Opération Colossus

Suite à l’étude de photographies de reconnaissance aérienne prises à l’automne 1940 par le ministère de la Guerre britannique et la société de génie civil George Kent & Sons, une réunion a été organisée à Londres, en Angleterre, au Royaume-Uni. Les photos étaient celles d’un aqueduc situé dans le sud de l’Italie, près de Naples, qui transportait de l’eau douce vers trois grands ports situés au-dessus de la vallée de Tragino.

Après avoir envisagé diverses options sur la façon de le détruire, la décision fut prise de voir si le 11e bataillon du service aérien spécial, qui avait été formé à partir du Commando n° 2 environ six mois plus tôt, pouvait le détruire. Ainsi est née l’opération Colossus.

À l’époque, le 11e SAS était la seule unité de parachutistes des forces armées britanniques. On pensait que la destruction du pont entraverait les opérations militaires italiennes en Afrique du Nord et en Albanie.

Le bataillon a terminé son entraînement pour l’opération Colossus en décembre 1940 et trente-huit volontaires, alors appelés X Troop, ont été sélectionnés pour mener à bien l’opération, dont le nom de code était Colossus.

En appelant les volontaires, le lieutenant-colonel C. I. A. Jackson rapporte que tout le bataillon s’est avancé : Operation colossus 1941. L’opération Colossus devait également servir de test pour les troupes aéroportées, leur équipement et la capacité des avions de la RAF à les amener avec précision en territoire ennemi.

Le commandement a été confié au Major T. A. G. Pritchard, originaire des Royal Welsh Fusiliers et, après sa formation, il a rejoint leur base avancée à Malte, avec un officier de la RAF, un soldat de la brigade des Fusiliers et un civil pour servir d’interprètes.

Allez plus loin  La guerre totale ou Totaler Krieg

Le civil, de nationalité italienne, avait été serveur à l’hôtel Savoy de Londres. Une fois les objectifs atteints, les troupes devaient se rendre à l’embouchure de la rivière Sele, où elles devaient avoir rendez-vous avec un sous-marin britannique HMS Triumph.

En fin d’après-midi du 10 février 1941, six avions Whitley décollent de Malte, chacun transportant un officier et cinq autres membres de la troupe X.

L’avion de tête a atteint la zone de largage sans incident et avec une visibilité parfaite, cet avion et les quatre suivants ont largué les hommes à moins de 250 mètres de la zone de largage, mais deux n’ont pas réussi à larguer les conteneurs d’équipement en raison de problèmes avec les conteneurs.

Le sixième avion n’a pas réussi à atteindre la zone d’atterrissage et les six hommes, avec leur équipement, ont atterri dans la vallée suivante, à trois kilomètres de l’aqueduc. Operation colossus book. Ces hommes sont les anciens sapeurs du Royal Engineers qui, avec leurs explosifs, doivent détruire le pont.

À l’arrivée et après une inspection des piles de l’aqueduc, on a découvert que les supports étaient construits en béton armé et non en briques comme on l’avait d’abord pensé.

Prichard pensait que les explosifs qu’il avait sous la main seraient insuffisants pour briser les piliers, il a donc ordonné de placer toutes les charges disponibles contre le pilier ouest et son renversement dans l’espoir qu’il causerait des dommages suffisants. Une autre charge a été placée sous un pont voisin portant la route au-dessus de la rivière Ginestra.

Allez plus loin  Opération Cornflakes

Prichard avait raison dans son hypothèse, à 00h30 le 11 février 1941, des explosifs détonants ont fait tomber l’aqueduc et le pont routier s’est également effondré.

Le petit groupe avait déjà été repéré par les habitants et fut bientôt encerclé par des unités de carabiniers et des membres de l’armée italienne. Avec une faible puissance de feu, la troupe X avait peu de chances de s’échapper et, comme les forces ennemies augmentaient, Pritchard décida de se rendre.

Le traducteur italien, Fortunato Picchi, a été torturé et exécuté par les Chemises noires italiennes, et l’un des parachutistes a échappé à la captivité, mais les autres ont été emprisonnés comme prisonniers de guerre.

Même si l’un des groupes avait réussi à atteindre la côte et le point de rendez-vous, il n’aurait pas été récupéré par le HMS Triumph, car l’un des deux avions Whitley effectuant un raid de diversion sur Foggia a eu des problèmes de moteur et a dû amerrir après avoir bombardé les gares ferroviaires.

Le pilote a contacté Malte par radio, informant son aérodrome qu’il allait atterrir à l’embouchure de la rivière Sele, par coïncidence la zone où le rendez-vous devait avoir lieu. Craignant que le message ait été surveillé par les Italiens et que le sous-marin puisse être pris dans un piège, les officiers supérieurs décident de ne pas l’envoyer au point de rendez-vous.

Les membres survivants de la troupe X sont restés prisonniers de guerre jusqu’à ce qu’ils soient rapatriés après la capitulation de l’Italie en septembre 1943. Les exceptions sont le lieutenant Anthony Deane-Drummond, qui s’est échappé après avoir été capturé et qui est finalement retourné en Angleterre en 1942, rejoignant la 1ère Division aéroportée nouvellement formée.

Allez plus loin  Opération Market Garden

Un caporal, Alfred Parker, s’est échappé du camp de prisonniers de guerre de Sulmona, mais a été repris par les Allemands. Après avoir assisté à l’exécution par les Allemands d’un autre évadé et de plusieurs Italiens, Alfred Parker s’échappe à nouveau et finit par rentrer au Royaume-Uni après avoir fait du stop en Afrique du Nord dans un Dakota des forces américaines.

L’aqueduc a été rapidement réparé et ne semble pas avoir causé de problèmes à la population ou aux ports voisins.

L’opération Colossus, cependant, a remonté le moral des forces aéroportées nouvellement formées. Les Britanniques ont tiré de précieux enseignements qui ont aidé à la planification des futures opérations aéroportées, prouvant qu’ils pouvaient constituer une menace utile pour l’ennemi.

Parmi les enseignements techniques tirés, citons le fait que les conteneurs utilisés pour larguer le matériel étaient de qualité inférieure et bloquaient les portes de la soute à bombes, si bien qu’ils ne sont pas tombés.

La critique de l’opération Colossus était que, bien qu’une bonne planification ait été faite pour amener les troupes à l’objectif, on n’a pas fait assez pour s’assurer qu’elles pourraient être récupérées. Les Italiens ont réagi en renforçant leurs mesures de protection contre les raids aériens.

Laisser un commentaire