Jane Trefusis Forbes

Jane Trefusis Forbesou Lady Watson-Watt (née Forbes, née le 21 mars 1899 à Taltal, au Chili, morte le 18 juin 1971 dans le Grand Londres) est la première chef de la Women’s Auxiliary Air Force (WAAF), la partie de la Royal Air Force (RAF) ouverte aux femmes, pendant la Seconde Guerre mondiale.

La plus jeune des six enfants de l’ingénieur civil Edmund Batten Forbes (1847-1924) et de son épouse Charlotte Catherine Agnes, Katherine Jane Trefusis Forbes est née dans le nord du Chili.

À l’époque, son père construisait le chemin de fer reliant la côte à l’intérieur du Chili. Son grand-père, James David Forbes (1809-1868), était le quatrième fils de Sir William Forbes, 7e baronnet (1773-1828), Laird de Pitsligo, près d’Aberdeen.

En 1916, au plus fort de la Première Guerre mondiale, elle quitte l’école et s’engage comme volontaire dans la Women’s Volunteer Reserve. C’est là qu’elle a servi pour la première fois, au rang de soldat, en tant que chauffeur.

Allez plus loin  Opération Colossus

Elle a ensuite été promue au rang d’officier de second lieutenant. En 1936, elle participe à la création du Service d’urgence, qui forme des femmes en prévision d’une éventuelle nouvelle guerre. En 1938, elle est instructeur en chef de l’Auxiliary Territorial Service (ATS), la branche féminine de l’armée britannique.

Trois mois avant le début de la Seconde Guerre mondiale, elle est nommée à la tête de la WAAF. En septembre 1939, quelque 1 500 femmes servaient ici.

Les effectifs augmentent rapidement par la suite, atteignant environ 175 000 hommes en 1943, et atteignent finalement le rang de commandant en chef de l’air (1943). Ce grade est équivalent au code de grade actuel de l’OTAN OF-7, c’est-à-dire vice-maréchal de l’air ou général de division.

En janvier 1944, elle a été anoblie en tant que Dame Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique (DBE). Bien qu’elle ait toujours utilisé son deuxième prénom, Jane, elle a décidé d’accoler à son nom le prédicat associé à la noblesse. « Jane » est donc devenue « Dame Katherine ». Le contexte est que la transcription du prédicat au second prénom aurait été payante.

Allez plus loin  La guerre aérienne et maritime pendant la Seconde Guerre mondiale

Après la guerre, elle s’engage dans de nombreuses œuvres caritatives et en 1966, à l’âge de 67 ans, elle épouse Sir Robert Watson-Watt (1892-1973), l’un des inventeurs du radar. Son mari étant également chevalier, elle utilise désormais le titre de courtoisie de Lady Watson-Watt.

Ils ont vécu ensemble à Pitlochry, en Écosse, jusqu’à sa mort. Lady Watson-Watt a vécu jusqu’à l’âge de 72 ans et est enterrée avec son mari, qui lui a survécu de deux ans, dans le cimetière de la Holy Trinity Episcopal Church, à Pitlochry.

Allez plus loin  Les prisonniers de guerre russes

Laisser un commentaire