Kristallnacht ou la nuit du verre brisé

Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938, les nazis ont mené une série de violentes attaques antisémites (avec l’approbation du Troisième Reich) contre des communautés juives en Allemagne, en Autriche et dans les Sudètes ;

Cet épisode historique entrera dans l’histoire sous le nom de Kristallnacht ou Nuit du verre brisé, en référence au verre brisé après le pillage des synagogues, des magasins, des centres communautaires et des maisons juives en cette sombre nuit de novembre, il y a 75 ans.

Les émeutiers et les vandales, encouragés par le régime nazi lui-même, ont brûlé et vandalisé 267 synagogues, pillé 7 500 commerces juifs et tué 91 Juifs. Ils ont également profané des cimetières juifs et rasé des hôpitaux, des écoles et des maisons privées sous le regard impassible de la police et des pompiers (qui n’avaient ordre d’intervenir que si les flammes se propageaient aux bâtiments adjacents).

La Kristallnacht ou Nuit de cristal a marqué un tournant dans la politique antisémite du Troisième Reich et a établi la feuille de route de l’Holocauste : le génocide systématique des Juifs d’Europe orchestré par le gouvernement d’Adolf Hitler.

La Nuit de cristal : un pogrom à l’approche de la Seconde Guerre mondiale.

Pourquoi la folie d’une masse frénétique ? L’explication des autorités allemandes est la suivante : la Nuit de cristal aurait éclaté comme une réponse populaire légitime à l’assassinat d’Ernst vom Rath, un diplomate allemand en poste à Paris. Herschel Grynszpan, un juif polonais de 17 ans, avait abattu le diplomate le 7 novembre 1938.

Quelques jours auparavant, les autorités allemandes avaient déporté des milliers de Juifs polonais vivant en Allemagne et Grynszpan avait appris le sort de ses parents, qui vivaient en Allemagne depuis 1911.

Les parents du jeune homme se sont d’abord vu refuser l’accès à leur Pologne natale, comme beaucoup d’autres déportés juifs qui se sont retrouvés bloqués dans un camp de réfugiés près de la ville de Zbaszyn, dans la région frontalière entre la Pologne et l’Allemagne.

Grynszpan, un résident illégal de Paris, par désespoir et par vengeance de la situation précaire de sa famille, a décidé de se rendre à l’ambassade d’Allemagne et de tirer cinq fois sur le diplomate chargé de sa prise en charge.

Allez plus loin  L'internement des Japonais aux États-Unis.

Vom Rath, le jeune secrétaire de l’ambassadeur, a été victime de l’attentat et est mort le 9 novembre 1938, deux jours après l’attentat. Cette date coïncidait par hasard avec l’anniversaire du Putsch de Munich, un jour inscrit au calendrier national-socialiste. La hiérarchie du parti nazi, réunie à Munich pour la commémoration, décide d’utiliser l’occasion comme prétexte pour lancer une nuit de « punition » contre les Juifs.

Joseph Goebbels, ministre de la Propagande et instigateur de la Nuit de cristal, convainc la direction du Parti que la « juiverie internationale » a conspiré pour commettre l’attentat de Paris, et procède à l’annonce que le Führer a décidé que les réponses populaires ne doivent pas sembler être orchestrées ou préparées par le Parti lui-même, mais doivent surgir spontanément et ne pas être entravées par les autorités. Les paroles de Goebbels ont été considérées comme le signal de départ d’une agression contre les Juifs. Après son discours, les chefs de parti régionaux ont donné des instructions à leurs délégations locales.

La violence commence dans diverses parties du Reich aux premières heures des 9 et 10 décembre 1938. Le 10 novembre, à 1h20 du matin, Reinhard Heydrich, en tant que chef de la police de sécurité (SiPo – Sicherheitpolizei), envoie un télégramme urgent aux quartiers généraux et aux branches des « Chemises brunes » (SA – Sturmabteilung), avec l’ordre de gérer les troubles.

Les unités des SA et des Jeunesses hitlériennes (HJ – Hitlerjugend) dans toute l’Allemagne et dans les territoires annexés sont engagées dans la destruction des maisons et des commerces juifs. De nombreux membres de ces unités portaient des vêtements civils pour donner l’impression que les émeutes étaient l’expression spontanée de l’agitation générale du peuple allemand.

En fait, malgré la nature apparemment spontanée de la Nuit de cristal, les ordres directs de Heydrich étaient très clairs : les émeutiers « spontanés » ne devaient pas mener d’actions mettant en danger la vie ou les biens des Aryens ou des ressortissants étrangers (même s’ils étaient juifs).

Ils devaient également retirer tous les documents des archives des synagogues avant de les brûler, afin que le Service de sécurité (SD – Sicherheitsdienst) puisse les analyser ultérieurement.

Allez plus loin  Les homosexuels, victimes du triangle rose

Enfin, les ordres ordonnent aux officiers de police d’arrêter autant de Juifs qu’il est possible d’entasser dans les prisons locales, de préférence des jeunes hommes en bonne santé.

La Nuit de cristal a été particulièrement destructrice à Berlin et à Vienne, capitales qui abritaient les deux plus grandes communautés juives du Troisième Reich. Une foule d’hommes des SA « patrouillait » dans les rues, attaquant les Juifs dans leurs maisons et forçant ceux qu’ils rencontraient dans la rue à accomplir des actes d’humiliation publique. Bien que le meurtre ne figure pas dans les directives supérieures, la Nuit de cristal a coûté la vie à au moins 91 Juifs.

Les rapports de police relatifs à la Nuit de cristal font état d’un nombre considérable de suicides dans les jours qui suivent. De leur côté, les unités SS et de la Gestapo (police secrète d’État), suivant les directives de Heydrich, arrêtent environ 30 000 hommes juifs et les transfèrent des différentes prisons locales vers les camps de concentration de Sachsenhausen, Dachau et Buchenwald.

La Nuit de cristal marque notamment un tournant : c’est la première fois que le régime nazi emprisonne des Juifs à grande échelle simplement en raison de leur appartenance ethnique. Des centaines de personnes sont mortes dans les camps à la suite de leur traitement brutal, bien que la plupart d’entre elles aient été libérées trois mois plus tard à condition qu’elles entament le processus d’émigration d’Allemagne.

En effet, la Nuit du Krystal rouge a servi d’incitation aux Juifs à quitter les frontières du Reich à l’approche de la Seconde Guerre mondiale.

Au lendemain de la Nuit de cristal, plusieurs dirigeants allemands, tels que Göring, ont vivement critiqué l’ampleur des dégâts matériels survenus au cours des émeutes antisémites, indiquant que, sauf intervention du gouvernement, les compagnies d’assurance allemandes (et non les propriétaires juifs) devraient supporter le coût des dégâts. Göring lui-même et d’autres dirigeants nazis ont décidé de profiter de l’occasion pour introduire des mesures visant à éliminer la participation des Juifs à la vie économique du Troisième Reich.

Le gouvernement allemand décide de s’exprimer immédiatement et déclare que les Juifs eux-mêmes sont responsables des émeutes et qu’ils devront payer une lourde (et ironique) amende d’un milliard de Reichsmarks à titre de « compensation financière ».

Allez plus loin  L'Holocauste (Shoah)

Dans les semaines qui suivent, le gouvernement du Reich publie une multitude de décrets et de lois visant à priver les Juifs de leurs biens et de leurs moyens de subsistance. Ces lois mettent particulièrement l’accent sur l’aryanisation, c’est-à-dire le transfert des biens et des entreprises juives à des propriétaires aryens, généralement à des prix avantageux.

Les Juifs sont également exclus de l’emploi public, ainsi que de la plupart des professions du secteur privé (il est compréhensible que les Juifs se retrouvent dans des situations financières difficiles dans l’Allemagne nazie).

Les événements de la Nuit de cristal marquent un tournant important dans la politique antisémite des national-socialistes. Les historiens notent qu’après les émeutes, les politiques anti-juives sont de plus en plus concentrées entre les mains des SS.

De plus, la passivité avec laquelle la plupart des Allemands ont répondu à la violence anti-juive était un signal pour le gouvernement d’Hitler qui suggérait une acceptation voilée de mesures plus radicales contre les Juifs.

À partir de cette date, le gouvernement allemand s’est intensifié et a adopté des mesures plus extrêmes qui ont finalement conduit à l’élimination totale des Juifs de la vie économique et sociale de l’Allemagne pour les années à venir.

Des politiques antisémites, elle est passée à l’émigration forcée et a atteint le sommet de la barbarie avec la déclaration de l’Allemagne comme judenrein (sans juifs), avec la déportation dans les tristement célèbres trains de la mort vers Auschwitz ou Treblinka.

Laisser un commentaire