Opération Finale

Opération Finale, disponible sur Netflix, est un thriller historique qui suit un groupe de chasseurs de nazis qui identifient, traquent, capturent et interrogent Adolf Eichmann (Ben Kingsley) en Argentine en 1960.

Eichmann, l’un des principaux nazis capturés après Nuremberg, a finalement été jugé en Israël dans ce qui est devenu un événement médiatique mondial, reconnu coupable de crimes contre l’humanité et exécuté.

Le film, qui traite principalement des semaines entourant la capture d’Eichmann, mélange des éléments factuels avec quelques « touches hollywoodiennes » pour offrir un thriller captivant.

L’élément central de l’Opération Finale est le jeu psychologique du chat et de la souris entre le rusé Eichmann et l’un de ses ravisseurs, Peter Malkin (Oscar Isaac). Parfois considéré comme peu fiable par ses pairs en raison de sa tendance à l’impulsivité et à la violence, Malkin est en chasse car les nazis ont exécuté sa sœur bien-aimée et ses enfants.

Sa confrontation avec Eichmann ne comporte ni menaces ni brutalité : (Opération finale). Au lieu de cela, il essaie de désarmer l’homme plus âgé en semblant baisser sa garde : (Opération finale acteur). Il lui offre des cigarettes et du vin au lieu de lumières vives et de bandeaux. Opération finale allociné. Lorsque le temps presse et que la « planque » du Mossad risque d’être découverte par ceux qui recherchent le SS-Obersturmbannführer disparu, Malkin tente de convaincre Eichmann de signer un papier jugé obligatoire par El Al pour lui permettre de prendre un vol de départ : Opération finale avis. Le film comprend également des éléments de thriller traditionnels, tels que les « échappées belles ».

Allez plus loin  L'autre M. Klein

Les solides performances d’Oscar Isaac et de Ben Kingsley ajoutent une couche d’intensité aux scènes où les deux s’affrontent : Opération finale critique. Les deux ont prouvé qu’ils étaient plus que capables de voler des scènes à eux seuls.

Ici, la dynamique entre eux est électrique, ce qui donne lieu à plusieurs scènes où le courant de tension sous-jacent est palpable. Il est intéressant de noter que c’est la deuxième fois en un an que Kingsley joue un criminel de guerre qui se cache.

Son portrait d’Eichmann est précis, basé sur les images existantes de la période 1960-62, lorsqu’il était en captivité en Israël. Opération finale distribution. C’est un homme froid, dépassionné, qui incarne ce que la théoricienne politique Hannah Arendt appelait « la banalité du mal ».

Le réalisateur Chris Weitz évite le mélodrame manifeste dans sa représentation des images de l’Holocauste et les divers flashbacks qui montrent certaines des horreurs de la Seconde Guerre mondiale. Il parvient à faire passer son message sans recourir à des scènes graphiques.

Allez plus loin  Objectif Birmanie

C’est important car cela permet de prendre le récit au sérieux et de ne pas transformer Opération Finale en un banal thriller nazi du type « le bien contre le mal ». Opération finale histoire vraie. Il ne fait aucun doute qu’Eichmann mérite son sort ultime, mais le film ne le transforme pas en un méchant écumeux et exagéré.

Il est dépeint comme un homme quelque peu décevant qui ne ressent ni culpabilité ni remords pour les activités auxquelles il a participé : (Opération finale imdb). Le film est le plus fort lorsqu’il dépeint les éléments psychologiques de la façon dont les personnages gèrent la proximité d’un monstre aussi extraordinaire.

Par moments, des éléments de thriller conventionnels semblent être greffés, une concession au public qui veut un peu d’action. Opération finale netflix. Il y a aussi une sorte de romance, bien qu’elle soit si discrète qu’il est facile de la négliger ou de l’ignorer.

Dans l’ensemble, Opération Finale raconte son histoire sans la déformer grossièrement et le fait d’une manière qui captive le public pendant les deux heures qu’il dure.

Laisser un commentaire