La Kriegsmarine

La Kriegsmarine(anglais : Navy) était le nom de la marine allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, héritière de la Kaiserliche Marine.

Le traité de Versailles avait imposé des limites strictes à la marine allemande, lui interdisant de concevoir et de construire des sous-marins, des porte-avions, des avions de guerre et de l’artillerie lourde à terre ; le déplacement des nouveaux navires ne pouvait dépasser 10 000 tonnes.

Mais le 18 juin 1935 est signé le traité naval anglo-allemand qui, tout en limitant la force de la marine allemande à 35 % de celle des Britanniques, permet à l’Allemagne de disposer de sous-marins et d’autres types de navires que le traité de Versailles avait interdits.

Ainsi, en 1937, un ambitieux plan de construction navale (Plan Z) est lancé et en septembre 1939, la marine allemande compte 2 vieux cuirassés, 3 cuirassés de poche, 2 croiseurs lourds, 6 croiseurs légers, 22 destroyers, 20 torpilleurs et 59 U-boote.

Au cours du conflit, les cuirassés Tirpitz et Bismarck, le croiseur lourd Prinz Eugen, les cuirassés rapides Scharnhorst et Gneisenau et 15 autres destroyers sont entrés en service.

À la fin de la guerre, la marine allemande est fortement réduite en raison des restrictions imposées aux pays vaincus. La kriegsmarine. Le réarmement et la réorganisation au sein de l’OTAN dans un rôle antisoviétique ont lieu à partir de 1956 sous le nom de Bundesmarine.

Organisation

La Kriegsmarine est divisée en trois branches de base sous le commandement du Grand Amiral Erich Raeder.

Les cuirassés faisaient directement rapport à l’Oberkommando der Marine (OKM), puis aux commandants de groupe (Gruppenkommandos). Des flottilles de dragueurs de mines, de patrouilleurs, de navires de défense côtière et de navires auxiliaires sont sous le commandement de la Direction de la sécurité navale. La troisième branche, qui allait devenir la pire menace pour les Alliés en mer, était le Commandement des sous-marins de Karl Dönitz.

Contrairement à la plupart des autres marines, la Kriegsmarine ne dispose pas d’avions propres ; l’OKM (Oberkommando der Marine) se voit attribuer un général d’aviation, qui doit fournir à la marine les moyens dont elle a besoin : Calot de la kriegsmarine. Le Führer der Marineluftstreitkräfte était le Major Général Hans Geisler.

La Kriegsmarine dans la guerre

Les premières années de guerre

La guerre a commencé, avec des succès notables et des échecs majeurs. Chant de la kriegsmarine. Les sous-marins allemands remportent leurs premières victoires (ils coulent les navires britanniques Courageous et Royal Oak) : Dague de la kriegsmarine. Les unités navales jouent un rôle important dans la capture de la forteresse côtière polonaise de Westerplatte, près de Dantzig ; les navires allemands transportent des troupes vers la Norvège et les U-boats menacent les lignes d’approvisionnement de la Grande-Bretagne. Dans ces opérations, les Allemands ont perdu 3 croiseurs (1 lourd et 2 légers) et 10 destroyers.

Opérations en Méditerranée

En juin 1940, un bureau de liaison naval allemand est établi à Rome sous la direction du contre-amiral Eberhard Weichold : la tâche de ce bureau est de maintenir les lignes de ravitaillement nécessaires aux troupes allemandes combattant en Afrique du Nord.

Après le début de l’attaque de Tobrouk, le 23 mai 1942, la Kriegsmarine crée le poste de commandement de l’Afrique du Nord : il dirige les opérations navales, y compris la disposition des U-boote et des flottilles de torpilleurs et de dragueurs de mines, et est responsable de l’acheminement des fournitures et des renforts.

Allez plus loin  SS (Schutzstaffel)

Au début de 1942, il y avait 24 U-boote en action en Méditerranée, ce qui, avec l’ajout de petits bateaux et de bases côtières, constituait une force d’environ 15 000 hommes : (Grade de la kriegsmarine). Après l’effondrement de l’Italie en 1943, la marine allemande n’a pas pu faire grand-chose pour contrer la supériorité navale britannique en Méditerranée, mais elle a pu mener des opérations notables de transport de troupes dans la mer Égée.

Opérations sur le front oriental

Normalement, la Kriegsmarine maintient une flotte dans la Baltique qui comprend : 2 vieux cuirassés, 2 croiseurs légers, 3 destroyers, 9 torpilleurs et 8 mouilleurs de mines. Lorsque la guerre contre l’Union soviétique a commencé le 22 juin 1941, les Allemands ont lancé l’offensive avec des mines marines : dans les premiers jours de la campagne, Allemands et Finlandais en ont posé plus de 5 000 (Grade de la kriegsmarine ww2). Les mines, les torpilleurs et les avions de la Luftwaffe infligent de lourdes pertes aux Soviétiques, et l’Allemagne est en mesure de contrôler la Baltique sans avoir à déployer de grandes ressources.

À partir de septembre 1944, après la capitulation de la Finlande, la Suède ferme ses ports à la navigation allemande : les opérations navales de la Kriegsmarine dans la Baltique ne consistent donc qu’en l’évacuation de troupes et de réfugiés.

En mer Noire, la Kriegsmarine, sous la direction de l’amiral Von Studnitz, utilise ses moyens pour la pose et le dragage de mines mortelles, ainsi que pour le transport de troupes par voie maritime.

La bataille de l’Atlantique

En 1940, l’amiral Karl Dönitz déclare que « seul le sous-marin peut gagner la guerre » ; en fait, le sous-marin est le principal obstacle au succès des Alliés : pour la deuxième fois en 25 ans, l’Allemagne parvient à couper les communications maritimes des Alliés.

Les U-boote sont organisés sous le commandement de Dönitz, qui est le Führer der Unterseeboote (commandant des U-boote). En 1939, un total de 55 U-boote a été divisé en flottilles, chacune ayant un nombre de U-boote allant de 5 à 8, dont certains ont été nommés héros de U-boote de la Première Guerre mondiale.

En 1941, la Rudeltaktik (tactique de groupe) ou tactique de la meute de loups commence : des groupes de 15 à 20 U-boote patrouillent les routes à proximité de la Grande-Bretagne ; lorsqu’un convoi est aperçu, il est poursuivi par un U-boote, qui transmet par radio sa position, son cap et sa composition au quartier général de Dönitz, avec lequel il reste en contact jusqu’à ce que d’autres U-boote reçoivent leurs ordres et établissent le contact. Les U-boote attaquent alors simultanément, mais indépendamment, et rapportent ensuite le résultat de leur action à Dönitz, qui donne l’ordre d’une nouvelle attaque ou patrouille.

Avec l’adoption de cette tactique, le tonnage coulé augmente régulièrement et 1942 s’avère être l’année la plus fructueuse : les U-boote coulent 1 160 navires, pour un total de quelque 6 300 000 tonnes.

Peu à peu, cependant, l’amélioration des techniques d’assaut alliées et l’utilisation d’avions à long rayon d’action, de porte-avions et de navires d’escorte équipés de radars commencent à porter leurs fruits : entre avril et mai 1943, le tonnage coulé par les sous-marins allemands commence à diminuer, tandis que leurs pertes augmentent. Cela est dû en partie à la capacité des commandants alliés à déchiffrer les codes secrets du commandement allemand.

Allez plus loin  Opération Crusader

C’est au cours de cette période que les commandants alliés ont réussi à mettre la main sur la machine utilisée par les Allemands pour casser le code « Enigma ». Les pertes parmi les U-boote allemands passent de 13 à 30 % en mai ; les U-boote survivants, environ 16, sont alors retirés de l’Atlantique Nord.

Le milieu de l’année 1943 marque un tournant dans la bataille de l’Atlantique ; l’offensive alliée commence à devenir de plus en plus importante, tandis que la tentative allemande de la ralentir arrive trop tard.

Les sous-marins allemands ont causé la perte de 175 navires de guerre alliés et de 2 603 navires de charge, pour un total de 14 millions de tonnes, pendant toute la guerre. Plus de 39 000 officiers et marins ont servi sur les U-boote allemands et 32 000 ont été tués au combat, soit la proportion la plus élevée de toutes les forces pendant la guerre.

Navires de surface

Des deux cuirassés jumeaux lancés en 1939, Tirpitz et Bismarck, ce dernier effectue son premier et dernier voyage le 18 mai 1941, accompagné du croiseur lourd Prinz Eugen. Le 23 mai 1941, les deux navires allemands engagent le combat avec les cuirassés britanniques Prince of Wales (un cuirassé) et Hood (un croiseur de bataille). Grades dans la kriegsmarine. Ce dernier est coulé par un tir qui touche de plein fouet le Bismarck ; l’explosion coupe la coque en deux, tandis que le Prince de Galles, bien que touché, parvient à se détacher.

Le Bismarck, également endommagé, tente de réparer dans un port français, mais, repéré et à nouveau touché par un bombardier torpilleur obsolète de la RAF qui bloque son gouvernail, il rejoint alors le gros de la flotte britannique et coule le 27 mai 1941.

Les récits de cet épisode sont contradictoires. Historiquement, la marine britannique, dès que les tirs ont commencé, a immédiatement essayé d’attaquer le centre de direction de tir du Bismarck (situé sur le pont supérieur près de la salle de commandement).

Une fois aveuglé, le navire est battu et torpillé par ses adversaires pendant 45 minutes et ne montre aucun signe d’abandon. À un moment donné, il a soudainement coulé, ce qui laisse encore la question de savoir s’il a réellement été abattu par des tirs ennemis ou s’il a coulé lui-même.

Au lieu de cela, le Prinz Eugen a réussi à atteindre Brest et à rejoindre les croiseurs de combat Scharnhorst et Gneisenau. Plus tard, cependant, comme cela était arrivé au Gneisenau, les deux autres croiseurs ont également été touchés par des bombardiers à torpilles et Hitler a décidé de déplacer les trois unités vers la Norvège.

Parmi les différentes classes de destroyers, les Zerstörer 1934, Zerstörer 1936, Zerstörer 1936A et Zerstörer 1936B ont tous terminé la guerre avec de lourdes pertes : La kriegsmarine heimdal. La classe Zerstörer 1942 n’a vu qu’une seule unité lancée, le Z51, mais elle n’est jamais entrée en service.

Plus tard, après le naufrage du Scharnhorst en décembre 1943, les autres grands navires de surface cessent d’attaquer les convois dans l’Arctique. Le Tirpitz est également endommagé et immobilisé : il n’avait utilisé ses canons au combat qu’une seule fois, pour bombarder une position d’artillerie à Spitzbergen.

En mai 1945, il ne reste plus que trois croiseurs de la flotte de surface de la Kriegsmarine, dont deux, Prinz Eugen et Nurnberg, sont indemnes, et une douzaine de destroyers : Navires de la kriegsmarine. Le Prinz Eugen a été donné à la marine américaine, qui l’a utilisé comme navire cible pendant les essais atomiques d’après-guerre sur l’atoll de Bikini.

Allez plus loin  Opération Cornflakes

Suite aux dommages subis lors de ces essais, il a été coulé près de l’atoll d’Eniwetok, où la coque retournée est encore visible aujourd’hui. Au lieu de cela, le Nurnberg a été confié à la marine soviétique et rebaptisé Amiral Makarov, du nom de l’amiral russe tué au combat pendant la guerre russo-japonaise. Le croiseur a finalement été mis au rebut à la fin des années 1960.

Navires corsaires

Après la déclaration de guerre, les navires de surface pirates allemands déjà en mer, le Deutschland dans l’Atlantique Nord et l’Admiral Graf Spee au sud de l’équateur, commencent à attaquer les navires marchands. L’Admiral Graf Spee a détruit un total de neuf navires en naviguant dans l’Atlantique Sud et l’océan Indien, mais il a fini par couler après la bataille de la Plata en décembre 1939.

D’autres navires marchands, transformés en navires corsaires, prennent la mer : avec un armement dissimulé, égal à celui d’un croiseur, ils sont capables d’approcher les navires ennemis sans trop attirer l’attention. Entre 1940 et 1942, des navires tels que le Thor, l’Atlantis et le Penguin ont été responsables du naufrage d’un nombre considérable de navires alliés.

Opérations militaires de la Kriegsmarine

  • Nordseetour (1940) – La première opération de l’amiral Hipper en Atlantique
  • Weserübung (1940) – invasion du Danemark et de la Norvège
  • Juno (1940) – interception et destruction des fournitures alliées à destination de la Norvège.
  • Wikinger (1940) – sortie allemande en mer du Nord
  • Berlin (1941) – Croisière dans l’Atlantique du Scharnhorst et du Gneisenau
  • Rheinübung (1941) – Croisière dans l’Atlantique du Bismarck et du Prinz Eugen
  • Doppelschlag (1942) – opération d’interception des navires alliés au large de Novaja Zemlja par l’amiral Scheer et l’amiral Hipper
  • Sportpalast (1942) – tentative de la flottille Tirpitz d’attaquer le convoi arctique PQ-12 et QP-8
  • Rösselsprung (1942) – Opération de la flottille Tirpitz pour attaquer le convoi arctique PQ-17
  • Wunderland (1942) – opération d’interception des navires alliés dans la mer de Kara par l’amiral Scheer.
  • Paukenschlag (1942) – Campagne de sous-marins au large des côtes des États-Unis.
  • Regenbogen (1942) – attaque infructueuse du convoi arctique JW-51B par l’amiral Hipper et Lützow.
  • Cerberus (1942) – transfert de la flottille de Brest vers les ports allemands de l’autre côté de la Manche
  • Fritham (1942) – Raid aérien de la Luftwaffe contre un commando norvégien au Spitzberg
  • Ostfront (1943) – dernière opération du Scharnhorst pour intercepter le convoi JW-55B
  • Domino (1943) – deuxième sortie en Arctique du Scharnhorst et du Prinz Eugen.
  • Sizilien (1943) – assaut sur le Spitzberg (Svalbard) occupé par les Alliés.
  • Zitronella (1943) – également connu sous le nom d’Opération Sizilien
  • Deadlight (1945) – destruction de U-boats tombés aux mains des Alliés
  • Hannibal (1945) – (allemand : Unternehme Hannibal) opération militaire de la Kriegsmarine visant à évacuer par la mer les troupes et les réfugiés civils de Courlande, de Prusse orientale et du Corridor polonais.

Laisser un commentaire