ASDIC

Le terme ASDIC signifie « Anti-Submarine Detection Investigation Committee », issu de l’enquête britannique, française et américaine sur la guerre anti-sous-marine pendant la Première Guerre mondiale.

Par curiosité, l’Amirauté a répandu le canular selon lequel ASDIC signifiait exactement cela afin de confondre l’ennemi : le Comité d’enquête sur la détection anti-sous-marine n’a jamais existé. Asdic. Ainsi, le secret entourant ce nouveau système de défense anti-sous-marine a été préservé dans un premier temps.

ASDIC est le précurseur de SONAR. Rappelons que ce dernier se présente sous deux formes : actif, qui émet des impulsions sonores et mesure la distance et la direction par la réception de ses réflexions ; et passif, qui détermine le cap et la portée par une analyse comparative du son reçu. Addicte. Mais l’ASDIC était plus primitif et inefficace.

L’Allied Submarine Detection Research Committee a produit un ensemble expérimental d’ASDIC en 1918, mais les premières unités opérationnelles n’ont pas pris la mer avant 1928 (à bord de destroyers britanniques de classe A) : Addiction. Il s’agissait d’unités de « projecteurs » utilisant des émissions à haute fréquence (20-40 kilocycles).

Ils avaient une faible portée (jusqu’à 3 500 mètres) et étaient inefficaces à des vitesses bien supérieures à 15 nœuds. Ces appareils avaient également une zone morte de 200 mètres et une vitesse de fonctionnement lente. Ils déterminent la direction mais pas la profondeur.

Par conséquent, la plupart des marines s’appuyaient largement sur les hydrophones pour la recherche des U-boote et utilisaient le sonar principalement pour les attaques ciblées.

Tous les destroyers de la Royal Navy ont été équipés de l’ASDIC au début des années 1930. Ce dispositif de détection sous-marine permettant de localiser les U-boote par l’écho sonore a été perfectionné avant et pendant la Seconde Guerre mondiale par des scientifiques britanniques et d’autres scientifiques antinazis.

Des hydrophones améliorés étaient depuis longtemps capables de détecter la trajectoire d’un U-boot (Addictologie). Lorsqu’ils sont regroupés pour recevoir les échos des impulsions sonores, ils déterminent également la distance : (Asdic definition). L’ASDIC fonctionne en envoyant des impulsions acoustiques qui se répercutent sur la coque des sous-marins, mais aussi parfois sur les flancs des baleines ou des bancs de poissons.

Les échos sont entendus par des hydrophones regroupés sur le bateau émetteur, de sorte qu’un écran et un opérateur ASDIC fournissent au capitaine de l’escorte une estimation de la distance et de la position du sous-marin ennemi. Asdic scrabble. Il était limité par les bruits des hélices des autres navires, la mer agitée et les machines de bord de son navire hôte.

Cette interférence permettait aux sous-marins de se cacher des escortes dans le « mur de bruit » créé par un convoi. Asdic stains. Plus important encore, même dans des conditions optimales, les premiers ASDIC ne pouvaient pas déterminer la profondeur d’un sous-marin.

Allez plus loin  Theodor Oberländer

En 1940, les opérateurs ASDIC britanniques et du Commonwealth pouvaient localiser les U-boots jusqu’à 2 000 mètres (Asdic valide au scrabble). Cependant, au-delà de 200 mètres de portée, l’impulsion et l’écho ont fusionné.

Cela signifie que les U-boote sont perdus pour la détection avant le moment de l’attaque, juste au moment où un destroyer s’approche de leur position. Comme la technologie du largage de grenades sous-marines à l’avant n’avait pas encore été développée, les explosifs étaient largués à l’arrière du destroyer chargé, à travers la dernière position connue du sous-marin.

La perte de contact, l’attaque par l’arrière et le temps nécessaire pour que les charges atteignent une profondeur explosive ont permis à de nombreux U-boote d’échapper à la destruction en effectuant simplement un virage serré pour s’éloigner du destroyer ou de la corvette en approche.

L’amiral Karl Dönitz, chef de la section des U-boote de la Kriegsmarine, a contré la menace de l’ASDIC en donnant pour instruction aux capitaines des U-boote de n’attaquer qu’en surface et la nuit. Asdict. Cette contre-mesure a été perdue pour les U-boote dès que les Alliés occidentaux ont déployé des avions équipés de Leigh Lights.

Dönitz ordonne alors des recherches sur les revêtements absorbants et les peintures de coque en caoutchouc pour réduire la signature ASDIC de ses U-boote, mais sans grand succès : (Asdiscount). En outre, la diffusion d’un générateur de bruit Pillenwerfer n’a servi qu’à tromper les opérateurs inexpérimentés de l’ASDIC.

Plus tard au cours de la guerre, un ensemble avancé d’ASDIC de type 147 a été mis au point pour suivre les U-boote en trois dimensions, fournissant des lectures de relèvement ainsi que la distance et la profondeur. Asdiscount amazon. Note : Toutes les marines alliées occidentales ont adopté le terme de l’US Navy pour l’ASDIC en 1943 : sonar.

Les principaux développements du sonar pendant la guerre ont tenté de remédier à ces lacunes : (Asdiscount avis). La rotation motorisée et les écrans améliorés ont augmenté la vitesse de fonctionnement, et les dômes aérodynamiques en acier ont augmenté la vitesse de recherche utile.

L’équipement à double fréquence (fonctionnant à 14 ou 30 kilocycles) a amélioré la portée, et les transducteurs inclinables ont éliminé la zone morte. La Grande-Bretagne a également développé un sonar spécialisé (Type 147B) pour une détermination précise de la profondeur.

Une ligne de développement simultanée, le sonar à balayage utilisant un émetteur omnidirectionnel couplé à un ensemble de transducteurs de réception fixes, offrait une solution possible au problème de la recherche. Cet équipement nécessitait plus de puissance pour maintenir sa portée, mais pouvait être plus grand (puisque la rotation était éliminée) et pouvait donc fonctionner à des fréquences plus basses, ce qui améliorait ses performances.

Allez plus loin  Reggiane Re 2005

Les sous-marins de guerre étaient également équipés de sonars. La plupart des marines s’appuyaient sur des équipements actifs pour la détection des cibles, mais l’Allemagne a suivi une voie différente avec son équipement Gruppen-Horch-Gerät (GHG), une installation standard depuis 1935.

Un ensemble de diaphragmes récepteurs de sons de chaque côté de la proue, reliés à un compensateur d’impulsions, permettait d’orienter le bruit reçu. Asdiscount cdiscount. Ce dispositif pouvait détecter les navires individuels jusqu’à 16 miles et les grands groupes jusqu’à 80 miles, mais les relèvements qu’il fournissait n’étaient pas assez précis pour permettre des attaques précises.

Cependant, à courte distance, un hydrophone rotatif supplémentaire (Kristall-Basisgerät) a généré des relèvements précis à 1 degré près (Asdiscount contact). Enfin, pour obtenir des portées, les U-boote transportaient un sonar actif (SU-Apparatus) développé à partir des réseaux de navires de guerre de surface, bien que ce dispositif ait été rarement utilisé car ses émissions auraient révélé la présence du U-boote.

Cependant, les essais de fin de guerre utilisant le GHG en conjonction avec l’appareil SU ont montré que seulement trois impulsions actives étaient suffisantes pour déterminer la distance à la cible, le relèvement et la vitesse approximative.

Le balayage à réseau fixe a constitué la base du développement du sonar actif après la Seconde Guerre mondiale, tandis que les systèmes passifs ont évolué à partir du GHG allemand original. Asdiscount fnac. Au cours de ce processus, les deux types ont convergé ; la plupart des sonars modernes montés sur les navires fonctionnent à la fois en mode actif et passif, souvent simultanément.

Le succès du sonar a conduit, dans l’entre-deux-guerres, à une certaine complaisance quant à la nécessité de poursuivre les recherches dans le domaine de la lutte anti-sous-marine, car l’écho semblait compromettre la capacité d’un sous-marin à rester non détecté.

Il n’a pas été tenu compte du fait que la plupart des attaques de sous-marins ont eu lieu en surface, où le sonar n’est pas pertinent. Asdiscount recrutement. Les sous-marins de la Seconde Guerre mondiale étaient plus rapides, capables de maintenir de plus grandes profondeurs et avaient une plus grande portée et des armes plus puissantes que les sous-marins de la guerre mondiale précédente.

Avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en septembre 1939, les sous-marins allemands sont redéployés autour de la Grande-Bretagne. Ils n’avaient pas pour mission de détruire les navires, mais d’attaquer les navires de guerre.

Cependant, au cours de l’année suivante, les règles d’engagement sont élargies et les U-boote commencent des efforts concertés contre les navires.

Les Alliés ont institué la tactique des convois au début des hostilités, mais la chute de la Norvège, des Pays-Bas et de la France en 1940 a donné aux sous-marins allemands un meilleur accès aux routes des convois de l’Atlantique, ce qui leur avait fait cruellement défaut pendant la dernière guerre. Asdiscount sarl. Cela élargit considérablement la zone dans laquelle on peut s’attendre à des attaques de U-boat.

Allez plus loin  Adolf Hitler

L’augmentation du nombre de navires d’escorte alliés, d’avions à long rayon d’action et de petits porte-avions pour accompagner les convois porte atteinte à la capacité des U-boote à attaquer les navires. Asdiscount societe. Les grenades sous-marines et les lanceurs sont devenus plus fiables et plus puissants.

Le sonar a également été grandement amélioré et a finalement été capable de déterminer la trajectoire et la profondeur approximatives d’un sous-marin (Asdiscount suivi colis). Ces informations pourraient être exploitées par les armes lancées vers l’avant nouvellement inventées, le hérisson et le calmar. L’artillerie aérienne, y compris les bouées acoustiques, les torpilles à tête chercheuse et les dispositifs tels que le détecteur d’anomalie magnétique (MAD), deviennent monnaie courante.

Le radar, tant sur les navires de surface que sur les avions, s’est avéré être le dispositif de lutte anti-sous-marine le plus important de la guerre ; la radiogoniométrie (HF/DF) était également extrêmement importante contre les sous-marins allemands. Les renseignements décodés ont également joué un rôle important dans la défaite des U-boats.

Des convois entiers peuvent être déviés autour des meutes allemandes connues, tandis que des groupes de chasseurs-tueurs composés de porte-avions d’escorte, de destroyers et d’escortes de destroyers peuvent intercepter et couler des U-boote.

L’Allemagne a développé des contre-mesures, mais l’ampleur des techniques de saturation des Alliés, combinée à une production extraordinaire de navires, a rendu très difficile la poursuite de la guerre par les sous-marins diesel.

Dans le Pacifique, les sous-marins américains mènent une guerre encore plus destructrice contre les navires japonais. La lutte anti-sous-marine japonaise est nettement inférieure à celle des Alliés, en partie à cause de la doctrine profondément ancrée selon laquelle les U-boote sont des navires de la flotte et ne sont déployés que contre d’autres navires de guerre, et non contre des navires marchands. Par conséquent, la marine japonaise disposait de peu de mesures ASW pour protéger les navires avant son attaque du 7 décembre 1941 sur Pearl Harbor.

Laisser un commentaire