Robert Capa

Robert Capaétait à l’origine le pseudonyme de trois photographes de guerre juifs qui ne voulaient pas être identifiés comme « juifs » dans les années 1930.

Les deux plus importants étaient Endre Friedmann et son assistante/amante, la photographe Gerda Taro – pseudonyme de Gerta Pohorylle, qui a inventé le nom de Robert Capa (capá, qui signifie requin en hongrois).

Lorsque Gerda Taro meurt en 1937 à l’âge de 26 ans, Friedmann choisit le pseudonyme de Capa exclusivement pour lui-même.

Né Endre Ern? Friedmann ; autres orthographes : André Friedmann ou Andrei Friedmann (Budapest, 22 octobre 1913 – Thai-Binh, Vietnam, 25 mai 1954), il était un photographe de guerre hongro-américain d’origine juive.

Il a rendu compte de cinq conflits armés au XXe siècle : la guerre civile espagnole, la deuxième guerre sino-japonaise, la deuxième guerre mondiale, la guerre israélo-arabe de 1948 et la première guerre d’Indochine.

Friedmann était le deuxième de trois fils dans une famille juive hongroise : (Robert capa). Son jeune frère, qui se fait appeler Cornell Capa, est également photographe.

Début de la vie

Friedmann a quitté la Hongrie à un âge précoce en raison de son engagement politique auprès des opposants de gauche au dictateur de l’époque, Miklós Horthy : (Robert capa analyse photo). Il a été arrêté une fois (en 1931), après quoi il a émigré en Allemagne.

À Berlin, il entreprend des études de journalisme à la Hochschule für Politik et travaille d’abord comme assistant de laboratoire photo, puis comme assistant photo dans une agence de presse photo allemande (Dephot).

C’est ainsi que débute sa carrière de photojournaliste (Robert capa débarquement). En 1932, des photos de sa première mission (un discours de Léon Trotsky à Copenhague) sont publiées dans le Zeitung.

Après l’arrivée au pouvoir des fascistes en 1933, Friedmann s’installe d’abord à Vienne, puis à Paris (1934) en raison de ses origines juives : Robert capa femme tondue. C’est là qu’il rencontre la photographe allemande Gerda Taro (Gerta Pohorylle, d’origine juive polonaise), avec laquelle il entame non seulement une collaboration mais devient aussi sa petite amie.

Ils ont choisi le pseudonyme « Robert Capa« , à consonance américaine, pour mieux commercialiser leurs photographies. Robert capa guerre d’espagne. Gerda Taro est morte en 1937, alors qu’elle travaillait comme (première femme) photographe de guerre, après que sa voiture a été percutée par un char républicain en retraite près de la ville espagnole de Brunete.

Après la mort de Gerda Taro (1910-1937), Friedmann adopte le nom de Robert Capa, qui lui vaudra une renommée internationale.

Guerre civile espagnole

De 1936 à 1939, Robert séjourne en Espagne avec Gerda Taro pour documenter la guerre civile espagnole depuis le camp républicain antifasciste. Ses photos ont été publiées, entre autres, dans le magazine américain Life.

Allez plus loin  Munich à la veille d'une guerre

Le 5 septembre 1936, Capa prend la photographie qui sera plus tard connue sous le nom de « The Fallen Soldier » (officiellement « Milicien loyaliste au moment de sa mort, Cerro Muriano, 5 septembre 1936 »).

Cette photo, l’une des images emblématiques de la guerre civile espagnole, a toujours été attribuée à Robert Capa ou André Friedmann, mais pourrait avoir été prise par Gerda Taro.

La photo montre un républicain tombé, probablement l’anarchiste Federico Borrell García. Robert capa indochine. Elle a été publiée pour la première fois dans le magazine français VU le 23 septembre 1936 et est devenue la photo de guerre la plus célèbre de tous les temps.

Dans les années 1970, il a été suggéré que la photographie avait été mise en scène, ce qui a déclenché une longue controverse.

Les enquêtes menées dans les années 1990 ont finalement révélé qu’il s’agissait d’une photographie authentique ; le « soldat tombé » a été identifié (à partir d’autres documents photographiques, de documents et de témoignages) comme étant Frederico Borrell Garcia.

La tradition veut que la photographie de Borrell García ait été prise près du village de Cerro Muriano, dans la province de Cordoue, le 5 septembre 1936 vers 13 heures, heure locale (GMT + 1).

L’image verticale, l’ombre projetée contre la pente et la ligne allant de la tête de García à sa silhouette forment un triangle équilatéral.

Ceci est suffisant pour construire une paire de triangles contenant Garcia alors qu’il marchait vraisemblablement obliquement dans la direction du soleil, qui était à un azimut de 68 degrés par rapport au sud local.

La ligne joignant la tête de Garcia à la silhouette contre la colline avec des tranchées (hors du cadre) a une inclinaison calculée de 30 degrés avec le plan horizontal à l’horizon qui est astronomiquement parallèle à l’équateur céleste.

Si l’on vérifie ensuite l’altitude du soleil pour Cerro Muriano pour 13:00 heure locale, 12:00 GMT, on trouve 59 degrés pour celui-ci : (Robert capa la tondue de chartres). On peut raisonnablement supposer que l’enregistrement a été effectué plus tôt ou plus tard dans la journée : Robert capa oeuvre. On trouve les heures correspondantes 09:43 et 16:55 (en laissant de côté l’équation du temps pour simplifier).

Un article biographique de Richard Whelan indique que Garcia est tombé comme le premier des deux combattants identifiés à proximité des tranchées contre les pentes de Las Malague?as.

Étant donné que, selon les témoins (dont Mario Brotóns Jordá, qui l’a identifié), García est mort vers 17 heures, la solution de 16 h 55 (16 h 54 en appliquant l’équation du temps du 5 septembre) doit être représentative.

Enfin, si l’altitude calculée du soleil pour 16:55 sur Cerro Muriano est de 30 degrés, il est clair que l’heure d’enregistrement coïncide exactement avec la configuration héliogéographique de Cerro Muriano dans le couple de coordonnées 4 grad 47?-W ; 38 grad-N pour le 6 septembre 1936 à 15:55 GMT avec l’azimut du soleil N-247-W.

Allez plus loin  Harold Alexander

Cela rend l’image suspecte, au mieux, seulement en ce qui concerne le temps d’impression, avec un maximum de 4 heures, par rapport au temps conservateur, étant donné encore l’inexactitude inhérente de la mesure graphique. Robert capa photo. Quel que soit le résultat de la mesure précise du temps, l’authenticité de l’enregistrement n’en est pas affectée.

Le 23 juin 2009, un article est paru dans un journal néerlandais dans lequel des doutes sont à nouveau exprimés quant à l’originalité de la photographie. Les arguments avancés ne sont pas assez solides, comme « l’absence de blessure à la tête ».

Même à très courte distance, une blessure à la tête causée par un coup de feu n’est pas ou peu perceptible, et c’est certainement le cas pour un sujet en mouvement, s’il s’agit d’un tir à la tête : le soldat porte un chapeau de campagne avec un gland avant et après.

Une fois de plus, en 2009, la photo, cette fois en relation avec le lieu de la prise de vue, a fait l’objet de débats. Robert capa photo de guerre. On dit que le lieu de la catastrophe n’est pas Cerro Muriano, mais Espejo, à une quarantaine de kilomètres au sud et légèrement à l’est.

En fait, des photos comparatives récentes de l’environnement de fond montrent des similitudes avec le paysage d’Espejo : (Robert capa photo débarquement). Pour l’heure du tir, une différence historiquement insignifiante est trouvée par rapport à 15:55 GMT pour Espejo, donc les calculs ne sont pas concluants ici.

De même, « par hasard », un tir de fusil d’un « sniper » aurait atteint la cible au moment même où Capa faisait poser un soldat pour Garcia, ou que le photographe sans méfiance tirait vivement au moment où le tir de fusil touchait le soldat courant sans but sur la colline.

Tant de coïncidences en même temps rendent les conclusions correspondantes hautement improbables (Robert capa photo espagne). Cependant, en supposant un malentendu dans l’identification de Borrell Garcia, le chapeau de campagne laissé en place après le tir est le coup d’ouverture de toute théorie de mise en scène.

La deuxième guerre mondiale

Après la mort de Gerda Taro, Robert Capa se rend en Chine en 1938 et émigre à New York un an plus tard (Robert capa photo femme tondue). Il y a travaillé pour le magazine Collier’s Weekly, puis pour Life en tant que photographe de guerre en Europe.

Allez plus loin  La ligne Maginot

La guerre lui donne de nouvelles missions : il est envoyé en reportage sur différents fronts en Europe, d’abord pour le magazine Collier’s Weekly, puis pour Life.

À cette époque, il possédait encore la nationalité allemande (il a reçu la citoyenneté américaine en 1946), et était donc le seul « reporter ennemi » à faire des reportages du côté des Alliés. Robert capa photo guerre civile espagnole. Cependant, étant d’origine juive, il pouvait plus facilement obtenir des visas de voyage en Europe.

L’œuvre la plus connue de Robert Capa pendant la Seconde Guerre mondiale est son récit photographique du débarquement sur la plage d’Omaha Beach le 6 juin 1944 (jour J), où il a débarqué à la nage avec la première vague d’attaque, armé de deux appareils Contax II et de plusieurs bobines de film.

Cependant, sur les 108 clichés qu’il a pris à l’époque, seuls huit ont survécu en raison d’une erreur lors du développement des négatifs. Robert capa photo guerre d’espagne. Certaines sources attribuent la perte de ces enregistrements à Larry Burrows.

Après la Seconde Guerre mondiale, en 1947, Capa fonde l’agence de photographie de presse Magnum Photos avec Henri Cartier-Bresson, David Seymour, William Vandivert et George Rodger.

Première guerre d’Indochine

Au début de 1950, Capa se trouve au Japon pour une exposition photographique à laquelle Magnum Photos participe. Robert capa photo soldat. Là, Life lui demande de faire un rapport sur la première guerre d’Indochine en Asie du Sud-Est.

Robert Capa s’était juré de ne plus jamais faire de reportage sur la guerre, mais il accepte la mission et rejoint deux autres journalistes de Time-Life (John Mecklin et Jim Lucas) dans la zone de guerre avec un régiment français.

Le 25 mai 1954, ce régiment traverse une zone dangereuse sous le feu de l’ennemi, mais Capa décide de quitter la voiture un instant pour photographier le mouvement des troupes.

Cette décision s’est avérée fatale : Robert Capa a marché sur une mine terrestre, perdant sa jambe gauche et souffrant de graves blessures à la poitrine. Il a été emmené dans un hôpital de campagne, mais est mort à son arrivée.

Laisser un commentaire