Opération Millénium

L’opération Millennium était un raid aérien britannique mené par des bombardiers du RAF Bomber Command du maréchal de l’air Sir Arthur Harris contre Cologne (30/31 mai 1942).

Cette entreprise, qui constitue le premier « raid de mille bombardiers », provoque des ravages considérables dans la ville allemande, qui sera finalement bombardée lors de 262 raids alliés distincts, dont plus de 31 raids majeurs du Bomber Command.

L’opération Millennium est le plus remarquable de ces raids. En tant que premier « raid de mille bombes », il a été lancé pour trois raisons.

Tout d’abord, on espérait que les destructions causées par ces raids seraient suffisantes pour sortir l’Allemagne de la guerre. Deuxièmement, les premiers raids de « mille bombardiers » ont constitué une propagande utile pour les nations alliées et neutres (et aussi pour les Allemands).

Troisièmement, on espérait qu’un tel nombre de bombardiers volant en flux continu à travers les défenses à guidage radar de la ligne Kammhuber servirait à submerger l’armement des chasseurs de nuit allemands et réduirait ainsi le nombre de bombardiers détruits.

À ce stade de la guerre, le Bomber Command disposait d’une force régulière de première ligne d’environ 400 appareils seulement.

Mais en engageant les hommes et les machines des unités d’entraînement, ainsi que 250 avions du RAF Coastal Command du maréchal de l’air Sir Philip Joubert de la Ferté et quatre avions du RAF Air Training Command du maréchal de l’air Sir William Welsh, Harris savait qu’il pouvait concentrer plus de 1 000 avions pour ce seul effort.

Allez plus loin  Opération Cerberus

Cependant, juste avant le raid, la Royal Navy a refusé que les avions de la RAF Coastal Command participent au raid au motif que la menace réelle des U-boats, qui étaient les cibles définies de la Coastal Command dans la bataille de l’Atlantique, était plus importante que tout coup de propagande.

Cependant, en équipant 49 avions avec des élèves-pilotes, Harris est en mesure d’engager 1 047 bombardiers dans le raid, un chiffre environ 2,5 fois supérieur à celui des raids précédents du commandement.

En plus des bombardiers qui ont attaqué Cologne, 113 autres appareils ont été utilisés pour des raids d’intrusion contre les aérodromes utilisés par les chasseurs de nuit allemands.

L’opération Millennium est la première occasion d’utiliser les tactiques d’un flux de bombardiers, et la plupart des tactiques utilisées dans ce raid resteront la base des opérations standard du Bomber Command pendant les deux années suivantes, certains éléments étant conservés pour le reste de la guerre.

L’introduction récente de l’équipement de radionavigation « Gee » permet aux bombardiers de suivre une route particulière à une heure et à une altitude précises.

La campagne de bombardement de nuit britannique est en cours depuis quelques mois, et une estimation statistique peut être faite du nombre de bombardiers susceptibles d’être perdus par les chasseurs de nuit et les unités de Flak allemands, et du nombre de ceux qui seront perdus par collision.

Allez plus loin  La Gestapo

Pour minimiser les premiers, il faut un flux dense, car les contrôleurs de chasseurs de nuit dans une boîte tridimensionnelle ne peuvent diriger qu’un maximum de six interceptions par heure, et les artilleurs de la Flak ne peuvent pas se concentrer sur toutes les cibles disponibles en même temps.

Plus tôt dans la guerre, quatre heures avaient été considérées comme acceptables pour une mission, mais lors de ce raid, les bombardiers devaient tous passer au-dessus de Cologne en 90 minutes au lieu des quatre heures qui avaient été considérées comme acceptables auparavant.

On s’attendait à ce que la concentration des bombardements sur une période aussi courte submerge les pompiers de la ville et provoque ainsi des incendies majeurs semblables à ceux infligés à Londres par les Allemands pendant le « Blitz » de 1940/41.

Au final, 868 avions ont bombardé la cible principale et 15 autres ont attaqué d’autres cibles. Les bombardiers ont largué 1 455 tonnes de bombes, dont deux tiers de bombes incendiaires.

Cela a donné lieu à 2 500 incendies distincts, dont 1 700 ont été classés par les pompiers de la ville comme des conflagrations majeures. L’action des pompiers et la largeur des rues ont empêché les incendies de se combiner en une tempête de feu auto-entretenue, mais la plupart des dégâts ont été causés par le feu plutôt que par des explosions.

Quelque 3 330 bâtiments ont été détruits, 2 090 ont été gravement endommagés et 7 420 ont été légèrement endommagés, pour un total de 12 840, dont 2 560 étaient des structures industrielles ou commerciales. La seule installation militaire endommagée était la caserne de tir de la Flak.

Allez plus loin  SS (Schutzstaffel)

Le nombre de personnes tuées se situe entre 469 et 486, dont 411 civils et 58 militaires. En outre, 5 027 personnes ont été blessées et 45 132 ont été bombardées. On estime que 135 000 à 150 000 des quelque 700 000 habitants de Cologne ont fui la ville après l’attaque.

La RAF a perdu 43 appareils, soit 3,9 % des 1 103 bombardiers envoyés pour le raid, dont 22 appareils ont été perdus au-dessus ou à proximité de Cologne, 16 d’entre eux ayant été abattus par des unités de Flak et quatre par des chasseurs de nuit, deux ayant été perdus dans une collision et deux bombardiers légers Bristol Blenheim dans des attaques contre des aérodromes de chasseurs de nuit.

Laisser un commentaire