Nachthexen : Les sorcières de la nuit

 

Peu après le début de la Seconde Guerre mondiale, un grand nombre de lettres de femmes pilotes ont commencé à arriver dans les organes directeurs de l’Union soviétique. Le contenu était presque toujours le même : elles insistaient toutes sur le fait qu’elles voulaient être envoyées au front pour combattre aux côtés des hommes.

À peu près à la même époque, la pilote et héroïne de l’URSS Marina Raskova, connue dans toute la nation pour son légendaire vol direct entre Moscou et l’Extrême-Orient dans un bimoteur ANT-37 Patria, a proposé l’idée de créer un régiment aéroporté entièrement féminin.

La proposition de Raskova a commencé à être étudiée et les organes responsables ont promis de réfléchir à la question. Mais dans la pratique de l’aviation mondiale, il n’y avait aucun exemple d’une telle formation. Entre-temps, les lettres ont afflué.

Finalement, la célèbre aviatrice a obtenu l’autorisation de Staline de créer un régiment de femmes, et la sélection des volontaires a commencé à la mi-1941.

Après un cours intensif, le 588e régiment de bombardement de nuit (rebaptisé deux ans plus tard 46e régiment de gardes de bombardement de nuit) est formé, qui deviendra la seule division de bombardement de nuit entièrement féminine au monde.

Allez plus loin  Danzig

La première règle imposée aux femmes était simple : se faire couper les cheveux dans un style masculin, jusqu’au milieu de l’oreille. Les tresses n’étaient autorisées qu’après l’approbation personnelle de Raskova, mais personne ne voulait déranger la célèbre aviatrice avec de telles banalités à un moment aussi décisif de la Seconde Guerre mondiale.

Le groupe sera connu sous le nom de Les sorcières de la nuit (Nachthexen en allemand) parmi les nazis, qui les voyaient survoler la nuit dans de vieux avions soviétiques, comme si elles étaient des sorcières sur des balais.

Le 27 mai 1942, le régiment des sorcières de la nuit, avec un total de 115 filles âgées de 17 à 22 ans, part enfin pour le front. La première offensive devait avoir lieu le 12 juin de la même année.

Les jeunes aviatrices volaient dans de petits biplans Polikarpov U-2 (PO-2) à faible vitesse, qui avaient été utilisés avant la Seconde Guerre mondiale pour la formation des pilotes. Le cockpit ouvert avec une visière en acrylique ne protégeait pas l’équipage des tirs ou même des vents forts ;

Allez plus loin  La guerre totale ou Totaler Krieg

Leurs fragiles avions n’avaient pas de radio, atteignaient des vitesses à peine supérieures à 120 km/h et une altitude de vol maximale de 3 km. Les seules armes disponibles à bord étaient des canons TT : il faudra attendre 1944 pour disposer de mitrailleuses.

Le PO-2 n’avait pas non plus de soute à bombeset devait donc être fixé directement sur le dessous de l’avion. Bien que l’avion ne puisse pas transporter beaucoup de bombes en même temps, il réussit à atteindre des cibles avec une précision extraordinaire.

Le Nachthexen a effectué jusqu’à 10 vols par nuit. Alors que le copilote portait les petites bombes sur ses genoux et les larguait manuellement sur les cibles, les femmes pilotes arrêtaient le moteur et, dans un silence absolu, larguaient les bombes sur l’ennemi. Il convient de noter que, en dehors des bombes, ils transportaient également des charges de médicaments, de nourriture, de munitions, de courrier, etc.

L’équipage des PO-2 était réduit à un pilote et un copilote : ils étaient tous, pour la plupart, des étudiants universitaires. Avec ces femmes, le régiment se charge d’une nouvelle atmosphère : elles donnent des cours, éditent des publications et écrivent même des poèmes.

Allez plus loin  Le projet Manhattan

Le commandant de l’unité, Yevdokiya Bershanskaya, était la seule femme à devenir Chevalier de l’Ordre de Souvorov. Sous sa direction, le régiment a combattu jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Pendant toute la durée du conflit, les aviatrices du 46e régiment de gardes de bombardement de nuit ont effectué près de 24 000 vols.

Les jeunes pilotes ont célébré le jour de la Victoire près de Berlin, en se souvenant des 33 camarades qui n’ont pas survécu.

Neuf de ces femmes hors du commun ont été honorées en tant qu’héroïnes de l’Union soviétique pour leur grande bravoure pendant la Seconde Guerre mondiale.

Laisser un commentaire