L’incendie du Reichstag

L’incendie du Reichstag est un incendie survenu le 27 février 1933, au cours duquel le bâtiment du Reichstag allemand à Berlin a brûlé. Le communiste néerlandais Marinus van der Lubbe a été arrêté, jugé et exécuté en tant qu’auteur de l’incendie, mais les historiens ne s’accordent toujours pas sur la question de savoir s’il l’a réellement allumé et, dans l’affirmative, s’il a agi seul ou avec de l’aide.

La raison

Le 30 janvier 1933, Adolf Hitler arrive au pouvoir en Allemagne. Son NSDAP était un farouche opposant au communisme, et les partis communistes avaient toujours réagi vivement. Au Reichstag et dans les journaux, la bataille s’est faite avec des mots, et dans les rues, régulièrement avec des poings. Marinus van der Lubbe était un communiste passionné qui croyait en l’utopie communiste.

En 1932, il a même voulu se rendre en Union soviétique, mais il a été arrêté à la frontière et renvoyé aux Pays-Bas. C’est là qu’il a été hospitalisé en raison de la mauvaise santé de ses yeux lorsque Adolf Hitler est arrivé au pouvoir.

Il a décidé de se rendre en Allemagne, probablement pour encourager les communistes de ce pays et peut-être pour inciter à un soulèvement ou à une révolution. Il est probable qu’il ait décidé d’agir lui-même lorsqu’il s’est rendu compte de l’humeur apathique et colérique des communistes.

Le feu

Dans la soirée du lundi 27 février 1933, les gardes ont observé plusieurs petits incendies dans le bâtiment du Reichstag. Les pompiers ont été informés. À neuf heures et quart, ils ont trouvé Van der Lubbe sans ses vêtements de dessus dans la grande salle de conférence, qui était déjà en feu.

La conclusion qu’il s’agissait d’un incendie criminel était donc évidente, puisque l’auteur a été pris en flagrant délit. Hitler, qui, à ce moment-là, dînait en toute intimité avec Goebbels et sa femme, a été convoqué et s’est précipité au Reichstag. Göring était déjà là avec les pompiers et a crié que c’était le début d’une révolution communiste.

Les arrestations et le procès

La question s’est rapidement posée de savoir si Van der Lubbe avait lui-même allumé l’incendie. Après tout, il s’agissait d’un très grand bâtiment, et sans combustible suffisant, il est très difficile pour un bâtiment de prendre feu, et encore moins de brûler. Les spéculations allaient donc bon train. Les nazis ont affirmé que Van der Lubbe avait effectivement été aidé par des communistes.

Outre Van der Lubbe, quatre autres suspects principaux ont été arrêtés : le communiste allemand Ernst Torgler et les communistes bulgares Georgi Dimitrov, Blagoi Popov et Wassil Tanev. En plus de ces arrestations, les autorités et les SA ont procédé à l’arrestation, à l’intimidation et au passage à tabac de communistes et d’autres opposants aux nazis en masse et au hasard.

Allez plus loin  Danzig

Goebbels exploite l’incendie comme un coup de propagande, tandis que Göring dirige les arrestations. Le procès a été utilisé pour éliminer une fois pour toutes les partisans du communisme. Les sièges des communistes au Reichstag sont déclarés perdus et leur parti interdit.

Les essais finaux ont été un fiasco. Göring est souvent présent, mais ne fait que se ridiculiser par son comportement criard. Après avoir perdu une guerre des mots avec le Bulgare Dimitrov, il est resté à l’écart, probablement pour éviter de perdre davantage la face.

Marinus van der Lubbe avait un comportement apathique, ce qui a conduit à des affirmations selon lesquelles il était retardé. Van der Lubbe savait très probablement qu’il devait mourir de toute façon, a été déçu par les conséquences de son acte, et a peut-être été maltraité ou drogué.

Les Bulgares se sont défendus avec acharnement. En fin de compte, le tribunal a dû acquitter tous les accusés, sauf Van der Lubbe. C’est un revers pour les nazis et une occasion de « nettoyer » le système judiciaire. Van der Lubbe a finalement été décapité à Leipzig le 10 janvier 1934.

Hypothèse

Il existe plusieurs théories sur l’incendie du Reichstag, qui s’articulent autour des questions suivantes :

  • Est-ce que Van der Lubbe a mis le feu lui-même ?
  • Si non, qui l’a fait ?
  • Si oui, vous ont-ils aidé et qui l’a fait ?

La première théorie est celle des nazis. Selon eux, Van der Lubbe avait allumé le feu lui-même, mais ses associés communistes lui avaient fourni des matériaux tels que des produits chimiques.

Peut-être que certains des feux ont été allumés par eux. Il a été dit que les communistes voulaient que l’incendie soit un acte, qui serait le début d’un soulèvement communiste. Van der Lubbe, selon beaucoup de personnes non douées d’une grande intelligence ou même attardées, était un pion dans leur jeu d’échecs.

La deuxième théorie est celle des communistes, qui est également défendue dans de nombreux pays occidentaux. Cette théorie se fonde sur le témoignage sous serment du général Franz Halder au procès de Nuremberg en 1946, selon lequel Göring aurait fait la déclaration suivante lors de la fête d’anniversaire d’Hitler en 1942 : « La seule personne qui sait vraiment ce qui s’est passé au Reichstag, c’est moi, parce que j’y ai mis le feu », après quoi il aurait tapé de la main sur la table.

Allez plus loin  Total Tank Simulator

Selon cette théorie, les nazis cherchaient un prétexte pour consolider leur position de pouvoir, au départ plutôt chancelante, et pour régler une fois pour toutes le problème avec la gauche. L’incendie était un plan de Goebbels qui devait être exécuté par Göring. Un groupe de nazis mettrait le feu et accuserait les communistes.

La nuit précédant l’incendie, Van der Lubbe a été vu en train de dire qu’il allait mettre le feu au Reichstag. Les nazis l’ont intégré dans leur plan, se sont fait passer pour des communistes et l’ont encouragé, et on dit qu’ils ont déjà placé des produits chimiques dans le Reichstag.

Cette nuit-là, sept gardes d’assaut sont entrés dans le bâtiment par un passage souterrain avec Van der Lubbe, ont mis le feu aux produits chimiques, et le feu s’est déclaré. Van der Lubbe aurait été laissé en arrière afin qu’il puisse être « pris en flagrant délit ».

Cette déclaration a été démentie par Göring au cours des procès. Par ailleurs, Bruno Loerzer avait déjà déclaré lors d’une conversation avec Albrecht Freiherr von Freyberg-Eisenberg-Allmendingen le 28 février 1933 : « Je ne comprends pas les bêtises que les gens répandent à propos de l’incendie du Reichstag. J’ai reçu l’ordre de mon ami Göring de mettre le feu au Reichstag avec un groupe de SA »).

La troisième théorie est que Van der Lubbe a tout fait lui-même. Ses quelques parents et amis l’ont affirmé, tout comme l’auteur Martin Schouten, biographe de Van der Lubbe, l’un des rares aux Pays-Bas à avoir fait des recherches sur cette affaire.

On raconte que Van der Lubbe, choqué par la prise de pouvoir, s’est rendu à Berlin, où il a trouvé les communistes qui attendaient dans la peur. Là, il aurait décidé de passer à l’action. Le bâtiment aurait brûlé facilement car il y avait beaucoup de matériaux secs et inflammables. De plus, lorsque le dôme en verre a explosé sous l’effet de la chaleur, le feu a pu aspirer davantage d’oxygène et le bâtiment a brûlé en grande partie.

Conséquences

Avant l’incendie, le régime d’Hitler n’était pas encore très efficace. Hitler doit encore tolérer une importante opposition communiste-socialiste et la plupart des ministres de son cabinet ne sont pas nazis. De nombreuses résolutions et lois présentées par son gouvernement sont rejetées par le Parlement et cette première période est caractérisée par une grande méfiance à l’égard des nazis.

Le régime nazi se concentre donc sur la consolidation de son pouvoir après les élections qui doivent avoir lieu en mars 1933 et attend un incident qui lui fournira une excuse pour affronter ses opposants avant les élections et renforcer la position d’Hitler.

Allez plus loin  Dix faits de la Seconde Guerre mondiale que vous ne connaissez peut-être pas

Après l’incendie, le bâtiment du Reichstag a été restauré et les réunions ont repris. Toutefois, en réponse à l’incendie, Hitler promulgue une loi d’urgence qui lui donne de larges pouvoirs pour « rétablir l’ordre ». La Reichstagsbrandverordnung et la Ermächtigungsgesetz réduisent considérablement les pouvoirs du Reichstag. C’était le premier pas vers la dictature personnelle.

Les vastes pouvoirs d’Hitler lui permettent d’accuser les communistes d’être responsables de l’incendie et de faire emprisonner ou intimider d’une autre manière des personnalités de premier plan. En conséquence, le KPD ne pouvait plus mener une campagne efficace. En outre, de nombreux Allemands ont cru à la théorie selon laquelle l’incendie était une action communiste et ont voté pour les nazis.

En mars 1933, le KPD perd 4,2% des voix et le SPD 2,1%. Contrairement aux attentes, le NSDAP ne remporte pas la majorité absolue, mais avec 44 % des voix, il devient le premier parti. Avec un partenaire de coalition, le Parti national populaire allemand, qui a perdu 8 % des voix, les nazis parviennent à réunir suffisamment de sièges pour réformer l’État selon leurs souhaits et contourner le Parlement.

Après l’incendie et les élections, seuls l’armée, les SA et l’ancien président Von Hindenburg sont des facteurs de pouvoir avec lesquels Hitler doit composer. C’est le premier pas vers la dictature absolue, qui devient finalement une réalité avec la mort du président Paul von Hindenburg et la nuit des longs couteaux.

Selon certains, sans l’incendie, la dictature nazie n’aurait jamais pu établir son pouvoir en Allemagne de manière aussi efficace et en si peu de temps, ce qui fait de l’incendie un facteur important dans la préparation de la Seconde Guerre mondiale.

En novembre 1933, de nouvelles élections sont organisées, au cours desquelles une liste unifiée est présentée aux électeurs. À partir de 1934, le rôle politique du Reichstag prend fin. A partir de 1942, les apparences ne sont plus respectées et les réunions cessent.

Laisser un commentaire