les relations amoureuses des pilotes. Plus sombre est Nebeští jezdci (1968), un film sur les équipages de bombardiers tchèques dans la RAF pendant la Seconde Guerre mondiale.

Hurricane couvre un terrain familier, mais a un angle modérément différent de certains de ses prédécesseurs et est, dans l’ensemble, un effort sincère. Le résultat, cependant, n’est pas entièrement satisfaisant.

S’il est vrai que les effets spéciaux de Hurricane sont parfois en dessous de la moyenne, c’est son scénario ennuyeux et anachronique, sa politique douteuse et ses éléments romantiques maladroits insérés dans l’histoire qui sont les plus graves. Malgré quelques moments occasionnellement efficaces, l’intention sérieuse du film est minée par des tropes clichés et un discours trop aérien.

Laisser un commentaire