Opération Dynamo

Fin mai 1940, John Gort, commandant en chef britannique de la Force expéditionnaire britannique, connue sous ses initiales BEF, dirige avec succès l’opération d’évacuation des troupes alliées après leur défaite en France.

Cette opération restera dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale comme le Miracle de Dunkerque et, plus formellement, comme Opération Dynamo. Elle a permis le sauvetage et l’évacuation de plus de 300 000 soldats (environ 200 000 Britanniques et 100 000 Belges et Français).

Lorsque l’Allemagne nazie et l’Union soviétique ont envahi la Pologne en 1939, la Seconde Guerre mondiale a commencé. Pour aider à la défense du territoire français, la Grande-Bretagne envoie des troupes (le corps expéditionnaire britannique) ;

Ces troupes sont envoyées dans les villes françaises de Nantes et de Cherbourg. Le corps expéditionnaire était composé de 10 divisions de trois corps différents, tous commandés par le général John Vereker Gort.

Le plan allemand d’invasion de la France envisageait la possibilité d’une attaque de poche à travers la Belgique et la Hollande, contournant ainsi l’imposante ligne défensive Maginot.

Cependant, le chef d’état-major du groupe d’armées allemand, Erich von Manstein, pense que l’opération ne réussira pas et qu’elle ne fera qu’entraver l’ennemi, retombant dans la guerre de tranchées de la Première Guerre mondiale. C’est pourquoi Manstein a élaboré un projet de plan différent et l’a transmis au haut commandement allemand, par l’intermédiaire du colonel-général Gerd von Rundstedt.

Le plan de Erich von Manstein proposait que les divisions de chars Panzer attaquent à travers les Ardennes, car en raison de son terrain vallonné et boisé, personne ne s’attendait à une attaque à travers un terrain aussi accidenté. Une fois cet objectif atteint, des têtes de pont seraient établies sur la Meuse pour la traverser et atteindre rapidement la Manche, isolant ainsi les armées alliées en Belgique et en Hollande.

Allez plus loin  Objectif Birmanie

Par la suite, Adolf Hitler le rencontre le 17 février et accepte une version légèrement modifiée de ce qui est maintenant connu sous le nom de  » plan Manstein « . Enfin, le 10 mai 1940, le Troisième Reich lance l’offensive contre la Hollande et la Belgique : Opération dynamo. Le groupe d’armées B, dirigé par le colonel général Fedor von Bock, attaque la Belgique, et les trois corps de panzers du groupe d’armées A, sous les ordres de Rundstedt, se dirigent vers la Manche.

Les Britanniques (BEF) se déplacent de la frontière belge à la rivière Dyle et, à partir du 10 mai 1940, engagent une partie du B Group. Après quatre jours de combat, le 14 mai 1940, les Belges et les Français ne peuvent plus tenir. Opération dynamo 1940. Le BEF entame alors une retraite vers l’Escaut.

Le 17 mai 1940, le Premier ministre britannique Winston Churchill, en visite à Paris, apprend du général Maurice Gamelin que les Français ont détourné l’essentiel de leurs forces vers les combats en cours et qu’il n’est pas possible d’envoyer des troupes de secours.

Le 19 mai 1940, Gort, lors d’une réunion avec le général français Gaston Billote, commandant de la Première Armée française et faisant office de coordinateur général des forces alliées, reçoit la nouvelle que les Français n’ont plus aucune troupe entre les nazis et la mer.

En raison de cette situation, il donne l’ordre d’évacuer à travers la Manche et commence à planifier une retraite stratégique vers Dunkerque, la ville la plus proche disposant d’installations portuaires : Opération dynamo application. Entouré d’anciennes fortifications et disposant de la plus grande plage de sable d’Europe, il serait possible à Dunkerque de rassembler de grands groupes pour les évacuer.

Allez plus loin  Opération Tigre

À Arras, le 21 mai 1940, après plusieurs affrontements alliés et des attaques infructueuses sur le flanc des forces allemandes, le BEF britannique, les 3 armées françaises et ce qui restait de l’armée belge étaient piégés dans une zone de la côte nord de la France.

Le 26 mai 1940, vers minuit, l’opération Dynamo débute, sous les tirs d’enfer des batteries allemandes et les bombardements des Stukas de la Luftwaffe. Des milliers de soldats alliés restent sur la plage en attendant d’être évacués. Pendant ce temps, sept divisions françaises opposent une résistance farouche sur tout le front (près de 100 km).

La flottille d’évacuation alliée était composée de 130 navires marchands et de 40 destroyers pour évacuer les troupes dans des conditions très difficiles. Le port de Dunkerque, quant à lui, est dévasté par les bombardements allemands et ne peut charger les troupes qu’à marée haute et aux abords du port. Les navires se défendaient avec leurs propres batteries anti-aériennes contre les avions allemands et devaient en même temps embarquer les blessés et les soldats en retraite dans des conditions épouvantables.

L’opération de Dunkerque a été menée en grande partie en secret par la marine britannique et avec l’aide de quelques navires marchands. Ce n’est qu’à la fin, le soir du 31 mai 1940, que le grand public prend conscience de la grande épopée qu’a été l’évacuation alliée de l’opération Dynamo : l’évacuation de quelque 50 000 combattants en cinq jours très courts.

Allez plus loin  Opération Battleaxe

C’est le 2 juin que le dernier navire d’évacuation est parti pour l’Angleterre à 3h30 de l’après-midi. Les troupes britanniques qui n’ont pas pu embarquer et sont restées bloquées à terre n’ont d’autre choix que de se rendre à la Wehrmacht. De leur côté, les soldats français tentent de se frayer un chemin vers le sud, sans succès, et doivent finalement capituler eux aussi devant les envahisseurs allemands.

Les pertes humaines et matérielles ont été lourdes lors de l’évacuation des troupes alliées. En 5 jours environ, un total de 338 872 soldats ont été évacués, 215 787 de nationalité britannique et le reste de nationalité belge et française.

Les pertes matérielles sont estimées à 100 chars de la nouvelle conception Mathilda MK I. Opération dynamo dunkerque. La Grande-Bretagne ne dispose donc que de 200 chars anciens et obsolètes pour faire face aux nouveaux et puissants blindés allemands.

Malgré toutes ces pertes, l’opération est devenue populairement connue comme le Miracle de Dunkerque, en raison de son ampleur.

. Opération dynamo film

Laisser un commentaire