Les lois de Nuremberg

Dès l’arrivée au pouvoir des nazis en 1933, les juifs allemands ont été soumis à un nombre incalculable de lois discriminatoires, fondées sur le racisme promulgué par le nazisme.

Au cours des douze années du Troisième Reich, pas moins de 400 règlements ont été promulgués pour interdire aux Juifs de jouer dans un orchestre symphonique ou de posséder des animaux domestiques.

Au cours des premières années du Troisième Reich, la bureaucratie nazie a créé des règlements antisémites tant modérés que radicaux. Aucun des législateurs n’a eu le moindre scrupule à être antisémite ;

Cependant, les plus modérés craignent les réactions internationales et l’impact possible des sanctions pour les lois anti-juives sur une économie encore fragile.

Sur les 503 000 Juifs vivant en Allemagne en 1933, environ 70 % vivaient dans des grandes villes comme Berlin, Francfort et Breslau. Les lois de nuremberg pdf. Beaucoup de jeunes juifs étaient mariés à des conjoints non juifs.

Bien que les Juifs allemands ne représentent que 1 % d’une population totale de 55 millions d’habitants, Adolf Hitler les considère comme les « ennemis mortels » du peuple allemand. Les lois de nuremberg en 1935. Au sein de l’appareil d’État nazi, les antisémites modérés et radicaux ne parviennent pas à se mettre d’accord sur les actions légales (ou illégales) à entreprendre contre les Juifs du Troisième Reich.

Cette lutte entre bureaucrates aboutit à une impasse dans le développement d’une politique antisémite nazie coordonnée ;

Les membres des SA, irrités par des désaccords bureaucratiques, se défoulent souvent sur les Juifs vivant dans leur quartier. En 1935, le nombre d’incidents de rue a connu une augmentation très importante.

De leur côté, les citoyens ordinaires, encouragés en partie par la propagande antisémite de Goebbels, ont également joué leur rôle dans les manifestations de haine anti-juive dans les rues ;

De son côté, Rudolf Hess, secrétaire d’Hitler, ordonne l’arrêt des actes antisémites spontanés, non pas pour rendre service aux Juifs, mais pour éviter que les membres du Parti n’aient des ennuis avec la police politique, elle-même composée en grande partie d’autres membres du Parti.

Hess pensait que l’on pouvait créer un terrain propice à des conflits entre nazis qui, selon lui, seraient accueillis avec jubilation par les Juifs.

Allez plus loin  SS (Schutzstaffel)

À la fin de l’été 1935, la violence et les manifestations de rue avaient perdu de leur intensité. Cependant, les dissensions législatives et bureaucratiques ne font que s’accroître et deviendront bientôt un sujet brûlant lors de la réunion annuelle du Parti à Nuremberg (Reichsparteitag).

Lors de la réunion annuelle du NSDAP(Nationalsozialische Deutsche Arbeiterpartei –Parti ouvrier allemand national-socialiste), qui s’est tenue du 9 au 15 septembre 1935, une session spéciale avait été prévue le dernier jour, au cours de laquelle Hitler devait prononcer un grand discours de politique étrangère abordant la question de la Société des Nations et de l’Italie fasciste.

Finalement, Hitler annule son discours au pied levé sur les conseils de son ministre des affaires étrangères, Constantin von Neurath.

Cette annulation soudaine a laissé un vide dans le programme de l’assemblée spéciale du Reichstag à Nuremberg.

L’aile antisémite la plus radicale saisit l’occasion et suggère au Führer d’en profiter pour annoncer une série d’importantes lois anti-juives.

Hitler accepte la suggestion et envisage de faire passer une loi interdisant les mariages interraciaux et les relations sexuelles entre Juifs et non-Juifs, ce qu’il sait que les radicaux souhaitent depuis longtemps.

Le 14 septembre, devant la session spéciale du Reichstag, des juristes nazis présentent à Hitler les projets de la nouvelle législation antisémite.

Vers minuit, Hitler a dit aux juristes qu’il voulait également une loi supplémentaire traitant de la question de la citoyenneté du Reich.

Les juristes rédigent à la hâte une loi impromptue au dos de la carte de menu de l’hôtel qui fera des Juifs des sujets (et non des citoyens) du Reich. Hitler (connu pour ne pas dormir beaucoup) approuve le projet à environ deux heures et demie du matin.

Lors de la session spéciale du Reichstag à 20 heures ce même jour, Hitler prononce un bref discours dans lequel il décrit les nouvelles lois comme une tentative de résoudre par des moyens légaux un problème qui, s’il ne peut être résolu, devra être abordé sous d’autres angles, plus « pragmatiques ».

Allez plus loin  Lebensraum

Ensuite, le président du Reichstag, Hermann Göring, a lu les lois suivantes :

L’annonce des lois de Nuremberg a entraîné une grande confusion et d’interminables débats animés entre les bureaucrates nazis sur la manière de définir qui était juif, puisque des milliers de mariages interraciaux avaient eu lieu jusqu’alors.

En conséquence, deux mois plus tard, un décret nazi supplémentaire a été publié pour définir ce qu’était une personne 100 % juive : une personne ayant au moins trois grands-parents juifs : (Les lois de nuremberg vikidia). Ceux qui avaient moins de trois grands-parents juifs étaient appelés Mischlinge(métis juif).

Au sein des Mischlinge, il y avait deux degrés : les Mischling du premier degré (personne ayant deux grands-parents juifs) et les Mischling du second degré (personne ayant un seul grand-parent juif).

Les nazis ont également publié des tableaux de référence d’une certaine complexité pour aider les bureaucrates à différencier les différents traits de la « judéité ».

En général, plus le degré de « judéité » d’un Juif était élevé, plus le niveau de discrimination qu’il devait endurer était important. La vérité est que, malgré ces tableaux, la confusion était encore considérable.

Dans de nombreux cas, les informations généalogiques nécessaires concernant les origines juives d’une personne n’étaient tout simplement pas disponibles.

Selon cette classification, 350 000 Allemands pourraient être appelés Mischlinge : 5o 000 convertis du judaïsme au christianisme, 210 000 du premier degré et 90 000 du second degré.

Les bureaucrates nazis ne parviennent pas à se mettre d’accord sur la rigueur avec laquelle les lois de Nuremberg doivent être appliquées : (Les-lois-de-nuremberg-1935-jusqu’au-dernier). Les antisémites modérés voulaient protéger les Mischlinge, car certains d’entre eux étaient des fonctionnaires civils de valeur.

Les plus radicaux, en revanche, considèrent tous les Mischlinge comme des « porteurs d’influence juive » et veulent qu’ils disparaissent complètement de la vie publique allemande. À leur grand regret, les modérés l’ont emporté et les fonctionnaires de Mischlinge ont pu conserver leur emploi pour l’instant.

Aussi surprenant que cela puisse paraître dans notre perspective historique, de nombreux Juifs allemands ont réagi à la promulgation des lois de Nuremberg avec un sentiment de soulagement, car ils estimaient que le pire était passé : au moins, ils savaient à quoi s’en tenir et pouvaient continuer à vivre, même si leurs droits étaient restreints.

Allez plus loin  Hjalmar Schacht

Dans une certaine mesure, ils avaient raison d’être de cet avis. Au cours des années suivantes, les nazis ont très lentement modifié le statu quo pour les Juifs.

Les années précédant la Seconde Guerre mondiale devaient être relativement calmes pour les Juifs du Troisième Reich, Hitler étant trop concentré sur ses affaires diplomatiques et sur le réarmement militaire allemand.

En fait, il était dans l’intérêt et les intérêts d’Hitler de maintenir le calme afin de gagner en crédibilité dans les cercles diplomatiques.

Au cours des années précédentes, les observateurs internationaux de l’Allemagne nazie ont été témoins d’une incroyable succession d’événements et de circonstances :

  • la prise de pouvoir révolutionnaire en janvier 1933,
  • le mystérieux incendie du Reichstag en février,
  • le boycott antisémite en avril,
  • l’autodafé du livre en mai,
  • La violence de rue en Afrique du Sud,
  • des rumeurs sur l’existence de camps de concentration,
  • l’existence de la Gestapo,
  • la purge de la Nuit des Longs Couteaux,
  • La promotion d’Hitler au rang de Führer comme s’il était un ancien empereur.

L’heure est donc à la retenue : le Führer doit pouvoir se présenter comme un interlocuteur sérieux et non comme le leader d’une masse antisémite hors de propos. Le tour des Juifs, malheureusement pour eux, viendra plus tard.

Laisser un commentaire