L’attrape-espion

Paul Rudd n’est pas forcément le premier acteur auquel on pense quand on entend l’expression « type fort et silencieux », mais c’est ainsi qu’il a été casté dans « L’attrapeur d’espions ».

Ce film du réalisateur Ben Lewin et du scénariste Robert Rodat (« Saving Private Ryan ») est un drame biographique sur Morris « Moe » Berg, un receveur de la Major League qui est allé travailler pour l’Office of Strategic Services, le précurseur de la Central Intelligence Agency, pendant la Seconde Guerre mondiale.

À un moment donné de sa carrière d’espion, Berg a reçu l’ordre d’assassiner le physicien théorique allemand Werner Heisenberg (Mark Strong) s’il déterminait qu’Heisenberg et ses associés étaient sur le point de fabriquer une bombe atomique pour Hitler.

C’est là que commence l’histoire, en flash-back, un début assez audacieux pour un film sur un homme mystérieux.

L’inspiration réelle de ce personnage est si fascinante que si vous commencez à lire sur lui, vous vous retrouverez dans un terrier de recherche après l’autre.

Berg a été décrit par Casey Stengel comme « l’homme le plus étrange qui ait jamais joué au baseball » et par John Kieran, ancien chroniqueur sportif du New York Times, comme « l’athlète le plus érudit que j’aie jamais rencontré ».

Né à Manhattan mais élevé à Newark, dans le New Jersey, Berg est diplômé de Princeton – tout un exploit pour un jeune Juif dans le système universitaire antisémite de l’Ivy League – et a ensuite joué pour plusieurs équipes de ligue mineure et majeure, notamment les Cleveland Indians, les Washington Senators et les Boston Red Sox.

En 1934, Berg effectue le deuxième de deux voyages au Japon au sein d’une délégation de joueurs de baseball et filme le port de Tokyo avec une caméra.

Allez plus loin  Dunkerque

Bien qu’il ne soit pas clair si ce voyage était en fait un précurseur des activités d’espionnage de Berg, le film le traite comme tel, et le voyage donne lieu à des conversations réfléchies entre Berg et le délégué japonais Isao Kawabata (Hiroyuki Sanada) sur la probabilité d’une guerre entre leurs deux pays.

On pensait que Berg était gay, bien que le film ne confirme jamais tout à fait qu’il l’est ; il le montre en train de faire l’amour avec sa petite amie Estella Huni (Sienna Miller), mais tenant la main de Kawabata, un intellectuel avec lequel il a clairement un lien plus profond.

Malheureusement, le film ne trouve jamais une voie dans la personnalité de Berg qui explore ses nombreuses facettes sans le réduire à un personnage vide au centre d’un thriller d’époque de facture traditionnelle.

Et si Rudd est un acteur sympathique qui s’est avéré avoir plus d’envergure que ce que l’on aurait pu prévoir en le regardant dans ses premiers rôles, il n’a pas fait grand-chose pour moi ici.

Aussi souvent que les personnages secondaires, y compris Estella, adorée mais frustrée, dépeignent Berg comme une énigme, le personnage reste un livre fermé, un type de personnalité difficile à dépeindre car il exige de l’acteur qu’il fasse continuellement allusion à la possibilité d’une révélation sans donner au public les réponses qu’il cherche.

Il n’y a pas beaucoup d’acteurs que l’on peut regarder pendant 98 minutes même s’ils vous donnent volontairement très peu de choses, et je ne pense pas que Rudd, qui devient une superstar à chaque fois qu’il sourit et lâche une blague pince-sans-rire, en fasse partie (d’autres ont fait l’éloge de Rudd en tant que Berg, et bien sûr votre kilométrage varie).

Allez plus loin  Plan A

Rudd fait un bon travail pour capturer la froideur décontractée du personnage, en commençant par une scène précoce dans laquelle il dit à Estella qu’il va au Japon ; quand elle dit qu’elle a toujours voulu voir le Japon, il sourit subtilement et dit, « Je vais prendre des photos ».

Et il est crédible en tant qu’intellectuel qui a un léger mépris pour les personnes intolérantes ou moins éduquées, mais qui parvient à le maîtriser lorsque cela est nécessaire.

Nous avons définitivement le sentiment que Berg est un esprit agité, peut-être poussé par le désir de prouver sa valeur à un monde dominé par les Gentils en étant plus intelligent et plus athlétique que la plupart des Gentils qui le dirigent.

Mais à l’exception de certaines scènes, comme celle où Berg bat brutalement un collègue homophobe dans une ruelle, le personnage et la performance manquent d’un certain feu noir nécessaire, et il est difficile de savoir si cela est dû à un mauvais jeu d’acteur, à un scénario et une mise en scène insuffisamment imaginatifs, ou à autre chose.

La photographie, la conception de la production, les costumes et la musique sont superbes, mais la mise en scène ne fait guère plus que les mettre en valeur, et n’atteint que rarement une touche expressionniste ou surréaliste qui aurait pu nous donner un aperçu de l’intérieur émotionnel de Berg, aussi fugace soit-il.

Le casting est composé d’un excellent groupe d’acteurs de caractère, dont Guy Pearce dans le rôle du spécialiste militaire américain Robert Furman, Paul Giamatti dans celui du physicien américano-néerlandais Samuel Goudsmit, Jeff Daniels dans celui du directeur de l’OSS William J. Donovan, et Shea Whigham dans celui du manager des Red Sox Joe Cronin, qui veut que Berg arrête de jouer et devienne entraîneur (il finit par le faire).

Allez plus loin  Camp confidentiel : les nazis secrets de l'Amérique.

Mais aucun n’a plus d’une scène ou deux et, dans une mesure plus ou moins grande, tous jouent une variation de la pauvre Estella, qui veut juste trouver un chemin dans l’esprit et le cœur de cet homme compliqué, charismatique, mais fermé.

Comment maintenir l’intérêt des gens pour un point d’interrogation humain ? Je ne sais pas. Je ne me permettrais pas de suggérer comment « The Spy Catcher » aurait dû faire les choses.

Je peux seulement dire que je comprends le dilemme impossible dans lequel les cinéastes se sont volontairement placés, un dilemme que seule une poignée de films, dont « Lawrence d’Arabie » et « Le dernier empereur » (et la série télévisée « Mad Men », qui a triché un peu et nous a donné des flashbacks et des séquences de rêve qui ont rempli l’histoire secrète du protagoniste) ont réussi à résoudre, ou du moins à contourner.

J’ai envie de vivre le genre d’expériences que ce film veut offrir. J’aimerais l’aimer davantage.

Laisser un commentaire