Führerprinzip : obéissance absolue à Adolf Hitler

L’Allemagne nazie est dès le départ fondée sur le Führerprinzip (doctrine de l’obéissance au Führer), avec la nomination d’Adolf Hitlercomme chancelier le 30 janvier 1933.

Le Führerprinzip a joué un rôle essentiel après la consolidation finale du pouvoir par Adolf Hitler en 1933.

Les dissidents au sein du Parti nazi de la stature de Gregor Strasser ou Walter Stennes n’avaient plus de marge de manœuvre : remettre en cause le chef pouvait leur coûter trop cher, même au prix de leur sang.

La doctrine de l’obéissance au Führer était un concept simple en effet. Rudolf Hessa probablement le mieux résumé la situation lorsqu’il a déclaré dans un de ses discours ce qui suit :

Le Führerprinzip exigeait que tout bon national-socialiste allemand accepte qu’Adolf Hitler soit la solution à tous les problèmes de l’Allemagne et que tout ce qu’il disait soit juste.

Le lendemain de la Nuit des longs couteaux, Hitler a défendu les actions des unités SS en déclarant que pendant 24 heures il avait fait la loi en Allemagne et que les SS n’avaient fait qu’exécuter les ordres qu’il leur avait lui-même donnés.

Le Führerprinzip, dans son essence, dictait que tout ce que Hitler ordonnait devait être exécuté avec diligence, sinon le Führer et donc l’Allemagne entière seraient trahis.

Hitler est l’Allemagne et l’Allemagne est Hitler. Tout ce qu’il fait est nécessaire. Tout ce qu’il fait est un succès. Sans l’ombre d’un doute, le Führer est une bénédiction divine.

Allez plus loin  10 erreurs des Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale

La machine de propagande s’est donné beaucoup de mal pour présenter Adolf Hitler comme le leader qui plaçait son pays au-dessus de tout (c’est pourquoi il ne s’est pas marié avant la toute fin de la Seconde Guerre mondiale), puisqu’il était « marié » à l’Allemagne.

Les images d’Hitler avec sa fiancée Eva Braunétaient fortement contrôlées par l’État et souvent censurées. L’efficacité de la propagande de Goebbels était telle que plus d’un Allemand n’a découvert qu’après la fin de la Seconde Guerre mondiale que Hitler avait eu une petite amie.

Le Führerprinzip est devenu étroitement lié à la vie quotidienne dans l’Allemagne nazie. Le salut formel « Heil Hitler » est devenu la norme et les enfants ont été instruits de le faire dans les écoles.

Ils étaient également endoctrinés pour dénoncer toute personne qui, selon eux, n’exécutait pas le salut avec la véhémence et la révérence appropriées.

Les cinémas et les journaux étant sous le contrôle direct de l’État, Goebbelsétait libre de projeter l’image du Führer qu’il souhaitait. Le ministre de la Propagande du Reich est allé jusqu’à déclarer ce qui suit :

Nous sommes témoins du grand miracle de l’histoire. Un génie est en train de construire le monde. Sa main a fait de nous une nation à nouveau. Sa main nous a ramenés dans notre patrie. Nous donnons notre vie entière au Führer.

Allez plus loin  Les femmes dans l'Allemagne nazie

A une autre occasion, l’homme qui contrôlait les émissions de radio, la presse et le cinéma a dit :

Il n’a jamais tort. Il a toujours raison. Il est étonnant de voir à quel point le Führer est grand dans sa simplicité et à quel point sa grandeur est simple. Il est au-dessus de nous tous. Il est comme une grande étoile qui est toujours au-dessus de nous.

Les hiérarchies et les mouvements nazis rivalisent pour présenter Adolf Hitler comme le messie du Troisième Reich :

Et parmi nous, un enfant est né à Brannau (Rudolf Hess).

Le Seigneur nous a envoyé Adolf Hitler. (Robert Ley)

Dieu ne s’est pas manifesté en Jésus-Christ mais en Adolf Hitler. (Deutsche Glaubensbewegung)

Nous croyons que Dieu nous a envoyé Adolf Hitler pour faire de l’Allemagne la pierre angulaire pour l’éternité (Hitlerjugend).

Toutes ces déclarations tournent autour de la figure du Führerprinzip : une loyauté sans faille envers l’homme qui a le contrôle absolu de l’Allemagne.

Des mythes ont commencé à se développer autour d’Hitler, souvent à la limite de l’absurde, mais personne n’osait les remettre en question dans un État policier comme le Troisième Reich.

Allez plus loin  Nachthexen : Les sorcières de la nuit

Par exemple, un professeur d’université a affirmé un jour que son chien pouvait prononcer les mots « Adolf Hitler » lorsqu’il voyait une photo du Führer : personne n’en doutait.

Même pendant la campagne de bombardement des Alliés au plus fort de la Seconde Guerre mondiale, le bruit courait que les portraits d’Hitler n’avaient pas été détruits par les bombes, même après que les quatre murs qui les abritaient eurent été réduits à l’état de décombres.

Pour maintenir la conscience collective de la doctrine d’obéissance et de révérence envers Adolf Hitler, les blagues sur le Führer étaient strictement interdites, à moins que le citoyen blagueur ne veuille finir comme comédien dans un camp de concentration.

Dans le cadre juridique complexe de l’Allemagne nazie, l’une de ces blagues pouvait être considérée comme une trahison. Des temps difficiles pour les plaisantins, sans doute.

Laisser un commentaire