La bataille de Tarawa

Le 20 novembre 1943 commence l’une des batailles les plus sanglantes de l’histoire des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, sous le nom de code Opération Galvanic.

L’objectif : Une minuscule île appelée Tarawa(5 km de long sur 700 mètres de large) au milieu de nulle part dans le Pacifique central, avec des fortifications imposantes et une abondance de soldats d’élite japonais qui se vantaient que pas un million de soldats ennemis ne pouvaient la conquérir.

L’ambition du commandement américain était de s’emparer de sa piste d’atterrissage, première étape de la conquête de l’île au cœur de l’empire japonais. À Tarawa, les Marines allaient être confrontés à leur épreuve la plus difficile : ils allaient devoir prendre l’île mètre par mètre, fortification par fortification. Pendant les premiers jours, l’issue n’était pas vraiment claire : toutes les issues étaient possibles pour les deux parties.

La vérité est que la bataille de Tarawa ne reçoit parfois pas toute l’attention qu’elle mérite, car en 76 heures seulement, elle a constitué un tournant majeur de la Seconde Guerre mondiale sur le théâtre d’opérations du Pacifique.

La 2e division de Marines, tout juste sortie d’une sanglante victoire à Guadalcanal, est chargée de la conquête de l’île de Tarawa. Ses 500 forts, nids de mitrailleuses, tranchées et bunkers en font l’île la mieux défendue que les Marines aient jamais attaquée sur le théâtre du Pacifique. L’île entière était pleine d’artillerie, pleine de défenseurs. Elle ressemblait à une véritable forteresse imprenable.

La première ligne de défense de Tarawa est le récif qui entoure l’île. Les experts n’ont pas été en mesure de calculer, à partir de photographies aériennes, la profondeur de l’eau au-dessus du récif. Le calcul correct de la profondeur était essentiel au succès de l’attaque, en particulier dans sa phase initiale et à marée basse. Avant la bataille de Tarawa, les cerveaux derrière l’opération se sont disputés pour savoir si la profondeur de l’eau permettrait non seulement le passage des nouveaux véhicules amphibies, mais aussi celui des péniches de débarquement plus traditionnelles, qui nécessitaient une profondeur d’environ 120 cm.

Mais le fait est que les véhicules amphibies n’étaient pas largement disponibles et, en fait, les Marines n’ont pu les utiliser que pour les trois premières vagues de l’attaque. Dès lors, les soldats devaient débarquer à l’aide de péniches de débarquement. S’il n’y avait pas assez d’eau sur le récif au moment de l’invasion, les bateaux s’échouaient et les Marines étaient obligés de débarquer de toute façon avec l’ennemi qui tirait très facilement.

Malgré ces problèmes techniques, le Haut Commandement décide de donner le feu vert à l’attaque et la bataille de Tarawa commence. La première phase commence par un bombardement intensif qui tente d’anéantir les Japonais avant même le débarquement des Marines.

C’est le plus lourd bombardement dans le Pacifique à ce jour. Pendant les trois jours précédant le débarquement, plus de 2 millions de kilos d’explosifs sont largués sur l’île. Il semblait impossible que quiconque ait pu survivre au bombardement.

Cependant, le bombardement naval s’est avéré être un échec total. À l’intérieur des bunkers, les Japonais souffrent de quelques contusions, mais la plupart d’entre eux sont encore en vie.

À la fin du bombardement, ils ont décidé de se déplacer au nord de l’île pour faire face à l’invasion américaine imminente. Les Marines débarquent sur trois plages au nord de l’île, sous les noms de code Red 1, Red 2 et Red 3.

Allez plus loin  Crimes de guerre japonais pendant la Seconde Guerre mondiale

Les trois premières vagues de véhicules amphibies ont réussi à franchir le récif et à se diriger vers la côte. Les Japonais qui ont survécu au bombardement se préparent à affronter la force d’invasion avec une grêle de feu mortelle.

La première indication que le débarquement ne sera pas facile est le feu nourri que subissent les amphibiens à l’approche de la plage.

Les pertes ont commencé à s’accumuler avec la vague suivante de péniches de débarquement. Comme le craignaient les sceptiques, la marée basse a fait échouer les bateaux sur le récif, faisant des Américains une cible facile pour les soldats japonais.

Les unités survivantes ont atteint la plage Rouge 1, après avoir subi des pertes effroyables. En Rouge 2, les choses ne sont guère mieux : certaines unités ont perdu la moitié de leurs hommes.

Alors que les destroyers continuent de bombarder l’île depuis le marais, d’autres soldats tentent de débarquer sur la plage Rouge 3 au nord. Une jetée à cet endroit a protégé les Marines de façon minimale des tirs japonais.

Au milieu de la matinée du jour J, les survivants sont piégés derrière un brise-lames le long des plages du nord. De nombreux Marines se cachaient derrière ce mur. Escalader ce mur signifiait une mort presque certaine, mais rester là n’était pas non plus une option.

Pour aggraver les choses, un nouveau problème est apparu. L’eau de mer avait complètement imbibé les radios portables, les rendant inutilisables. Ces appareils étaient utilisés par les Marines pour communiquer entre eux et coordonner les attaques. Des problèmes logistiques qui n’ont fait qu’aggraver une situation déjà difficile.

De plus, les forts japonais avaient été si habilement camouflés que certains des Marines sur le brise-lames se faisaient tirer dessus par des Japonais à seulement deux mètres de distance… et ils ne pouvaient pas les voir !

Le colonel David Shoup se rend sur la plage Rouge 2 et tente de maîtriser la situation. Il a rallié les unités désorientées et a pris le commandement. Il a pris des décisions clés au milieu du chaos qui ont permis d’alléger le sort des Marines. Il était certainement un militaire extraordinaire qui mérite tout notre crédit.

Malgré les efforts d’officiers comme Shoup, les désastres s’accumulent. Des renforts ont été envoyés. Les nouveaux Marines sont à nouveau échoués sur le récif et les Japonais ont à nouveau une occasion en or de décimer les Américains. Le massacre s’aggrave de minute en minute, avec des mitrailleuses qui rendent l’eau rouge.

Du côté américain, ce débarquement avait été le plus sanglant du théâtre de la Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique. Sur les 5 000 hommes qui composaient la force d’attaque, 1 500 avaient été tués, blessés ou portés disparus.

Au soir du premier jour, il est clair que le débarquement a été un désastre, et le 20 novembre 1943 promet d’être une nuit longue et sinistre pour les Marines. Les heures passent et l’aube se lève sur Tarawa. L’île paradisiaque était devenue un champ de bataille sanglant. Le rivage était jonché de cadavres. Au moins les Marines avaient survécu à la nuit.

La contre-attaque de nuit qui aurait pu ramener les Marines à la mer n’a cependant, heureusement pour eux, jamais eu lieu. Les Américains ignoraient alors que la veille, l’amiral japonais Shibasaki et ses officiers avaient été surpris en plein air.

Allez plus loin  Grumman F6F Hellcat

Le premier jour, un groupe d’officiers, dont l’amiral Shibasaki, quitta son abri dans la zone des marais et se rapprocha de l’océan, à un endroit où ils avaient établi un autre poste de commandement.

Quelqu’un a repéré le groupe d’officiers et a demandé une salve d’un destroyer. Le destroyer a déclenché une puissante charge et les a tous tués, sans que personne ne sache qu’il s’agissait du général commandant l’armée japonaise.

Les Marines ne se doutent pas qu’en une seule volée, ils viennent de tuer l’amiral Shibasaki, l’officier supérieur japonais. Dans les tranchées, les quelques officiers restés aux côtés de leurs troupes ne savent pas à quoi s’attendre, en raison de l’absence de communication avec les centres de commandement.

En fin de compte, les Japonais et les Américains se trouvaient dans une situation de communication tout aussi précaire, et n’ont donc pas été en mesure d’organiser une contre-attaque efficace.

Les Marines de renfort commencent enfin à arriver dans l’enfer de Tarawa. Cependant, les mitrailleuses japonaises rendent le débarquement une fois de plus lent et sanglant. Après l’arrivée des renforts, les Marines se regroupent enfin et se préparent à l’avance.

L’objectif du deuxième jour serait de rallier les unités dispersées, de s’emparer de l’aérodrome au centre de l’île et de tenter d’avancer sur Tarawa.

L’incertitude était grande parmi les Américains, car les Japonais étaient si bien cachés que même si vous pensiez qu’une zone était sécurisée, quelqu’un pouvait soudainement apparaître par derrière et attaquer n’importe qui.

À cette occasion, la précision des canons des destroyers voisins a permis d’éliminer une partie des défenseurs japonais. Les Marines, soutenus par les deux premiers chars Sherman à entrer dans le Pacifique, progressent le long de la côte ouest. Il s’agissait certainement d’une bonne combinaison d’infanterie et de soutien par des chars et des destroyers.

À midi, le deuxième jour du débarquement, les Marines ont enfin goûté à leur première victoire sur Tarawa. Avec des soldats et des équipements frais sur le terrain, les Marines étaient prêts à se déplacer à l’est de l’île.

À quatre heures ce matin-là, ils atteignent la piste d’atterrissage et une petite unité se déplace rapidement vers la rive sud, où des groupes de Japonais sont retranchés. En effet, avant la tombée de la nuit le deuxième jour, les Marines ont finalement commencé à avancer à un rythme plus rapide.

À la tombée de la nuit du deuxième jour, les Japonais se regroupent cette fois pour lancer une contre-attaque le lendemain matin. Ils avaient l’intention de faire payer cher aux Marines chaque pouce de terrain sur Tarawa.

Six heures du matin du 22 novembre 1943, troisième jour de la bataille de Tarawa. Une sombre certitude s’installe dans la garnison japonaise : une issue victorieuse devient de plus en plus improbable.

Les Marines avaient une tâche redoutable devant eux : ils devaient se déplacer régulièrement vers l’est de l’île, et pour ce faire, ils devaient éliminer toutes les forteresses et cachettes sur leur chemin. Un travail sale et dangereux : plusieurs concentrations de troupes japonaises à l’extrémité est de la piste d’atterrissage devaient être éliminées.

A Tarawa, les difficultés posées par un ennemi terrible sont à l’origine du développement de nouvelles formes de combat. Ces méthodes devaient être la principale caractéristique de la campagne du Pacifique. La bataille se déroulait en petits groupes, dirigés par les hommes ayant la plus grande autorité, dans certains cas des lieutenants ou des capitaines, mais dans la plupart des cas, il s’agissait de caporaux et de sergents.

Allez plus loin  La deuxième guerre sino-japonaise

Ils prenaient l’initiative car ce qu’il fallait faire était très clair : nettoyer la zone sans pitié. Les Marines ont dû utiliser toutes les armes à leur disposition pour faire sortir les Japonais de leurs tranchées (mortiers, lance-flammes, etc.).

Dans l’après-midi du troisième jour, les Marines se dirigeant vers l’est avaient déjà traversé la moitié de l’île. Cependant, un nouveau danger les attend dans le no man’s land.

Un combat qui ne connaît pas de ligne de front : l’île est criblée de tireurs d’élite suicidaires, qui font des ravages, mais où la mort rôde aussi, à l’image de la future guerre du Vietnam.

En ce troisième jour de la bataille de Tarawa, les bombes et les explosifs avaient complètement oblitéré la petite île. La chaleur étouffante du Pacifique a transformé l’île en un cimetière puant où les morts côtoient les vivants – l’odeur est insupportable.

Un lourd tribut a dû être payé, mais à la fin du troisième jour, les Marines contrôlaient les deux tiers de l’île. Les Japonais sont déterminés à résister jusqu’à la mort : les Marines devront faire face à de redoutables attaques banzaï (suicides) au milieu de la nuit, dans l’obscurité totale.

A l’aube du quatrième jour, une chose est claire : il n’y aura pas de reddition japonaise. La conquête de Tarawa était devenue une guerre d’extermination.

Un groupe de Marines se lance à l’assaut des forts de la côte nord tandis que d’autres unités attaquent les bastions japonais à l’est de Tarawa. Les Japonais étaient inférieurs en nombre et en puissance, mais se sont battus avec acharnement pour tenter de contenir l’avancée américaine.

Le désespoir commençait à s’emparer des Japonais assiégés. Les Marines ont commencé à rencontrer des cadavres de soldats japonais qui s’étaient suicidés, car la reddition n’était jamais une option pour eux, car elle signifiait automatiquement la disgrâce pour leurs familles et pour eux-mêmes.

En milieu de matinée, les Marines commençaient enfin à dominer la situation et la résistance commençait à s’essouffler. À l’heure du déjeuner, le quatrième jour, les dernières positions japonaises étaient tombées.#

Les combats à Tarawa étaient enfin terminés pour les Marines de la 2e Division. La bataille avait été courte mais terriblement impitoyable.

L’aérodrome capturé et la nouvelle base de Tarawa dans le Pacifique central permettraient aux Marines d’avancer vers le Japon. Le Central Pacific offrait une route beaucoup plus courte vers Tokyo et le Japon. Les Japonais le savaient et se sont battus avec acharnement pour le défendre (ils ont subi près de 5000 pertes).

Laisser un commentaire